Hallering

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hallering
Image illustrative de l'article Hallering
Blason de Hallering
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Boulay-Moselle
Canton Faulquemont
Intercommunalité Communauté de communes du District urbain de Faulquemont
Maire
Mandat
Luc Ballasse
2008-2014
Code postal 57690
Code commune 57284
Démographie
Population
municipale
114 hab. (2011)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 07′ 13″ N 6° 33′ 10″ E / 49.1203, 6.5528 ()49° 07′ 13″ Nord 6° 33′ 10″ Est / 49.1203, 6.5528 ()  
Altitude Min. 260 m – Max. 378 m
Superficie 3,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Hallering

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Hallering

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hallering

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hallering

Hallering est une commune française située dans le département de la Moselle et le bassin de vie de la Moselle-est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hallering est un village-rue lorrain traditionnel construit à flanc de coteau sur la rive droite du Perdsbach, petit cours d'eau prenant sa source sur le ban de la commune de Boucheporn. Le territoire communal comprend trois forêts situées au sud et à l’est.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Halderchanges (1284)[1], Haildenges et Haldange (1299), Halleringe (1356), Halderinga (1371), Halering (1632), Hallerange (1655), Halleringen (1683), Hallering (1793), Halleringen (1871-1918).
  • En allemand: Halleringen[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Hallering est un ancien domaine de l'abbaye Saint-Martin-des-Glandières de Longeville dont les voués étaient les seigneurs de Varsberg et de Raville, ce qui fit passer le village sous la domination du duché de Luxembourg jusqu'au 16 mai 1769, date de la réunion des enclaves dépendant des seigneurs de Raville à la couronne de France, Hallering fut ensuite classé au bailliage de Boulay en 1773[2]. Le village dépend sur le plan religieux de la paroisse de Marange-Zondrange depuis le XIIe siècle et dispose d'une chapelle construite à l'extrême-fin du XVIIe siècle[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1969 mars 1995 Willy Webanck    
mars 1995 mars 2001 Martine Maire    
mars 2001 mars 2008 Raymond Maire    
mars 2008   Luc Ballasse    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 114 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
237 180 172 220 256 267 240 243 237
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
245 240 213 185 167 183 176 180 142
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
126 131 147 143 124 120 104 84 88
1990 1999 2006 2007 2011 - - - -
81 102 114 115 114 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5])
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • On trouve dans la commune plusieurs maisons anciennes (malheureusement fortement dénaturées pour la plupart), comprenant des décors de plafond dits « à estrich », c'est-à-dire des motifs imprimés dans des dalles de plâtre formant à la fois un plafond et un plancher pour l'étage supérieur. Ces décors, présentant des fleurs, des signes religieux, des animaux, ont été réalisés entre le XVIIe et le XIXe siècle exclusivement en Lorraine germanophone.
  • Belle croix du Choléra, érigée en 1832 et restaurée en 2007. On y voit des représentations de saint Sébastien et saint Roch.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Chapelle Saint-Antoine de Padoue, construite en 1698, dont le décor a été complété au XIXe siècle. La chapelle a été restaurée au cours des années 2000 en raison d'importants dégâts causés à la maçonnerie lors d'un accident impliquant un camion.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Simmer, "Toponymie mosellane", 2002
  2. a et b Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  3. Alexandre Burtard, Les mémoires de nos trois clochers, Marange-Zondrange-Hallering et l'ancien château de Henning, chez l'auteur, 2004, 430 p.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011