155e régiment d'infanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

155e Régiment d'Infanterie de ligne
Image illustrative de l’article 155e régiment d'infanterie
Insigne régimentaire du 155e régiment d'infanterie de forteresse (1939).

Création 1813
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type régiment d'infanterie
Rôle infanterie
Inscriptions
sur l’emblème
Weissig 1813
Champagne 1915
Mort-Homme 1916-1917
L'Aisne 1917
Le Matz 1918
Montdidier 1918
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Campagne d'Allemagne
Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Fourragères aux couleurs du ruban de la Médaille militaire
Décorations Croix de Guerre 1914-1918
quatre palmes

Le 155e régiment d'infanterie (155e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française créé sous le Premier Empire à partir de quatre cohortes du premier ban de la garde nationale.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • 1813 : 155e régiment d'infanterie de ligne.
  • 1814 : Dissous.
  • 1887 : 155e régiment d'infanterie.
  • 1914 : À la mobilisation, il donne naissance au 355e régiment d'infanterie
  • 1923 : Dissous (traditions gardées par le 94e RI).
  • 1936 : 155e régiment d'infanterie de forteresse de la Meuse.
  • 1940 : Dissous.

Colonels - Chefs-de-brigade[modifier | modifier le code]

  • ...
  • 25 décembre 1911 - 27 septembre 1914 : Colonel de Mac-Mahon (*)
  • 1915 - 1918 : Lieutenant Colonel Étienne
  • ...
  • 1935 - 1939 : Colonel Epp.
  • 1939 - 11 juin 1940 : Colonel Culot.
  • 12 juin 1940 - : Lieutenant-Colonel Dupeux.

(*) Officier qui devint par la suite général de brigade. (**) Officier qui devint par la suite général de division.

Colonels tués ou blessés en commandant le régiment pendant cette période :

Officiers blessés ou tués en servant au 155e entre 1808 et 1814 :

Officiers tués :
Officiers morts de leurs blessures :
officiers blessés :

Historique des garnisons, combats et batailles du 155e RI[modifier | modifier le code]

Révolution française et Premier Empire[modifier | modifier le code]

De 1815 à 1848[modifier | modifier le code]

Deuxième République[modifier | modifier le code]

Second Empire[modifier | modifier le code]

De 1871 à 1914[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1914 ; Casernement : Commercy (quartier Oudinot), 6e corps d'armée, 79e Brigade d'Infanterie ;

1914[modifier | modifier le code]

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

Février - mars : Mort-Homme
Avril: Cumières

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

  • Oise : Devant Compiègne
  • Début août : La Bataille de Picardie
  • « Type du régiment de l'Est, qui a su au cours de la guerre justifier la confiance de la Patrie. » Général Caron, 1918.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Formé en août 1939 sous le nom de 155e régiment d'infanterie de forteresse, affecté au secteur fortifié de Montmédy (Sous-secteur de la Tête de Pont de Montmédy). Région Militaire, Centre Mobilisateur d'infanterie ; réserve A R.I.F. type Metz/Lauter ; CMI 24 Stenay / Montmedy.

Pendant l'hiver 1939, La Ferté fut tout de même renforcé par des éléments implantés autour de lui, comme des maisons fortes, des blockhaus, des caves bétonnées des obstacles de rails et de barbelés. Le 10 mai 1940, les Allemands déclenchent leur offensive vers l'ouest. Le 13, ils franchissent la Meuse à Sedan et se rapprochent très vite de l'ouvrage de La Ferté qui se trouve dans la nuit du 14 au 15 sur la ligne de défense française. Il est alors occupé par 107 hommes du 155e régiment d'infanterie de forteresse (R.I.F.) commandés par le lieutenant Bourguignon et deux autres officiers sur les 146 hommes initialement affectés à l'ouvrage. Les 39 hommes restants ayant été dépêchés à La Ferté-sur-Chiers[réf. nécessaire], pour aider à la défense du village. C'est alors que le commandant allemand décide de neutraliser La Ferté et le village fortifié de Villy qui flanque l'ouvrage vers le nord et est défendu par des hommes du 23e régiment d'infanterie coloniale. L'ennemi concentre d'importants moyens d'artillerie.

La garnison de Villy va résister courageusement trois jours aux attaques allemandes. Mais le 18 mai, à bout de ressources, elle est obligée de cesser le combat et de se rendre. Parmi les combattants survivants figurent une vingtaine d'hommes du 155e régiment de forteresse, ils sont faits prisonniers et envoyés en Allemagne, dont certains au Stalag VI-A. L'ouvrage de La Ferté se retrouve alors seul face à l'ennemi. Le même jour, dès 18 heures, les Allemands lancent une préparation du terrain avec 250 pièces d'artillerie dont les redoutables canons de 88 qui s'en prennent aux cloches du bloc 2. L'attaque principale débute le 18 mai en fin d'après-midi. Un créneau de la cloche du bloc 2 est touché par un obus qui explose à l'intérieur.

Les hommes qui s'y trouvent sont tués. La tourelle à éclipse est également endommagée et ne peut plus bouger. Des pionniers allemands se lancent à l'assaut de l'ouvrage, font sauter les créneaux de tir des cloches blindées, culbutent la tourelle et introduisent des charges de neutralisation. Le 19 mai à 5h39 du matin, La Ferté ne répond plus. La plupart des 107 soldats français de l'équipage sont morts par asphyxie.

À proximité de l'ouvrage, un monument en hommage aux héros de Villy-La Ferté rappelle le sacrifice des 107 défenseurs dont la plupart sont enterrés dans la nécropole nationale de Villy.

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Drapeau[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[1]:

Fourragère aux couleurs de la Médaille militaire

155e régiment d'infanterie de ligne-drapeau.svg

Décorations[modifier | modifier le code]

Sa cravate est décorée de la Croix de Guerre 1914-1918 avec 4 palmes (quatre citatations à l'ordre de l'armée)Croix de guerre 1914-1918 française.jpg.

Il a le droit au port de la Fourragère aux couleurs du ruban de la Médaille militaire décernée le 7 octobre 1918.

Traditions et uniformes[modifier | modifier le code]

Insigne[modifier | modifier le code]

Devise[modifier | modifier le code]

Faits d'armes faisant particulièrement honneur au régiment[modifier | modifier le code]

  • Weissig 1813.

Personnages célèbres ayant servi au 155e RI[modifier | modifier le code]

  • Lucien Osty, alias Jean Lartéguy, écrivain (en tant qu'engagé volontaire pour la campagne de 1939-1940, rejoindra ensuite le 5e Régiment d'infanterie en tant qu'officier et participera à la guerre de Corée),

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Archives militaires du Château de Vincennes.
  • À partir du Recueil d'Historiques de l'Infanterie Française (Général Andolenko - Eurimprim 1969).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]