363e régiment d'infanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

363e régiment d'infanterie
Image illustrative de l’article 363e régiment d'infanterie
L'étendard et la garde du drapeau du 363e RI au côté de celui du 369e RI américain décoré par le général Lebouc, décembre 1918.

Création
Dissolution
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'infanterie
Rôle Infanterie
Guerres Première Guerre mondiale
Décorations Croix de guerre 1914-1918

Le 363e régiment d'infanterie (363e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française constitué en 1914 avec les bataillons de réserve du 163e régiment d'infanterie. Il combat pendant la Première Guerre mondiale, à l'issue de laquelle il est dissous.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • : création à Nice du 363e régiment d'infanterie de réserve, régiment de place - les officiers et sous-officiers proviennent du 163e régiment d'infanterie; rejoignent également des réservistes. À la mobilisation, chaque régiment d'active créé un régiment de réserve dont le numéro est le sien plus 200.
    • 5e bataillon (commandant Bruno)
    • 6e bataillon (commandant Delmas)
  •  : adjonction d'un 7e bataillon, venu du 373e RI[1]
  •  : dissolution[2]

Historique des garnisons, combats et batailles du 363e RI[modifier | modifier le code]

Affectations[modifier | modifier le code]

1914[modifier | modifier le code]

Scierie de Malfosse
(carte postale Adolphe Weick).

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

Cléry-sur-Somme, le monument dédié au 363e RI.

1917[modifier | modifier le code]

Loivre, le monument en l'honneur du régiment avec ses trois citations.

1918[modifier | modifier le code]

En avril, le régiment reçoit en renfort le 6e bataillon du 334e régiment d'infanterie dissous. Il occupe le secteur "Balcon" en Champagne (sud du ravin de Marson à Beauséjour)[3].

Grâce à des renseignements fournis par des allemands prisonniers, une attaque ennemie lancée le est contrée et repoussée après cinq jours de combats[4].

De juillet à septembre, le régiment occupe le secteur de Massiges[5].

Le , le 363e RI fait partie de l'attaque générale de la IVe armée Gouraud. Il franchit la Dormoise dans la matinée[6].

Le régiment continue sa progression les jours suivants. Il est retiré des combats le , et est cité à l'ordre de la IVe armée le [6].

Il entre en Alsace après l'Armistice du 11 novembre 1918 et est dissous le [2].

Drapeau[modifier | modifier le code]

Dessin du revers du drapeau du 363e RI.

Le drapeau du régiment porte les inscriptions suivantes[7] :

Le régiment est décoré de la croix de guerre 1914-1918, avec trois citations à l'ordre de l'armée.

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

Personnages célèbres ayant servi au 363e RI[modifier | modifier le code]

Bas-relief d'Antoine Sartorio érigé à Pierre-Percée à la gloire de ses camarades du 363e RI.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Historique, p. 5.
  2. a et b Historique, p. 18.
  3. Historique, p. 15.
  4. Historique, p. 15-16.
  5. Historique, p. 16.
  6. a et b Historique, p. 17.
  7. Décision no 12350/SGA/DMPA/SHD/DAT relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées (no 27), (lire en ligne), p. 96
  8. a et b Bruno Delmas, « DO HUU Chan », sur chts.fr, Comité des travaux historiques et scientifiques, .
  9. Historique, p. 2.
  10. a et b Historique, p. 13.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 363e régiment d'infanterie, historique succint du régiment, 87 p. (lire en ligne).
  • Association des anciens combattants du 363e RI, Bulletin de l'Amicale du Troix-six-trois, Marseille, 1932 - 1945 (BNF 34478189, lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]