76e régiment d'infanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le domaine militaire
Cet article est une ébauche concernant le domaine militaire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

76e régiment d'infanterie de ligne
Image illustrative de l'article 76e régiment d'infanterie
Insigne régimentaire du 76e régiment d'infanterie

Création 1854
Dissolution Aout 1988
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'infanterie
Rôle Infanterie
Devise Fortiter resistendo
Inscriptions
sur l’emblème
Ulm 1805
Iéna 1806
Friedland 1807
Solférino 1859
Vauquois 1915
La Somme 1916
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Première Guerre mondiale
Décorations Légion d'honneur
Pas de citations au régiment
insigne de béret d'infanterie

Le 76e régiment d'infanterie de ligne (Chateauvieux) (ou 76e RI) est un régiment de l'armée de terre française.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Le 76e régiment d’infanterie a la particularité, comme tous les régiments d’infanterie portant un numéro entre le 76e et le 99e, d'avoir une double origine, d’être l’héritier des traditions de deux régiments : le 76e, et le 1er d’infanterie légère[1].

Historique du 76e RI[modifier | modifier le code]

  • 1783 à 1791 : régiment de Châteauvieux (Suisse)
Article connexe : Affaire de Nancy.
  • Régiment de Balthazar : Fortiter resistendo (1749-1754).
  • Régiment de Planta : Fortiter resistendo (1754-1760).
  • Régiment d’Arbonnier : Fortiter resistendo (1760-1763).
  • Régiment de Jenner (1763)
  • Régiment d'Aulbonne (1774)
  • Régiment de Châteauvieux (Lullin de Châteauvieux) (1783)
  • 76e Régiment d'infanterie de ligne (1791)
  • Réformé ⇒ Retourne au service de la Suisse (1792)

Historique du 1er léger[modifier | modifier le code]

Colonels/Chef de brigade[modifier | modifier le code]

Historique des garnisons, combats et batailles du 76e RI[modifier | modifier le code]

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

  • août 1790 : en garnison à Nancy, le régiment se mutine les deux autres régiments de la ville. L’affaire de Nancy dure un mois.

Guerres de la Révolution et de l'Empire[modifier | modifier le code]

Le Maréchal Ney remet aux soldats du 76e régiment de ligne, leurs drapeaux retrouvés à l'arsenal d'Inspruck le 7 novembre 1805, Charles Meynier, 1808, Musée de l'Histoire de France (Versailles).

1815 à 1848[modifier | modifier le code]

Second Empire[modifier | modifier le code]

1870 à 1914[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Casernement en 1914 : Paris; Coulommiers; Sevran.

20e Brigade d'infanterie ; 10e Division d'infanterie ; 5e Corps d'armée.

Rattachements :

1914[modifier | modifier le code]

Mogeville, retraite des armées…, Bataille de la Marne…, Argonne.

1915[modifier | modifier le code]

Argonne…, prise de Vauquois

1916[modifier | modifier le code]

Somme…

1917[modifier | modifier le code]

L'Aine… chemin des dames

1918[modifier | modifier le code]

Oise, Marne, Ardennes, Champagne.

  • Pas de citations au régiment.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

N'a pas existé.

1945 à nos jours[modifier | modifier le code]

...

1976 - Fort de Vincennes

Drapeau[modifier | modifier le code]

Brodées en lettres d'or dans ses plis, il porte les inscriptions[4] :

76e régiment d'infanterie de ligne - drapeau.svg

Décorations[modifier | modifier le code]

Sa cravate est décorée de la Légion d'honneur[5],[6].

Faits d'armes faisant particulièrement honneur au régiment[modifier | modifier le code]

(*) Bataille portée au drapeau du régiment.

Traditions et uniformes[modifier | modifier le code]

Insigne[modifier | modifier le code]

Devise[modifier | modifier le code]

Fortiter resistendo


Personnages célèbres ayant servi au 76e RI[modifier | modifier le code]

Personnages célèbres ayant servi au 1er léger[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographies[modifier | modifier le code]

  • Archives militaires du Château de Vincennes.
  • À partir du Recueil d'historiques de l'infanterie française (Général Andolenko - Eurimprim 1969).
  • Un régiment à travers l'histoire, le 76e, ex-1er léger Par Henri Victor Dollin du Fresnel

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Un régiment à travers l'histoire, le 76e, ex-1er léger Par Henri Victor Dollin du Fresnel à lire en ligne
  2. Histoire de l'infanterie en France de Victor Louis Jean François Belhomme Vol 5 page 150
  3. Alain Pigeard, Dictionnaire de la Grande Armée, Tallandier, (ISBN 2-84734-009-2), p. 672
  4. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n° 27, 9 novembre 2007
  5. En 1859, lors de la bataille de Magenta, Napoléon III décide que les régiments ayant pris un drapeau à l'ennemi pourront être décorés de la Légion d'honneur. Le 2e Zouaves est ainsi le premier à recevoir la légion d'Honneur le 4 juin 1859. Suivront ensuite les 51e, 57e, 76e et 99e de ligne, le 3e Zouaves, le 3e RTA, le 1e Chasseurs d'Afrique et le Drapeau des chasseurs (unique pour l'ensemble des bataillons)
  6. Pierre Montagnon, Histoire de l'armée française, éditions Pygmalion, 1997

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]