Bistroff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Bischtroff-sur-Sarre.
Bistroff
Image illustrative de l'article Bistroff
Blason de Bistroff
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Forbach
Canton Grostenquin
Intercommunalité Communauté de communes du Centre mosellan
Maire
Mandat
Jean Delles
2014-2020
Code postal 57660
Code commune 57088
Démographie
Population
municipale
330 hab. (2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 59′ 34″ N 6° 42′ 53″ E / 48.9928, 6.7147 ()48° 59′ 34″ Nord 6° 42′ 53″ Est / 48.9928, 6.7147 ()  
Altitude Min. 245 m – Max. 315 m
Superficie 19,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Bistroff

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Bistroff

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bistroff

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bistroff

Bistroff est une commune française située dans le département de la Moselle en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La majeure partie de la superficie de l'étang du Bischwald se situe sur le ban communal de Bistroff. C'est un étang à roselières, dont l'intérêt principal est son avifaune variée. Il ressemble à un bonhomme.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Bizzinsdorff & Bizzersdorff (XIIe siècle), Bistrof (1368), Bustroff (1447), Bistorf (1450), Bustorf (1467), Bistoff & Bistorff (1544), Bisdorf (1681), Bistroft & Bischtroft (1756), Bistroff (1793), Bischdorf (1871-1918).
  • En francique lorrain: Bischtroff.

Sobriquet[modifier | modifier le code]

Die Batzer (les fanfarons, les hâbleurs)[1], ce mot est dérivé du nom d’une petite monnaie en argent nommée Batzen.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Fut construit sur l'emplacement d'une forêt défrichée.
  • Chef-lieu d'une mairie de l'évêché de Metz qui relevait de la châtellenie de Hinguesange. Ancienne paroisse de l'archiprêtré de Morhange.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 en cours Jean-Claude Gérard    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 330 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
397 415 543 317 689 677 585 590 580
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
530 473 441 427 428 443 395 393 334
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
315 331 323 269 723 910 294 273 268
1990 1999 2006 2008 2011 - - - -
276 299 331 340 330 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Passage de la voie romaine.
  • Ferme de Alt-Belgrad, aujourd'hui disparue.
  • Église Saint-Maurice XVIIIe siècle, entièrement reconstruite après 1950.

L'école-mairie[modifier | modifier le code]

Le bâtiment de l'école-mairie est construit en 1905, comme l'indique l'inscription gravée dans le frontispice. Sérieusement endommagée suite aux bombardements lors de la Libération de novembre 1944, l'école est rapidement remise en état, permettant l'accueil des élèves de la classe unique dès janvier 1945.

Durant l'année 1967, de gros travaux de modernisation sont entrepris comme la mise aux normes des deux salles de classe, des sanitaires, la création du préau ainsi que le goudronnage de la cour de récréation. En 1984 a lieu une seconde rénovation avec l'installation du chauffage central, la création de faux plafonds et le revêtement des sols.

À la veille de la Seconde Guerre mondiale, la classe unique comptait 42 élèves, alors qu'en 1950, l'effectif était descendu à 14 écoliers.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Passé-Présent : La Moselle dévoilée N°7 (Septembre-Octobre-Novembre 2012)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011