298e régiment d'infanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

298e Régiment d'Infanterie
Création août 1914
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment d'Infanterie
Rôle Infanterie
Inscriptions
sur l’emblème
L'Ourcq 1914
Verdun 1916
Tardenois 1918
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Première Guerre mondiale
Fourragères Aux couleurs du ruban de la Croix de Guerre 1914-1918
Décorations Légion d'honneur
Croix de guerre 1914-1918
une palme
une étoile d'argent

Le 298e régiment d'infanterie (298e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française constitué en 1914 avec les bataillons de réserve du 98e régiment d'infanterie.

À la mobilisation, chaque régiment d'active créé un régiment de réserve dont le numéro est le sien plus 200.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • 1914 : 298e Régiment d'Infanterie

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

  • 5 octobre 1914 au 22 février 1915 : lieutenant-Colonel Marie Joseph Henri Pinoteau (venant du 352e RI)
  • du 22 février au 15 mars 1915 : colonel Marie Joseph Henri Pinoteau

Drapeau[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[1]

Décorations décernées au régiment[modifier | modifier le code]

Fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918

Légion d'honneur [2]
Croix de guerre 1914-1918
une palme(Une citation à l'ordre du Corps d'armée)
une étoile d'argent(Une citation à l'ordre de la division)


Il reçoit la Légion d'honneurMedaille-legion-chevalier.jpg, la Croix de guerre 1914-1918 Croix de guerre 1914-1918 française.jpg une palme, une étoile d'argent.

  • Le port de la fourragère aux couleurs du ruban de Croix de Guerre 1914-1918

Historique des garnisons, combats et batailles du 298e RI[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Affectations :

Composition : un état major comprenant deux sections de mitrailleuses et deux bataillons (cinquième et sixième) à 4 compagnies chacun. Un troisième bataillon (4e) sera créé plus tard.

1914[modifier | modifier le code]

Le 4 décembre 1914, à la suite d'un conseil de guerre spécial de la veille, furent fusillés les Martyrs de Vingré pour abandon de leur poste face à l'ennemi. Ils furent réhabilités par la Cour de cassation le 29 janvier 1921.

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

Le régiment est engagé dans la bataille de Verdun, et plus particulièrement dans le secteur du Fort de Vaux.

Du 3 au 6 juin 1916, il participe aux premières contre-attaques pour dégager le fort [3].

La 21e compagnie reprend le Fort de Vaux le 3 novembre 1916[4]. La 21e compagnie, chargée du nettoyage du fort, s'est entraînée sur le fort de Dugny[5]. Le Fort de Vaux a été incendié par les Allemands l'après midi du 2 novembre au moment de son évacuation. La 21e compagnie quitte en automobiles Haudainville à 19 h pour le tunnel de Tavannes, puis se porte vers le fort. Le 3 novembre à 1 h du matin, une patrouille rend compte que le fort a été abandonné par les Allemands. À 3 h du matin, la compagnie occupe le fort, qu'elle quittera le 10 novembre 1916.

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le fort de Chapoly accueille le régiment pendant la Drôle de guerre.

De 1945 à nos jours[modifier | modifier le code]

Traditions et uniformes[modifier | modifier le code]

Insigne[modifier | modifier le code]

Devise[modifier | modifier le code]

Personnages célèbres ayant servi au 298e RI[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007
  2. Il convient de rappeler que la tradition d'attribuer la Légion D'Honneur au drapeau d'un régiment ayant accompli l'exploit de prendre un drapeau ennemi remonte au Second Empire, lors de la Campagne d'Italie contre l'Autriche et plus précisément à la bataille de Magenta (1859). Après que Napoléon III décora le 2e Zouaves, 76e Régiment d'infanterie et le 1erBataillon de Chasseurs à pied. 7 drapeaux de régiments arborent la croix de Chevalier de la Légion d'Honneur, le RICM, le 43e RIC et le 24e RIC, décoré lui, au titre de la tradition de 1859, ainsi que deux autres régiments d'infanterie (137e RI et le 298e RI) (Durant la guerre de 1914 à 1918, l'armée Française conquit treize drapeaux sur l'armée Allemande, dont douze Prussiens, et n'en perdit que trois).
  3. [1] Journal de Marche et des Opérations du 298eRI - Mémoire des Hommes
  4. [2]Journal de Marche et des Opérations du 298eRI - Mémoire des Hommes
  5. [3]
  6. Source Anovi

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]