Bionville-sur-Nied

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bionville et Nied (homonymie).
Bionville-sur-Nied
Église Saint-Jean-Baptiste.
Église Saint-Jean-Baptiste.
Blason de Bionville-sur-Nied
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Boulay-Moselle
Canton Boulay-Moselle
Intercommunalité Communauté de communes du Pays boulageois
Maire
Mandat
Gérard Bazin
2014-2020
Code postal 57220
Code commune 57085
Démographie
Population
municipale
380 hab. (2011)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 20″ N 6° 28′ 52″ E / 49.1056, 6.4811 ()49° 06′ 20″ Nord 6° 28′ 52″ Est / 49.1056, 6.4811 ()  
Altitude Min. 212 m – Max. 329 m
Superficie 8,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Bionville-sur-Nied

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Bionville-sur-Nied

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bionville-sur-Nied

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bionville-sur-Nied

Bionville-sur-Nied est une commune française située dans le département de la Moselle et le bassin de vie de la Moselle-est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vallée de la Nied.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • D'un nom de personne germanique Bodo suivi du suffixe germanique -ing et villa/ville[1].
  • Beonville (1269), Bunga (1299), Buinga (1332), Bouinville (1360), Bungen (1448), Bunguen (1461), Byngen (1542)[2], Binga (1544), Byonville (1680). Bingen en allemand[3] et en francique lorrain.
  • Morlange: Morlangen et Morlen (1594), Morlong (1606), Morlange-sur-Nied (1779). Morlangen en allemand[3].
La mairie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une communauté juive était présente dès le XVIIe siècle. Les Juifs de Bionville étaient principalement des marchands de bestiaux. Dès 1950 la plupart des membres de la communauté juive de Bionville allèrent s'installer à Metz ou à Boulay. Léon et Marcel Halphen furent tous deux élu maire de Bionville /sur/Nied. Marcel Halphen fût le dernier juif de Bionville sur Nied, son nom a été donnée à la place centrale du village qui sert de parking au foyer rural de Bionville sur nied. Une plaque commémorative signale l'emplacement de la synagogue rasée par les nazis. La famille de Simone Veil est originaire de cette commune

L'ancienne commune de Morlange a été réunie en 1812 à Bionville-sur-Nied. En 1806 elle comptait 171 habitants.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1988 mars 2001 Alain Surmely    
mars 2001 en cours Gérard Bazin    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 380 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
316 400 495 654 796 779 680 622 571
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
535 506 492 461 435 425 439 406 305
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
299 260 258 223 242 281 292 284 336
1990 1999 2005 2006 2010 2011 - - -
375 363 360 359 375 380 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifice civils[modifier | modifier le code]

Chapelle Saint-Pierre de Morlange.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jean-Baptiste
  • Église Saint-Jean-Baptiste construite en 1769 : clocher néo-roman fin XIXe siècle.
  • Chapelle Saint-Pierre de style roman à Morlange.
  • Ancienne synagogue détruite rue Principale, une stele commémorative marque l'emplacement de l'ancien synagogue détruite au cours de la seconde guerre mondiale.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Marcel Halphen, maire de Bionville

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre.
  2. Onoma: Volumes 36 à 37 - International Centre of Onomastics (2001).
  3. a et b Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011