Inglange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Inglange
Église paroissiale néo-romane Saint-Michel.
Église paroissiale néo-romane Saint-Michel.
Blason de Inglange
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Thionville-Est
Canton Metzervisse
Intercommunalité Communauté de communes de l'Arc mosellan
Maire
Mandat
Norbert Priester
2014-2020
Code postal 57970
Code commune 57345
Démographie
Population
municipale
400 hab. (2011)
Densité 70 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 20′ 52″ N 6° 17′ 56″ E / 49.3478, 6.298949° 20′ 52″ Nord 6° 17′ 56″ Est / 49.3478, 6.2989  
Altitude Min. 164 m – Max. 287 m
Superficie 5,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Inglange

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Inglange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Inglange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Inglange

Inglange est une commune française située dans le département de la Moselle en Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Inglange est desservie par la ligne Ligne de bus TIM 107 Thionville - Waldweistroff du conseil général de la moselle avec 3 allers/retours.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • En allemand: Englingen[1]. En francique lorrain Engléng et Engléngen.
  • Engilengis en 1147 (abbaye de Villers); Anguelanges en 1278; Endelinga, Engelinga, Engling en 1544 (pouillé de M.); Enquellanges en 1562 (fonds de Malte); Enguelingen en 1571 (abbaye de Freistr.); Englingen en 1632 (abbaye de Villers liasse Luxembourg); Englange en 1698 (Terrier de Metzervisse); Eingling en 1762 (carte Lafosse); Ingling (carte de Cassini); Inglange (1793); Inglingen (1871-1918).

Histoire[modifier | modifier le code]

  • La seigneurie relevait des ducs de Luxembourg.
  • Appartenait au XVe siècle au seigneur de Volkrange, au XVIe siècle aux Lellich, en 1766 aux Gargan, au XIXe siècle aux Puymaigre.
  • Autrefois Trois-Evêchés, bailliage de Thionville, coutume de Lorraine. Chef-lieu de canton en 1790 comprenant 12 communes. A pour annexes Hastroff et les moulins hauts et bas dits : Rauchmühl er Kouchemühl[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1965 mars 1995 André Wallerich    
mars 1995 en cours Norbert Priester    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 400 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
381 373 364 346 400 353 281 292 281
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
266 287 264 232 236 217 210 209 192
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
206 202 231 186 198 216 229 218 239
1990 1999 2005 2006 2010 2011 - - -
294 256 348 370 397 400 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Monument aux morts.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale néo-romane Saint-Michel. La 1ère mention de l'église primitive est de 1050. Chapelle castrale construite en 1634 pour Jean de Lellich, coseigneur d'Inglange et sa femme Anne de Metternich. Nef et chœur reconstruits en 1774 à l'initiative de Théodore François de Gargan, seigneur d'Inglange. Tour clocher reconstruite en 1847. Nef et chœur reconstruit de 1879 à 1880. La baie nord de la chapelle castrale est repercée au même moment. Armoiries des Lellich de Volkrange, des Metternich, des Gargan, des Puymaigre, des Pyrot de Crepy

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  2. dictionnaire Le Bouteiller 1868
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011