305e régiment d'infanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

305e Régiment d'Infanterie
Création août 1914
Dissolution 16 août 1918
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'infanterie
Rôle Infanterie
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles 1914 - Bataille de la Marne
(Bataille de l'Ourcq)
1914 - Bataille de l'Aisne
1916 - Bataille de Verdun
1918 - Bataille de la Marne
(Bataille du Soissonnais)

Le 305e régiment d'infanterie (305e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française constitué en 1914 avec les bataillons de réserve du 105e régiment d'infanterie.

À la mobilisation, chaque régiment d'active créé un régiment de réserve dont le numéro est le sien plus 200.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  •  : 305e régiment d'infanterie
  •  : création d'un 3e bataillon à la suite de la dissolution du 292e régiment d'infanterie
  •  : dissolution du régiment

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

  • 1er août -  : colonel Andlauer
  • -  : lieutenant-colonel Duplat
  • mai -  : lieutenant-colonel Courayion

Drapeau[modifier | modifier le code]

Batailles inscrites sur le drapeau.

Décorations décernées au régiment

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Affectations[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

1914[modifier | modifier le code]

  •  : franchissement de la frontière avec l'Empire allemand en Alsace.
  • 19 -  : progression en direction de Mulhouse, occupation du bois d'Altenberg à l'est d'Illfurth.
  • 26 -  : retrait du front, puis à partir du , transport par V.F. de Belfort vers la région parisienne à Saint-Just-en-Chaussée.
  • 5 –  : engagé dans la bataille de la Marne, (bataille de l'Ourcq) : progression vers Vincy-Manœuvre, occupation de la crête de Puisieux. À partir du , poursuite des troupes allemandes en direction de Villers-Cotterêts.
  • 10 -  : le régiment atteint l'Aisne, le la rivière est franchie et Fontenoy occupé.
  • 13 -  : engagé dans la bataille de l'Aisne, attaque du plateau au nord de l'Aisne le et occupation de la cote 140. Contre-attaque allemande en soirée qui parvient à ébranler la ligne de front française.
  • 19 -  : attaque allemande de nuit, la cote 140 est perdue, mais reconquise dans la journée lors d'une contre-attaque française. Occupation et organisation du terrain conquis.
  •  : attaque française sur une redoute allemande à 2 kilomètres au sud-ouest de Nouvron sans résultats.
  •  : attaque française d'un saillant allemand au bois situé au sud de Nouvron sans résultats. À partir du , guerre de mines.
  • , 6 et  : explosions de mines dans les tranchées allemandes[n 1].

1915[modifier | modifier le code]

  •  : retrait du front, repos dans la région sud de Soissons.
  • -  : le régiment occupe les faubourgs nord de Soissons le long de l'Aisne. Organisation du terrain, renforcement des points d'appuis. En septembre, coup de main français sur la rive nord de l'Aisne et capture de soldats allemands.

1916[modifier | modifier le code]

  • janvier -  : retrait du front, repos.
  • - mai : mouvement vers le front, occupation d'un secteur sur les bords du canal de l'Aisne à la Marne au sud-ouest de Berry-au-Bac.
  • -  : engagé dans la bataille de Verdun dans le secteur de la fontaine de Tavannes. Le 5e bataillon est stationné à la ferme Dicourt, le 6e bataillon à Damloup. Violents bombardements et nombreuses actions locales allemandes qui entrainent la perte de 300 hommes pour le régiment.
  • - fin septembre : retrait du front, transport en Alsace et occupation d'un secteur calme. En juillet, au camp d'Arches, le régiment est renforcé par l'ajout d'un troisième bataillon issu du 292e régiment d'infanterie dissout.
  • fin septembre -  : mouvement sur Verdun, engagé à nouveau dans la bataille de Verdun. Occupation d'un secteur vers La Montagne et dans le secteur du Chinois à l'est du fort de Vaux.
fin septembre -  : préparatifs d'offensive dans ce secteur.
23 -  : engagée dans la bataille offensive de Verdun en seconde ligne puis à partir du en première ligne ; puis actions de part et d'autre, organisation des positions conquises.
  • -  : retrait du front, repos et reconstitution. Mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers Kœur-la-Grande à l'est de Saint-Mihiel.
 : capture de la tête de pont du relais de Romainville après une forte préparation d'artillerie.

1917[modifier | modifier le code]

  • mai - juin : retrait du front, repos au camp d'Arches, puis occupation d'un secteur dans les Vosges.
  • juillet -  : mouvement vers le front de Verdun, occupation d'un secteur vers Chattancourt ; préparation d'offensive vers la cote de l'oie.
  • 20 -  : placé en seconde ligne lors de la bataille de Verdun ; puis retrait du front.
  • septembre - novembre : mouvement vers les Éparges.
  • -  : mouvement vers Verdun, occupation d'un secteur vers la cote 344 ; organisation du terrain nouvellement conquis. Actions locales de part et d'autre.
janvier - mars : le régiment affaibli occupe ensuite des 2e puis 3e positions et les organise.

1918[modifier | modifier le code]

  • mars -  : occupation d'un secteur en Argonne dans la région de Vauquois.
  • 5 -  : retrait du front, renforcement de la 10e armée.
  • 18 -  : engagée dans la bataille de la Marne (Bataille du Soissonnais) ; en réserve, le régiment entre en ligne le vers la côte 141.
 : progression vers Fère-en-Tardenois et atteint la ligne de chemin de fer reliant puis Fère-en-Tardenois et Tugny.
29 -  : progression vers Saponay, contre-attaque allemande qui repousse les troupes françaises.
  •  : retrait du front, le régiment devient la réserve de la 63e division.
  •  : la 63e division d'infanterie est dissoute entrainant la dissolution du 305e régiment d'infanterie.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

De 1945 à nos jours[modifier | modifier le code]

Faits d'armes faisant particulièrement honneur au régiment[modifier | modifier le code]

(*) Bataille portée au drapeau du régiment.

Traditions et uniformes[modifier | modifier le code]

Insigne[modifier | modifier le code]

Devise[modifier | modifier le code]

Personnages célèbres ayant servi au 305e RI[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au cours des combats de l'année 1914, le 305e régiment d'infanterie déplore la perte de 17 officiers et 322 soldats tués, de 5 officiers et 720 soldats blessés et de 1 officier et 375 soldats portés disparus.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Historique du 305e régiment d'infanterie : Guerre de 1914-1918, Riom, Imprimerie du Courrier du Puy-de-Dôme, , 24 p., disponible sur Gallica.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]