Niedervisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Niedervisse
Le village et les éoliennes
Le village et les éoliennes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Boulay-Moselle
Canton Boulay-Moselle
Intercommunalité Communauté de communes du Pays boulageois
Maire
Mandat
Gérard Crusem
2014-2020
Code postal 57220
Code commune 57507
Démographie
Population
municipale
254 hab. (2011)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 10′ 04″ N 6° 34′ 10″ E / 49.1677777778, 6.56944444444 ()49° 10′ 04″ Nord 6° 34′ 10″ Est / 49.1677777778, 6.56944444444 ()  
Altitude Min. 289 m – Max. 385 m
Superficie 5,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Niedervisse

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Niedervisse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Niedervisse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Niedervisse

Niedervisse est une commune française située dans le département de la Moselle et le bassin de vie de la Moselle-est.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Sainte-Marie-Madeleine
Les éoliennes surplombant le village

Ce petit village de Moselle est entouré presque exclusivement de champs. La culture du maïs, de la betterave, des pommes et de la pomme de terre, ainsi que l'élevage de bovins sont très développés. Le village est aussi bordé par la forêt du camp du Ban-Saint-Jean.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Le village connaît différents changements du nom au cours des siècles : il est appelé Weyse en 1283, Niderwise en 1284, Weigge la Basse en 1390, Basse Weize en 1391, Wieza en 1416, Niederwiesen en 1424, puis Wiesen en 1467 et Vesa en 1607. On le retrouve sous Wysen et Nyederwysel en 1615, à nouveau sous Vesa en 1624, puis Wisse en 1626, Niederweisen en 1667, Niderwuissen en 1681, Nidervise au XVIIIe siècle, Niedrevisse en 1793, Nidervisse en 1801, Niederwiese en 1871-1918, et enfin Niederwiesen en 1940-44. L'orthographe Wiese, choisie lors de la germanisation du toponyme en 1871 et 1940, faisait la distinction entre la localité située dans la partie inférieure de la prairie et celle de la partie supérieure, Oberwiese. Mais d'après les spécialistes, le nom Wise-Wieza viendrait du latin Vicus, signifiant lieu, localité/bourgade, ou du germanique wiese "prairie"[1]. L'orthographe actuelle française, Niedervisse, serait donc plus conforme à la signification originale : la localité inférieure par rapport à Obervisse, le village situé plus haut.
  • En francique lorrain: Nidderwis.

Sobriquets[modifier | modifier le code]

  • Anciens sobriquets désignant les habitants[2]: Bohnepäns (panses de haricots).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les vestiges - pierres et tuiles - d'une voie romaine ont été découverts sur le ban de la commune, menant au village voisin de Boucheporn, centre important de production de céramique sigillée durant l'époque gallo-romaine. Au Moyen Âge, le village est terre d'Empire, dépendant du comté de Créhange jusqu'en 1793, date de son rattachement au royaume de France. L'ancien village, qui se trouvait à côté du cimetière, est détruit en 1636 lors de la guerre de Trente Ans. La plupart des faits liés au village de Niedervisse sont aussi liés à la guerre. Une grande partie de ces dossiers ont en revanche été détruits. Le seul fait marquant encore enregistré est peut-être le déplacement de l'église au centre du village au XIXe siècle.

Les gendarmes d'une commune voisine ont découvert, en l'an 2000, des fosses où gisaient plusieurs corps dans la forêt voisine du camp du Ban-Saint-Jean, tous datant de la période 1939-1945. Il reste beaucoup de bunkers et de bâtiments ayant servi à des militaires. Le village est souvent traversé par des forces armées, venant s'entrainer dans la forêt du Ban-Saint-Jean qui est désormais interdite aux civils.

Cultes[modifier | modifier le code]

L'ancienne église catholique étant excentrée par rapport au nouveau village, son déplacement au centre du village est décidé au début du XIXe siècle. Le nouvel édifice, dédié à sainte Marie-Madeleine, est érigé en 1817.

Le village abrite jusqu'à la Seconde Guerre mondiale une importante communauté juive, avec synagogue et cimetière, ce qui lui vaudra le surnom de Niedervissen den Juden (Niedervisse la Juive)[3]. L'ancien cimetière juif se situe plus loin vers les abords du village, en direction de Coume.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989   Serge Wenner    
  Février 2001 Edmond Jager    
mars 2001   Gérard Crusem    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 254 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
391 309 410 621 626 632 550 560 592
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
603 331 320 328 312 287 264 255 243
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
238 213 220 176 186 175 174 152 157
1990 1999 2005 2006 2010 2011 - - -
174 197 209 209 244 254 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale Sainte-Marie-Madeleine, érigée au centre du village en 1817.
  • L'un des monuments situé dans le cimetière catholique du village, au lieu-dit Oberster Weideplatz est classé monument historique par arrêté du 6 décembre 1990[6]. Il s'agit d'un caveau qui date des XVe et XVIe siècles, rempli de plusieurs squelettes (vingt), tous datant de cette époque. Les pierres tombales ont été utilisées dans ce cimetière à partir du XIXe siècle. La première tombe date de 1823, érigée pour Marie Paul. Ce cimetière se situe sur l'emplacement de l'ancienne église, détruite puis reconstruite au centre du village. Le vieil autel de l'ancienne église est toujours présent au centre du cimetière, où il domine tout le village avec sa grande croix de Jésus.
  • Ancien ossuaire au cimetière XVe et XVIe siècles.
  • Synagogue: la synagogue daterait de 1780. Elle a été détruite par les nazis, qui ont également rasé les maisons juives, et un hangar a été construit à sa place.
  • Le cimetière juif, situé en dehors du village, sur la route vers Coume.
  • Les croix et calvaires parsemant le ban communal.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes-Ernest Nègre.
  2. Cercle "Die Furbacher" - Histoire locale de Forbach no 62 - 2008
  3. La communauté de Niedervisse
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  6. Description de l'ossuaire dans la base de données du ministère de la culture.