Raville (Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Raville.
Raville
Église Saint-Barthélemy.
Église Saint-Barthélemy.
Blason de Raville
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Metz-Campagne
Canton Pange
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Pange
Maire
Mandat
François Becker
2014-2020
Code postal 57530
Code commune 57563
Démographie
Gentilé Ravillois [1]
Population
municipale
263 hab. (2011)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 05′ 38″ N 6° 29′ 11″ E / 49.0938888889, 6.4863888888949° 05′ 38″ Nord 6° 29′ 11″ Est / 49.0938888889, 6.48638888889  
Altitude Min. 215 m – Max. 310 m
Superficie 7,06 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Raville

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Raville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Raville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Raville

Raville est une commune française située dans le département de la Moselle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Raville est un petit village au bord de la route nationale 3, entre Bionville-sur-Nied et Fouligny. Il est traversé par la Nied allemande ; elle alimentait le moulin qui n’existait plus. Le village est situé dans le département de la Moselle. Raville appartient à l'arrondissement de Metz-Campagne et au canton de Pange. Le code postal est le 57530

Carte de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • D'un nom de personne germanique Rado(n)[2]. Et selon les mentions: suivi du suffixe germanique -ing/-ingen ou l'appellatif toponymique -ville au sens ancien de « domaine rural, village ».
  • Radonis villa (XIe siècle), Roldinga (1179), Rahavilla (1128), Ruldengen (1142), Roldinges (1210), Rudingis (1267), Raldinga (1302), Rolingin (1309), Reuldingen & Ranwille (1344), Ruaville (1370), Ruldingen (1385), Ruldinga (1439), Roulingen (1481), Rollingen (1505), Rulling (1548), Rodlinguen (1594), Rullingen (1623), Roldinge (1681), Raville sur Nied (1779)[3].
  • En allemand: Rollingen[3]. En lorrain roman: Rauvelle[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne seigneurie de nom et d'armes et baronnie-fief du comté de Luxembourg, enclavé dans la Lorraine. L’histoire de la commune est lié à celle de la famille luxembourgeoise de Raville (de) (von Rollingen en allemand) qui avait un château à l’entrée du village[4], qui fut détruit pendant la révolution française. Raville fut cédé par l'Impératrice-Reine en 1769 et placé dans le bailliage de Boulay. Dépendait ensuite de l'ancienne province de Lorraine.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Armoiries de Raville 4.svg :De gueules à trois chevrons d’argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
an VIII 1806 Joseph Velvert    
1806   Pierre Girot    
mars 1981 en cours Jean-Paul Becker    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]


En 2011, la commune comptait 263 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
401 367 411 453 413 414 393 380 330
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
305 294 275 280 266 263 260 270 177
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
187 184 190 147 170 167 168 129 176
1990 1999 2006 2008 2011 - - - -
185 187 234 247 263 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château du XIIe siècle, ruiné dès le début de la guerre de Trente Ans. Restauré à la fin du XVIIe siècle il fut incendié ou détruit à la Révolution. Les ruines disparurent entièrement vers le milieu du XIXe siècle
  • 3 tilleuls centenaires.
  • Fartinge (Ancien moulin, dénommé également Faitinga).

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Loisirs[modifier | modifier le code]

  • Foyer rural.
  • Brocante importante le 1er dimanche de mai
  • Le Domaine de Raville, ancien corps de ferme rénové en espace de réception

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blasonnement[7]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le compositeur Émile Goué (1904-1946) y séjourna en 1939-1940, mobilisé dans une compagnie de repérage par le son. Il y composa notamment son Concerto pour piano et sa Ballade sur un poème d’Emily Brontë.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Raville.net Site d’informations sur Raville, son histoire, l’ancien château démoli, l’ancienne et la nouvelle église, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]