118e régiment d'infanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

118e régiment d'infanterie
Image illustrative de l’article 118e régiment d'infanterie
Insigne régimentaire du 118e régiment d'infanterie

Création 1794
Dissolution 1997
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'Infanterie
Rôle Infanterie
Garnison Quimper
Devise Peg ebarz
"Croche dedans"
Inscriptions
sur l’emblème
Col Ardente 1794
Loano 1795
Arapiles 1812
Arcis-sur-Aube 1814
Saint-Gond 1914
Champagne 1915
Verdun 1916
Somme-Py 1918
Anniversaire Saint-Maurice. La fête du régiment se célébrait le 22 juillet et commémorait la bataille des Arapiles de 1812.
Batailles 1918 - 2e Bataille de la Marne
Fourragères aux couleurs du ruban de la Croix de Guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918
deux palmes
une étoile de vermeil

Le 118e régiment d'infanterie (118e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française créé sous la Révolution à partir de la 118e demi-brigade de première formation.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

insigne de béret d'infanterie

Colonels/Chef de brigade[modifier | modifier le code]

(*) Cet officier passera général de brigade.

Historique des garnisons, combats et bataille du 118e RI de ligne[modifier | modifier le code]

Révolution et Empire[modifier | modifier le code]

  • 1794 :
    • Col Ardente (*)
  • 1795 :
  • 1808 :
    • Aquilar-del-Campo
  • 1809 :
    • Navarre,
    • Cignerolo,
    • Alcanitz
    • Santa-Maria-del-Campo
  • 1810 :
    • Mansaneda,
    • Linares,
    • Grado
    • Pont de Miranda
  • 1811 :
    • Cangas-de-Tineo,
    • Orbigo
    • Orosco

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Colonels tués ou blessés en commandant le régiment pendant cette période
  • Colonel Esteve : blessé le
  • Colonel Villars : blessé le

Officiers blessés ou tués en servant au 118e entre 1808 et 1814 :

Officiers tués : 21
Officiers morts de leurs blessures : 14
officiers blessés : 117

De 1815 à 1848[modifier | modifier le code]

Le régiment n'existe pas.

Second Empire[modifier | modifier le code]

Le régiment n'est recréé qu'en 1870.

De 1871 à 1914[modifier | modifier le code]

Quimper

1881-1883 : Participe à la campagne de Tunisie.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le 118e RI est formé à Quimper.

En 1914 le régiment intègre avec le 19e régiment d'infanterie de ligne la 44e brigade d'infanterie avec un recrutement essentiellement breton (118e à Quimper et 19e à Brest). Cette brigade se distinguera sur de nombreux champs de bataille : Belgique, Marne, Somme, Champagne, Verdun, Chemin des Dames…

1914[modifier | modifier le code]

 : premier engagement à Maissin (Belgique) (la division perd 500 hommes).
 : combats à La Boisselle.

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

Bilan de la guerre pour le 118e[modifier | modifier le code]

« Le 118e régiment d'infanterie a participé à seize grandes batailles pendant cette guerre. 79 de ses officiers, 233 de ses sous-officiers, 231 de ses caporaux et 2 540 de ses soldats sont tombés au champ d'honneur »[2]. Parmi eux, à titre d'exemple, François Le Guiner, né le à Ploujean, lycéen au lycée de Quimper, qui rejoignit clandestinement le 118e régiment d'infanterie en janvier 1915 alors qu'il n'avait que 16 ans, mortellement blessé le à Laffaux (Aisne)[3].

L'escalier d'honneur de la mairie de Quimper présente deux triptyques de Charles Godeby, ancien conservateur du musée de Quimper, immortalisant le souvenir des combats de cette unité pendant cette guerre, ainsi qu'un Mémorial des enfants de Quimper morts pour la France, le tout ayant été inauguré en 1928 [4].

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Le régiment est dissous en 1928.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Créé le le régiment est rattaché à la 236e division légère d'infanterie et est anéanti trois semaines plus tard.

En 1944, le régiment est reconstitué et participe à la prise de la poche de Lorient.

De 1945 à nos jours[modifier | modifier le code]

En 1970, les traditions du 118e RI sont reprises par le Centre mobilisateur n° 118, implanté à Quimper.


Recréé à la fin des années 1970 au sein des forces du territoire, le 118e régiment d'infanterie a été dissous en 1997.
La principale garnison de ce régiment fut à Quimper où il laissa son nom à une place.

Drapeau[modifier | modifier le code]

fourragère aux couleurs de la croix de guerre 1914-1918

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[5]:

118e régiment d'infanterie de ligne-drapeau.svg

Décorations[modifier | modifier le code]

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 Croix de guerre 1914-1918 française.jpg avec 2 palmes, une étoile de vermeil.
Et de la fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918.

Devise[modifier | modifier le code]

Sa devise était « Peg ebarz en breton» (« Croche dedans en français» )[6]

Insigne[modifier | modifier le code]

Écu argenté homme armé, hermine bleu, croix de Lorraine rouge avec la devise "PEG BARZ" sur fond ivoire.

Faits d'armes faisant particulièrement honneur au régiment[modifier | modifier le code]

La fête du régiment se célébrait le 22 juillet et commémorait la bataille des Arapiles de 1812.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Douguet (Jean-François) et Glorennec (Hervé), Quimper. Des rues et des noms au fil du temps, cercle culturel quimpérois, 2003, article « 118e » (en fin d'ouvrage).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bataille portée au drapeau du régiment.
  2. Yves Madec, « Armistice. Honneurs au drapeau du 118e RI. », sur https://www.letelegramme.fr, (consulté le ).
  3. Yves Madec, « L'engagement sans faille d'un héros de 16 ans et demi », sur https://defense.gouv.fr, (consulté le ).
  4. Yves Madec, « Ces souvenirs quimpérois de la Grande Guerre », sur https://www.letelegramme.fr, (consulté le ).
  5. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007
  6. Bibliographie fournie par l'association de recherches et d'études sur la vie des Bretons dans la Grande Guerre, président monsieur Prigent.j (association bretagne 1914-1918)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]