31e régiment d'infanterie territoriale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

31e régiment d'infanterie territorial
Création 1er août 1914
Dissolution 1er août 1918
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment d'infanterie
Rôle Infanterie
Inscriptions
sur l’emblème
Verdun 1916
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles 1916 - Bataille de Verdun
1916 - Bataille de la Somme
1918 - Bataille de l'Aisne

Le 31e régiment d'infanterie territorial est un régiment d'infanterie de l'armée de terre française qui a participé à la Première Guerre mondiale.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • 1er août 1914 : création du 31e régiment d'infanterie territoriale
  • 1er août 1918 : dissolution

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

  • 1er août 1914 - 20 mai 1917 : lieutenant-colonel Pichon
  • 20 mai 1917 - 1er août 1918 : lieutenant-colonel Virey

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Affectations[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Le régiment est formé le 1er août 1914 à Alençon, il est formé de 3 bataillons composés de 49 officiers et 2 966 sous-officiers, caporaux et soldats.

1914[modifier | modifier le code]

  • 1er - 5 août : création à Alençon et concentration des unités.
  • 5 août : transport par V.F. au camp retranché de Paris vers les forts de l'est.
  • 30 août : les 2 premiers bataillons sont affectés à la 166e brigade mobile, le 3e bataillon reste stationné à Paris.
  • 2 septembre 1914 - 2 mai 1915 : durant les premiers jours de septembre, le régiment est employé à la constitution de tranchées et d'éléments de défense vers Soisy-sous-Montmorency et Eaubonne et plus généralement l'ouest de Paris[1]. Dans les premiers mois de la guerre, le 1er bataillon est chargé d’occuper le secteur de Pontoise, Pierrelaye, et Saint-Ouen-l’Aumône.
décembre 1914 : travaux de campagne dans la région de Pontoise. Puis stationnement dans le secteur est de Paris, renforcement des positions défensives.

1915[modifier | modifier le code]

  • 2 mai 1915 - 23 janvier 1916 : transport par V.F. dans la région de Verdun. Le régiment est rattaché à la 1re brigade de la division de marche de Verdun. Occupation de secteur vers Fresnes-en-Woëvre et Pintheville.

1916[modifier | modifier le code]

24 - 25 février : évacuation des positions dans la plaine de Woëvre, repli sur la ligne Moulainville, Watronville. Jusqu'au 28 février, le régiment réalise des tranchées de soutien sous les tirs allemands.
28 février : attaque allemande, des éléments du régiment se retrouve en première ligne, un groupe de la 3e compagnie est capturé.
  • 5 mars - 10 juin : occupation de position Génicourt-sur-Meuse, puis transport par V.F. dans la région de Genevreuille et d'Athesans. Travaux de voies ferrées entre Belfort et la frontière suisse.
  • 10 juin - 17 juillet : transport par V.F. dans la Somme, stationnement dans la région de Grandvilliers ; le 18 juin, le régiment atteint Moreuil et participe à la bataille de la Somme.
  • 17 juillet 1916 - 18 janvier 1917 : mouvement de rocade, le régiment occupe un secteur dans la région de Montdidier et Pierrepont. Le 3e bataillon est dissous au cours de cette période.

1917[modifier | modifier le code]

  • 19 janvier - 26 juin : transport par V.F. dans la région de Verdun, stationnement vers Musy. À partir du 23 janvier, mouvement vers Dugny-sur-Meuse, travaux de défense autour de Verdun.
20 mai : le lieutenant-colonel Pichon est remplacé par le lieutenant-colonel Virey.
6 - 26 juin : occupation d'un secteur du front vers Mouilly, bombardements réguliers allemands.
  • 26 juin 1917 - 29 mars 1918 : retrait du front, transport par V.F. vers Mourmelon-le-Grand. À partir du 28 juin, creusement de tranchées, aménagement de cantonnement vers le Téton et le Casque, pertes sensibles par obus toxiques.

1918[modifier | modifier le code]

  • 29 mars - 28 mai : mouvement de rocade, arrivée dans la région de Compiègne. À partir du 14 avril, concentration dans la région de Tartiers, travaux de défense ou de construction de voies ferrées.
  • 28 mai - 1er juin : engagé dans la bataille de l'Aisne. Le régiment se défend et organise le terrain vers Chavigny, Vauxrezis, Osly-Courtil, Fontenoy.
  • 2 juin - 8 juillet : repli sur Vic-sur-Aisne, défense de la tête de pont entre Vic-sur-Aisne et Attichy.
  • 8 - 14 juillet : retrait du front.
  • 14 - 31 juillet : transport par camions vers Haramont, poursuite des troupes allemandes, transport de munitions, escorte des prisonniers, assainissement du champ de bataille. Le régiment est ensuite transformé en deux bataillon de pionniers et 1 bataillon de mitrailleuses.
  • 1er août : le régiment est dissous.

Drapeau[modifier | modifier le code]

Il porte l'inscription[2] Verdun 1916

Personnages célèbres ayant servi au 31e RIT[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. http://archives.valdoise.fr/documents-du-mois/document-les-peperes-a-valmondois-10/n:21 Les « Pépères » à Valmondois sur archives.valdoise.fr]
  2. Service Historique de la Défense, Décision No 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Historique résumé du 31e régiment territorial d'infanterie (1914-1918), 7 p., disponible sur Gallica.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]