Saint-Michel-sur-Meurthe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Michel.
Saint-Michel-sur-Meurthe
Vue générale.
Vue générale.
Blason de Saint-Michel-sur-Meurthe
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Saint-Dié-des-Vosges
Canton Saint-Dié-des-Vosges-1
Intercommunalité CA de Saint-Dié-des-Vosges
Maire
Mandat
William Mathis
2014-2020
Code postal 88470
Code commune 88428
Démographie
Gentilé Michellois
Population
municipale
1 939 hab. (2014)
Densité 125 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 19′ 06″ nord, 6° 53′ 15″ est
Altitude 314 m
Min. 301 m
Max. 658 m
Superficie 15,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

Voir sur la carte administrative de Lorraine
City locator 14.svg
Saint-Michel-sur-Meurthe

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

Voir sur la carte topographique de Lorraine
City locator 14.svg
Saint-Michel-sur-Meurthe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Michel-sur-Meurthe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Michel-sur-Meurthe

Saint-Michel-sur-Meurthe est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Michellois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Michel occupe la rive gauche de la Meurthe au nord et à l'ouest du massif de la Madeleine et au nord du Haut Jacques. Elle est limitée au sud-ouest par deux collines appelées Les Jumeaux, et est bordée à l'ouest par les communes de La Bourgonce, La Salle et Nompatelize.

Le territoire situé entre le bassin de la Meurthe et la montagne est constitué de collines adoucies présentant des irrégularités de relief.

Communes limitrophes de Saint-Michel-sur-Meurthe
Nompatelize Nompatelize
La Voivre
La Voivre
La Bourgonce Saint-Michel-sur-Meurthe Saint-Dié-des-Vosges
Mortagne Saint-Dié-des-Vosges Saint-Dié-des-Vosges

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune de 1 554 ha est arrosée par trois ruisseaux, le Battant recevant le Maubré, le Dirampré recevant le Lachoir et le Tiregoutte, et la Morte.

Des recherches ont été faites au XIXe siècle par Victor Alphonse Blaise, instituteur (Bulletin de la Société de Géographie de l'Est de 1886) montrant qu'il existe à Saint-Michel-sur-Meurthe des sources d'eau salée dans le fond de la vallée de Sauceray (Saulceray, Saucera) « aux quatre sources salées », de même qu'il existe des sources intermittentes au pied de la Roche des Hauts-Champs [1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Il existe un grand axe traversant la commune du nord-ouest au sud-est appelé Voie Romaine ou voie de Parupt ou paru (void de Paru). Cet axe reliait la région de Langres à la plaine d'Alsace en passant par Rambervillers, le col du Haut du Bois, le Hoste du Bois (La Salle) et sa carrière de meules (rhyolite), Saint-Michel-sur-Meurthe et Saint-Dié-des-Vosges.

La RN 59, reliant Saint-Dié-des-Vosges à Nancy, borde la commune à l'est. Une zone artisanale a été délimitée à proximité de cette nationale, offrant environ 600 emplois, notamment dans les domaines du plastique. La départementale D32, menant à Épinal (46 km) par le col du Haut du Bois, contourne l'agglomération par le nord.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

À l'origine, le village, dépourvu de centre, comme il est de tradition dans les bonnes communautés de la montagne vosgienne, possédait un habitat formé de nombreux hameaux dispersés en constellation : Bréhimont, les Feignes, Sauceray, Herbaville, les Baraques, la Gare, le Closé, les Fourneaux... et enfin la Vacherie (lieu de la pesée et de l'abattage des bêtes) devenue récemment le Centre, à proximité de l'ancienne mairie-école.

L'urbanisation récente l'a de plus en plus bordée de nouvelles habitations reliant ces différents hameaux. L'église, située au centre et sur un sommet dominant la commune, est comme un signal fort rassemblant ces hameaux. La commune est reliée par de nombreux chemins au tracé traditionnel, longeant le parcellaire.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porte le nom de Belmont[2].

En 1880, la commune de Saint-Michel devient Saint-Michel-sur-Meurthe[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église et le calvaire.
Petite église Notre-Dame-de-Galilée à Saint-Dié.
Le calvaire devant l'église.
Église, ancien clocher à bulbe [3].

Saint-Michel est une communauté du haut ban d'Étival, happée dans l'orbite économique de Saint-Dié très tôt, bien avant le XVe siècle. Elle a dépendu tant en justice qu'en administration de l'abbaye et du chapitre prémontré d'Étival. En 1710, la communauté s'émancipe partiellement en rejoignant le bailliage de Saint-Dié. Un recours est possible à Saint-Dié, mais les habitants sont toujours sujets en première instance d'Étival puisqu'ils forment une communauté du haut ban d'Etival.

L'unité de la commune s'est faite autour d'une chapelle sur une éminence, le Belmont. La petite église de Bréhimont desservie par un vicaire résidant à Nompatelize, a été reconstruite en grande église pour la nouvelle paroisse en 1772. Cet endroit sur une portion de cône ébréché de volcan fut précédemment un lieu de culte dédié au Belenos gaulois puis au Mercure gallo-romain[4].

Carte de Saint-Michel-sur-Meurthe par Aphonse Blaise (1885).
Bulletin de la Société de Géographie de l'Est_1886_carte_étude eau_Saint Michel_de Alphonse BLAISE

Alphonse Blaise, instituteur originaire de Saint Michel, publie de 1884 à 1886, de nombreux articles sur l'histoire et la géographie de cette commune dans le Bulletin de la Société philomatique vosgienne et dans le Bulletin de la Société de géographie de l'Est. Ces articles sont complétés par plusieurs croquis et cartes[5].

Cette église fut détruite durant la Première Guerre mondiale[6]. Il existait alors un clocher à bulbe comme celui de l'église de La Bourgonce. À sa reconstruction en 1924, seule la parie centrale du clocher a été conservée.

Le nom de Belmont fut repris pour désigner la commune sous la Révolution. La population en l'an XII se maintient à 1051 habitants, une grande partie de la population autour du maire Michel Antoine Lallemend (1764-1836), maire de Saint-Michel de 1793 à 1830, a maintenu en cachette la foi de leurs ancêtres. Les six kilomètres qui séparent ce groupe dévot de Saint-Dié, enfoncé dans l'irréligion chrétienne, deviennent un chemin de grâce lorsqu'il sauve de la dégradation, en 1797, par son rachat, l'ensemble cloître et surtout la petite église Notre-Dame de Galilée[7]. Celle-ci fut redonnée au clergé le [8]. notice historique du Cercle cartophile Vosgien par Michel Dieudonné [9]

En 1830, la population s'élève à 1266 habitants. Le recensement statistique des Vosges en 1840 relève que 1495 habitants vivent dans 230 maisons. Les 1554 ha du territoire communal se divisent en 545 ha de terres labourables, 420 ha de prés, 505 ha de bois et 15 de jardins et vergers. L'école communale accueille 102 élèves alors une école privée compte 190 élèves. À côté des activités de culture fournissant blé, seigle, orge, avoine, pois, lins, chanvre, sarrasins, pommes de terre, l'élevage traditionnel alimente en partie le commerce de bétail. Cinq moulins à grains et un actif commerce de bois sont présents dans la commune traversée par la route départementale no 3 d'Épinal à Saint-Dié. La carrière de rhyolite à Bréhimont pourvoit les pierres dures nécessaires à la réfection de la chaussée.

Pendant la guerre de 1870, le 5 et 6 octobre, les Prussiens envahissent Saint Michel, Nompatelize et La Bourgonce venant de Raon l'Etape et d' Etival. Un important combat a eu lieu depuis Biarville sur la crête des Mollières. Une description de ces combats est faîte dans le livre de Erckmann et Chatrian "Contes vosgiens" "le récit du père Jérome" [10]

Au début du XXe siècle, il existait quelques entreprises de type industriel qui généraient une activité autre qu'agricole et qui permettaient un complément de revenu à la population de Saint-Michel. Il y avait une filature Witz-Feltz[11] située près de la gare (bombardée à la guerre de 1914), une entreprise de tissage située à Sauceray, et l'entreprise Blaise-Legras située à Brehimont, qui fabriquait des stores en bois.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1990 Georges Phélipeaux    
1990 en cours
(au 18 février 2015)
William Mathis RPR, UMP Professeur des écoles
Conseiller général du canton de Saint-Dié-des-Vosges-Ouest (2001-2015)

Finances locales[modifier | modifier le code]

En 2015, les finances communales était constituées ainsi[12] :

  • total des produits de fonctionnement : 1 613 000 , soit 776 par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 1 078 000 , soit 519 par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 897 000 , soit 432 par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 1 216 000 , soit 585 par habitant ;
  • endettement : 7 000 , soit 3 par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 19,53 % ;
  • taxe foncière sur le bâti : 11,23 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 19,60 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 18,07 %.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[14],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 939 habitants, en diminution de -4,48 % par rapport à 2009 (Vosges : -1,78 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
973 1 019 1 094 1 158 1 370 1 475 1 495 1 527 1 467
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 491 1 541 1 471 1 403 1 247 1 236 1 223 1 200 1 348
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 289 1 134 1 222 1 170 1 226 1 108 1 191 1 250 1 307
1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014 - -
1 420 1 567 1 797 1 951 2 025 2 023 1 939 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Ancienne usine filature witz Feltz.
  • Numalliance, fabricant de machines à commande numérique pour le travail du fil, du tube et du feuillard métallique[16]
  • Alsia
  • Faurecia
  • SB Imprimeurs
  • Agriculture[17].
  • Ancienne usine filature witz Feltz.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Michel.
  • Monuments commémoratifs[18] :
    • Monument aux morts ;
    • Plaque commémorative du 140e régiment d'infanterie alpine (R.I.A.) ;
    • Plaque commémorative du 140e régiment d'infanterie (140e R.I.) ;
    • Tombe collective 1870-1870 ;
    • Le calvaire du souvenir 1914-1918[19].

Croix de chemins[modifier | modifier le code]

De nombreuses croix, en grès des Vosges, situées aux croisées des chemins, marquent le paysage et rappellent l'histoire et la culture du village jusqu'au XIXe siècle[20]. La plupart ont été élevées pour conserver le souvenir d'un fait mémorable ou en signe d'expiation. La croix située sur le chemin Void de Parupt rappelle la mort en 1207 de Mahérus, grand-prévôt de la cathédrale de Saint-Dié, oncle de Thiébaut, duc de Lorraine, assassiné par ce dernier en représailles de l'assassinat par Mahérus, le 27 mars 1217 à La Bourgonce, de Renaud de Senlis, évêque de Toul.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Paul Robert, curé de la paroisse pendant presque quarante ans, en particulier pendant l'entre-deux-guerres et le Seconde Guerre mondiale.
  • Eugène Villaume[21], né à Saint-Michel Herbaville en 1853, charpentier_menuisier, s'expatrie en Amérique du Nord, en 1873, avec son frère Joseph. Ils rejoignent leur frère Victor, déjà expatrié en 1866. Ce dernier avait rejoint son oncle, Joseph Villaume (1812-), expatrié en 1849 à Saint Paul (Minnesota), où il tenait un hôtel. Les frères Villaume créent une entreprise de fabrication de boîtes en bois et de conteneurs, la Villaume Box and Lumber Company, à Saint Paul ; elle développe sa fabrication en produits du bâtiment, moulures, châssis, portes, stores et charpentes préfabriquées. Cette entreprise employait 250 personnes à la mort d'Eugène en 1933, et jusqu'à 1 500 personnes entre 1942 et 1945. Elle a fabriqué dans cette période les planeurs pour le débarquement de la Seconde Guerre mondiale. En 1919, Eugène Villaume fait un don de 10 000 dollars pour la réfection de l'église de Saint-Michel détruite pendant la guerre de 14-18. Actuellement, l'entreprise fête ses 125 ans ; elle est tenue par Nick Linsmayer, descendant d'Eugène.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Michel-sur-Meurthe Blason D'azur au Saint Michel d'or accompagné en pointe d'une rivière d'argent.
Détails C'est un parfait exemple d'armes parlantes illustrant le nom de la localité.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Bulletin de la Société de géographie de l'Est_T1_1884_notice_Saint Michel_par Alphonse BLAISE[29]
  • Bulletin de la Société de géographie de l'Est_T2_1884_notice_Saint Michel_par Alphonse BLAISE[30]
  • Bulletin de la Société de géographie de l'Est_T3_1884_notice_Saint Michel_par Alphonse BLAISE[31]
  • Bulletin de la Société de géographie de l'Est_1886_carte 01_étude eau_Saint Michel_par Alphonse BLAISE[32]
  • Bulletin de la Société de géographie de l'Est_1886_carte 02_étude eau_Saint Michel_par Alphonse BLAISE[33]
  • Bulletin de la Société de géographie de l'Est_1886_géologie_étude eau_Saint Michel_par Alphonse BLAISE[34]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Alphonse Blaise, Paul Guyot, chimiste à Dombasle, « Analyse des sources de Saint Michel, rapport », Bulletin de la Société philomatique vosgienne.
  2. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. L'église fut détruite durant la guerre de 1914-1918
  4. Les dieux des Gaulois
  5. [PDF] Alphonse Blaise, Notice historique sur Saint Michel sur Meurthe.
  6. La commune a été décorée le de la croix de guerre 1914-1918 (communes décorées de la Croix de guerre 1914-1918 sur memorialdormans.free.fr).
  7. L'église Notre-Dame de Galilée sur tourisme-saint-die-des-vosges.fr.
  8. [PDF] Abbé E. L'Hote, Études historiques sur Notre-Dame de Galilée à Saint-Dié, 1886.
  9. [PDF] Cercle cartophile Vosgien_Michel DIEUDONNE _historique de Notre Dame de Galilée à St Dié_M A LALLEMEND maire de St Michel
  10. [PDF] guerre de 1870_Erckmann-Chatrian
  11. Fonds Witz et Feltz, tissage de coton, aux archives départementales (1872-1968).
  12. « Les comptes de la commune », sur alize2.finances.gouv.fr (consulté le 24 novembre 2016).
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  16. Site Numalliance
  17. « maisons et fermes du 17e au 19e siécles », notice no IA88000252, base Mérimée, ministère français de la Culture enquête thématique régionale (architecture rurale des Hautes-Vosges)
  18. Monuments commémoratifs sur memorialgenweb.org.
  19. Le grand calvaire du souvenir sur petit-patrimoine.com.
  20. [1]|Croix de chemin sur fr.geneawiki.com.
  21. [2]|Eugène VILLAUME_1853_Herbaville_St Paul Minnesota], [3]|Eugène VILLAUME_1853_Herbaville_St Paul Minnesota
  22. [PDF][4]|Cloche de l'église de Saint Michel_1787_historique
  23. [PDF][5]|Le Chateau de Mahérus_de_Lorraine_1203_La Madeleine_Saint Michel_croix Mahérus_Void de Parupt_1887_par l'abbé Ch CHAPELIER
  24. [PDF][6]|Chateau de Clermont_Mahérus_La Madeleine
  25. [PDF] [7]|notice historique sur Saint Michel sur Meurthe par Alphonse BLAISE_1885
  26. [PDF] [8]|légende de Sainte Claire par Alphonse BLAISE_1891
  27. [PDF] [9]|Bulletin de la Société philomatique vosgienne_analyse des sources de Saint Michel_rapport Alphonse BLAISE_Paul GUYOT chimiste à Dombasle
  28. [PDF]
    Etudes historiques sur Notre Dame de Galilée à Saint Dié par l'abbé E. L'HOTE_1886_rachat par Michel Antoine LALLEMEND maire de Saint Michel le 19/12/1797_"comment la petite-église échappa à la destruction et à l'hérésie"

    [10]|Etudes historiques sur Notre Dame de Galilée à Saint Dié par l'abbé E. L'HOTE_1886_rachat par Michel Antoine LALLEMEND maire de Saint Michel le 19/12/1797_"comment la petite-église échappa à la destruction et à l'hérésie"

  29. [PDF]
    BLAISE alphonse SOC géo est 1884 T1 notice St Michel 000 00 01

    [11]Bulletin de la Société de géographie de l'Est_T1_1884_notice_Saint Michel_par Alphonse BLAISE

  30. [PDF] [12]|]Bulletin de la Société de géographie de l'Est_T2_1884_notice_Saint Michel_par Alphonse BLAISE
  31. [PDF] [13]|Bulletin de la Société de géographie de l'Est_T3_1884_notice_Saint Michel_par Alphonse BLAISE
  32. [PDF] [14]|Bulletin de la Société de géographie de l'Est_1886_carte 01_étude eau_Saint Michel_par Alphonse BLAISE
  33. [PDF] [15]|Bulletin de la Société de géographie de l'Est_1886_carte 02_étude eau_Saint Michel_par Alphonse BLAISE
  34. [PDF] [16]|Bulletin de la Société de géographie de l'Est_1886_géologie_étude eau_Saint Michel_par Alphonse BLAISE