Courcelles-Chaussy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Courcelles et Chaussy.
Courcelles-Chaussy
Pont-à-Chaussy
Landonvillers
Le temple protestant.
Le temple protestant.
Blason de Courcelles-ChaussyPont-à-ChaussyLandonvillers
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Metz-Campagne
Canton Pange
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Pange
Maire
Mandat
Jean-Marie Gori
2014-2020
Code postal 57530
Code commune 57155
Démographie
Gentilé Courcellois
Population
municipale
3 049 hab. (2011)
Densité 160 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 36″ N 6° 24′ 21″ E / 49.11, 6.4058 ()49° 06′ 36″ Nord 6° 24′ 21″ Est / 49.11, 6.4058 ()  
Altitude Min. 207 m – Max. 307 m
Superficie 19,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Courcelles-Chaussy
Pont-à-Chaussy
Landonvillers

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Courcelles-Chaussy
Pont-à-Chaussy
Landonvillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Courcelles-Chaussy
Pont-à-Chaussy
Landonvillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Courcelles-Chaussy
Pont-à-Chaussy
Landonvillers
Liens
Site web http://www.courcelleschaussy.com[1]

Courcelles-Chaussy est une commune française située dans le département de la Moselle en Lorraine. Pont-à-Chaussy est réuni à Courcelles-Chaussy en 1812 et Landonvillers en 1973.

Géographie[modifier | modifier le code]

Courcelles-Chaussy se situe sur la route nationale 3 de Paris à Mayence, à 18 km à l’est de Metz en direction de Sarrebruck. Le territoire de la commune est traversé par deux rivières, la Nied française et la Nied allemande.

Carte de la commune.

Environnement[modifier | modifier le code]

Courcelles-Chaussy est une « ville fleurie » avec une deuxième fleur attribuée en 2008 par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[2]. Landonvillers possède une abondante forêt.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Courcelles-Chaussy[modifier | modifier le code]

Anciennes mentions du nom[3] :

  • 1206 : Chaucey
  • 1284 : La Cour de Chaussy
  • 1348 : Chaussey
  • 1448 : Kürtzel[4]
  • 1462 : Kortzel[4]
  • 1535 : Courcelle au ban de Chaussy
  • 1542 : Courtzell[4]
  • 1548 : Courselle
  • 1625 : Courtzell
  • 1638 : Coursel Chaussy
  • 1756 : Courselles
  • 1801 : Courcelles-Chaussy

En lorrain roman :

  • lai Grant Kch'el[3].

En allemand :

  • Kurtzel[3].
  • pendant la première annexion (1915-1918) : Kurzel
  • pendant la seconde annexion (1940-1944) : Kurzel an der Strasse

Pont-à-Chaussy[modifier | modifier le code]

Anciennes mentions du nom[3] :

  • 1381 : Pont-à-Chaucey
  • 1404 : Chassey
  • 1544 : Chaulcy, Chaulssay, Chaussi
  • 1594 : Pont-à-Chaulcy
  • 1610 : Pont à Chaucy
  • 1635 : Pont à Chauci
  • XVIIe siècle : Pont de Chaussy et Pont à Chosy
  • En allemand : Kelsch[3], Kalscherbruck (1915-1918)

Sobriquets[modifier | modifier le code]

Surnoms à propos des Courcellois : Les Huguenots[5], terme rappellant l’introduction de la Réforme en 1562 dans ce village par le baron de Clervant.
Les «khhèles» de Cohhèles (les petites cours de Courcelles)[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.

L’origine de l’agglomération courcelloise n’est pas connue mais il n’est pas exclu qu’elle se soit développée après la conquête romaine autour des villas dont quelques vestiges ont été mis au jour à partir de 1900 tant sur les bans communaux que limitrophes[6]. Au Moyen Âge, deux hameaux Courcelles et Chaussy séparés par le seul Haut Chemin, l’actuelle route nationale 3, se sont lentement confondus pour ne former qu’une bourgade traversée par le Ravenez qui donne alors sa première configuration au village. C’est autour de ce cours d’eau que s’organise la vie dans les rues Maréchal Leclerc et de l’Église, constituant ainsi le cœur historique de la cité.

Par la suite, le Haut Chemin, passage obligé entre Metz et l’Allemagne, devient naturellement le second secteur de fixation de la population.

Pont-à-Chaussy est réuni à Courcelles-Chaussy par décret du 7 août 1812[7].

En 1844, Courcelles-Chaussy a pour annexes le village de Pont-à-Chaussy et les fermes d’Urville et les Ménils. Le village possède une brigade de gendarmerie, étape et logement militaire ; perception des contributions directes, recette de l'enregistrement et des domaines, résidence d'un garde général des eaux et forêts, distribution du courrier, poste aux chevaux ; un notaire, un huissier ; succursale. Une école est fréquentée par 87 garçons, et l’autre par 76 filles ; les revenus des instituteurs sont de 850 fr. La population du village est de 1 321 individus pour 132 maisons. Le territoire productif est de 866 ha dont 12 en vignes et 282 en bois. La commune possède une fabrique considérable de machines à battre le blé, à manège, et de charrues de l'invention de M. Léonard, qui en est le propriétaire[8].

Comme les autres communes de l'actuel département de la Moselle, Courcelles-Chaussy est annexée à l’Empire allemand de 1871 à 1918. À la fin du XIXe siècle, l’empereur allemand Guillaume II y jouissait d’une résidence secondaire, le château d’Urville (actuel lycée agricole), où il venait fréquemment. Il fit rebâtir le temple de la commune. La commune redevient française en 1918.

Courcelles-Chaussy est de nouveau annexée de 1940 à 1944 au Troisième Reich allemand. Malgré la combativité des troupes allemandes de la 462e Volks-Grenadier-Division de l'armée de Knobelsdorff, Courcelle-Chaussy est libérée par la 5e DI de l'armée Patton le 18 novembre 1944[9], à la fin de la bataille de Metz.

Depuis les années 1960, l’extension urbaine se fait de part et d’autre de cet axe majeur ; aussi les flancs nord et sud de la commune sont-ils devenus des secteurs à vocation résidentielle.

Courcelles-Chaussy absorbe Landonvillers en 1972.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
an VIII   Louis Ducroux    
1965 mars 1995 André Semin    
mars 1995 en cours Jean-Marie Gori   Président de la communauté de communes du Pays de Pange

Maire de Pont-à-Chaussy[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs de Pont-à-Chaussy
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
an VIII   Louis Étienne    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 049 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
971 1 034 1 032 1 298 1 429 1 321 1 519 1 375 1 238
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
1 193 1 187 1 122 1 124 1 132 1 168 1 230 1 160 935
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
1 019 1 010 1 067 1 057 1 160 1 238 1 240 1 708 2 263
1990 1999 2005 2006 2010 2011 - - -
2 365 2 392 2 799 2 857 3 041 3 049 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La bibliothèque.

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,4 %, 15 à 29 ans = 22,2 %, 30 à 44 ans = 23 %, 45 à 59 ans = 19,7 %, plus de 60 ans = 13,7 %) ;
  • 48,5 % de femmes (0 à 14 ans = 20,9 %, 15 à 29 ans = 17 %, 30 à 44 ans = 23 %, 45 à 59 ans = 22,3 %, plus de 60 ans = 16,7 %).

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,1 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (20,6 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,5 % contre 48,4 % au niveau national et 49 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Courcelles-Chaussy en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,3 
3,2 
75 à 89 ans
5,0 
10,3 
60 à 74 ans
11,4 
19,7 
45 à 59 ans
22,3 
23,0 
30 à 44 ans
23,0 
22,2 
15 à 29 ans
17,0 
21,4 
0 à 14 ans
20,9 
Pyramide des âges du département de la Moselle en 2007 en pourcentage[13]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,4 
75 à 89 ans
8,6 
12,6 
60 à 74 ans
13,6 
21,7 
45 à 59 ans
21,3 
21,7 
30 à 44 ans
20,6 
20,2 
15 à 29 ans
18,4 
18,3 
0 à 14 ans
16,7 

Démographie de Pont-à-Chaussy[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

De nombreuses manifestations animent toute l’année la vie de la commune, les plus remarquables sont :

  • les journées « Guerre et Paix », sous l’égide du syndicat de Courcelles-Chaussy et de sa région culturelle, évoquent chaque week-end du 11 novembre la commune et le Pays de Nied à des époques phares de l'histoire de France et de l’Europe ;
  • le « Printemps au château d’Urville », chaque deuxième week-end de juin, est organisé par le lycée agricole de la commune et la Société d'horticultiure de Moselle et invite à découvrir le monde des jardins et une collection de plantes vivaces.
  • La fête patronale, chaque premier week-end d'octobre

Le 3 juin 2012 une plaque commémorative a été apposée à l'emplacement de l'ancienne synagogue Ceci en présence des autorités civiles, des représenntants des trois cultes juif, catholique et protestant.De nombreux juifs originaires de la commune étaient présents ainsi que de nombreux habitants de Courcelles-Chaussy.

Évènements sportifs[modifier | modifier le code]

  • Grand prix cycliste de Courcelles-Chaussy, 120 km, en juin : boucle passant par Servigny-les-Raville, Frécourt, Maizeroy et Chevillon.
  • Étape du championnat de Moselle de skateboard organisé par l’Ufolep et l’APCS depuis plusieurs années. Le skate parc est considéré comme l’un des meilleurs de Moselle.
  • Course à pieds : Course des sangliers (course nature de 13 km), le premier dimanche de septembre organisée par l'association Courir à Courcelles-Chaussy (C.C.C.) avec la participation de la commune.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Vestiges de villas romaines.
  • La maison de Clervant : fait office de maison de retraite.
Château d’Urville & Guillaume II de Prusse
  • Château d'Urville XVe siècle, entièrement remanié XIXe siècle(actuellement lycée agricole).
  • Le sentier des Huguenots : il rappelle la fidélité des Huguenots qui devaient se rendre à Ludweiler pour le culte et le baptême pendant la persécution (entre 1685 et 1789 l’exercice de leur culte était interdit en France). La « marche des Huguenots » a été inaugurée le 19 juin 1994 par les Mosellans et les Sarrois. Elle s’étale sur 48 km et traverse une région légèrement vallonnée au nord-est de la Moselle. Il est conseillé de faire deux étapes : Courcelles-Chaussy à Kleindal puis jusqu’à Ludweiler (ou en sens inverse). Le balisage est représenté par des croix huguenotes bleues sur fond blanc en plus de panneaux d’informations installés à tous les carrefours importants : Courcelles-Chaussy, Boucheporn, Kleindal, Ambach et à la frontière.
  • Le lavoir : situé au cœur du village, il est le seul restant.
  • lycée agricole
  • skate parc

À Landonvillers[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Rémi, XVIIIe siècle.
  • La Croix de Mission, installée dans l’ancien cimetière, a été offerte par l’abbé Prévot (devenu chanoine de la cathédrale de Metz et originaire de la commune). Le chemin de croix a été installé en 1828 et les orgues en 1874. L’abbé Kremer a fait don en 1896 à la Fabrique du presbytère actuel. Les trois cloches actuelles, bénies le 11 mars 1923, ont remplacé celles enlevées par les Allemands en 1917.
  • Le temple protestant réformé place du Temple : il est de style néo-gothique et caractéristique de l’architecture wilhelmienne. L’empereur allemand Guillaume II décide le 2 décembre 1893 de faire bâtir une Kaiserkirche (un temple impérial) d’après les plans de l’architecte berlinois Paul Tornow (futur auteur de la façade occidentale de la cathédrale de Metz). La construction fut confiée à l’entreprise Weis de Metz. Le 27 mai 1894 la première pierre est posée par le gouverneur d’Alsace-Lorraine le prince Hohenlohe, oncle de l’empereur et futur chancelier. Le 18 mai 1895, les cloches arrivent de Berlin. Chacune portait l’écusson impérial et les inscriptions : « Empereur et Roi », de plus sur la grande : « Dieu », sur la moyenne : « le Roi » et sur la petite : « les frères ». L’empereur inaugure le temple le 17 octobre 1895. Il remplacera l’ancien temple, situé à côté du château de Claude Antoine de Vienne, comte de Clervant et époux de Catherine de Heu, les seigneurs de Courcelles au XVIe siècle. Ce sont eux qui ont favorisé la propagation des idées de la Réforme en Pays messin. Ce temple, aujourd’hui monument historique, est significatif de l’influence allemande à la fin du XIXe siècle.
  • L'ancien temple protestant, construit en 1839 par les huguenots, rue Roger Mazauric, aujourd'hui désaffecté.
  • Ancienne synagogue détruite rue du Maréchal Leclerc, une plaque commémorative marque l'emplacement de l'ancienne synagogue, construite en 1863 lourdement endommagée au cours de la seconde guerre mondiale et détruite quelques années plus tard pour la construction d'un immeuble.
  • Cimetière Israélite de 1842.
  • Cimetière Protestant rue Roger Mazauric.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le comte de Clervant : seigneur protestant de Courcelles au XVIe siècle.
  • Jean-Baptiste Pierre de Semellé (1773-1839), général de la Révolution et de l'Empire, décédé au château d'Urville et inhumé au cimetière de Courcelles-Chaussy.
  • Guillaume II, roi de Prusse et empereur d’Allemagne : il fit construire à Courcelles-Chaussy une gare, une école et un pensionnat pour jeunes filles.
  • Josué Hoffet (1901-1945), géologue, né à Courcelles-Chaussy, découvreur des premiers dinosaures au Laos en 1936.
  • Frédéric Hoffet (1906-1969), pasteur, avocat et écrivain, né à Courcelles-Chaussy, frère du précédent.
  • Paul Dorveaux (1851-1938), historien et médecin français, né à Courcelles-Chaussy.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Coupé de gueules à trois chevrons d’argent, et d’argent au lion de gueules chargé en cœur d’une étoile d’azur, à la fasce d’or brochant.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. Vincler, Les Courcellois et l’armée impériale de l’annexion à la première guerre mondiale, Association Du Chaussy à Courcelles.
  • Charles Vincler, La Marine nationale pour un Mosellan (1941-1945).
  • Gérard Léonard, "Guillaume II, 1888-1918, La tragédie des Hohenzollern"
  • Elda Léonard, "Présence huguenote à Courcelles-Chaussy, le Temple de Guillaume II"
  • Gabriel Quencez, "Histoire de Courcelles et du Chaussy de 1650 à 1871"
  • Gabriel Quencez, "Histoire de Courcelles et du Chaussy de 1871 à 1918"
  • Frédéric Hoffet – Antoine Sutter, "L'empereur Guillaume II à Courcelles-Chaussy, 1893-1913''
  • Victor Quencez – René Worms (Coordination Elda léonard), "Le bon vieux temps à Courcelles-Chaussy''
  • Bernard Kiffer, "Valentin Kiffer, destin tragique d'un médecin de campagne 1892-1945"
  • Jacques Bastien, "La bataille de Colombey dans le conflit franco-allemand de 1870 à 1871"
  • Jean-Louis Boreux, Metz et le pays de Courcelles-Chaussy à travers les siècles
  • Jean-Louis Boreux – Martine Delamarre, "Les Mosellans et les lois allemandes, un héritage : le droit local"
  • Auguste Haman, "Le trait d'union de Courcelles-Chaussy en exil, réédition du Journal de l'abbé Haman, 1925 à 1962"
  • Gilbert Fehr – Erwin Boulanger, "Le cimetière du choléra de Servigny-les-Raville"
  • Serge Thomas – Erwin Boulanger, "Inventaire des croix et calvaires de Servigny-les-Raville, le cimetière du choléra"
  • Erwin Boulanger, "Un guillotiné de l'An II"
  • Syndicat d'Initiative de Courcelles-Chaussy, Exposition Guerre et Paix, "Témoignages – Tome 1, 1939-1945"
  • Syndicat d'Initiative de Courcelles-Chaussy, Exposition Guerre et paix, "Témoignages – Tome 2, 1939-1945"
  • Syndicat d'Initiative de Courcelles-Chaussy, Exposition Guerre et Paix, "Metz et la Pays de Nied sous le Ier Empire"
  • Roger Mazauric, 'Courcelles-Chaussy : l'originale histoire d'un village du haut-Chemin
  • Roger Mazauric, 'Une église huguenote lorraine : Courcelles-Chaussy"

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.genealogie-metz-moselle.fr/pange/courcelles-chaussy.html
  2. Palmares 2008 du 49e concours des villes et villages fleuris, p. 19.
  3. a, b, c, d et e Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868
  4. a, b et c Bärbel Kuhn, Martina Pitz, Andreas Schorr - "Grenzen" ohne Fächergrenzen: interdisziplinäre Annäherungen (2007)
  5. a et b Passé-Présent : La Moselle dévoilée N°10 (Septembre-octobre-novembre 2013)
  6. Vies Communes, no 5, CCPP, octobre 2009, p. 4-5.
  7. Louis Emmanuel de Chastellux, Le territoire du département de la Moselle : histoire et statistique, Maline, 1860, 232 p., p. 219
  8. Verronais, 1844.
  9. 1944-1945:Les années liberté, Le Républicain lorrain, 1994 (p.14:Recensement préfectoral sur les dates de libération)
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  12. « Évolution et structure de la population à Courcelles-Chaussy en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté en 2 août 2010)
  13. « Résultats du recensement de la population de la Moselle en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté en 2 août 2010)