369e régiment d'infanterie (États-Unis)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 369e régiment d'infanterie.
369e régiment d'infanterie
Image illustrative de l'article 369e régiment d'infanterie (États-Unis)
« Harlem Hellfighters » en 1919.

Création 1913
Dissolution 1945
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Branche United States Army
Type Infanterie
Ancienne dénomination 15e régiment de la Garde nationale de New York
Surnom Harlem Hellfighters
Black Rattlers
Men of Bronze
Guerres Première Guerre mondiale
Décorations Croix de guerre 1914-1918, étoile d'argent Croix de guerre 1914-1918, étoile d'argent
Emblème 369SustainBdeDUI.jpg

Le 369e régiment d'infanterie, auparavant appelé jusqu'en mars 1918 15e régiment de la Garde nationale de New York, est une unité militaire américaine. C'est le régiment le plus connu de Noirs pendant la Première Guerre mondiale[1]. Ses soldats sont mieux connus sous le surnom des « Harlem Hellfighters », des « Black Rattlers » (« Serpents à sonnette noirs ») en référence à leur insigne, ou encore des « Men of Bronze ».

Description[modifier | modifier le code]

367 000 soldats afro-américains sont mobilisés entre 1917 et 1918[1]. Sur ce nombre, 100 000 débarquent en France et 40 000 vont au front[1]. Ils sont essentiellement dans les 92e (« les Buffles ») et 93e division d'infanterie (« les Casques bleus ») et le 369e régiment d'infanterie en est un des régiments[1]. Le régiment comporte également des Portoricains[2].

Le 369e régiment d'infanterie défilant à New-York en février 1919.

Ces soldats noirs sont moins bien entraînés, habillés et nourris que leurs homologues blancs[1]. L'administration du Président des États-Unis Woodrow Wilson étant réticente à les enrôler dans l'armée et ne leur montrant aucune estime, ils sont ainsi à leur arrivée en janvier 1918, relégués à des tâches de soutien[1] (travaux de manutention ou de ravitaillement). Le général John Pershing, commandant en chef des forces américaines, envoie même une note secrète aux militaires français intitulée Secret Information Concerning Black American Troops dans laquelle il évoque le « manque de conscience civique et professionnelle » des soldats noirs, qui constituerait une « menace constante pour les Américains »[3].

Néanmoins, les militaires français ne prennent pas en compte cet avertissement et le maréchal Ferdinand Foch, commandant-en-chef des forces alliées, exige que le régiment soit incorporé aux troupes françaises. Les Français avaient en effet connu beaucoup de succès avec les Africains de leurs colonies et manquaient de troupes[4].

Le régiment qui dépend a l'origine de la garde nationale des États-Unis débarque à Brest le 27 décembre 1917 et fait un défilé remarqué lorsque son orchestre d'une soixantaine de membres joue la Marseillaise puis d'autres titres sur un air de jazz[5].

En mars 1918, il prend sa nouvelle désignation et en juillet 1918, coiffés du casque Adrian, les « Harlem Hellfighters » sont ainsi incorporés à la 161e division d'infanterie française (D.I.), sous le commandement direct des Français[6]. Ils opérèrent notamment en Champagne et en Alsace, se battant sur le front pendant 191 jours, soit plus que tous les autres soldats américains[3]. C'est aussi la première unité alliée à franchir le Rhin[3]. Leur surnom de « Harlem Hellfighters » leur est donné par les Allemands, surpris par leur courage[3]. Environ 1 500 d'entre eux périssent au combat[3]. Le régiment quitte la 161e D.I. le [7] en vue de son retour aux États-Unis.

Après la guerre, le gouvernement français décerne au régiment la Croix de guerre décorée d'une étoile d'argent[8] pour la prise de Séchault[9]. Ce sont les premiers Américains à avoir été ainsi décorés de la Croix de guerre française[10]. 171 d'entre eux reçoivent également des distinctions à titre individuel.

Pourtant, sous la pression des autorités américaines, le régiment n'est pas été autorisé à parader dans les rues de Paris. Grâce au colonel William Hayward, et malgré les réticences du commandement américain, les « Harlem Hellfighters » peuvent tout de même défiler sur la Cinquième Avenue de New York à leur retour en février 1919[11]. Ils marchent devant une foule immense, au son de leur orchestre de jazz, dirigé par James Reese Europe.

Postérité[modifier | modifier le code]

Prospectus mettant en avant James Reese Europe.

Une stèle rend hommage au régiment à Séchault[12],[13].

En avril 2014, l'auteur américain Max Brooks leur rend hommage dans la bande-dessinée fictive The Harlem Hellfighters qui est illustrée par Caanan White. Le sort le jeu vidéo Battlefield 1 dont la campagne rend hommage aux Harlem Hellfighters en les mettant en scène en introduction. Un des membres de l'escouade sert de narrateur tout au long de l'aventure[14].

La vision d'une Europe sans ségrégation raciale joue un rôle sur la volonté d'engager une réflexion sur les droits civiques des Afro-Américains[1]. James Reese Europe et son orchestre sont aujourd'hui célèbres pour avoir introduit et popularisé le jazz en Europe[1],[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Anthony Gero, Black Soldiers of New York State, A Proud Legacy, New York, Université d'État de New York (Presse), (ISBN 9781441603807)
  • Pap Ndiaye, Les Noirs américains : En marche pour l'égalité, Paris, Gallimard, (ISBN 9782070360406)