411e régiment d'infanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

411e Régiment d'Infanterie
Création 20 mars 1915
Dissolution 26 janvier 1919
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment d'Infanterie
Rôle Infanterie
Inscriptions
sur l’emblème
Champagne 1915
Verdun 1916-1917
Lorraine 1918
Saint-Quentin 1918
Guise 1918
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Première Guerre mondiale
Fourragères Aux couleurs du ruban de la Médaille militaire
Décorations Croix de guerre 1914-1918
quatre palmes

Le 411e régiment d'infanterie (411e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française constitué en 1915 avec des blessés guéris et des jeunes soldats de la classe 1915 provenant principalement de la 11e région militaire (Nantes).

Les régiments dont le numéro est supérieur à 400 sont des régiments de marche.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

  • 20/02/1915 - /04/1915: Lieutenant-colonel Lafitte
  • /04/1915 - /08/1915: Lieutenant-colonel Ducrot
  • /08/1915 - //: Lieutenant-colonel Charier
  • 23/01/1916 - 3/07/1917 : Lieutenant-colonel Elie, mort pour la France à Vadelaincourt (55).
  • // - 26/01/1919: Lieutenant-colonel Chaillot

Drapeau[modifier | modifier le code]

Fourragère aux couleurs de la Médaille militaire

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[1]:

Décorations[modifier | modifier le code]

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 avec quatre citations à l'ordre de l'Armée.

Il obtient la fourragère aux couleurs du ruban de la Médaille militaire le 25 décembre 1918.

Historique des garnisons, combats et batailles du 411e RI[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Affectations: caserne Camp de Coëtquidan; 305e Brigade d'Infanterie; constitution trois Bataillons.

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

Le dernier combattant français tué pendant la Première Guerre mondiale a peut-être été un soldat du 411e, le 1re classe Auguste Renault, tombé à 10 h 58 le [2], à Robechies.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

De 1945 à nos jours[modifier | modifier le code]

Personnages notables ayant servi au 411e RI[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées », Bulletin officiel des armées, no 27,‎ (lire en ligne)
  2. Michel Derrien, « Le dernier tué de la Grande Guerre était breton », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  3. « Cote 19800035/53/6474 », base Léonore, ministère français de la Culture
  4. « Cote 19800035/1304/50570 », base Léonore, ministère français de la Culture
  5. « Cote LH/823/4 », base Léonore, ministère français de la Culture
  6. « Le Monde & la Ville : deuil », Le Figaro, no 188,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  7. « Cote 19800035/399/53402 », base Léonore, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]