Hémilly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hémilly
Église Saint-Hubert
Église Saint-Hubert
Blason de Hémilly
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Boulay-Moselle
Canton Faulquemont
Intercommunalité Communauté de communes du District urbain de Faulquemont
Maire
Mandat
Michel Baylac
2014-2020
Code postal 57690
Code commune 57313
Démographie
Population
municipale
143 hab. (2011)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 03′ 43″ N 6° 30′ 08″ E / 49.0619, 6.5022 ()49° 03′ 43″ Nord 6° 30′ 08″ Est / 49.0619, 6.5022 ()  
Altitude Min. 238 m – Max. 293 m
Superficie 14,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Hémilly

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Hémilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hémilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hémilly

Hémilly est une commune française située dans le département de la Moselle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hémilly appartient au bassin de vie de la Moselle-est.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • De Hamiliacu ou Hamilingas (d'un nom de personne germanique Hamil(o) + -ing)[1], ou d'un nom de personne germanique Helmin + -iacum[2].
  • Anciennes toponymies: Omanges dit Hemilly (1594)[1], im Hemeringer weg (1688)[1], Homlange[3] et Heming[4] (1756), Hemming (1766), Hemilly (1793), Hemelich (1915–1918 & 1940–1944).
  • En Lorrain: Hemly. En allemand: Hemming[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Dépendait de l'ancienne province de Lorraine (bailliage de Boulay).
  • Était annexe de la paroisse de Guinglange.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Coupé : au 1° parti d'azur au lion couronné d'argent, et d'argent à la clef contournée de gueules ; au 2° de gueules à la rencontre de cerf d'argent sommée d'une croix d'or.

Le lion, tiré du blason de Bérus, rappelle qu'Hémilly appartenait à cette châtellenie. La clef indique que le village faisait partie du ban Saint-Pierre, une possession de l’abbaye de Saint-Pierre-aux-Nonnains de Metz. Enfin le cerf en pointe est l'emblème de saint Hubert, le patron de la paroisse[5]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 198 mars 1995 Christian Royer    
mars 199 mars 2001 Denis Sibille    
mars 200   Michel Baylac    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 143 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
296 276 322 343 360 359 335 293 278
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
269 231 239 246 218 217 209 198 167
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
157 145 150 144 122 124 102 80 102
1990 1999 2004 2006 2009 2011 - - -
113 148 147 147 145 143 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges gallo-romains.
  • Hêtre de 350 ans portant l'inscription « Je suis le hêtre aux loups ».

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Hubert, néo-gothique, 1878.
  • Chapelle Notre-Dame-du-Chêne 1901, en forêt domaniale de Hémilly.
  • Croix du choléra, en grès local, sur la route qui va à Aoury deuxième moitié du XIXe siècle, érigée par la famille Brun-Wagner. La carte des Naudin atteste l'existence d'une autre croix à cet endroit avant 1720[5].
  • Croix, en allant vers Guinglange[5].
  • Croix de Faux, début XXe siècle, bien conservée, porte les instruments de la passion[5].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Onoma - Volumes 36 à 37 - International Centre of Onomastics (2001).
  2. Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre.
  3. a et b Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  4. Ortsnamenwechsel: Bamberger Symposion 1. bis 4. Oktober 1986 - Rudolf Schützeichel.
  5. a, b, c et d Erwin Boulanger, Les croix de chemin et de village de la communauté de paroisses de Sainte-Thérèse au pays de Nied, 1er trimestre 2010, p. 80-83 (ISBN 2.95211714-2-4) édité erroné.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011