11e régiment d'infanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

11e régiment d'infanterie
image illustrative de l’article 11e régiment d'infanterie
Insigne régimentaire du 11e régiment d’infanterie.

Création 1622
Dissolution 1940
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d’infanterie
Rôle Infanterie
Ancienne dénomination Compagnie Franches
d'Infanterie de Marine
Régiment de la Marine
Devise His fulta manebunt
Inscriptions
sur l’emblème
Castiglione 1796
Lonato 1796
Wagram 1809
Constantine 1837
Verdun 1916
Les Monts 1917
L'ourcq 1918
Guise 1918
Anniversaire Saint-Maurice
Fête le 6 juillet (1809, Wagram).
Guerres Première Guerre mondiale
Fourragères aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918 trois palmes
une étoile de vermeil
Médaille d'or de la Ville de Milan
Commandant historique Le cardinal de Richelieu a été son premier colonel.
Le cardinal Mazarin, le second.

Le 11e régiment d'infanterie (11e RI) est un régiment d'infanterie de l'armée française créé sous la Révolution à partir du régiment de la Marine, un régiment français d'Ancien Régime créé en 1635.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

insigne de béret d'infanterie

Campagnes[modifier | modifier le code]

Guerre de Trente-Ans 1635-1648 - Fronde 1649-1652 - Espagne 1653-1659 - Guerre de Dévolution 1667-1668 - Hollande 1672-1678 - Ligue d'Augsbourg 1688-1697 - Succession d'Espagne 1701-1713 - Succession d'Autriche 1740-1748 -Guerre de Sept-Ans 1756-1763 - Corse 1768-1769 - Italie 1796-1800 - Allemagne 1805 - Dalmatie 1806-1809 - Espagne 1811-1813 - Allemagne 1813 - France 1814 - Belgique 1815 - Espagne 1823 - Algérie 1835-1839 - Crimée 1854-1855 - Italie 1859 - France 1870-1871 - Tunisie 1880-1886 - Grande Guerre 1914-1918 - France 1939-1940.

Colonels/Chef de brigade[modifier | modifier le code]

Historique des garnisons, combats et bataille du 11e RI[modifier | modifier le code]

Révolution et Empire[modifier | modifier le code]

Pertes[modifier | modifier le code]

  • Colonel(s) tué(s) ou blessé(s) alors qu'il(s) commandai(en)t le 11e RI pendant cette période :
    • Colonel Aubrée : blessé le 14 juillet 1811 et mort des suites de ses blessures reçues à la Bataille de Waterloo, le 26 juin 1815.
  • Officiers tués ou blessés en servant au 11e régiment d'infanterie sous l'Empire (1804-1815) :
    • Officiers tués : 30
    • Officiers morts, des suites de leurs blessures : 8
    • Officiers blessés : 88

1815 à 1848[modifier | modifier le code]

« Le 11e de ligne soutient le choc avec sang froid et la fermeté des vieilles troupes. » Maréchal Clauzel, 1836.

Second Empire[modifier | modifier le code]

1870 à 1914[modifier | modifier le code]

Guerre franco-allemande de 1870[modifier | modifier le code]

Au 1er août 1870, le 11e régiment d'infanterie de ligne fait partie de l'armée du Rhin.

Avec le 4e bataillon de chasseurs du commandant Foncegrives et le 46e régiment d'infanterie du colonel Pichon, le 11e forme la 1re brigade aux ordres du général Grenier (puis Saurin). Cette 1re brigade avec la 2e brigade du général baron Nicolas-Nicolas, deux batteries de 4 et une de mitrailleuses, une compagnie du génie constituent la 1re division d'infanterie commandée par le général de division Goze. Cette division d'infanterie évolue au sein du 5e corps d’armée ayant pour commandant en chef le général de division de Failly.

Le 17 novembre 1870 eut lieu, le combat de Torçay ou fut engagé une compagnie de marche du 11e RI qui composait le 36e régiment de marche.

Le 24 novembre 1870, les 8e compagnies des 2e et 3e bataillons du 11e régiment d'infanterie de ligne qui composaient le 29e régiment de marche furent engagés dans les combats de Chilleurs, Ladon, Boiscommun, Neuville-aux-Bois et Maizières dans le Loiret.
Le 6 janvier 1871, la compagnie de marche du 11e RI qui composait le 36e régiment de marche est engagé dans l'affaire du Gué-du-Loir.

Article détaillé : Régiment de marche.


Sous la Troisième République, le régiment stationne en Algérie et en Tunisie entre 1880 et 1886.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Soldats du 11e RI vers 1910

Affectation : 33e DI d'août 1914 à novembre 1918.

« Le 11e RI français résiste jusqu'au dernier souffle. » Colonel allemand Martin, 1914.

« Régiment superbe d'élan et d'audace, aussi ardent à l'attaque qu'endurant et tenace dans la défense. » Général Anthoine, 1917.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le 11e RI est formé le 9 septembre 1939 ; il est sous les ordres du lieutenant-colonel Pamponneau puis commandant Nicolaï le 16 juin 1940, il appartient à la 35e division d'infanterie. Région Militaire, Centre Mobilisateur d'infanterie ; réserve A RI type NE ; il est mis sur pied par le CMI 171 de Toulouse. Parti aux armées le 13 septembre 1939, arrivée aux armées le 17 septembre 1939, du 1er octobre 1939 au 31 octobre 1939 en position de soutien sur la ligne maginot plateau de Rorhbach, du 1er novembre au 13 novembre en ligne secteur N de Bitche, du 9 au 13 novembre 1939 combats d'avant-postes au N de Bitche, du 1er février 1940 au 14 avril 1940 en 2e position secteur de Vissembourg, du 24 mai au 10 juin 1940 combat défensif sur la ligne canal des ardennes bois de Sy (ardennes), 11 juin combat retardateur de Boult du Bois germont, du 13 au 14 juin combat retardateur de Sainte Menehould les Islettes, 15 juin combat de Triaucourt, 16 juin combat de Rosnes, Villotte, Gimecourt, Beaufremont, du 16 au 21 juin combats partiels dans la région de Veaucouleurs, capture au bois du Feys près de Germiny le 21 juin 1940 (source chef de bataillon Soumet ex chef de l'EM du 11e RI)

Drapeau[modifier | modifier le code]

Fourragère aux couleurs de la Croix de guerre 1914-1918

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[3]:

Drapeau du 11e régiment d'infanterie de ligne

Décorations[modifier | modifier le code]

Sa cravate est décoré de la Croix de guerre 1914-1918 avec 3 citations à l'ordre de l'armée (3 palmes), puis une citation à l'ordre du corps d'armée (étoile de vermeil) Croix de guerre 3 p-1 g.png. La Médaille d'or de la Ville de Milan Medaille d'or de Milan.png. Il a le droit au port de la fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918.

Devise[modifier | modifier le code]

His fulta manebunt

(Nous resteront dans la lumière)

Refrain[modifier | modifier le code]

" Marchons gaîment, marchons la b…en avant."

Personnalités[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le S.H.A.T. - Château de vincennes Archives du Château de Vincennes.
  • À partir du Recueil d'Historiques de l'Infanterie Française (Général Andolenko - Eurimprim 1969).
  • Robert Dufourg "La 35e Division dans la tourmente" Imprimerie Deniaud Frères - Bordeaux - 1945.
  • Robert Dufourg " Brassard Rouge, Foudres d'Or. Souvenir d'un Officier d'État-Major. 1939-1940" Éditions Ragot, Bordeaux -1951-

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de l'infanterie en France de Victor Louis Jean François Belhomme Vol 5 page 151
  2. Opération du 13e corps et de la 3e armée durant le Siège de Paris (1870) par le général Vinoy, pages 7 et 15
  3. Décision n° 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n° 27, 9 novembre 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]