Flastroff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Flastroff
Image illustrative de l'article Flastroff
Blason de Flastroff
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Thionville-Est
Canton Sierck-les-Bains
Intercommunalité Communauté de communes des Trois Frontières
Maire
Mandat
Roland Schneider
2014-2020
Code postal 57320
Code commune 57215
Démographie
Population
municipale
311 hab. (2011)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 22′ 03″ N 6° 32′ 01″ E / 49.3675, 6.533649° 22′ 03″ Nord 6° 32′ 01″ Est / 49.3675, 6.5336  
Altitude Min. 214 m – Max. 307 m
Superficie 8,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Flastroff

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Flastroff

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Flastroff

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Flastroff

Flastroff est une commune française située dans le département de la Moselle.

Géographie[modifier | modifier le code]

  • Ecarts et lieux-dits: Zeurange

Toponymie[modifier | modifier le code]

Flastroff[modifier | modifier le code]

Fladesdorpht (1182); Flaistorf, Flosdorf propè Busendorf (1184); Flachstorff (1594); Flestroff (1617); Flostroff (1625); Flostroff (1689); Flasdorf (1708); Flastroff (1793); Flasdorf (1871-1918).

Zeurange[modifier | modifier le code]

Soeringas (720), Sireringa (XIe siècle), Zuringa (XIe siècle), Zuringen (1594), Xoirange (1680), Zeringen (1682), Zerrange (1698), Souringen (1756), Souringes (1762), Zérange (1779).

Sobriquets[modifier | modifier le code]

Sobriquets anciens désignant les habitants de la commune:

  • Di Flooschtrowwer Grundeln (les têtards de Flastroff).
  • Di Zeiringer Béck (les boucs de Zeurange).

Histoire[modifier | modifier le code]

La découverte de substructions romaines atteste d'une présence humaine sur la commune depuis l'Antiquité. En 1859, l'abbé Curicque mit à jour dans la forêt de Flastroff, au lieu dit « Keller », des tessons de sigillée, des ossements calcinés, des plaques de ciment rouge, des débris de fresques, des carreaux en terre cuite, des fragments de tuiles et des briques. Vers 1842, des tuiles et des monnaies avaient été découvertes au lieu dit « Eichelhaeuser » à Zeurange et « Kleinheid » à Flastroff. Les différents noms de la commune au travers des siècles furent « Fladerdorpht » en 1182, « Flaisdorf » en 1184, « Flestroff » en 1617, « Flostroff » en 1689, « Flasdorf » en 1708. Le village fut rattaché à la France en 1681. Après avoir appartenu à l'abbaye bénédictine de Prüm en Allemagne, le village est devenu propriété de la seigneurie de la Chartreuse de Rettel. Une partie dépendait de la seigneurie de Zoeurange en 1682, le 21 août 1812 la commune est réunie à Waldwiesedorf, pour redevenir commune avec Zoeurange le 14 avril 1847.

La visite canonique de 1760 signale la présence d'une chapelle, dédiée à saint Éloi, sur une butte à un kilomètre au sud du village. Elle était entretenue par un ermite. En 1734 elle était assez grande mais pauvre en ornements, le comte Duhan en était le collateur de la dîme. En 1766 on cite la beauté du site et de l'ermitage, en 1781 on posera une cloche que l'on retrouvera au pensionnat de Rustroff. En 1854, on décide d'y construire une église sous l'impulsion de l'abbé J.-M. Curique (1827-†1892), la construction durera jusqu'en 1861.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 2001 Roland Mansion    
mars 2001 mars 2014 Christian Kuhn    
mars 2014 en cours Roland Schneider    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 311 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890
202 235 575 563 531 541 549 537 517
1895 1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946
507 477 487 487 461 452 427 450 410
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011
403 409 398 370 371 357 330 302 311
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Tous les 25 juin, a lieu le grand pèlerinage de Saint-Éloi. Les pèlerins quittent leur domicile la veille. Tout au long du chemin, ils tiennent par la bride leurs chevaux et récitent le chapelet. Arrivés au sanctuaire, ils écoutent les vêpres et font de multiples prières. Le lendemain, la messe est précédée d'un hymne solennel. Pendant ce temps, les chevaux sont promenés en procession autour de la chapelle. Quand on passe devant la porte de la chapelle laissée grande ouverte, chaque cultivateur fait une génuflexion en direction de l'autel. Si l'animal est absent, son propriétaire lui coupe les plus beaux crins et fait la procession en les tenant à la main. À la fin de la cérémonie, il les dépose sur les marches de l'autel. Après l'office, le prêtre bénit de l'eau contenue dans une grande cuve et, avant de rentrer chez eux, les pèlerins en remplissent de petites bouteilles. Ce liquide sera versé dans la boisson des chevaux malades[4].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Vestiges gallo-romains : tuiles, monnaies.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale néo-gothique Saint-Éloi, a remplacé la chapelle Saint-Éloi avec ermitage, datant du milieu du XVIIIe siècle. L'église actuelle fut reconstruite de 1858 à 1866. La 1ère pierre fut posée en 1861 et la consécration eut lieu le 3 juillet 1865 (but d'un pèlerinage au cours duquel se faisait la bénédiction des chevaux, aujourd'hui des tracteurs agricoles).
  • Chapelle Saint-Gall de Zeurange, remplace une ancienne chapelle ; la chapelle actuelle a été construite en 1887.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  4. http://www.aschum.com/flastroff/pel.htm