Fouligny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fouligny
Église Saint-Rémi.
Église Saint-Rémi.
Blason de Fouligny
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Boulay-Moselle
Canton Faulquemont
Intercommunalité Communauté de communes du District urbain de Faulquemont
Maire
Mandat
Antoine Bour
2014-2020
Code postal 57220
Code commune 57230
Démographie
Population
municipale
209 hab. (2011)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 05′ 39″ N 6° 30′ 19″ E / 49.0942, 6.505349° 05′ 39″ Nord 6° 30′ 19″ Est / 49.0942, 6.5053  
Altitude Min. 219 m – Max. 315 m
Superficie 5,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Fouligny

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Fouligny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fouligny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fouligny

Fouligny est une commune française située dans le département de la Moselle et le bassin de vie de la Moselle-est.

Culturalisme lorrain[modifier | modifier le code]

Fouligny est connue par les linguistes et historiens pour sa situation sur la limite linguistique et culturelle du monde roman et germanique. Dans les années 1990 la commune est signalée comme étant germanophone[1]. Et en 2012 Il subsiste toujours des habitants germanophones dans ce village[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

  • Village situé à la jonction de trois vallées : Nied, Marange, Zondrange.

Ecarts et Lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Chevalin
  • Iverling

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bionville-sur-Nied Marange-Zondrange Rose des vents
Raville N Haute-Vigneulles
O    Fouligny    E
S
Guinglange

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Fouligny : Fullinga (1181), Fuligny (1245), Vollingia (1299), Fullingam (1302), Fullenges (1420), Fullenga et Fullingen (1544), Filling (1594), Foligny (1662), Ullinge et Ullenge (1681), Filling et Folligni (1688), Fouligny (1793). En allemand : Füllingen[3]. En francique lorrain : Fillingen[4]. En lorrain roman : Folni.
  • Chevalin : Xualdanges (1299), Scwallingen (1629), Schwaling (1688), Chevaling[5]. En allemand Schwalingen[3], Schwalingerhof (1871-1918).
  • Iverling : Yberlingue (1309), Yberlenge (XVe siècle), Yberlanges (1420), Yberlinge (1681), Yvrelin (1756), Ivreling (1793), Yvresing (1825). En allemand Iberlingen[3], Ibringen (1871-1918).

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Dépendait de l'ancienne province de Lorraine (bailliage de Boulay).
  • Faisait partie du comté de Créhange comme dépendance de la seigneurie d'Helfédange.
  • Bien de l'abbaye de Longeville dont les voués étaient les sires de Raville, Créhange, Varsberg et Helfedange.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 mars 2008 Joseph Poinsignon    
mars 2008   Jean-Michel Webanck    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 209 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
189 168 174 228 290 291 283 280 254
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
224 235 227 226 208 203 193 184 158
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
176 155 154 146 166 165 151 136 177
1990 1999 2004 2006 2009 2011 - - -
175 191 191 198 206 209 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Passage d'une voie romaine.
  • Vieux pont sur la Nied.
  • Moulin la Nied, signalé en 1302 comme appartenant à l’abbaye de Longeville-lès-Saint-Avold ; au XXIe siècle Joseph Poinsignon exploite toujours ce moulin hydraulique artisanal pour produire de la farine.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Remi XIIe siècle : clocher à bâtière, porche 1704, fonts baptismaux 1707.
  • Calvaire 1745 entouré de 5 marronniers.

Unique dans la région[modifier | modifier le code]

Le dernier moulin au pays de la nied

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Bromberger et Alain Morel - Limites floues, frontières vives (page 229)
  2. http://www.culture-bilinguisme-lorraine.org/fr/platt/histoire-du-platt/82-cbl-zuz/cd-dialecte
  3. a, b et c Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  4. Geoplatt
  5. Ministère de la guerre - Notice descriptive et statistique sur la Lorraine (1907)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011