52e régiment d'infanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

52e régiment d’infanterie
Image illustrative de l’article 52e régiment d'infanterie
Insigne régimentaire du 52e régiment d’infanterie.

Création 1654
Dissolution 1923
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment
Rôle Infanterie
Inscriptions
sur l’emblème
Valeggio 1800
Wagram 1809
Sébastopol 1855
Magenta 1859
Champagne 1915
Verdun 1916
L’Aisne 1917
Anniversaire Saint-Maurice
Fourragères Aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918
deux palmes
Médaille d'or de la Ville de Milan
insigne de béret d'infanterie

Le 52e régiment d'infanterie (52e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française créé sous la Révolution à partir du régiment de La Fère, un régiment français d'Ancien Régime.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • 1654 : Régiment de Mazarin
  • 1661 : Régiment de La Fère
  • 1791 : 52e régiment d'infanterie de ligne
  • 1794 : 52e demi-brigade d’infanterie de bataille
  • 1796 : 52e demi-brigade d’infanterie de ligne
  • 1803 : 52e régiment d'infanterie de ligne
  • 1815 : Légion de la Meurthe
  • 1820 : 52e régiment d'infanterie de ligne
  • 1882 : 52e régiment d'infanterie
  • 1914 : À la mobilisation, donne naissance au 252e régiment d’infanterie
  • 1923 : dissout (traditions gardées par le 99e régiment d’infanterie)

Colonels / Chefs de brigade[modifier | modifier le code]

Historique des garnisons, combats et batailles[modifier | modifier le code]

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

  • Espagne 1654-1659.
  • Guerre de Dévolution 1667-1668.
  • Hollande 1672-1678.
  • Ligue d'Augsbourg 1688-1697.
  • Succession d'Espagne 1701-1713.
  • Succession d'Autriche 1740-1748.
  • Sardaigne 1793.
  • Toulon 1793.
  • Corse 1794.
  • Italie 1794-1795, 1800, 1805-1808.

Guerres de la Révolution et de l'Empire[modifier | modifier le code]

1815 à 1848[modifier | modifier le code]

  • 1823 : Espagne.
  • 1830 : Une ordonnance du créé le 4e bataillon et porte le régiment, complet, à 3 000 hommes[1].
  • 1832: Belgique.

Second Empire[modifier | modifier le code]

  • 1855 : Crimée.
  • 1859 : Italie.

1870 à 1914[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1914 casernement : Montélimar ; 54e Brigade d'Infanterie ; 27e division d’infanterie ; 14e corps d’armée.
Le 52e régiment reste à la 27e division d'infanterie durant la durée de la guerre.

1914[modifier | modifier le code]

1915[modifier | modifier le code]

« A donné l'assaut, drapeau déployé, tambours battants. » Citation.

1916[modifier | modifier le code]

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Le régiment est dissous en 1923.

Drapeau[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[2] :

Fourragère CG.png

52e régiment d'infanterie de ligne.svg

Décorations[modifier | modifier le code]

  • Il a le droit au port de la fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918.

Faits d'armes faisant particulièrement honneur au régiment[modifier | modifier le code]

(*) Bataille portée au drapeau du régiment.

En 1848, dénommé "premier régiment de la république"'

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de l'infanterie en France de Victor Louis Jean François Belhomme Vol 5 page 151
  2. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Recueil d'Historiques de l'Infanterie Française, Général Andolenko, Eurimprim 1969.
  • Historique du 52e régiment d'infanterie pendant la guerre 1914-1918, Paris, Berger-Levrault, 43 p., disponible sur Gallica.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]