Saint-Rimay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Saint-Rimay
Saint-Rimay
Vue extérieure de la façade de l'église.
Blason de Saint-Rimay
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Vendôme
Canton Montoire-sur-le-Loir
Intercommunalité Communauté d'agglomération Territoires Vendômois
Maire
Mandat
Yves Rolland
2014-2020
Code postal 41800
Code commune 41228
Démographie
Population
municipale
292 hab. (2015 en augmentation de 2,46 % par rapport à 2010)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 45′ 47″ nord, 0° 55′ 24″ est
Altitude Min. 65 m
Max. 125 m
Superficie 7,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Saint-Rimay

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Saint-Rimay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Rimay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Rimay

Saint-Rimay est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Fond-Rimay

La célèbre poignée de main, le , lors de l'entrevue de Montoire entre le maréchal Pétain et Adolf Hitler, eut lieu dans la gare de Montoire-sur-le-Loir, commune limitrophe de Saint-Rimay. Cette gare fut choisie car elle était à proximité de la ligne Paris-Hendaye (Hitler revenant d'une entrevue avec le général Franco à la frontière espagnole), mais aussi parce qu'à moins de 4 km de là se trouvait le tunnel ferroviaire de Saint-Rimay, long de 550 m[1] et susceptible d'abriter le train allemand en cas de menace aérienne[2].

Ce tunnel sera d'ailleurs fortifié fin 1942 ou début 1943 (avec entre autres des portes blindées que l'on peut encore voir de nos jours[3]) par l'organisation Todt[4] et des bunkers construits à proximité pour abriter le W3, un Führerhauptquartiere, un des vingt quartiers généraux du Führer[5] disséminés en Allemagne et en Europe occupée, mais qui n'y sera jamais installé.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1936 1950 (à vérifier) Paul Rigault    
2008 mars 2014 Daniel Huger    
mars 2014 en cours Yves Rolland    
Tunnel ferroviaire de Saint-Rimay

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7].

En 2015, la commune comptait 292 habitants[Note 1], en augmentation de 2,46 % par rapport à 2010 (Loir-et-Cher : +0,9 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
263 271 318 311 318 320 334 381 398
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
395 372 388 377 385 451 454 418 397
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
378 372 363 325 293 300 323 270 324
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
318 317 284 292 323 311 295 293 291
2013 2015 - - - - - - -
290 292 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (28,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,3 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,9 % contre 48,4 % au niveau national et 48,6 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 15,5 %, 15 à 29 ans = 9,5 %, 30 à 44 ans = 25,7 %, 45 à 59 ans = 23 %, plus de 60 ans = 26,4 %) ;
  • 49,1 % de femmes (0 à 14 ans = 18,9 %, 15 à 29 ans = 10,5 %, 30 à 44 ans = 18,9 %, 45 à 59 ans = 21 %, plus de 60 ans = 30,8 %).
Pyramide des âges à Saint-Rimay en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,7 
9,5 
75 à 89 ans
15,4 
16,9 
60 à 74 ans
14,7 
23,0 
45 à 59 ans
21,0 
25,7 
30 à 44 ans
18,9 
9,5 
15 à 29 ans
10,5 
15,5 
0 à 14 ans
18,9 
Pyramide des âges du département de Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le lavoir de Saint Rimay.
  • Église de Saint-Rimay.
  • Le lavoir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Saint-Rimay (loir-et-cher).svg

Les armoiries de Saint-Rimay se blasonnent ainsi :

De sinople au buste de Saint Richimer auréolé d'or.

Création J.P Fernon (1991).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bulletin de la Société archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois, 1991, p. 45.
  2. François Delpla - Montoire : les premiers jours de la collaboration, p. 246, 1996.
  3. Claude Gounelle - de Vichy à Montoire
  4. Le Vendômois sous l'occupation: chroniques 1938-1945 : "de Munich à Hiroshima", p. 85.
  5. Guillaume Lécuillier, « Führerhauptquartier (FHQ) « Wolfsschlucht II » : Quartier-général d´Hitler de Margival », sur http://patrimoine.region-bretagne.fr/, Conseil Régional de Bretagne, (consulté le 30 juillet 2009)
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. « Évolution et structure de la population à Saint-Rimay en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 5 octobre 2010)
  11. « Résultats du recensement de la population du Loir-et-Cher en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 5 octobre 2010)