161e division d'infanterie (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 161e division d'infanterie.
161e division d'infanterie
Création 1er novembre 1916
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Division d'infanterie
Rôle Infanterie
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles 1918 - 4e Bataille de Champagne
1918 - Offensive des Cent-Jours
(Bataille de Somme-Py)
(Bataille de Champagne et d'Argonne)

La 161e division d'infanterie est une division d'infanterie de l'armée de terre française qui a participé à la Première Guerre mondiale.

Les chefs de la 161e division d'infanterie[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

  • Infanterie
163e Régiment d'Infanterie d'octobre 1916 à novembre 1918
215e Régiment d'Infanterie d'octobre 1916 à septembre 1918 (dissolution)
253e Régiment d'Infanterie d'octobre 1916 à septembre 1917 (dissolution)
363e Régiment d'Infanterie de septembre 1917 à novembre 1918
369e Régiment d'Infanterie US de juillet à novembre 1918
  • Cavalerie
1 escadron du 5e régiment de chasseurs d'Afrique d'octobre 1916 à janvier 1917
1 escadron de janvier à juillet 1917 puis 2 escadrons du 14e régiment de chasseurs à cheval de juillet 1917 à novembre 1918
  • Artillerie
1 groupe de 75 du 9e régiment d'artillerie de campagne d'octobre 1916 à juillet 1917
2 groupes de 80 du 57e régiment d'artillerie de campagne d'octobre 1916 à juillet 1917
3 groupes de 75 du 267e régiment d'artillerie de campagne de juillet 1917 à novembre 1918
102e batterie de 58 du 5e régiment d'artillerie de campagne d'octobre 1916 à janvier 1918
101e batterie du 267e régiment d'artillerie de campagne de janvier à novembre 1918
4e groupe de 155c du 315e régiment d'artillerie lourde de janvier à novembre 1918
7e groupe de 155c du 115e régiment d'artillerie lourde novembre 1918
  • Génie
1 bataillon du 279e régiment d'infanterie territoriale de juillet 1917 à novembre 1918

Historique[modifier | modifier le code]

Constituée le 1er novembre

1916[modifier | modifier le code]

  • 1er novembre – 9 décembre : occupation d'un secteur entre Metzeral et le col de Sainte-Marie.
  • 9 – 26 décembre : transport au camp d'Arches ; repos et instruction.
  • 26 décembre 1916 – 8 janvier 1917 : mouvement vers la région nord-est de Belfort ; travaux.

1917[modifier | modifier le code]

28 juillet : transport par camions, de Château-Thierry, vers Fismes.
  • 1er – 22 août : occupation d'un secteur vers la ferme de la Bovelle et Courtecon : engagements violents.
  • 22 août – 19 septembre : retrait du front ; repos et instruction dans la région de Fère-en-Tardenois.
  • 19 septembre – 20 octobre : mouvement par étapes vers le front ; puis, le 25 septembre, occupation d'un secteur vers la ferme de la Creute et l'ouest de Cerny-en-Laonnois.
  • 20 octobre – 7 novembre : retrait du front et transport par V.F. vers Ecouen et Saint-Denis ; repos et instruction.
  • 7 – 15 novembre : mouvement par étapes vers la région de Villers-Cotterêts.
  • 15 novembre – 19 décembre : mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers le bois du Mortier et Quincy-Basse.
  • 19 décembre 1917. – 12 janvier 1918 : retrait du front ; repos vers Attichy et Vic-sur-Aisne.

1918[modifier | modifier le code]

1er avril : extension du front vers le nord, jusqu'à la jonction de l'Oise et du canal de l'Oise à l'Aisne.
6 avril : offensive allemande, arrêtée, le 8, sur l'Ailette, entre Champs et Pont-Saint-Mard.
1er juillet : secteur déplacé vers la droite, entre la Main de Massiges et les Mamelles.
  • 15 juillet – 7 octobre : engagée dans la 4e bataille de Champagne : résistance au choc de l'offensive allemande sur la position principale. À partir du 18 juillet, contre-attaques puis organisation des positions reconquises vers Massiges et le nord-est de Mesnil-les-Hurlus.
16 septembre : front réduit à gauche, jusqu'à l'est de la ferme Beauséjour. À partir du 26 septembre, engagée dans la Bataille de Somme-Py (Bataille de Champagne et d'Argonne) et son exploitation : attaque contre entre la butte du Mesnil et Maisons de Champagne ; conquête des hauteurs au nord de la Dormoise ; puis occupation du signal de Bellevue, de Séchault et de Challerange. Organisation du terrain conquis vers Challerange.
  • 7 – 13 octobre : retrait du front et repos vers la ferme Saint-Hilairemont, puis vers Vitry-le-François.
  • 13 octobre – 11 novembre : transport par V.F. dans la région de Belfort et repos dans celle de Massevaux ; à partir du 15 octobre, occupation d'un secteur entre Leimbach et Metzeral.

Rattachements[modifier | modifier le code]

  • Affectation organique : isolée d'octobre 1916 à novembre 1918.
10 – 18 janvier 1918
13 avril – 13 octobre 1918
28 octobre 1917 – 10 janvier 1918
18 janvier – 13 avril 1918
1er novembre 1916 – 25 juillet 1917
13 octobre – 11 novembre 1918
25 juillet – 28 octobre 1917

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • AFGG, vol. 2, t. 10 : Ordres de bataille des grandes unités : divisions d'infanterie, divisions de cavalerie,‎ , 1092 p. (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]