Comité des travaux historiques et scientifiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS)
Comité des travaux historiques et scientifiques logo.svg
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Objectif
Diriger les recherches et les publications de documents inédits à l’aide de fonds votés au budget de l’État
Siège social
Pays
Langue
Français
Organisation
Fondateur
Président
Affiliation
Site web

Le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) est une institution française de recherche créée par François Guizot, ministre de l'Instruction publique, le , dans le but de diriger les recherches et les publications de documents inédits. Ses missions concernent notamment le soutien à la recherche et le développement des activités des sociétés savantes.

Depuis 2005, le CTHS est rattaché à l’École nationale des chartes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Comité des travaux historiques et scientifiques a connu depuis sa création plusieurs évolutions dans sa dénomination, dans son organisation comme dans les missions qui lui sont attribuées.

Comité de l'histoire de France[modifier | modifier le code]

François Guizot, ministre de l'Instruction publique, a pour préoccupation la « publication générale de tous les matériaux importants et encore inédits sur l’histoire de notre patrie » (rapport du ). Ainsi, il patronne la Société de l'histoire de France, créée en janvier 1834. Cette société se donne pour tâche de « populariser l'étude et le goût de [l]'histoire nationale dans une voie de saine critique et [par] l'emploi de documents originaux », destinés à la publication et à une diffusion auprès d'un large public[1].

Alors que la SHF est une entreprise privée, le comité créé par François Guizot est quant à lui une entreprise publique[1], dont le projet est exposé dans un rapport remis au roi, puis défendu par Guizot devant la Chambre des députés en décembre 1833. Un arrêté ministériel crée un Comité de l'histoire de France le . Ce comité est composé de dix membres[Notes 1], également membres de la Société de l'histoire de France[2]. Il est notamment chargé de la publication des Documents inédits de l'histoire de France, dont les premières parutions sont Les Négociations relatives à la succession d'Espagne de Mignet en 1835, une collection de Guizot sur les révolutions anglaises, une Histoire des ducs de Bourgogne de Barante et les Documents relatifs à l'histoire du Tiers État d'Augustin Thierry.

Le , un second comité consacré aux sciences, arts, lettres et monuments, est institué. Lui-même se dédouble en détachant l'histoire des sciences et des lettres de l'histoire de l'art et des monuments[2]. Puis, en 1837, les comités sont rattachés à l'Institut par Salvandy. En 1840, Victor Cousin rassemble quatre des comités en un seul, en conservant par ailleurs le comité pour les arts et monuments[2].

Un bureau des travaux historiques est créé par Hippolyte Royer-Collard au sein de la division des sciences et lettres du ministère pour gérer les comités.

Comité des travaux historiques et scientifiques[modifier | modifier le code]

Jules Ferry donne son nom actuel au comité le [2]. Divisé en deux sections, la première d'histoire, d'archéologie et de philologie, la seconde des sciences, le Comité compte alors 90 membres et 200 correspondants. Une commission de publication est créé dans chacune des sections.

En 1883, il est divisé en cinq sections : histoire et philologie ; archéologie ; sciences économiques et sociales ; sciences mathématiques, physiques, chimie et météorologie ; sciences naturelles et sciences géographiques. En 1956, de nouveaux statuts et une nouvelle répartition des sections permet un réaménagement en archéologie, géographie, histoire moderne et contemporaine, philologie et histoire (jusqu’en 1715), sciences et sciences économiques et sociales. De nouveaux statuts et de nouvelles sections s'ajoutent aux sections existantes en 1983 : une section d'histoire des sciences et des techniques, une commission de protohistoire et de préhistoire et commission d’anthropologie et d’ethnologie françaises.

Missions et organisation[modifier | modifier le code]

Les sections se réunissent de quatre à six fois par an. Les membres titulaires français et étrangers participent de droit aux réunions des sections avec voix délibérative. Les membres émérites, les membres correspondants et des personnalités extérieures peuvent être invités à assister aux séances avec voix consultative.

Les statuts définis selon l'arrêté du du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche portent création d'un institut rattaché à l'École nationale des chartes[3]. Cet institut s'inscrit dans la continuité du comité des travaux historiques et scientifiques créé en 1834[3].

Article 2[modifier | modifier le code]

Le CTHS est chargé :

  • de concourir aux recherches et aux publications portant sur les sciences de l'homme et de la société, sur les sciences de la nature et de la vie et concernant plus particulièrement la France et ses régions ;
  • de contribuer à la diffusion et à la valorisation des connaissances historiques et scientifiques sur le territoire national, en Europe et dans le monde francophone ;
  • d'assurer, en matière de publications, l'édition de textes, de répertoires, d'orientations de recherche, de bases de données et d'instruments de travail ;
  • d'organiser annuellement le Congrès national des sociétés historiques et scientifiques ;
  • de favoriser le développement des activités des sociétés savantes et de leurs fédérations et de coordonner leurs recherches régionales et locales de nature historique et scientifique ;
  • de développer les échanges entre recherche publique et recherche associative, entre enseignants, chercheurs et étudiants.

Article 4[modifier | modifier le code]

Le comité est organisé en neuf sections[4] :

  • Préhistoire et de protohistoire ;
  • Histoire et d’archéologie des civilisations antiques ;
  • Histoire et de philologie des civilisations médiévales ;
  • Archéologie et d’histoire de l’art des civilisations médiévales et modernes ;
  • Histoire du monde moderne, de la Révolution française et des révolutions ;
  • Histoire contemporaine et du temps présent ;
  • Anthropologie sociale, d’ethnologie et des langues régionales ;
  • Sciences, d'histoire des sciences et des techniques et de l’archéologie industrielle;
  • Sciences géographiques et de l'environnement.

Activités scientifiques[modifier | modifier le code]

Édition[modifier | modifier le code]

Le CTHS publie depuis 1834 des ouvrages de recherche et de vulgarisation scientifiques, des guides méthodologiques ou encore des sources[5],[6].

Congrès[modifier | modifier le code]

Chaque année, le congrès des sociétés historiques et scientifiques se réunit dans une ville universitaire francophone. Interdisciplinaire, il a pour mission de favoriser les échanges entre la recherche associative, les études doctorales et la recherche universitaire. Il rassemble plus de 700 participants et entend plus de 400 communications. Les actes sont publiés par les éditions du CTHS[7].

Sociétés savantes[modifier | modifier le code]

Le Comité facilite les échanges entre sociétés savantes à travers un annuaire des sociétés savantes de France et l'organisation de journées d'études qui ont pour ambition d'apporter des réponses à leurs préoccupations tant scientifiques qu'administratives.

Il gère un site[8] et a mis en place un forum numérique des sociétés savantes afin de favoriser les échanges d'expériences[9]. Il a également créé une fondation abritée par l'Académie des sciences morales et politiques, afin de distribuer des prix financiers soutenant des projets portés par des sociétés savantes, en lien avec l'École des chartes et l'Académie des sciences morales et politiques en décembre 2017[10],[11]. Cette fondation entend fonctionner grâce au mécénat[12].

Enfin, le Comité souhaite associer les érudits locaux à des projets scientifiques portés par différentes institutions (CNRS, universités, grandes écoles, etc.) grâce à la science collaborative.

Organisation du comité[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

Secrétaires et délégués généraux[modifier | modifier le code]

  • Xavier Charmes, directeur du secrétariat[13]
  • Christophe Marion (2017-présent)[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Mazauric 2017, p. 90.
  2. a b c et d Mazauric 2017, p. 91.
  3. a et b Arrêté du 12 juin 2007 portant création à l’École nationale des chartes d'un institut dénommé comité des travaux historiques et scientifiques, [lire en ligne], page consultée le 19 juin 2019.
  4. Sections du CTHS, sur cths.fr [[ lire en ligne]]
  5. « OpenEdition Books - Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques », sur books.openedition.org (consulté le 17 janvier 2019)
  6. Le catalogue des publications est accessible par le site du CTHS.
  7. Liste et intitulés des congrès sur le site du CTHS.
  8. Olivier Drut, « CTHS - Présentation des éditions du CTHS », sur cths.fr (consulté le 20 janvier 2018)
  9. Forum numérique, sur cths.fr, [lire en ligne]
  10. « Création de la Fondation du Comité des travaux historiques et scientifique », sur École nationale des chartes, (consulté le 17 janvier 2019)
  11. « Le nouvel âge d'or des sociétés savantes », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 20 janvier 2018)
  12. « Fondation », sur cths.fr [lire en ligne].
  13. « CTHS - CHARMES François Anne Marie Xavier », sur www.cths.fr (consulté le 17 janvier 2019)
  14. « CTHS - Christophe MARION », sur www.cths.fr (consulté le 18 avril 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Simone Mazauric, « François Guizot et la création du CTHS : les sociétés savantes, la politique et l'histoire », dans Arnaud Hurel (dir.), La France savante, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, (ISBN 9782735508754, lire en ligne), p. 84-97.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]