Tragny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tragny
Église Saint-Léger.
Église Saint-Léger.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Metz-Campagne
Canton Pange
Intercommunalité Communauté de communes de Rémilly et environs
Maire
Mandat
Patrice Gérardin
2014-2020
Code postal 57580
Code commune 57676
Démographie
Population
municipale
111 hab. (2011)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 57′ 36″ N 6° 22′ 45″ E / 48.96, 6.3792 ()48° 57′ 36″ Nord 6° 22′ 45″ Est / 48.96, 6.3792 ()  
Altitude Min. 230 m – Max. 284 m
Superficie 5,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Tragny

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Tragny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tragny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tragny

Tragny est une commune française située dans le département de la Moselle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Truniot (1177), Trognief (XVe siècle), Troignuef (1404), Troignelz (1432), Stragnei (1450), Trongnuefz (1493), Tragni (1606), Tranach (1915-1918 & 1940–1944).

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Dépendait de l'ancien évêché, bailliage de Vic.
  • Cité pour la première fois en 993.
  • La seigneurie releva de la famille des Praillon de 1599 à 1674.

Une communauté juive florissante et ancienne. Après leur expulsion de la Lorraine par le duc René II, pour le développement économique du Saulnois lui appartenant l'évêque de Metz maintient de nombreuses familles juives (Marsal,Vic/sur/Seille) dès avant la Révolution Française la présence de la communauté juive est attestée tant à Tragny qu'à Thimonville tout proche. Elle migrera petit à petit vers Rémilly vers 1840 lors de la construction de la ligne de chemin de fer Metz- St Avold. Toutefois les inhumations se feront pendant très longtemps au cimetière de Thimonville. Il est situé entre les communes de Tragny et Thimonville.

Tragny est réuni à Thimonville par décret 31 juillet 1812 puis érigé de nouveau en commune sur ordonnance royale du 12 janvier 1833[1].

Blasonnement[modifier | modifier le code]

De gueules à la bande d’argent chargée d’une coquille de sable accostée de deux roses de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 novembre 2006 Roland Gérardin    
novembre 2006 mars 2008 Yves Mangeot    
mars 2008   Patrice Gérardin    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 111 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1836 1841 1861 1866 1871 1875
322 348 352 373 355 366 344 307 302
1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921 1926
261 233 250 239 239 181 157 122 120
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
110 99 99 117 120 93 91 90 104
1999 2006 2007 2011 - - - - -
121 117 116 111 - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cimetière israélite.
  • Château transformé en maisons d'habitation.
  • cimetière israëlite, construit en 1864.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Léger 1784.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Emmanuel de Chastellux, Le territoire du département de la Moselle : histoire et statistique, Maline, 1860, 232 p., p. 219
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011