Malroy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Malroy
Église Saint-Maurice.
Église Saint-Maurice.
Blason de Malroy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Metz-Campagne
Canton Vigy
Intercommunalité Communauté de communes Rives de Moselle
Maire
Mandat
Michel Boulanger
2014-2020
Code postal 57640
Code commune 57438
Démographie
Population
municipale
384 hab. (2011)
Densité 108 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 10′ 37″ N 6° 12′ 47″ E / 49.1769, 6.213149° 10′ 37″ Nord 6° 12′ 47″ Est / 49.1769, 6.2131  
Altitude Min. 160 m – Max. 205 m
Superficie 3,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Malroy

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Malroy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Malroy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Malroy

Malroy est une commune française située dans le département de la Moselle en Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Malroy fait partie du canton de Vigy. Le village a la particularité de surplomber la Moselle de 10 à 20 mètres et ne subit pas de fait les crues de celle-ci.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Toponymie[modifier | modifier le code]

Évolution du nom du village (date du document dans lequel le nom apparait)[1] : Mallarey (1128); Mallerei (1137); Malroi (1235); Malrois (1250); Maleroy (1263); Malleroit (1281); Marloy (1315); Mallerois (1404); Malleroys (1553); Malleroy (1680); Malleloi (période révolutionnaire). Malrich (1915–1918 & 1940–1944).
En Lorrain: Malreu[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village dépendait du Pays messin et faisait partie du Haut Chemin. Nos ancêtres nommaient ainsi la route de Bouzonville. Au Moyen Âge, les pèlerins du pays messin empruntaient cette voie pour aller à Sainte-Barbe y prier leur patron.

Thiébault de Heu, maître échevin de la ville de Metz achete Malroy. Malroy était le fief de la famille de Heu dont l’hôtel se trouve rue de la Fontaine à Metz, puis en 1728 des Jobert dont l’hôtel s’ouvre rue du Chanoine Collin[2].

Siège d’un fief dépendant en partie de la princerie de la cathédrale Saint-Étienne de Metz, Malroy était en 1861 annexe de la paroisse de Charly. Malroy fit partie en 1790 du canton d’Argancy, passa dans celui d’Antilly sous l'organisation de l’An III et dans le canton actuel en 1802.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

D’azur à une montagne d’or de six rochers, accolée de deux écureuils grimpants et affrontés d’argent, surmontée de deux étoiles d’or.

Ce sont les armes de la famille messine Poutet qui a possédé la seigneurie de Malroy aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
vers 1807   Jean Lacour    
mars 1977 mars 1995 François Istria    
mars 1995 mars 2008 François Pianezzola    
mars 2008   Henri Poinsignon    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 384 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
266 261 259 250 256 249 242 242 215
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
215 203 224 228 218 183 164 173 132
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
172 176 167 169 188 231 281 297 297
1990 1999 2006 2011 - - - - -
304 339 378 384 - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • passage d’une voie romaine ;
  • moulin (quelques meuniers : Flavigny Auguste Godard en 1729, Félix Goullon, Jules Goullon est le dernier meunier jusqu’en 1950) ;
  • cloche de l’école, fondue par André Guenser à Metz en 1895 ;
  • restes de maison forte.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • église Saint-Maurice de 1865, croix au-dessus de la porte de 1764, clocher et nortex (narthex ?) romans du XIIe siècle, vitraux de L. Maréchal du XIXe siècle ;
  • porte du cimetière du XVIIIe siècle ;
  • statue de saint Martin à cheval du XVe siècle ;
  • croix, inscription « Jean Lacour, maire de Malroy (1807) », date à l’arrière 1642 ;
  • croix, inscriptions « I.N.R.I / M.C. (1726), restaurée pour la gloire de Dieu le 3 juin 1803 ;
  • croix érigée par les soins de J.F. Hennequin et de Marie Bourg son épouse, le 1er avril 1842.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Phillips, Patrimoine rural en Pays messin, Éditions Serpenoise, 2006, ISBN 2-87692-698-9.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868
  2. source CC Maizières
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011