Landivy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Landivy
La mairie de Landivy.
La mairie de Landivy.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Mayenne
Arrondissement Mayenne
Canton Gorron
Intercommunalité Communauté de communes du Bocage Mayennais
Maire
Mandat
Jean-Pierre Dupuis
2014-2020
Code postal 53190
Code commune 53125
Démographie
Gentilé Landivysien
Population
municipale
1 151 hab. (2015 en diminution de 1,79 % par rapport à 2010)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 45″ nord, 1° 02′ 00″ ouest
Altitude Min. 92 m
Max. 231 m
Superficie 28,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte administrative de Mayenne
City locator 14.svg
Landivy

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte topographique de Mayenne
City locator 14.svg
Landivy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Landivy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Landivy
Liens
Site web www.landivy.fr

Landivy est une commune française, située dans le département de la Mayenne en région Pays de la Loire, peuplée de 1 151 habitants[Note 1]. Landivy était le chef-lieu du canton jusqu'en 2015.

Géographie et environnement[modifier | modifier le code]

La commune de Landivy est située dans le département de la Mayenne, à l'angle des départements de la Mayenne (Bas-Maine), de la Manche et d'Ille-et-Vilaine et donc aux confins des régions Pays de la Loire, Basse-Normandie et Bretagne. Son bourg est à 7,5 km à l'est de Louvigné-du-Désert, à 13 km au sud de Saint-Hilaire-du-Harcouët, à 21 km au nord-ouest de Gorron, à 21 km au nord-est de Fougères et à 23 km au nord d'Ernée[1].

Landivy est situé sur la RD 31 qui la relie à Saint-Hilaire-du-Harcouët (Manche) au nord et à Ernée et Laval au sud. La commune est desservie par la ligne 16 du Réseau Pégase de la Mayenne[2].

Landivy est situé sur les Marches de Bretagne, zone de bocage au nord-ouest du département mayennais. Le sous-sol est composé de roches résistantes comme le granite et de plusieurs autres roches plus tendres, engendrant un paysage vallonné avec de petits cours d’eau mais peu de mares. Sa surface boisée est faible et, à part la forêt de Mayenne, il n’y a que des petits bois. Par contre, le nombre de châtaigniers est élevé mais a diminué à cause des cultures. Cette zone fait essentiellement de l’élevage bovin et porcin donc la surface des prairies est très importante. Les paysages sont très verts, on est à 40 km du mont Saint-Michel donc la campagne de Landivy bénéficie du climat océanique. Les précipitations sont souvent supérieures à 900 mm/an, la température moyenne est fraîche, autour de 10,5 °C. Le ciel est souvent nuageux[3],[4].

Les Marches de Bretagne possèdent une belle biodiversité, avec plusieurs espèces d’animaux comme, le chevreuil, le sanglier, l’hermine, la belette, la fouine, le blaireau, le renard[5]

Il y a énormément de rongeurs comme les rats, les lapins, les campagnols, les écureuils , les musaraignes[6].

Le territoire est traversé par l'Airon et la Cambre.

Communes limitrophes de Landivy[7]
Les Loges-Marchis (Manche),
Louvigné-du-Désert (Ille-et-Vilaine)
Savigny-le-Vieux (Manche) Savigny-le-Vieux (Manche),
Buais (Manche)
Louvigné-du-Désert (Ille-et-Vilaine) Landivy[7] Fougerolles-du-Plessis
La Bazouge-du-Désert (Ille-et-Vilaine),
Pontmain
Saint-Mars-sur-la-Futaie La Dorée

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme semble issu du français lande, lui-même issu du gaulois landa, désignant un espace non cultivé, et du latin vicus, « village »[8].

Le nom peut aussi être rapproché du gallois Llanddewi, soit la "paroisse de David". David de Ménevie (en gallois Dewi, en breton Divy) est le saint patron du Pays de Galles. Il a évangélisé une partie de la Bretagne au VIe siècle. Dans ce cas, le nom de Landivy indiquerait une implantation bretonne au Haut Moyen Âge.[réf. nécessaire]

Le gentilé est Landivysien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Période gauloise[modifier | modifier le code]

Une stèle gauloise a été trouvée à Landivy en 1972 (ferme de la Davoudière), elle est exposée devant la mairie de Landivy. Si des stèles gauloises de différents types existent dans le monde entier, cette stèle présente un aspect que l’on trouve essentiellement dans le nord de la Mayenne : face antérieure plate et forme en ogive. L'existence de ces stèles s’explique par la présence des Diablintes, tribu gauloise[9].

Ancien Régime.[modifier | modifier le code]

À Landivy, les gens n’appréciaient pas du tout la gabelle, impôt indirect sur le sel. Ils le montraient en l’écrivant dans des cahiers de doléances. Ces cahiers permettaient de déposer des plaintes que le roi recevait ensuite.

La gabelle obligeait les gens à acheter du sel en quantité chaque année. Dans le Maine, donc à Landivy, le sel valait 59 livres (50 kg), alors qu’en Bretagne il en valait 2 livres. Il était donc assez simple de faire de la contrebande, les contrebandiers traversaient la rivière de l’Airon pour acheter le sel moins cher, pour ensuite le revendre et donc se faire un gros bénéfice.

Les gens hésitent à faire du commerce à Landivy car les péages sont très coûteux pour le passage des frontières. Landivy a la malchance de se situer aux frontières des provinces de Normandie et de Bretagne.

« De toutes les paroisses les paroisses du Maine, celle de Landivy est par sa position physique malheureusement nécessitée en être victime, formant une presqu’île entre la Normandie et la Bretagne. La difficulté ou, pour mieux dire, l’impossibilité de transporter aucune denrée au marché voisin sans payer des droits prodigieux, énerve toute industrie, détruit tout commerce[10]… »

Époque contemporaine.[modifier | modifier le code]

La ville était desservie par trois lignes de chemin de fer secondaire à voie métrique. Les deux premières lignes, exploitées par les chemins de fer départementaux de la Mayenne (CFDM) reliaient Landivy à Mayenne et Landivy à Laval. La commune de Landivy fut également desservie par la ligne des Chemins de fer de la Manche (CFM) reliant Landivy à Saint-Hilaire-du-Harcouët.

En 1902, la gare de Landivy avait accueilli 13 737 voyageurs[11].

gare de Landivy
La gare, qui reliait Landivy à Laval et à Mayenne, de 1900 à 1938.

Seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Suite à la rafle du Vel d’Hiv, plusieurs réseaux de résistance se créent pour sauver des enfants juifs. Des jeunes femmes les faisaient passer pour des orphelins de guerre, et les acheminaient dans des familles en campagne où ils étaient nourris, élevés, scolarisés et protégés Landivy, comme Fougerolles-du-Plessis et Savigny, accueille environ 70 enfants[12],[13]. Les descendants de ces familles reçoivent la médaille du Juste décernée par l'organisme Yad Vashem[14].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Landivy

Les armes de la commune se blasonnent ainsi[réf. nécessaire] :
D'azur au château de deux tours d'argent maçonné de sable, au lion d'argent issant du château ; au chef d'hermine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1947 Henri Maudet SE  
1947 1995 Maurice Loisel SE  
1995[15] en cours Jean-Pierre Dupuis[16] DVD Vétérinaire, conseiller général
Pour les données antérieures, dérouler la boîte ci-dessous.

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et quatre adjoints[17].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[19].

En 2015, la commune comptait 1 151 habitants[Note 2], en diminution de 1,79 % par rapport à 2010 (Mayenne : +0,52 %, France hors Mayotte : +2,44 %). Landivy a compté jusqu'à 2 107 habitants en 1861.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 631 1 872 1 854 1 820 1 911 2 013 1 950 2 001 2 085
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 104 2 107 2 087 2 020 2 005 1 946 1 982 1 961 1 931
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 915 1 896 1 844 1 715 1 746 1 703 1 665 1 680 1 593
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
1 565 1 525 1 473 1 456 1 391 1 286 1 212 1 153 1 151
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Plusieurs PME sont installées à Landivy et emploient de nombreuses personnes :

  • Desvoys[22], constructeur fabricant de matériel agricole, est une entreprise familiale qui a été créée à Landivy dans les années 1950. Le siège social ainsi qu'une des usines y sont toujours situés.
  • L’usine Monbana a été créée à Landivy en 1934. Elle a fermé ses portes le 18 juillet 2016 pour se déplacer à Saint-Sauveur-des-Landes, où elle a rouvert le 5 septembre 2016[23].
  • Socopa Cuirs, usine de traitement de peaux.
  • Meubles-Gontier[24], fabricant de meubles en bois massif et copies de meubles anciens.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La chapelle du Pont-Aubray, située sur le chemin montais, route du pèlerinage allant au Mont-Saint-Michel à partir du Moyen Âge. Elle abrite une Vierge à l'Enfant assise du XIVe siècle classée à titre d'objet aux Monuments historiques[25].
  • Le château de Mausson (XVe et XVIe siècles), classé Monument historique depuis 1912[26].
  • L'église Saint-Martin du XIXe siècle.
  • La maison de la Dîme située au 4, rue du Louvre. Plusieurs moines de l'abbaye de Savigny y demeuraient, ainsi que dans les habitations situées à proximité du parvis et du cimetière de l’église. Ils possédaient et cultivaient de grandes étendues de terre, autant en Normandie que dans la province du Maine. Elles comptent de nombreuses fermes, forêts, étangs et moulins. La maison de la dîme est reconnaissable au décor sculpté dans le granite de sa porte[27].

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Le Football club Landivy-Pontmain fait évoluer trois équipes de football en divisions de district[28].

L'Amicale laïque de Landivy propose plusieurs activités, notamment de la gymnastique, du badminton et du judo.

L'Association sportive du canton de Landivy (ASCL) permet à ses adhérents de pratiquer différents sports. La section hand-ball féminine est particulièrement active[29].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Ligne 16 du réseau Pégase : Landivy - Ernée - Mayenne » (consulté le 27 novembre 2012)
  3. Benoît Baudin, Amphibiens et Reptiles de la Mayenne, Craon, Mayenne Nature Environnement, , 183 p. (ISBN 978-2-7466-2637-9), p. 14-25
  4. Franck Noël et Mayenne Nature Environnement, Mammifères sauvages en Mayenne, Laval, Siloe, , 207 p. (ISBN 2-84231-240-6), p. 18-19
  5. Benoît Baudin, Amphibiens et Reptilies de la Mayenne, Craon, Mayenne Nature Environnement, , 183 p. (ISBN 978-2-7466-2637-9), p. 24-25
  6. Mayenne Nature Environnement, Mammifères sauvages en Mayenne, Laval, Siloé, , 207 p. (ISBN 2-84231-240-6), p. 13-166-162-160-156-154-148-146-144-142-140-138-134-124...
  7. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  8. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, , _________
  9. Armelle Pain, Le patrimoine des communes de la Mayenne, Paris, Flohic Editions, , 953p. p. (ISBN 2-84234-135-X), page 502
  10. Jacques Naveau, La Mayenne des origines à nos jours, Saint-Jean-d'Angély, Bordessoules, , 430 p. (ISBN 2-903504-17-2), p. 272
  11. Un demi-siècle de petits trains en Mayenne, Pierre-Alain Menant, Éditions du Petit Pavé.
  12. Archives départementales de la Mayenne, Les Juifs en Mayenne et l’antisémitisme, Laval, Conseil général de la Mayenne, , 122 p. (ISBN 2-86053-027-4), p. 16-17
  13. « Les enfants cachés : L'exposition est en ligne... », sur http://llaunay.lamayenne.e-lyco.fr/,
  14. « Deux familles mayennaises ont reçu la médaille des Justes », sur https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire,
  15. « Jean-Pierre Dupuis élu au 1er tour », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 28 janvier 2015)
  16. Réélection 2014 : « Jean-Pierre Dupuis a été élu maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 13 avril 2014)
  17. « Landivy (53190) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 28 janvier 2015)
  18. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  22. http://www.desvoys.fr/
  23. « Monbana ferme ses portes à Landivy », sur actu.fr, (consulté le 12 juin 2017).
  24. http://www.meubles-gontier.com
  25. « Statue : Vierge à l'Enfant assise », notice no PM53000235, base Palissy, ministère français de la Culture.
  26. « Château de Mausson composé d'un corps de logis et de diverses parties ruinées », notice no PA00109519, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. Armelle Pain, Le patrimoine des communes de la Mayenne, Flohic Editions, 953 p. (ISBN 284234135X), p. 503
  28. « Site officiel de la Ligue du Maine – FC Landivy-Pontmain » (consulté le 28 janvier 2015)
  29. « Associations de Landivy », sur landivy.fr (consulté le 2 août 2015)