93e régiment d'infanterie (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

93e régiment d'infanterie
Image illustrative de l’article 93e régiment d'infanterie (France)
Insigne régimentaire du 93e régiment d'infanterie.

Création 1706
Dissolution 1997
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'infanterie
Rôle Infanterie
Devise À de tels hommes rien d'impossible (Napoléon 1er)
Inscriptions
sur l’emblème
Castiglione 1796
Wagram 1809
Moskova 1812
Montebello 1859
Champagne 1915
L'Aisne 1917
Somme-Py 1918
AFN 1952-1962
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Campagne de Russie
Guerre franco-allemande de 1870
Première Guerre mondiale
Guerre d'Algérie
Batailles 1917 - Chemin des Dames
1918 - 2e Bataille de la Marne
Fourragères Aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918
Deux palmes
Médaille d'Or de Milan
insigne de béret d'infanterie

Le 93e régiment d'infanterie (93e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française, à double héritage, créé sous la Révolution à partir du régiment d'Enghien, un régiment français d'Ancien Régime, et du 18e régiment d'infanterie légère créé à partir des éléments provenant de la dissolution des 2e, 3e et 4e bataillons de volontaires de Corse et d'effectifs divers levés en Corse.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

18e Léger[modifier | modifier le code]

  • 1793 : création du 18e bataillon de chasseurs, levé en Corse.
  • 1794 : 18e bataillon de chasseurs devient la 18e demi-brigade d'infanterie.
  • 1796 : la 18e demi-brigade devient la 18e demi-brigade légère
  • 1803 : la 18e demi-brigade légère devient le 18e régiment d'infanterie légère.
  • 12 mai 1814 : suppression du 18e léger
  • 1816 : création de la Légion de Vaucluse.
  • 1821 : devient 18e Régiment d'Infanterie Légère.
  • 1830 : Une ordonnance du 6 septembre créé le 3e bataillon du 18e léger[1]
  • En 1855, les régiments d’infanterie légère sont transformés en infanterie de ligne, et sont numérotés de 76 à 100. Le 18e prend le nom de 93e régiment d’infanterie de ligne.

93e RI[modifier | modifier le code]

  • 1706 : régiment d'Enghien
  • 1791 : 93e régiment d'infanterie.
  • 1794 : 93e demi-brigade de bataille.
  • 1796 : 93e demi-brigade de ligne
  • 1803 : 93e régiment d'infanterie de ligne.
  • 1815 : dissous.
  • 1855 : 93e régiment d'infanterie de ligne.
  • 1882 : 93e régiment d'infanterie.
  • 1920 : dissous (traditions gardées par le 65e régiment d'infanterie de ligne).
  • 1939 : 93e régiment d'infanterie.
  • 1940 : dissous.
  • 1945 : 93e régiment d'infanterie.
  • 1946 : 93e bataillon d'infanterie.
  • 1948 : 93e régiment d'infanterie.
  • 1964 : Dissous.
  • 1979 : 93e régiment d'infanterie.
  • 1997 : dissous.

Colonels / Chef de brigade[modifier | modifier le code]

Régiment d'Enghien
  • 1706-1709 : Louis de Beaupoil, marquis de Sainte-Aulaire tué à Rumersheim (Alsace), le 16 août 1709.
  • 1709-1726 : Léon de Madaillan de Lesparre, marquis de Lassay
  • 1726-1744 : Louis-Gabriel des Acres comte de L'Aigle
  • 1744-1747 : Louis-Joseph de Beaumont, marquis d'Autichamps, tué à Lawfeld (Pays-Bas) le 21 juillet 1747
  • 1747-1750 : Jean-François, comte de Belly
  • 1750-1758 : François-Alexandre comte de Polignac
  • 1758-1760 : Antoine de Malvin, chevalier de Montazet
  • 1760-1762 : François Auson de Lamerville
  • 1762-1784 : Charles de Malvin, marquis de Montazet
  • 1784-1791 : Marie marquis de Goulet
  • 1791-1792 : Sylvain, Joseph chevalier de Grammont

93e demi-brigade de première formation

93e demi-brigade de deuxième formation

18e demi-brigade d'infanterie légère

93e régiment d’infanterie de ligne

18e régiment d'infanterie légère

Légion du Vaucluse

18e Régiment d'infanterie légère
  • 1823-1825 : Jean-Joseph Coste
  • 1825-1829 : Joseph, Marie, Benoît comte de la Moussaye
  • 1829-1830 : Jean-Baptiste Deniset
  • 1830-1832 : Jean, Claude, Henry Breton
  • 1833-1836 : Paul, Nicolas Humblet
  • 1836-1842 : Jean-François Thierry
  • 1842-1848 : Charles, Thomas Henry
  • 1848-1852 : Pierre, Joseph, Augustin, Marie Bonini
  • 1852-1856 : Léon, Jacques Parson

93e Régiment de ligne
  • 1856-1857 : Eugène, Jacques, Charles Paulze d'Ivoy
  • 1857-1866 : Jules, Louis, Marie Pissonet de Bellefonds

93e Régiment d'infanterie
  • 1866-1874 : Louis, Jean-Baptiste Ganzin
  • 1874-1881 : Émile, Auguste Heintz
  • 1881-1886 : Georges Lecluze
  • 1886-1890 : Charles, Marie, Louis, comte Boscal de Réals
  • 1890-1896 : Gustave, Étienne Ragaine
  • 1896-1902 : Groth
  • 1902-1903 : Bérard
  • 1903-1904 : Micheau
  • 1904-1906 : d'Arazc
  • 1906-1910 : de Villaret
  • 1910-1914 : de Laporte d'Huste

  • 1918-1922 : Berducou
  • 1939-1940 : Moreau
  • 1940 : Le Balle
  • 1944-1945 : Germain (Régiment du maquis).

  • 1946-1947 : Chef de Bataillon Bernachot
  • 1947-1948 : Lt-Colonel Besson
  • 1948-1950 : Colonel Ginestet
  • 1950-1952 : Colonel Micheau
  • 1952-1954 : Colonel Prud'homme
  • 1954-1955 : Colonel Sarraute-Darrivière
  • 1955-1956 : Lt-Colonel Chalandon
  • 1957-1958 : Colonel Jaud
  • 1958-1960 : Colonel Charlet
  • 1960-1961 : Colonel Gazeau
  • 1961-1962 : Colonel Abrial
  • 1962-1964 : Lt-Colonel Thozet
  • 1979 : Colonel (CR) Vernant
  • 1979-1983 : Lt-Colonel (CR) Muller
  • 1983-1986 : Lt-Colonel (CR) Crombe
  • 1986-1988 : Lt-Colonel (CR †) Hervé
  • 1988-1993 : Lt-Colonel (CR †) Laudren
  • 1993-1996 : Colonel (CR) Louis
  • 1996-1997 : Lt-Colonel (CR) Cochin

Historique des garnisons, combats et batailles du 93e RI[modifier | modifier le code]

  • Sur Mer 1803-1806
  • Allemagne 1807-1809
  • Espagne 1808-1811
  • Russie 1812
  • Allemagne 1813-1814
  • Belgique 1815.
  • Corse 1794-1795
  • Italie 1796-1800
  • Allemagne 1805-1809
  • Espagne 1810-1811
  • Russie 1812
  • Allemagne 1813
  • France 1814
  • Algérie 1855-1859
  • France 1870-1871
  • Tunisie 1881
  • Grande Guerre 1914-1918
  • France 1939-1940
  • Libération 1944-1945
  • A.F.N. 1956-1962.

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Guerres de la Révolution et de l'Empire[modifier | modifier le code]

Second Empire[modifier | modifier le code]

Képi d'infanterie de ligne

1870 à 1914[modifier | modifier le code]

Au 1er août 1870, le 93e régiment d'infanterie fait partie de l'Armée du Rhin.
Avec le 94e régiment d'infanterie du colonel de Geslin, le 93e forme la 2e brigade aux ordres du général Colin. Cette 2e brigade avec la 1re brigade du général Becquet de Sonnay, trois batteries de 4 et une compagnie du génie constituent la 3e division d'infanterie commandée par le général de division Lafont de Villiers. Cette division d'infanterie évolue au sein du 6e corps d'armée ayant pour commandant en chef le maréchal Canrobert.

Article détaillé : Régiment de marche.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le 93e RI est formé à La Roche-sur-Yon.
En 1914 : casernement La Roche-sur-Yon, 42e brigade d'infanterie, 21e division d'infanterie, 11e corps d'armée.
Ce régiment était composé principalement de Vendéens, d'où l'origine de son insigne.

1914[modifier | modifier le code]

  • Sedan (15 oct), Belgique: Bouillon (16 août), La Chapelle… La retraite Martincourt, Stenay…
  • Aisne : Vendresse, Touteron, Bataille de la Marne (6 et 13 septembre), Mourmelon (19 septembre).
  • Course à la mer, Combat de la Boisselle (28 septembre).
  • août 1914 : Colonel Hétet, grièvement blessé dans la nuit du 7 au 8 septembre 1914 à Fère-Champenoise (51) il est remplacé par le Lieutenant-Colonel Jahan, lequel est tué le 25 septembre 1915 lors d'une offensive en Champagne, à Tourbe. Le Commandant Lafouge devient chef du régiment, ayant obtenu le grade de Lieutenant-Colonel, il est grièvement blessé au Chemin des Dames le 27 mai 1918. Le 27 mai 1918, le Capitaine Delafosse devient commandant provisoire du régiment. Le 7 juin 1918, le Lieutenant-Colonel Berducou prend le commandement jusqu'à l'Armistice.

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

Article détaillé : frères Ruellan.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Formé le 9 septembre 1939 sous les ordres du Lieutenant-Colonel Le Balle, il appartient à la 7e Division d'Infanterie. Région Militaire, Centre Mobilisateur d'infanterie ; Réserve A RI Type NE ; il est mis sur pied par le CMI 43.

Guerre d'Algérie[modifier | modifier le code]

En 1946, Il s'installe à la Caserne Charras à Courbevoie et dans le camp léger de Frileuse.

En 1957, le 93e RI, constitué en demi-brigade, sous les ordres du colonel Jaud, est transféré au Maroc, à Oujda, puis en Algérie. Le 93e RI rejoint Inkermann, canton de Relizane, dans le département d'Oran. La 2° compagnie du 93 est détachée à Ammi Moussa. L'unité a pour mission de contrôler la wilaya de Relizane et la valée du Chélif, et de combattre dans les monts de l'Ouarsenis.

Au cessez-le-feu du 19 mars 1962 en Algérie - Le 93°RI créé comme 91 autres régiments, les 114 unités de la Force locale (Accords d'Evian du 18 mars 1962). Le 93° RI forme trois unités de la Force locale de l'ordre algérienne, la 485°486°UFL-UFO composés de 10 % de militaires métropolitains et de 90 % de militaires musulmans, qui pendant la période transitoire devaient être au service de l'exécutif provisoire Algérien, jusqu'à l'indépendance de l'Algérie.

Drapeau[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[5],[6] :

Fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918

93e régiment d'infanterie de ligne - drapeau.svg

Photographie de l'A.A.93.RI

Décorations et citations[modifier | modifier le code]

  • " Le général en chef a été très content de la bravoure, de l'ordre et de la discipline du 93e régiment", Général Duchesne, 1805.
  • " La charge du 18e Léger fut extrêmement brillante ; il est impossible d'aborder l'ennemi avec plus de confiance et d'audace", Maréchal Marmont, 1809.
  • " Vous voyez bien qu'il n' y a rien d'impossible avec de tels hommes", Napoléon Ier, 1809.

Devise[modifier | modifier le code]

À de tels hommes rien d'impossible


(Cette devise provient de la louange demeurée historique, prononcée par l'Empereur le soir de la bataille de Wagram, pour célébrer le courage des combattants du 93e RI).

Personnages célèbres ayant servi au 93e RI[modifier | modifier le code]

Mentions littéraires[modifier | modifier le code]

Les principaux personnages de 14, le roman de Jean Echenoz paru en octobre 2012, font partie de ce régiment de ligne[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de l'infanterie en France de Victor Louis Jean François Belhomme Vol 5 page 150
  2. alain.aussedat.free.fr,
  3. Opération du 13e corps et de la 3e armée durant le Siège de Paris (1870) par le général Vinoy, pages 7 et 15
  4. « Jules, Marie, Ange Ruellan », sur Mémoire des hommes, Ministère de la Défense (France) (consulté le 8 septembre 2015)
  5. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007
  6. Arrêté relatif à l'attribution de l'inscription AFN 1952-1962 sur les drapeaux et étendards des formations des armées et services, du 19 novembre 2004 (A) NORDEF0452926A Michèle Alliot-Marie
  7. 14, Jean Echenoz, éditions de Minuit, 2012 (ISBN 9782707322579), p.18.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Recueil d'Historiques de l'Infanterie Française, par le général Andolenko, éd. Eurimprim, 1969

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]