La Houssière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Houssière
Rue du village.
Rue du village.
Blason de La Houssière
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine
Département Vosges
Arrondissement Saint-Dié-des-Vosges
Canton Gérardmer
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Neuné
Maire
Mandat
Roger Cronel
2014-2020
Code postal 88430
Code commune 88244
Démographie
Gentilé Husselet(te)s
Population
municipale
593 hab. (2013)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 11′ 46″ N 6° 51′ 15″ E / 48.1961111111, 6.8541666666748° 11′ 46″ Nord 6° 51′ 15″ Est / 48.1961111111, 6.85416666667
Altitude 490 m (min. : 436 m) (max. : 750 m)
Superficie 19,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Houssière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Houssière

La Houssière est une commune française située dans le département des Vosges, en région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine.

Ses habitants sont appelés les Husselets.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Houssière sous la neige

La commune est située dans une vallée traversée par le Neuné, affluent droit de la Vologne, à 3 km de Corcieux et 17 km de Saint-Dié-des-Vosges. L'habitat y est très dispersé, dans les hameaux : la Côte, Cours Beheu, l'Épaxe, Grand Bois, Vanémont, Rouges-Eaux.

Le territoire de la commune a la particularité d'héberger deux gares de la ligne Épinal-Saint-Dié, dénommées La Houssière et Corcieux-Vanémont. Il s'étend aussi vers le nord par un vaste domaine boisé bordé par la Mortagne. On y trouve de jolis points de vue - Roche du Corbeau, Roche des Fées - mais le point culminant est au sud où le mont Thiriville atteint 750 m.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Houssière, comme houssaie, désigne un endroit où le houx croît en abondance.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières origines de La Houssière remontent à Charlemagne.

Sous l'Ancien Régime, La Houssière appartenait au bailliage de Bruyères et était comprise dans le doyenné de Corcieux, qui était sous la juridiction du duc de Lorraine et de l’église de Remiremont. Le duc était seul haut justicier. Au spirituel, La Houssière était également annexe de la cure de Corcieux.

Par testament en date du 29 décembre 1895, Jean-Baptiste Marchal, ancien maire, a légué la quasi-totalité de sa fortune à la municipalité, à condition que celle-ci fasse aménager sa maison en hospice pour les membres de sa famille et les vieillards de la commune. Après d'importants travaux de réfection et d'agrandissement, l'hospice a commencé à fonctionner en 1900. Ayant cessé toute activité depuis 1931, l'hospice a été supprimé par arrêté préfectoral en date du 1er mars 1985[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Jean-Nicolas Renard (1841-1926)   Cultivateur négociant
    Jean-Paul Boulanger    
mars 2001 en cours
(au 18 février 2015)
Roger Cronel   Professeur retraité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 593 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
689 713 829 1 002 1 083 924 964 926 855
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
855 825 859 827 836 770 803 887 926
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
967 847 792 763 848 756 778 817 756
1975 1982 1990 1999 2005 2008 2010 2013 -
791 684 607 618 584 579 571 593 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Madeleine, construite en 1834 par transformation d une chapelle datant de 1666. Le chemin de croix est remarquable ; il est inspiré du chemin de croix de l'église de Vienne en Autriche. Il a été béni en l'église de La Houssière le 21 octobre 1866. Qualifié par l'évêque Clavelot de "plus beau de son diocése", il est inscrit au patrimoine des monuments protégés et il est répertorié à Vienne en Autriche. Les tableaux sont en cours de restauration.
    • Dans le clocher, les trois cloches de la première chapelle ont été refondues. Les trois nouvelles furent baptisées en 1895 et mises en place en 1900. Elles se nomment Virginie Célina Marie Odile (1,21 mètres de diamètre, 1000 kg), Élisabeth(1,08 m 740 kg) et Justine Marie Léonie Céleste (0,97 m 520 kg).
  • Haut-fer de Brouaumont : scierie hydraulique datant de 1841.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules à la bande d'argent chargée de trois feuilles de houx de sinople, accompagnée en chef d'une tour d'or.
Commentaires : La bande indique que nous sommes en Lorraine. Les feuilles de houx rappellent l'étymologie du nom de la commune. La Houssière faisait partie du fief de La Tour qui avait son château à Corcieux, d'où la tour en chef[4].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]