Pierre-Percée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierre percée.
Pierre-Percée
Le village vu depuis le château.
Le village vu depuis le château.
Blason de Pierre-Percée
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Lunéville
Canton Baccarat
Intercommunalité CA de Saint-Dié-des-Vosges (EPCI du 88)
Maire
Mandat
Denis Guyon
2014-2020
Code postal 54540
Code commune 54427
Démographie
Population
municipale
94 hab. (2014)
Densité 9,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 10″ nord, 6° 55′ 59″ est
Altitude Min. 301 m – Max. 570 m
Superficie 9,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte administrative de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Pierre-Percée

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Pierre-Percée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pierre-Percée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pierre-Percée

Pierre-Percée est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle, en région Grand Est, sur les premiers contreforts du massif vosgien.

Géographie[modifier | modifier le code]

Pierre-Percée et le lac du Vieux Pré en hiver.
Article détaillé : Lac de Pierre-Percée.

Pierre-Percée est située à l'extrémité orientale du département de Meurthe-et-Moselle, au sein de l'arrondissement de Lunéville et du canton de Badonviller, dans la vallée de la Plaine qui prend sa source sur les flancs du massif du Donon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En allemand : Langstein[1]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château de Pierre-Percée qui a donné son nom au village, bâti au Moyen Âge, ne subsiste qu'à l'état de ruines sur un site exceptionnel constitué par un éperon rocheux. La basse-cour du château s’étendait sur le côté nord-ouest, le moins abrupt de la pente.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Henri Villaumé    
  mars 1983 Claude Monasse   Artisan maçon
mars 1983 mars 2014 Jacques Boulanger (1930-2017)   Retraité de l'armée
mars 2014 en cours Denis Guyon    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 94 habitants, en diminution de -8,74 % par rapport à 2009 (Meurthe-et-Moselle : 0,15 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
310 315 332 406 437 440 463 465 467
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
448 414 421 401 383 350 350 315 319
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
323 294 151 186 148 145 122 117 116
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 -
76 94 80 80 95 92 103 94 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de Pierre-Percée

La commune de Pierre-Percée comporte deux monuments historiques[6] :

  • le château de Pierre-Percée, en ruines. Les ruines du donjon du château dominent aujourd'hui le village et la retenue d'eau. Édifié au XIIe siècle, il est alors la résidence de la famille de Langestein dont la dernière héritière du château, Agnès, épouse un comte de Salm. Il est pillé et incendié pendant la Guerre de Trente Ans et laissé à l'abandon. Classé au titre des monuments historiques par arrêté du 21 septembre 1981[7], il est aujourd'hui propriété de l'ONF qui assure l'entretien du site ;
  • le bas-relief sculpté par Antoine Sartorio, en hommage aux combattants de la Première Guerre mondiale, à proximité du cimetière. Il est classé au titre des monuments historiques arrêté du 22 mai 1922[8]

Autres lieux remarquables :

  • Lac de Pierre-Percée.
  • Église du XVIIIe siècle.
  • Le musée de la Ménelle présente une importante collection d'objets militaires des trois guerres : 1870, 1914-1918 et 1939-1945[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Les armoiries de la commune se blasonnent ainsi :

Blason de Pierre-Percée Blason De gueules semé de croix recroisetées au pied fiché d'argent à deux saumons adossés de même brochant sur le tout.
Détails Les armes de la commune rappellent celles du comté de Salm (de gueules à deux saumons adossés d’argent accompagnés de 7 croisettes d’or) auquel elle appartenait.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Schaudel, Les comtes de Salm et l'abbaye de Senones aux XIIe et XIIIe siècle. Contribution à l'histoire de Senones, Pierre-Percée, Badonwiller, Blamont, Deneuvre, Berger-Levrault, 1921

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]