Montluel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montluel
Vue d'une partie de Montluel depuis la chapelle Saint-Barthélémy.
Vue d'une partie de Montluel depuis la chapelle Saint-Barthélémy.
Blason de Montluel
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Canton Meximieux
Intercommunalité La Côtière
Maire
Mandat
Romain Daubié
2014-2020
Code postal 01120
Code commune 01262
Démographie
Gentilé Montluistes
Population
municipale
7 036 hab. (2014)
Densité 175 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 51′ 07″ nord, 5° 03′ 28″ est
Altitude Min. 192 m – Max. 312 m
Superficie 40,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative de l'Ain
City locator 14.svg
Montluel

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Montluel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montluel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montluel
Liens
Site web ville-montluel.fr

Montluel est une commune française située dans le Sud-Est de la France, dans le département de l'Ain, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Depuis 2014, elle appartient au canton de Meximieux. La commune compte une commune associée : Cordieux.

Les habitants de Montluel s'appellent les Montluistes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la Côtière et au sud de la Dombes. Un cours d'eau, la Sereine traverse le territoire de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Marcel Birieux Le Montellier Rose des vents
Saint-André-de-Corcy
Mionnay
Tramoyes
N Sainte-Croix
Pizay
O    Montluel    E
S
La Boisse Dagneux

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type semi-continental avec des influences méditerranéennes : les étés sont chauds et ensoleillés et les hivers rigoureux[réf. souhaitée].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Montluel se trouve au centre d'un réseau de communications routières et autoroutières important : à 20 minutes de Lyon par l'A42 et à ¾ h de Bourg-en-Bresse, à proximité du contournement est de Lyon (A46) et relié à l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry (A432). Grâce également à la RD 1084 (ex RN 84), il est facile de passer dans les communes voisines.

Transports[modifier | modifier le code]

Vue des quais et des voies de la gare de Montluel avant la construction de la passerelle.
La commune fut desservie par la ligne 17 de l'ancien tramway de Lyon de 1910 à 1933.
On voit ici une de ses rames sur la Route de Lyon vers 1910.

Montluel est desservie par plusieurs modes de transports en commun.

Les cars départementaux (ligne 171, Lyon reliant Montluel) et le train TER Rhône-Alpes (une gare) permettent de circuler le long de la route nationale 84 et de rejoindre Lyon ou Ambérieu-en-Bugey.

Le 7 janvier 2011, un jeune homme de 16 ans, Antoine Mauresa, est fauché mortellement, par un Transport express régional, en gare de Montluel[2]. À la suite de ce drame, la sécurité de la gare qui ne possède ni passage souterrain ni passerelle pour relier les voies les plus éloignées aux quais (obligeant les voyageurs à utiliser une allée intersectant les voies ferrées) est largement remise en cause[2]. Un projet de passerelle est évoqué par le maire de la commune de Montluel, Jacky Bernard[3]. La passerelle sera finalement érigée en 2012[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine[réf. souhaitée] du nom est Mont Louel soit le mont aux loups.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1033, les seigneurs de Montluel possédaient Montluel et une grande partie de la Valbonne.

En 1276, Guichard de Beaujeu accorde une charte de franchises aux habitants de Montluel, leur attribuant notamment l'entretien des murs de la ville, qui permet de mieux comprendre des lettres d'Amédée VI, écrites en 1357, relatives aux fortifications de celle-ci[5].

En 1326, les seigneurs de Montluel transmirent leur héritage aux dauphins de Viennois, qui passe en 1334, par voie d'échange, et augmenté par suite de guerres heureuses, des seigneuries de Miribel, Bourg-Saint-Christophe, Pérouges et Meximieux, à la maison de Savoie.

À la paroisse originale qui s'était formée autour du château, une nouvelle paroisse, de Saint-Étienne, s'est créée à la fin du Moyen Âge, en contrebas du château dans la plaine, près de la route[6].

Le chapitre de Notre-Dame de Montluel fut érigé en 1530 par bulle du pape Clément VII à la prière du duc Charles III de Savoie et de Béatrix de Portugal. Il comprenait l'église Saint-Nizier de Dagneux, à laquelle avait toujours appartenu l'église Notre-Dame-des-Marais, ainsi que les églises de Saint-André-le-Bouchoux, Saint-Maurice-de-Beynost, et les archiprêtrés de Chalamont et de Sandrans. Il avait doyen, archidiacre, chantre, cinq chanoines et quatorze prébendiers (couvent des religieuses de la Visitation, couvent des Augustins, confrérie des Pénitents et communauté des teinturiers de filet).

En 1601, à la suite du traité de Lyon, Montluel avec toute la Bresse, est intégré au royaume de France.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Ci-dessous, le partage des sièges au sein du Conseil municipal de la commune, depuis 2014 :

Groupe Président Effectif Statut
Vivons Montluel Ensemble (DVD) Romain Daubié 23 majorité
Osons Montluel, Ville d'avenir (PS) Jacky Bernard 6 opposition

Lors des dernières élections municipales du , la liste DVD de Romain Daubié a devancé de 367 voix la liste PS du maire sortant Jacky Bernard.

Aujourd'hui, le conseil municipal est composé de 23 élus issus de la liste divers droite de Romain Daubié et de 6 élus de la liste PS de Jacky Bernard[7].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
maire en 1840  ? M. Delord   Propriétaire, conseiller d'arrondissement[8]
1941 1945 Émile Cizain[9]   Chef d'entreprise
1947 1968 Émile Cizain[9]   Chef d'entreprise
1968 novembre 1999 Pierre Cormorèche Centriste puis UDF-CDS Exploitant agricole, syndicaliste
Conseiller général (1969-1979 et 1985-1998)
décembre 1999 mars 2008 Jacques Banderier DVD  
mars 2008 mars 2014 Jacky Bernard PS Conseiller général de 1998 à 2011
mars 2014 en cours Romain Daubié UMP-LR Avocat

À noter : Émile Cizain est l'arrière grand-père maternel de Romain Daubié.

Jumelages[modifier | modifier le code]

L'avenue d'Ostfildern à Montluel.

La commune a développé une association de jumelage avec Drapeau de l'Allemagne Ostfildern (Allemagne) depuis 1978. Ostfildern est située dans le land de Bade-Wurtemberg[10].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Montluel.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 7 036 habitants, en augmentation de 1,78 % par rapport à 2009 (Ain : 5,95 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 438 3 652 3 259 3 547 2 927 2 955 2 946 3 171 2 793
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 610 2 737 2 981 2 757 2 829 2 703 2 755 2 686 2 589
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 664 2 564 2 504 2 153 2 381 2 460 2 281 2 213 2 367
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 785 3 442 4 604 5 450 5 954 6 454 6 505 6 913 7 036
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,9 %, 15 à 29 ans = 22,5 %, 30 à 44 ans = 22,6 %, 45 à 59 ans = 17,1 %, plus de 60 ans = 15,8 %) ;
  • 52,4 % de femmes (0 à 14 ans = 19,9 %, 15 à 29 ans = 22,6 %, 30 à 44 ans = 19,7 %, 45 à 59 ans = 17,9 %, plus de 60 ans = 20 %).
Pyramide des âges à Montluel en 2007 en pourcentage[15]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
1,0 
4,9 
75 à 89 ans
7,7 
10,6 
60 à 74 ans
11,3 
17,1 
45 à 59 ans
17,9 
22,6 
30 à 44 ans
19,7 
22,5 
15 à 29 ans
22,6 
21,9 
0 à 14 ans
19,9 
Pyramide des âges du département de l'Ain en 2007 en pourcentage[16]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
1,0 
5,2 
75 à 89 ans
7,9 
12,0 
60 à 74 ans
12,3 
20,8 
45 à 59 ans
20,2 
22,5 
30 à 44 ans
22,0 
18,1 
15 à 29 ans
16,7 
21,2 
0 à 14 ans
19,8 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Course à pied : 10 km de Montluel (début juin)
  • Fête de la Musique (21 juin)
  • Feu d'artifice et bal (13 juillet)
  • Fête des Lumières (8 décembre)
  • Carnaval (février)
  • Contes en côtière (début juin)
  • Fête de la Saint-Marc (25 avril)

Médias[modifier | modifier le code]

Le journal le Progrès propose une édition quotidienne dédiée à la Dombes et à la Côtière. Citons également, la Voix de l'Ain, un hebdomadaire qui propose des informations locales pour les différentes régions du département de l'Ain. Autre hebdomadaire traitant de la vie locale et dont le siège social est installé à Montluel, le Journal de la Côtière.

Une station de radio locale, FC Radio l'essentiel, est basée à Montluel (au 179, grande Rue) depuis 1981[17]. Elle s'appelait avant 1986 "Fréquence Côtière" et dispose aujourd'hui de plusieurs émetteurs dans le département de l'Ain, surtout dans le Bugey. Sur Montluel, elle est audible sur le 97.6 FM grâce à l'émetteur implanté sur le Mont Luisandre qui l'émet de Bourg-en-Bresse jusqu'à Lyon en passant par la Dombes, Chalamont, Meximieux et Ambérieu-en-Bugey.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

C'est un ancien château fort, à l'état de ruines, qui fut fondé à la fin du XIe siècle ou du début du XIIe siècle par la famille de Montluel. Il fut le centre de la seigneurie de Montluel. Les ruines du château sont aujourd'hui utilisées comme théâtre de verdure.
  • Vestiges de la Poype de Botentut ou Butentut.
Située près de Jailleux, elle dépendait de la seigneurie de Montluel.
  • La tour Mandot à proximité de la mairie.
  • Il y a cinq cimetières à Montluel : à Montluel même le nouveau et l'ancien (près de la chapelle Saint-Barthélémy), à Romanèche, à Jailleux et à Cordieux[22].

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Montluel bénéficie du label « ville fleurie » avec « deux fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[23]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Institut de La Saulsaie créée par Césaire Nivière à Montluel.

Naissances à Montluel[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Naissance à Montluel.
  • Évariste (né en 1943), chanteur et chercheur.
  • Jules Gros (1829-1891), éphémère Président de la République de la Guyane indépendante.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armorial des communes de l'Ain.
Armes de Montluel

La commune de Montluel porte :

Parti d'azur et de sable, à la croix tréflée d’argent brochant sur la partition[24].


Logo de Montluel

Logo de Montluel :

Le logo communal joue sur le double sens de la Sereine. D'une part, le nom de la rivière traversant Montluel ; d'autre part, une sérénité revendiquée qui caractériserait la ville.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé de la commune, sur habitants.fr
  2. a et b « Drame sur les rails à Montluel : « Il va y avoir d'autres morts » », sur La Chaîne Info, (consulté le 14 janvier 2011).
  3. « Montluel: percuté par le train, il meurt », sur Lyon Mag, (consulté le 14 janvier 2011).
  4. « Montluel - La passerelle de la gare est en place. », sur leprogres.fr, Le Progrès, (consulté le 13 décembre 2012).
  5. [PDF] Nicolas Payraud, « Châteaux, espace et société en Dauphiné et en Savoie du milieu du XIIIe siècle à la fin du XVe siècle », HAL - Archives ouvertes, no tel-00998263,‎ (lire en ligne) extrait de sa Thèse de doctorat d'Histoire dirigée par Etienne Hubert, Université Lumière-Lyon-II (lire en ligne).
  6. Action thématique programmée en archéologie métropolitaine : "inventaire des fortifications de terre" (groupe Rhône-Alpes), Château de Terre : de la motte à la maison-forte - histoire et archéologie médiévales dans la région Rhône-Alpes, juin 1987-décembre 1988, p. 33.
  7. « Montluel - Ain (01120), Résultats des élections », sur http://www.journaldunet.com/, (consulté le 11 mai 2014).
  8. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k203766q/f483.image
  9. a et b « Qui était Emile Cizain ? », sur ac-lyon.fr (consulté le 29 novembre 2012).
  10. Annuaire des communes jumelées.
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  15. « Évolution et structure de la population à Montluel en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 novembre 2010).
  16. « Résultats du recensement de la population de l'Ain en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 novembre 2010).
  17. La station de radio FC radio, sur 100ansderadio.free.fr.
  18. Notice no PA00116434, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. Notice no PA01000032, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. Notice no PA00116432, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. Notice no PA00116433, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. « L’extension des cimetières devrait nécessiter entre 222 000 et 224 000 € », sur leprogres.fr, Le Progrès,  : « La commune doit gérer quatre sites : Montluel ville (à côté du théâtre de verdure), Cordieux, Romanèche et Jailleux. ».
  23. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).
  24. Armes de Montluel, sur labanquedublason2.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Montluel.

Sur les autres projets Wikimedia :


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guy Brunet, Paul Percevaux et Louis Trenard, Histoire des communes de l'Ain : La Dombes, Horvath, , p. 277-290
  • Ouvrage collectif, Richesses touristiques et archéologiques du canton de Montluel : Montluel, Balan, Béligneux, Bressolles, Dagneux, La Boisse, Niévroz, Pizay, Sainte-Croix, , 296 p. (ISBN 2-907656-30-9)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]