Marange-Zondrange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marange-Zondrange
Image illustrative de l'article Marange-Zondrange
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Boulay-Moselle
Canton Faulquemont
Intercommunalité Communauté de communes du District de Faulquemont
Maire
Mandat
Gérard Schwarz
2014-2020
Code postal 57690
Code commune 57444
Démographie
Population
municipale
319 hab. (2011)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 44″ N 6° 32′ 18″ E / 49.1122, 6.5383 ()49° 06′ 44″ Nord 6° 32′ 18″ Est / 49.1122, 6.5383 ()  
Altitude Min. 239 m – Max. 374 m
Superficie 8,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Marange-Zondrange

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Marange-Zondrange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marange-Zondrange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marange-Zondrange

Marange-Zondrange est une commune française située dans le département de la Moselle et le bassin de vie de la Moselle-est.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune comprend le chef-lieu Marange, le hameau Zondrange et la ferme de Henning. Le territoire de Marange-Zondrange présente un relief vallonné caractéristique des Pays de la Nied, avec deux cours d'eau (Perdsbach à Marange, Hesselterbach à Zondrange), et deux forêts. Le village de Marange est implanté en fond de vallée. Le noyau originel du village est formé par une vaste place centrale au milieu de laquelle coule le ruisseau, et qui était autrefois presque totalement fermée par des maisons mitoyennes. L'église, le cimetière et l'ancienne métairie de l'abbaye de Longeville qui lui faisait face (très fortement transformée et partiellement démolie) occupent le flanc de coteau regardant le Sud. Le village de Zondrange est un village-rue de typologie lorraine s'étendant sur la rive droite d'un petit ruisseau. La partie supérieure du village est complétée par une seconde rue faisant le tour de la chapelle. La ferme de Henning est établie sur un plateau entre les villages de Zondrange, Brouck et Narbéfontaine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • En Francique Lorrain: Mëringen-Sonneringen. En allemand: Möhringen-Zondringen (1871-1918).
  • Marange: Meringa (1121), Mairinga (1121), Mairinge (1127), Maringes (1130), Meringa (1180), Memringa et Meinringa (1356), Meiringen (XVIe siècle), Meneringa et Moneringa (1544), Meringen (1594), Mering (1606), Merange (1681), Maringen (XVIIIe siècle), Madrange (1793). En allemand: Märing[1].
  • Zondrange: Suringa (1285), Soudereinga et Sunderdinga (1356), Sonderingen (1451), Zondringa (1530), Sonderingen (XVIIe siècle), Sonderange (XVIIIe siècle), Sondrange (1702), Soudrange (1801). En allemand: Sunneringen[1].
  • Henning: Hennin (XVIIIe siècle), Héning[1]. En allemand: Henningen[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Marange est un ancien domaine de l'abbaye Saint-Martin-de-Glandières, terre lorraine jusqu'en 1766 puis française lors du rattachement du duché à la France à cette date. Zondrange, faisait partie dans un premier temps pour moitié des possessions lorraines de l'abbaye de Longeville, et pour moitié de la seigneurie de Raville, rattaché au duché de Luxembourg. Henning, fief lorrain, avait été concédé dès le XVIe siècle aux Navier, famille au service des ducs de Lorraine. Par cette concession, Etienne de Navier fut créé baron, et la famille prit le nom francisé de Hennin, avant d'être élevée à la dignité de comte au XVIIIe siècle. Les Hennin étaient en effet devenus de puissants seigneurs locaux, et avaient élu domicile dans le plus bel hôtel de la ville de Saint-Avold (actuel hôtel de ville). François de Hennin fut inhumé dans le chœur de l'église de Marange. La paroisse de Marange, très ancienne, étant sa juridiction sur la commune voisine, Hallering. Du XVIe siècle à la fin du XVIIIe siècle, elle comprenait également le village de Fouligny, qui retrouva son indépendance paroissiale après la Révolution. Au XIXe siècle, la paroisse de Marange-Zondrange-Hallering compta jusqu'à près de 800 habitants, entraînant la nécessité d'agrandir considérablement l'église Saint-Martin[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983   Gérard Schwarz aucun  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 319 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
296 281 271 330 430 429 413 400 418
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
389 366 361 363 346 305 307 318 266
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
262 259 273 215 218 218 221 191 230
1990 1999 2006 2011 - - - - -
279 279 297 319 - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Ferme de Henning, ancien domaine du baron François de Hennin. La maison seigneuriale date de la fin du XVIIe siècle, tandis que le corps de ferme a été reconstruit au XIXe siècle.
  • Calvaire monumental de 1946, restauré en 2010.
  • Croix du Choléra, face à l'église, datant de 1832 et restaurée en 2008.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Martin : clocher roman du XIIe siècle, nef de 1730 agrandie en 1851, chœur de 1851, abritant un orgue construit par Joseph Géant en 1866 et classé monument historique depuis 2003. Cet instrument exceptionnel est à ce jour l'instrument le plus authentique et le mieux conservé de ce facteur en ce qui concerne la partie instrumentale, toujours à traction mécanique. L'orgue est muet depuis 1966 mais est, depuis août 2011, l'objet d'une restauration respectueuse de son état d'origine. Le magnifique buffet néo-baroque à trois tourelles est inspiré de la production des facteurs mosellans Verschneider.
  • Chapelle Saint-Sébastien, à Zondrange, construite en 1965 par l'architecte Charles Sommermatter en remplacement d'un édifice du XIXe siècle qui conservait des éléments plus anciens.
  • Presbytère de 1731. Belle et grande façade lorraine traditionnelle, malheureusement fortement dénaturée depuis le début des années 2000.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Dominique Doyen,maire de Zondrange.Enterré dans l'allée de l'église de Zondrange le 6 mai 1749.
  • Simon Waris, curé de Marange-Zondrange-Hallering de 1815 à 1871, bienfaiteur de ces villages par la construction de plusieurs écoles, musicien, auteur et compositeur de chants religieux, auteur du roman Le Curé de Marange écrit en 1858 sous le pseudonyme d'Achille Simon[2].

Dialecte[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  2. a et b Alexandre Burtard, Les Mémoires de nos trois clochers, Marange-Zondrange-Hallering et l'ancien château de Henning, chez l'auteur, 2004, 430 p.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011