Valmestroff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Valmestroff
Église Saint-Nicolas.
Église Saint-Nicolas.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Thionville-Est
Canton Metzervisse
Intercommunalité Communauté de communes de l'Arc mosellan
Maire
Mandat
Jean Zordan
2014-2020
Code postal 57970
Code commune 57689
Démographie
Population
municipale
253 hab. (2011)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 21′ 41″ N 6° 15′ 51″ E / 49.3614, 6.2642 ()49° 21′ 41″ Nord 6° 15′ 51″ Est / 49.3614, 6.2642 ()  
Altitude Min. 155 m – Max. 256 m
Superficie 3,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Valmestroff

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Valmestroff

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Valmestroff

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Valmestroff

Valmestroff est une commune française située dans le département de la Moselle en Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Une chronologie des attestations du nom de Valmestroff a pu être reconstituée au cours du temps en fonction des divers documents écrits : Valhof (sans date) ; Wlensdorf en 1147 ; Valmestroff en 1366 ; Walmmistorff, Walmstroff, Walmestroff, Vualmestroff en 1469 ; Walmersdorf en 1614 ; Walmestorff, Walmestorf/Valmestorff en 1632 ; Wolmestroff en 1668 ; Walmestroff en 1722, Valmestroff en 1793. Walmesdorf, de manière transitoire entre 1871 - 1918 et entre 1940 - 1944.
Wameschdrëf et Waalmeschtrëf en francique lorrain.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières traces de Valmestroff remontent à l'époque néolithique, on note notamment les découvertes de pointent de flèches de poteries (rubané ancien) d’une herminette et de fours. Au moins deux villae gallo-romaines existaient sur la commune en plus de l’énorme camp romain[réf. souhaitée] qui dominait le village. Il devait également exister un village au lieu dit « Bopert » sur la commune voisine d'Inglange et à cheval sur la commune de Valmestroff à cette même époque. Mais le premier village de Valmestroff dérive sans doute de la ferme de Valhof[Informations douteuses] qui date d’une époque reculée et était située à proximité de l'ancien village néolithique. Invasion après invasion le village est remonté pour finalement se situer où il est actuellement[Quoi ?].

Valmestroff dépendait du Luxembourg[Quand ?], dans la seigneurie de Ham.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1971   Paul Thill Sans étiquette  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 253 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1926 1931 1936 1946 1954 1962
190 160 192 156 166 154 154 157 169
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011 -
142 141 222 231 258 239 236 253 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Ancien site gallo-romain de Valmestroff[modifier | modifier le code]

Il est possible qu'un camp romain ait existé sur les hauteurs de Valmestroff donnant vue sur les vallées de la Canner et de la Bibiche. De plus, la proximité des deux grands axes que sont la Moselle et la voie romaine Tréves–Metz justifie dans une certaine mesure cette position qui offre également la possibilité d'une intervention rapide entre ces deux villes. Il n'est pas étonnant de retrouver à proximité de ce camp de riches villas romaines, la position de l'une d'entre elle a pu être localisée avec précision sur la commune (différents objets ont pu être retrouvés lors des labours).

Église Saint-Nicolas[modifier | modifier le code]

Le clocher de l'église Saint-Nicolas date sans doute du XIe siècle. Il est accolé à l'église pour ne former qu'un. La partie inférieur du clocher est le chœur de l'église actuelle, fait unique dans la région. En effet la construction du clocher précède de plusieurs siècles la construction de l'église du XIIe siècle, ce qui explique que le chœur soit la base du clocher. On peut noter des similitudes avec le clocher de Haute-Ham détruit en 1955. La nef est construite en 1712 et la sacristie au XIXe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011