Villers-Stoncourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villers.
Villers-Stoncourt
Mémorial du Souvenir 39-45.
Mémorial du Souvenir 39-45.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Metz-Campagne
Canton Pange
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Pange
Maire
Mandat
Jean-François Lellig
2014-2020
Code postal 57530
Code commune 57718
Démographie
Population
municipale
244 hab. (2011)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 03′ 27″ N 6° 25′ 03″ E / 49.0575, 6.417549° 03′ 27″ Nord 6° 25′ 03″ Est / 49.0575, 6.4175  
Altitude Min. 224 m – Max. 328 m
Superficie 10,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Villers-Stoncourt

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Villers-Stoncourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villers-Stoncourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villers-Stoncourt

Villers-Stoncourt est une commune française située dans le département de la Moselle constitué des hameaux de Stoncourt, Villers, la Houtte et Aoury. Elle fait partie de Chanville de 1812 à 1833.

Géographie[modifier | modifier le code]

Villers-Stoncourt est l’une des rares communes françaises à ne pas posséder l’internet par l’ADSL cependant la communes est reliée au réseau à haut débit du conseil général de la Moselle par WiMAX.
Le hameau de Aoury est situé au bord de la frontière linguistique, ce qui explique les anciennes mentions germaniques de ce lieu (1594: Albrich et 1631: Aurich)[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Villers-Stoncourt en 1801, Stondorf en 1915-1918 et 1940-1944.
  • Villers[2] : Villeir deleiz Stoncourt (1404), Villers sur le Haut (1420), Viller au ban Saint-Pierre (1594), Villers ban Saint-Pierre (XVIIIe siècle). Vlé en lorrain roman.
  • Stoncourt[2] : Stoncourt (1445 & 1544). Stonco en lorrain roman.
  • Aoury[2],[3] : Auwerey (1335), Aury ou Awerry (1445), Abris (1572), Albrich et Albritch (1594), Avrich ou Ongerange (1631), Avrich (1718), Aoury alias Ongerange (1756), Oury (1781), Aoury ou Awry (1825). Ouri en lorrain roman.

Histoire[modifier | modifier le code]

Villers, Stoncourt et Aoury faisaient partie du Ban Saint-Pierre, cédé à la France en 1718.
Villers et Stoncourt réunis formaient depuis 1790 une commune qui fut réunie à Chanville par décret du 31 juillet 1812 puis érigé de nouveau en commune, avec Aoury pour annexe, par ordonnance royale de 1833[4].

L’église paroissiale, entourée du cimetière, était située sur le mont Saint-Pierre jusqu’en 1854.

Le mont Saint-Pierre ou côte 325 qui domine le village. Depuis très longtemps, à cet endroit, il y avait une église. L’église du mont Saint-Pierre est liée à l’existence de religieuses bénédictines du monastère de Saint-Pierre-aux-Nonnains à Metz. Elle fut dédiée à saint Pierre, ce qui donna son nom à cette côte. Cette église fut rasée en 1854 et une nouvelle église fut érigée dans le village même en 1856. En 1865 fut construite cette chapelle commémorative. Elle fut restaurée en 1975 et les tombes restantes de l’ancien cimetière furent alignées à côté de la chapelle. Cette commune est constituée de quatre hameaux : Stoncourt, Villers, la Houtte et Aoury.

En 1975 fut érigé, à l’initiative de l’abbé Pierre Fauveau, un mémorial en forme de croix de Lorraine en l’honneur de tous les combattants de la Seconde Guerre mondiale.

Par arrêté préfectoral du 20 août 2014, Villers-Stoncourt, ayant rejoint la communauté de communes du Sud messin en janvier 2014 comme les autres communes de la communauté de communes de Rémilly, préfère rejoindre la communauté de communes du Pays de Pange pour des raisons géographiques et socio-économiques[5].

Blasonnement[modifier | modifier le code]

De gueules à deux clefs d’or posées en pal, accostées de deux croix de Lorraine d’argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
an VIII   François Fenot    
mars 1995 mars 2001 Émile Elloy    
mars 2001 mars 2008 Hubert Chloup    
mars 2008   Jacqueline Magard    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 244 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1836 1841 1861 1866 1871 1875
248 301 293 518 504 434 439 409 409
1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921 1926
411 389 355 347 328 305 283 235 211
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
211 193 180 185 203 191 174 172 162
1999 2006 2007 2011 - - - - -
165 212 219 244 - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Passage d’une voie romaine ; traces de villas.
  • Mémorial du Souvenir 39-45 : croix de Lorraine sur le mont Saint Pierre.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Ancienne église sur le mont Saint-Pierre, rasée en 1854.
  • Église Saint-Pierre de Villers, néo-romane, construite en 1856, érigée dans le village.
  • Chapelle commémorative sur le mont Saint-Pierre, construite en 1865 et restaurée en 1975 ; les tombes restantes de l’ancien cimetière sont alignées à côté de la chapelle.
  • Chapelle de la Sainte Vierge Marie d’Aoury, construite en 1886.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Société française d'onomastique - Nouvelle revue d'onomastique, Numéros 21 à 24 (1993)
  2. a, b et c Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868
  3. International Centre of Onomastics - Onoma, Volumes 36 à 37 (2001)
  4. Louis Emmanuel de Chastellux, Le territoire du département de la Moselle : histoire et statistique, Maline, 1860, 232 p., p. 219
  5. « Villers-Stoncourt - La commune rejoint l’intercommunalité de Pange » dans Le Républicain lorrain du 5 septembre 2014.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011