Lindre-Haute

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Lindre-Basse
Lindre-Haute
Église Saint-Gibrien
Église Saint-Gibrien
Blason de Lindre-Haute
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Château-Salins
Canton Dieuze
Intercommunalité Communauté de communes du Saulnois
Maire
Mandat
Olivier Guyon
2014-2020
Code postal 57260
Code commune 57405
Démographie
Population
municipale
52 hab. (2011)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 48′ 52″ N 6° 45′ 04″ E / 48.8144, 6.751148° 48′ 52″ Nord 6° 45′ 04″ Est / 48.8144, 6.7511  
Altitude Min. 205 m – Max. 247 m
Superficie 2,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Lindre-Haute

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Lindre-Haute

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lindre-Haute

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lindre-Haute

Lindre-Haute est une commune française située dans le département de la Moselle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lindre-Haute est a deux kilomètres de la ville de Dieuze et a un trentaine de kilomètres de Sarrebourg. La commune est située au sommet d'une butte ce qui lui vaut la qualificatif de Haute contrairement à sa voisine bordant l'étang de Lindre appelée Lindre-Basse.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • la Haute Lindre/La Petite-Lindre/la Haulte-Linder en 1476, Oberlinde en 1525, Lindre (Haute) en 1793.
  • Ober Linder pendant l'annexion allemande.

Histoire[modifier | modifier le code]

On ne connaît pas la date de création de Lindre-haute mais la commune est mentionnée dans des ouvrages du XIVe siècle. La commune fut totalement détruite pendant la Guerre de Trente Ans dans le Saint Empire romain Germanique (1618-1648). Dans les années 1920-1930, Lindre-Haute a été une commune d'innovation et de progrès quoique petite et peulpé de cultivateurs. En effet la première station de pompage de l'est y fut construite suite au travail acharné des ingénieurs et du maire Paul Dubroux. Pendant la Seconde Guerre mondiale Lindre-Haute a été occupé par les allemands, les familles expulsées ont été contraintes a s'installer dans le sud de la France, sur 27 familles seulement deux sont restées. Durant cette période la commune fut rebaptisée Uber-Linden.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1915 1965 Paul Dubroux   Cultivateur
1965 mars 1995 Maurice Schang    
mars 1995 2006 Pierre Beaugé    
2006 en cours René Notin   Cultivateur

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 52 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
90 60 99 123 133 141 145 174 144
1856 1861 1871 1875 1880 1885 1890 1895 1900
131 134 120 127 118 104 92 91 89
1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
85 106 86 95 80 80 88 84 82
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011 -
83 71 66 66 57 61 61 52 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Puits de Saint-Gibrien, lieu de pèlerinage.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Gibrien dont le chœur fut créé au XIVe la nef au XVIIIe siècle et un oculus ; l'autel du XVIIIe représente des mains sculptées en pierre (légende des mains d'un saint sorties de terre). Elle a aussi un grand chapiteau corinthien.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011