The Clash

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Clash.

The Clash

Description de cette image, également commentée ci-après

The Clash en live à Chateau Neuf à Oslo en Norvège - 21 mai 1980

Informations générales
Pays d'origine Londres, Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Punk rock
Années actives 19761985
Labels CBS Records
Site officiel http://www.theclashonline.com
Composition du groupe
Anciens membres Joe Strummer
Mick Jones
Paul Simonon
Keith Levene
Terry Chimes
Topper Headon
Nick Sheppard
Pete Howard
Vince White
Logo

The Clash[1] est un groupe de punk britannique, formé à Londres dans les années 1970 et connu pour être un des quatuors majeurs de l'histoire du rock[2] et du punk rock britannique. Il commence sa carrière en 1976 et se dissout en 1985. En 2003, la formation entre au Rock and Roll Hall of Fame[3].

Ses personnalités les plus importantes sont Joe Strummer et Mick Jones, tous deux à la guitare et au chant, ainsi que le bassiste Paul Simonon. Son style, rattaché au mouvement punk, est principalement un rock contestataire dont l'importance des textes est primordiale[4]. C'est un groupe qui se caractérise également par sa capacité à intégrer à sa musique des sonorités différentes en puisant à la source des racines musicales de ses membres, parmi lesquelles le punk, le rock, le rockabilly, le reggae, le ska ou encore le dub[5],[6]. Ainsi, The Clash est un des premiers groupes blancs à assimiler le reggae (reprise de Police & Thieves de Junior Murvin sur leur premier album et leur composition (White Man) In Hammersmith Palais en 1979).

Histoire du groupe[modifier | modifier le code]

Mick Jones, l'un des fondateurs du groupe.

Formation et succès britannique (1976-1978)[modifier | modifier le code]

Origines du groupe[modifier | modifier le code]

Au départ composé de Joe Strummer, Mick Jones, Paul Simonon, Keith Levene et Terry Chimes (crédité, avec un jeu de mot, sur leur premier LP en tant que « Tory Crimes »), The Clash se forme à Ladbroke Grove[7] (banlieue ouest de Londres) en 1976, à l'époque de la première vague du punk britannique.

Après l'échec de leur bref groupe punk au nom provocateur de London SS avec Tony James (futur Generation X), Jones et Simonon commencent par recruter Joe Strummer sur les conseils de leur manager Bernie Rhodes tout en lui disant qu'il « assure mais que son groupe est de la merde »[8],[9].

Joe Strummer, l'un des fondateurs du groupe.

Strummer, de son vrai nom John Graham Mellor[10],[11], est alors légèrement plus âgé qu'eux et le chanteur des The 101'ers, un groupe de pub rock à la renommée naissante. Après deux jours de réflexion[12], il accepte, séduit par l'énergie et le potentiel offert par ce nouveau mouvement musical, dont un concert des Sex Pistols vient de lui donner un avant-goût[13].

De son côté, Keith Levene (qui plus tard intégrera Public Image Limited) est un ami de Mick Jones. Il participe en tant que guitariste et compositeur au sein du groupe.

« La jeunesse, après tout, n'est pas une condition permanente et un clash de générations n'est pas aussi dangereux, fondamentalement, pour le gouvernement que le serait un clash entre les gouvernants et les gouvernés. ». Cette phrase insérée au verso de la pochette de The Clash par Sebastian Conran résume le sens profond du nom du groupe[14] trouvé par Paul Simonon, peu après que Terry Chimes eut été recruté. Ayant noté que ce mot est régulièrement répété dans le journal Evening Standard, Paul Simonon décide de le proposer aux autres membres qui acceptent[15].

Débuts sur la scène anglaise[modifier | modifier le code]

Le 4 juillet 1976, les Clash sont en première partie des Sex Pistols à Sheffield. Ils interprètent Janie Jones, London's Burning et 1977, montrant un goût certain pour le pur style punk au détriment de la diversité des mélodies. Présent sur place, Charles Shaar Murray, journaliste du New Musical Express, écrit plus tard dans sa critique : « Les Clash sont le genre de groupe de garage qui devraient rapidement retourner dans leur garage, de préférence avec la porte fermée et le moteur en marche. »[16]. Le groupe répond malicieusement à cette attaque en composant Garageland[17].

À l'automne, ils signent chez CBS Records. Keith Levene est viré début septembre pour manque de travail[18] et n'enregistre pas sur le premier album du groupe bien qu'il soit crédité.

Terry Chimes quitte le groupe fin novembre de la même année, remplacé brièvement par Rob Harper durant l’Anarchy Tour de décembre 1976, mais revient pour permettre au groupe l'enregistrement de leur premier album éponyme.

Ils sortent le simple White Riot / 1977 et l'album en 1977. Le succès est rapidement au rendez-vous au Royaume-Uni. Cependant CBS ne publie pas cet album aux États-Unis, attendant 1979 pour y sortir une version modifiée (expurgée du titre I'm So Bored with the USA) après qu'il eut été la plus grosse vente en importation de tous les temps pour un groupe britannique.

À la suite de la sortie de leur premier album The Clash, Chimes quitte de manière amicale mais définitivement le groupe, en raison de différends personnels avec les membres principaux[19].

L'album obtient un excellent accueil[20] et se classe numéro 12 des meilleures ventes à sa sortie[21]. Dans le numéro 9 de Sniffin' Glue, Mark Perry, qui a pourtant critiqué le groupe pour avoir signé chez CBS, est enthousiaste. Il écrit dans sa chronique : « L'album Clash est comme un miroir. Il reflète toute la merde. Il nous montre la vérité. Pour moi, c'est l'album le plus important jamais sorti. »[22]

Après une période de tests avec différents batteurs, le choix s'arrête finalement sur Nicholas Bowen Headon, surnommé « Topper » Headon par le groupe en raison de sa ressemblance avec un singe de dessin-animé. Doué, Topper sera même surnommé « The Human Drum Machine » par le producteur de Give 'Em Enough Rope, Sandy Pearlman, grâce à son impeccable timing et ses qualités[23]. Ce musicien doté d'un don pour la batterie a en réalité prévu de ne rester que brièvement dans le groupe, le temps pour lui de se faire une réputation avant de rejoindre un meilleur groupe. Mais, face au potentiel du groupe, il change ses plans et décide de rester.

Au départ, les membres de The Clash se font connaître pour leur vision politique révolutionnaire et véhémente, et un look novateur. Leurs vêtements, caractéristiques reconstitués et peints par eux-mêmes dans le style « éclaboussure » de Jackson Pollock arborent des slogans révolutionnaires tels que « Sten Guns in Knightsbridge », « Under Heavy Manners », « Heavy Discipline ». Pendant l'année 1977, Strummer et Jones rencontrent des ennuis avec la police pour une série de délits mineurs allant du petit vandalisme au vol[24], tandis que Simonon et Headon sont brièvement arrêtés pour avoir tiré sur des pigeons voyageurs avec des pistolets à air comprimé du toit de leur studio d'enregistrement. Cette dernière histoire est d'ailleurs la source d'inspiration de la chanson Guns on the Roof (1978).

Succès américain (1978-1982)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Give 'Em Enough Rope.
Paul Simonon en 1991

Le deuxième album du groupe, produit par Sandy Pearlman et intitulé Give 'Em Enough Rope, est le premier dont Headon est crédité sur tous les titres. Il sort en 1978 et atteint la deuxième place des charts britanniques[25], bien qu'il échoue à rentrer dans le Top 100 aux États-Unis[26]. Au Royaume-Uni, il est accueilli avec beaucoup de déception par les critiques, qui lui reprochent une production trop « léchée » et lisse en comparaison de l'excitation brute de l'album des débuts. Cependant, il est encore bien reçu par le public britannique et leur permet d'obtenir son premier titre à succès, Tommy Gun[27].

Give 'Em Enough Rope est le premier album des Clash qui sort officiellement aux États-Unis. D'ailleurs, le groupe réalise sa première tournée sur le sol américain pour sa promotion au début de l'année 1979, le Pearl Harbour Tour[28].

Peu après, en juillet 1979, leur premier album sort à son tour officiellement aux États-Unis[29], mais en se délestant des titres 48 Hours, Cheat, Protex Blue et Deny, remplacés par quelques singles sortis entre l'album original de 1977 et Give 'Em Enough Rope. The Clash contient donc en plus une version de I Fought the Law de Sonny Curtis (qui sortira plus tard sur leur EP The Cost of Living), Clash City Rockers, Complete Control et (White Man) In Hammersmith Palais.

London Calling[modifier | modifier le code]

Paul Simonon aux Eurockéennes avec The Good, the Bad and the Queen en 2007.
Article détaillé : London Calling.

Le troisième album, London Calling, un double album vendu au prix d'un simple sur l'insistance du groupe, sort en 1979 et reste le sommet de leur succès commercial. Au départ, il est accueilli au Royaume-Uni avec suspicion par les fans des débuts, du fait que les doubles albums étaient généralement associés aux groupes de rock progressif. Ouvrant la musique punk sur d'autres univers, il offre une plus large palette de styles et d'influences musicaux que les albums précédents[30], parmi lesquels le rockabilly à la sauce américaine et le reggae jamaïcain qui faisait écho aux styles dub et ska populaires en Grande-Bretagne.

Accompagné à l'époque d'un autocollant annonçant the Clash comme « le seul groupe qui compte »[31],[32], l'album est considéré depuis comme l'un des meilleurs qu'un groupe de rock ait jamais produit[33], apparaissant au 8e rang du classement référençant les 500 plus grands albums de tous les temps selon le magazine Rolling Stone. Il a aussi été déclaré numéro 1 du classement des 25 albums des 25 dernières années de Entertainment Weekly[34]. Les titres qui le composent, tels que Train in Vain, Clampdown et London Calling, sont encore aujourd'hui régulièrement diffusés sur les ondes des stations de radio. Lors de sa sortie, Train in Vain devient d'ailleurs le premier tube du groupe à se classer dans le Top 40 américain, bien qu'il soit au départ un titre caché sur le vinyle original car ajouté trop tard en fin de sessions d'enregistrement[35].

La police de caractères utilisée sur la pochette est un hommage au premier RCA LP éponyme d'Elvis Presley, tandis que la photo prise par Pennie Smith montre un Paul Simonon frustré fracassant sa guitare basse contre le sol lors du show au Palladium de New York en 1979. Selon Simonon, qui au départ était contre l'utilisation de cette photo sur la pochette, il s'agit de la seule fois où il cassa une guitare sur scène. Cette basse est aujourd'hui au musée Rock and Roll Hall of Fame, avec la légende « Revolution Rock: The Story of the Clash ».

Sandinista![modifier | modifier le code]

Drapeau du Front sandiniste.
Article détaillé : Sandinista!.

À la fin de l'année 1980, The Clash, après le double album London Calling, sort le triple album intitulé Sandinista! (avec le numéro de catalogue "FSLN1" pour les initiales espagnoles du mouvement politique nicaraguayen Sandinista : Frente Sandinista de Liberación Nacional). Une nouvelle fois, le groupe insiste pour que l'album se vende au même prix qu'un album simple, payant la différence en baissant ses propres royalties.

Mickey Gallagher

Explorant divers styles musicaux, Sandinista! reçoit, de la part des critiques et des fans, des réactions très opposées. Si certains trouvent l'album confus, dispersé et très complaisant, il atteint tout de même le sommet de la liste Pazz & Jop des meilleurs albums de l'année selon The Village Voice[36]. Enregistrant chaque idée qu'ils ont, les membres du groupe deviennent moins intéressés par la conception traditionnelle du punk que par leurs expérimentations dans le reggae et le dub (One More Time) et élargissent leur spectre musical avec le jazz (Look Here), le hip-hop (The Magnificent Seven), la musique de chambre (Rebel Waltz), le gospel (Hitsville UK & The Sound of the Sinners), le chant du bébé de Mickey Gallagher, le joueur de synthétiseur.

Bien que les fans soient troublés et que les ventes chutent en Angleterre, le groupe fonctionne plus aux États-Unis que précédemment, principalement en surfant sur le précédent succès de London Calling. Suite à la sortie de Sandinista!, The Clash fait sa première tournée mondiale, avec des dates en Asie de l'Est et en Australie.

C'est à ce moment que la combinaison du calendrier démentiel de la tournée et l'enregistrement d'un nouvel album laisse apparaître de plus en plus de frictions au sein du groupe.

Tensions et séparation (1982-1983)[modifier | modifier le code]

Topper Headon, en septembre 2008

Les tensions et conflits au sein du groupe mènent à la conclusion d'une séparation, spécialement depuis que le batteur du groupe, Topper Headon, est devenu instable à cause de son addiction à l'héroïne[37].

Cependant, en pleine tournée, le groupe réussit à enregistrer un album supplémentaire Combat Rock, qui devient même sa meilleure vente mondiale. Avec des titres tels que Rock the Casbah et la double face A Should I Stay or Should I Go/Straight to Hell, le disque entre en force dans les hit-parades américains et britanniques[38].

Crête iroquoise ou mohawk

À cette période, l'unité de The Clash commence à s'effriter[39]. Il est demandé à Topper Headon de quitter le groupe juste avant la sortie de ce cinquième album. Le batteur du groupe est alors incapable de faire face à sa toxicomanie continue, qui a un impact négatif à la fois sur sa santé, sur sa technique de batterie, et sur un absentéisme devenant problématique. La véritable raison du départ de Headon fut cachée par Bernie Rhodes qui parla d'une divergence de point de vue politique[40]. Le batteur des débuts, Terry Chimes, fut rappelé pour les mois qui suivirent.

La tournée du Combat Rock tour fut paradoxalement un énorme succès. En partie avec la première partie de la tournée d'adieu de The Who[41], le groupe joue dans les plus grands stades américains (JFK Stadium de Philadelphie, Pontiac Silverdome de Détroit, Shea Stadium de New York, Coliseum d'Oakland…). À cette époque, après une période de recherche d'identité vestimentaire et capillaire[42], Joe Strummer arbore une crête iroquoise, symbole alors quelque peu démodé des punks, et relance la mode chez la « génération MTV »[43].

La perte de Headon, membre fédérateur et apprécié de tous, apporte beaucoup de frictions au sein du groupe[44]. Jones et Strummer commencent à se quereller sans cesse, bien qu'il ait parfois été dit que cette animosité venait du fait que Bernie Rhodes n'aimait pas Jones, le trouvant arrogant, et qu'il aurait monté Strummer contre celui-ci. Les membres du groupe communiquent à peine, s'évitant même du regard, aussi bien lors des concerts qu'en coulisses. À la veille de la tournée au Royaume-Uni, Joe Strummer disparaît[45], obligeant le groupe à annuler les premières dates. The Clash continue néanmoins à tourner, mais en 1983, après des années de tournées et d'enregistrements continuels, en paie le prix. Bien qu'ayant mûri en tant que musiciens et individus, les membres sont encore assez jeunes (Paul Simonon et Mick Jones ont seulement 26 et 27 ans, Strummer 30) et ne savent pas faire face à de telles situations difficiles et tendues. Simonon, un ami de longue date de Jones, se rapproche plus de Strummer parce qu'il est frustré par les expérimentations musicales de Mick Jones.

Chimes claque la porte après le Combat Rock tour de 1982-1983, convaincu qu'il ne peut continuer à supporter les incessantes querelles internes de la bande. En 1983, après une recherche intensive d'un nouveau batteur, Pete Howard est recruté et accompagne le trio sur scène lors de plusieurs dates américaines au style dépouillé et finalement au festival US de San Bernardino, Californie[46]. Tête d'affiche du festival aux côtés de David Bowie et Van Halen, The Clash donne là le plus gros concert de sa carrière devant près d'un demi-million de spectateurs. Cette date sera aussi la dernière apparition de Mick Jones avec le groupe.

En septembre 1983, poussés par Rhodes, Strummer et Simonon virent Jones du groupe, prétextant son attitude problématique et le fait qu'il se soit éloigné de l'idée originelle du groupe[47].

Mick Jones (ici en 2008) quitte les Clash en 1983

The Clash Mark Two[modifier | modifier le code]

Après une série d'auditions, le groupe annonce que Nick Sheppard, ex-membre des Cortinas, une formation de Bristol, et Vince White sont les nouveaux guitaristes. Howard continue en tant que batteur, malgré les rumeurs selon lesquelles Headon ou Chimes pourraient revenir le remplacer. La nouvelle formation joue son premier concert en janvier 1984 avec un ensemble de nouveau matériel et se lance dans une tournée autoproduite, appelée le Out of Control tour.

Cette formation restera tout de même un échec artistique[48]. Joe Strummer préfère d'ailleurs l'appeler par la suite The Clash Mark Two[49],[50]. À ce propos, répondant à la question de savoir si cette version du groupe était une erreur, il déclare : « Si vous êtes autorisé à faire vos erreurs, je pense que vous devriez. Mais les gens n'aiment pas vraiment vous entendre les admettre. Quoique je n'en ai jamais voulu me décharger sur les musiciens qui étaient engagés là-dedans… Parce que ce n'était pas leur faute. »[51],[49].

En 1988, dans une autre interview[52],[53], Joe Strummer avoue qu'il pense encore de temps en temps à ces musiciens : « J'espère que ça ne leur a pas trop pourri la vie, parce que c'était de bonnes personnes dans une situation perdue d'avance. ».

The Clash tourne de l'hiver jusqu'au début de l'été. À l'occasion de Scargill's Christmas Party, un spectacle caritatif donné en décembre 1984 à l'attention des mineurs, le groupe annonce la sortie de son prochain album dans le courant de l'année.

Cut the Crap et la dernière tournée (1984-1985)[modifier | modifier le code]

Les sessions d'enregistrement de Cut the Crap sont chaotiques, surtout avec Bernie Rhodes et Strummer travaillant à Munich. La plupart des morceaux musicaux sont joués par des musiciens de studio, que Sheppard et plus tard White survolent en enrichissant de bouts de guitare[54]. Luttant contre Rhodes pour avoir le contrôle du groupe, Strummer, concernant le projet, décide de s’en laver les mains et retourne chez lui.

À la même période, le groupe part en tournée. Appliquant des règles strictes qui leur permettent de transporter uniquement 10 livres sterling et des sous-vêtements de rechange, le groupe voyage séparément ou par deux[55]. Ils se retrouvent uniquement pour des concerts dans des espaces publics à travers le Royaume Uni où ils jouent des versions acoustiques de leurs tubes ainsi que des reprises telles que Twist and Shout et Stepping Stone.

Après un concert à Athènes, Strummer s'exile en Espagne pour faire le point[56]. À son retour, il dissout officiellement le groupe. Tandis que Strummer est parti, le premier single This Is England issu de Cut the Crap sort avec un accueil principalement négatif. La chanson, comme la plupart du reste de l'album qui suit plus tard la même année, a été en grande partie remixée par Rhodes, ajoutant des synthétiseurs, des boites à rythme et des chants aux enregistrements inachevés de Strummer. D'autres chansons jouées lors de la tournée restent inédites aujourd'hui, parmi lesquelles figurent Jericho, Glue Zombie et In the Pouring Rain. Bien qu'Howard fût un batteur émérite, paradoxalement toutes les pistes à la percussion ont été produites à l'aide de boîtes à rythme.

Style musical[modifier | modifier le code]

Joe Strummer

L'énergie des concerts[modifier | modifier le code]

Pour Joe Strummer, le son live des Clash est comme celui d'« un phoque fou aboyant au milieu d'une multitude de marteaux-piqueurs »[57].

Sur scène, le style du groupe est extrêmement rythmé. Au départ, Paul Simonon n'est qu'un novice et c'est Mick Jones qui s'occupe de lui accorder sa basse[58]. Le son n'est pas parfait mais le public apprécie l'énergie qu'ils dégagent.

Joe Strummer, quant à lui, hurle au point que peu de personnes le comprennent[59]. Au milieu des autres membres, la rage qu'il emploie pour chanter attire la majorité des regards vers lui[60].

Leurs différentes prestations leur valent d'acquérir assez rapidement une solide réputation. Les critiques les comparent alors aux Who et Rolling Stones des débuts ou encore à Bruce Springsteen. La rage qu'ils dégagent sur scène devient leur marque de fabrique[61]. Et la totale implication des membres dans leurs performances scéniques impressionne le public lors de leurs tournées[62].

En plus des concerts, les membres sont proches de leurs fans. Cette attitude altruiste les détache du reste de la scène rock de l'époque. Dans une interview, Lester Bangs, chroniqueur de Rolling Stone et de Creem, explique sa fascination pour cette approche marginale : « J'ai été stupéfié quand j'étais en tournée avec The Clash pour faire une histoire sur eux, la chose qu'ils faisaient vraiment à la fin de chaque spectacle, ils sortaient au milieu de la foule et rencontraient les gamins de ces villes et disaient "Salut, à quoi ressemble cette ville ?". »[63].

Des slogans accrocheurs[modifier | modifier le code]

Comme le déclare Mick Jones, les textes de leurs chansons sont plus des slogans que des paroles traditionnelles. Aux débuts du groupe, les membres les réutilisent d'ailleurs pour confectionner leurs propres tee-shirts[64]. Sortie en face B du single de White Riot mais non présente sur le premier album, la chanson 1977 est caractéristique de cette époque avec son passage accrocheur « No Elvis, Beatles, or the Rolling Stones in 1977 ». Il résume l'esprit qui règne en 1977 lors de l'explosion du mouvement punk. Le groupe respecte néanmoins ces artistes qui influencent leur musique. La critique vise la production musicale de cette époque, qui est devenue une simple histoire de profits[65].

Impact socio-culturel[modifier | modifier le code]

Incarnation du punk politique et social[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, le vide laissé au Royaume-Uni par le parti travailliste pousse l'émergence du punk et de son engagement politique. Idéalistes, avec une sensibilité poussée de gauche, les Clash sont l'un des groupes incarnant le plus cet aspect du punk, principalement porté par son leader Joe Strummer[66]. « Nous sommes anti-fascistes, nous sommes anti-violence, nous sommes anti-racistes et nous sommes pro-créatifs, sommes contre l'ignorance » dit d'ailleurs Strummer[67],[66].

La majeure partie des groupes punks britanniques contemporains des Clash ne font pas preuve d'un aussi grand sens politique, comme The Sex Pistols ou The Damned. Même la scène américaine des Ramones, Talking Heads et Blondie est dénuée de sens politique. Pour beaucoup, dont Billy Bragg, l'apport des Clash et en particulier de Joe Strummer dans ce domaine est donc déterminant : « S'il n'y avait pas eu les Clash, le punk aurait été simplement une raillerie, une épingle de sûreté et une paire de pantalon de servage »[68].

Issu de la tradition des musiciens activistes[69], l'un des combats politiques du groupe est de pousser la jeunesse à se rebeller contre le conservatisme oppressif du thatcherisme[70]. C'est pourquoi Joe Strummer est parfois considéré depuis sa mort comme étant à la fois un compositeur et un activiste politique[71].

Pour Lester Bangs, ce qui crédibilise le discours du groupe, c'est son authenticité plus que les origines sociales de ses membres. Ainsi, dans son article The Clash long d'une trentaine de pages, il écrit à leur sujet : « Le fait est que, comme Richard Hell le dit, le rock 'n' roll est une arène dans laquelle vous vous recréez, et tout ce qui est dit au sujet de l'authenticité est juste un tas de connerie. Les Clash sont authentiques parce que leur musique porte en elle une telle conviction brutale, pas parce que ce sont de bons sauvages. »[72]

Idéologie[modifier | modifier le code]

Do it yourself[modifier | modifier le code]

Mark Perry, créateur du fanzine Sniffin' Glue

Inspiré par le précepte du do it yourself[73], le groupe choisit pourtant à ses débuts de signer dans une major plutôt que chez un label indépendant. Lorsque le groupe signe avec la firme CBS Records pour £ 100 000[74], certains fans sont donc décontenancés[75]. Mark Perry déclare même à ce sujet : « le punk est mort le jour où les Clash ont signé chez CBS »[76].

Conscient de ces critiques, Joe Strummer répond dans une interview pour Melody Maker : « Écoutez, nous voulons atteindre beaucoup de gens. Si nous avions monté notre propre label, nous serions seulement arrivés à toucher quelques centaines ou peut-être milliers de personnes. Où est le bien là-dedans quand vous essayez d'être réalistes sur ces choses ? »[77]. Mais au même moment le mouvement punk commence à se transformer en un vaste business[78], la communauté éprouve donc de la défiance pour cette annonce et le groupe Crass compose la chanson Punk Is Dead dans laquelle il hurle : « CBS promeut les Clash / Mais ce n'est pas pour la révolution, c'est juste pour le cash. »[79].

Le groupe pense pourtant avoir la main sur le côté artistique. Mais lorsque CBS sort le single sans demander l'avis des membres, ceux-ci sont irrités. En réponse, ils écrivent la chanson Complete Control qui attaque leur maison de disques[80].

En avoir pour son argent[modifier | modifier le code]

L'argent a toujours été le problème récurrent des Clash. Ainsi, lors de la tournée Anarchy Tour, après l'annulation de la plupart des concerts, d'autres salles plus petites sont trouvées, diminuant ainsi les recettes. Par provocation, sur la scène de Leeds, Joe Strummer arbore un Tee-shirt où l'on peut lire : « Social Security £9.70 » (« sécurité sociale £9,70 »), soit la modique somme qu'il touche par semaine. Le déchainement du public pendant les concerts du groupe aboutit à des dégradations lourdes lors de nombreux concerts, que le groupe s'attache à payer…

D'ailleurs, Bernie Rhodes couvre les dépenses de sa poche durant cette période.

De la même manière, lorsqu'en 1980 le groupe sort son quatrième album, Sandinista !, il décide d'abandonner ses royalties sur les 200 000 premiers exemplaires. En sortant ce triple album au prix habituel d'un double (voire moins), les membres de The Clash souhaitent fournir au public le maximum de morceaux possible pour une somme abordable[81].

Paul Simonon résume alors la pensée qui pousse le groupe à agir de la sorte : « Mais c'est le pari que nous devons prendre. Nous croyons que ce que nous faisons est juste. Si on devait nous imposer ce que les gens disent, ce ne serait plus The Clash »[82],[83].

Ainsi, malgré l'argent amassé par les tournées du groupe, dont celle aux États-Unis avec les Who, le groupe est régulièrement proche de la banqueroute. En 1981, malgré les succès de leurs quatre premiers albums, les membres se battent avec leur maison de disques pour toucher un salaire hebdomadaire d'environ 200 dollars par personne[83].

Thèmes abordés à travers les albums[modifier | modifier le code]

L'étoile rouge, symbole souvent repris par The Clash

« Pour moi, le punk rock était un mouvement social. Nous essayions de faire politiquement les choses dont nous pensions qu'elles étaient importantes pour notre génération et, avec un peu de chance, inspirerait une autre génération à aller encore plus loin. »[84] — Joe Strummer[85]

Opposition à l'impérialisme[86], dénonciation de l'injustice raciale, critique du capitalisme, les Clash avec à leur tête Joe Strummer abordent de nombreux thèmes qui leur sont chers pour ouvrir les yeux de la jeunesse[85].

Critique de l'establishment[modifier | modifier le code]

Dans leur répertoire de chansons, les Clash ont avec Remote Control un titre qui dénote une certaine paranoïa. Inspiré par 1984 de George Orwell, la chanson est illustré dans The Clash Song Book (1978) par le message « Big Brother vous regarde. ».

Empreinte de colère envers les oppresseurs (gouvernement local, politiciens, monde des affaires, police), cette chanson remet en cause l'ordre établi, si critique envers le mouvement punk[87].

Critique du système politique[modifier | modifier le code]

Les Clash sont perçus comme les pionniers du punk politique et se voient affublés du nom de « loubards de l'homme intelligent » (« thinking man's yobs ») dès 1977 dans un article de Tony Parsons de NME[88],[89].

Leur vision politique s'exprime explicitement dans leurs paroles, dès leurs premiers enregistrements tels que White Riot. Inspiré à Joe Strummer suite aux émeutes du carnaval de Notting Hill de 1976[90], le texte de cette chanson encourage la jeunesse blanche désabusée à s'engager politiquement de façon active à l'instar de la minorité noire[91]. Alors que l'Angleterre est en pleine récession, la jeunesse punk anglaise se reconnait dans ces paroles qui expriment la frustration de l'époque[92].

Career Opportunities en est un autre exemple, dénonçant les emplois sous-payés, le style d'emplois en usine et le manque d'alternatives. La chanson London's Burning, quant à elle, traite de la complaisance politique. L'aspect politique de leurs textes est un des traits caractéristique du groupe (Spanish Bombs, The Guns of Brixton, Something About England, Straight to Hell…).

Dès 1976, dans une interview pour Sniffin' glue, Strummer explique que la musique se doit d'être un moyen d'expression plus qu'un simple loisir : « écoute, la situation est beaucoup trop sérieuse pour s'amuser, mec »[93]. Washington Bullets en est un exemple. Dans ce titre de Sandinista!, l'armée américaine est décriée pour son implication dans divers renversements politiques à travers le monde et en particulier l'Amérique du Sud[94]. Sur un rythme disco et avec Headon au chant, ils s'amusent même à comparer les deux blocs américain et soviétique en 1980 dans Ivan Meets GI Joe[95], morceau évocateur de l'époque[96].

Critique des médias[modifier | modifier le code]

Au fil des albums et de divers entretiens, le groupe claironne son scepticisme envers les médias, en particulier ceux de masse[97]. Dans une interview, Joe Strummer explique sa perception des médias : « Dans notre musique, nous essayons d'équilibrer un peu les choses en donnant aux gens des informations qu'ils ne vont pas avoir à la télé ou dans un journal. »[98],[99].

Alors que CBS refuse de sortir leur premier album aux États-Unis et leur impose le producteur Sandy Pearlman pour le suivant[100], les Clash attaquent frontalement l'industrie musicale avec leur deuxième disque de 1978. Intitulé « Give them enough rope (and they will hang themselves) », il signifie littéralement « Laissez-leur du mou (et ils se passeront la corde au cou) ». La pochette qui l'accompagne montre un cadavre dévoré par des vautours, une métaphore des maisons de disques[101].

Autres[modifier | modifier le code]

Les années 1970 voient les États-Unis dominer culturellement l'Angleterre[102]. The Clash dénonce cette Amérique toute puissante et son impérialisme. Ainsi, Joe Strummer explique : « I'm so bored with the USA dénonçait cet impérialisme cheap, mais pas la musique américaine, pas le blues, pas leur grand cinéma, pas les gens[103]. »

Antimilitaristes, les musiciens de The Clash chantent des thèmes en rapport avec la guerre à plusieurs reprises. The Call-Up appelle à la désertion du service militaire avec ses paroles « It's up to you not to heed the call-up / I don't wanna die / I don't wanna kill ». C'est à la fois les jeunes soviétiques avec la guerre d'Afghanistan et les Américains avec la crise iranienne des otages qui sont alors concernés par cette chanson[104]. Dans la même veine, Charlie Don't Surf[105], inspirée par Apocalypse Now de Francis Ford Coppola[106], a une approche ironique de la guerre. Ceci renforce l'attaque dirigée contre ceux qui veulent imposer leur vision du monde[107]. Dans la chanson Career Opportunities, sortie sur l'album The Clash en 1977, un passage exprime le rejet de l'autorité militaire et le refus d'aller se battre lors de son service national (« I hate the army an' I hate the RAF / I don't wanna go fighting in the tropical heat »).

Engagement politique[modifier | modifier le code]

À l'image de nombreux groupes de la première vague punk, les Clash protestent contre la monarchie et l'aristocratie au Royaume-Uni et à travers le monde. Néanmoins, les Clash ne partagent pas la même vision nihiliste de la politique qu'ont la plupart de ces groupes. Ceci leur attire d'ailleurs de nombreuses critiques de la part d'autres groupes influents tels que Crass et Angelic Upstarts.

En 1978, à l'occasion du spectacle Rock Against Racism organisé par l'Anti-Nazi League, Joe Strummer porte un tee-shirt controversé portant la mention « Brigate-Rosse » accompagnée de l'insigne de la Fraction armée rouge (Andreas Baader-Ulrike Meinhof). Il affirmera plus tard que ce geste n'avait pas pour but d'apporter son soutien aux brigades terroristes d'extrême gauche d'Allemagne et d'Italie, mais seulement faire parler de lui. Dans le film Rude Boy, Strummer, interrogé sur la signification de son T-shirt, affirme que c'est le nom d'une Pizzeria. De même, dans la chanson Tommy Gun, son attitude est ambiguë. Caroline Coon apporte un éclairage sur ce que les Clash faisaient en réalité à cette époque : « Those tough, militaristic songs were what we needed as we went into Thatcherism[108] » (« ces chansons, dures et militaristes, étaient ce dont nous avions besoin alors que nous entrions dans le thatcherisme. »)

Le groupe apportera aussi son soutien à d'autres concerts caritatifs, dont les plus célèbres sont ceux de décembre 1979 pour la population du Cambodge, organisé par Paul McCartney. L'album sorti à la suite de ces concerts contient d'ailleurs une chanson de The Clash, Armagideon Time.

Les Clash offrent également leur soutien aux sandinistes au Nicaragua et à d'autres mouvements marxistes d'Amérique latine (comme en témoigne le titre de leur album de 1980, Sandinista!).

À l'époque de leur album London Calling, sorti en décembre 1979, le groupe essaie de garder l'énergie punk tout en développant de plus en plus d'expérimentations musicales. Bien que particulièrement méfiants vis-à-vis de leur célébrité naissante, ils réservent toujours un bon accueil à leurs fans en coulisse après leurs concerts, faisant preuve d'ouverture d'esprit, d'intérêt intellectuel et de compassion dans leurs relations avec eux.

Le titre de London Calling évoque la devise du journaliste radio américain Edward R. Murrow durant la Seconde Guerre mondiale. Ses paroles annoncent d'ailleurs : « …war is declared and battle come down… »[109]. Elle met en garde ceux qui espèrent qu'ils soient les sauveurs : « … now don't look to us / Phoney Beatlemania has bitten the dust… »[110], dresse un sombre portrait de l'époque : « The ice age is coming, the sun's zooming in / Engines stop running, the wheat is growing thin »[111] mais appelle ceux qui écoutent à sortir de leur hébétude droguée et à reprendre le combat sans constamment se tourner vers les Clash eux-mêmes pour des réponses — « Forget it, brother, we can go it alone… Quit holding out and draw another breath… I don't want to shout / But while we were talking I saw you nodding out… »[112] — demandant finalement, « After all this, won't you give me a smile ? »[113].

Pendant l'existence de The Clash, les musiciens ne sont jamais guidés par l'argent. Même contre leurs intérêts, les tickets pour leurs concerts sont vendus à des prix raisonnables. Le groupe insiste également auprès de CBS pour que leurs double et triple albums, London Calling et Sandinista!, soient vendus au prix d'un simple (environ £5). Pour cela, ils cèdent leurs royalties jusqu’à atteindre les 200 000 ventes. Cette logique du « en avoir pour son argent » a pour effet de les laisser toujours sous l'emprise de leur label. Ce n'est qu'à partir de 1982 qu'ils peuvent maitriser complètement leur propre carrière musicale.

Manifestations[modifier | modifier le code]

Rock Against Racism[modifier | modifier le code]

La sortie de White Riot est accompagnée d'un malentendu : certains critiques et journalistes relaient l'idée que The Clash est un groupe nationaliste[114]. Pourtant, la chanson crie l'inverse. Les Clash participent d'ailleurs à un concert pour la Ligue antinazie, puis au Rock Against Racism.

Lancé par Red Saunders et Roger Huddle en 1976, le mouvement Rock Against Racism recueille le soutien de nombreux musiciens et intellectuels et prend rapidement de l'ampleur. En avril 1978, le Rock Against Racism Carnival rassemble 100 000 personnes de Trafalgar Square jusqu'à Victoria Park[115]. Le concert en plein air qui est donné pour l'occasion voit se succéder The Clash, The Buzzcocks, Steel Pulse, X-Ray Spex, The Ruts, Sham 69, Generation X et le Tom Robinson Band.

L'importance des Clash est telle dans ce mouvement que Red Saunders expliquera : « s’il devait y avoir une bande originale d’une révolution urbaine, ce serait les Clash »[116].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Arrestations diverses[modifier | modifier le code]

Durant sa tournée promotionnelle internationale White Riot Tour (avec les Buzzcocks et The Jam) du premier album, le groupe commence à se créer une image conflictuelle, en partie à cause des arrestations de ses membres pour vandalisme[117]. Le 21 mai 1977, après un concert à St Albans, la police anglaise stoppe le car transportant les membres et l'entourage du groupe. Strummer et Headon sont arrêtés pour avoir volé des taies d'oreiller et une clé d'un hôtel Holiday Inn de Seaton Burn près de Newcastle[118]. Ils seront condamnés chacun à une amende de 100 £[119].

Tout au long de leur carrière, les membres du groupe connaissent régulièrement des démêlés avec la justice. Le 10 juin 1977, Joe Strummer et Topper Headon sont arrêtés à Londres après avoir écrit le nom du groupe sur un mur[120]. Le 6 juin 1978, Joe Strummer et Paul Simonon sont arrêtés cette fois-ci à Glasgow pour ivresse et désordre sur la voie publique[121].

Pendant les trois premières années de leur carrière, les membres du groupe sont basés dans ce qui s'appelle maintenant « The Stables » Market à Camden Town, à Londres. Le 30 mars 1978, lors d'un enregistrement, Topper Headon et Paul Simonon sont arrêtés pour avoir abattu des pigeons depuis le toit de leur studio avec un fusil à air comprimé. Ces volatiles se sont révélés être en réalité des pigeons voyageurs d'une grande valeur.

Mais si la police s'est déplacée ce jour-là pour arrêter les deux musiciens, c'est parce que la police britannique des transports ferroviaires (« British rail transport police ») possèdent des bureaux non loin du studio. En se basant sur la réputation « anti-establishment » du groupe punk, elle pense que ceux-ci souhaitent tirer sur les trains[122]. Un hélicoptère et des officiers du département d'enquête criminelle (« Criminal Investigation Department ») sont déployés pour l'arrestation[123].

Suite à cet incident, le groupe compose la chanson Guns on the Roof sur l'album Give Em Enough Rope[124].

Connexions culturelles[modifier | modifier le code]

Comparaison Sex Pistols et The Clash[modifier | modifier le code]

Issus du même mouvement, les Sex Pistols et les Clash ont une histoire commune. Au départ, malgré la concurrence entre Malcolm McLaren et Bernie Rhodes pour installer leur groupe respectif comme chef de file du mouvement punk, les deux groupes tournent en même temps. Les Pistols sont les tête d'affiche, les Clash un des groupes de support.

Pourtant, les deux groupes n'ont pas la même philosophie, ni les mêmes buts. Comme l'explique Mick Jones, « Il y avait de la camaraderie jusqu'à un certain degré, mais évidemment un peu d'esprit de compétition, aussi : vous êtes dans une équipe différente. S'il y avait bien une chose au départ du punk qu'un groupe de gens qui pensait seulement à la destruction et à un autre qui pensait à créer, c'était les Sex Pistols et nous. Nous avions deux approches différentes, des finalités opposées. »[125].

D'ailleurs, Mark Perry, éditeur et créateur du fanzine Sniffin' Glue, considère que les Clash délivraient un véritable message. Selon lui, les Pistols n'avaient pas de véritable sens et se concentraient principalement sur la haine et la dérision. En revanche, The Clash abordaient des thèmes inspirés des problèmes quotidiens, comme le chômage ou la misère, la base même du mouvement punk. Musicalement, Joe Strummer affirmait, en interview, que même dans un style basique et primaire comme le punk, le batteur devait obligatoirement être doué et expérimenté sous peine de plomber les concerts, tandis que les Pistols revendiquaient, tout comme The Ramones, la volonté, quel que soit l'instrument, de jouer même sans savoir.

L'héritage musical des Clash[modifier | modifier le code]

Scène anglophone[modifier | modifier le code]

« The Clash était le meilleur groupe au monde et ils auraient été plus grands que U2 sans aucun doute. Pendant longtemps, ils ont été ceux à qui nous nous sommes mesurés. »[126] - Larry Mullen de U2

Les Clash ont influencé une grande partie des groupes rock depuis les années 1980, en commençant par The Wallflowers ou U2. Bono les a d'ailleurs découverts lors d'un concert à Dublin[127]. Selon lui, « The Clash était le plus grand groupe de rock. Ils ont écrit le règlement pour U2. »[128].

Fan du groupe et de son leader, Sharleen Spiteri, la chanteuse de Texas, utilise la même guitare que ce dernier, une Fender Telecaster noire[129]. En effet, à ses débuts, Strummer s'achète une Telecaster de 1966 pour 120 £ qu'il personnalise en la peignant lui-même en noir. D'ailleurs, en 2007, en écho au fait que Strummer ait gardé la sienne toute sa carrière[130], le fabricant réalise la « Telecaster Joe Strummer »[131].

En hommage au groupe, la compilation Burning London: The Clash Tribute est sortie en 1999 avec des reprises par No Doubt, Third Eye Blind, 311 et Silverchair entre autres. Babyshambles, The Paddingtons, Dirty Pretty Things, Guillemots, The Kooks et environ 20 autres artistes ont également sorti une reprise de Janie Jones pour le Strummerville Music Charity[132].

Scène française[modifier | modifier le code]

À ses débuts avec Hot Pants, Manu Chao a The Clash pour groupe de référence[133]. Même si au départ il n'est pas spécialement attaché au mouvement punk, il est emballé par un concert que donne le groupe britannique au Palais des Sports[134].

Noir Désir a également été influencé par The Clash. Lors d'une interview donnée à Vibrations Magazine, Bertrand Cantat déclare que l'album London Calling fait partie de sa discothèque privilégiée : « Mais aussi les autres, parce que le punk a été important pour moi, à tous les niveaux, parce qu’ils ont pas mal exploré, ont ouvert sur le dub, et que si on a une petite baisse de régime sur l’île, ça peut remonter les bretelles. »[135].

Les membres du groupe Téléphone ont de nombreuses fois évoqué la parenté entre leur démarche et celles des Clash, citant Strummer et Jones comme leurs auteurs et compositeurs favoris.

En 1984, les Têtes Raides, alors qu'ils se font encore appeler "Red Ted", commencent par jouer du punk, également inspiré de The Clash[136],[137].

En 2009 les éditions Buchet Chastel publient un recueil de nouvelles intitulé « London Calling - 19 histoires rock et noires ». Dix-neuf auteurs principalement issus du roman noir français s'y approprient les 19 chansons de l'album pour y puiser 19 nouvelles.

Ouverture musicale[modifier | modifier le code]

L'une des particularités de ce groupe punk est son éclectisme musical. Dès son premier album, The Clash impose à CBS la reprise de Police and Thieves, un titre reggae de Junior Murvin. Cette démarche d'ouvrir le répertoire punk à d'autres morceaux les démarque du reste des groupes de l'époque[138].

Au cours de son existence, le groupe explore un maximum de courants musicaux[139], s'essayant par exemple au groove avec Magnificent Seven et Lightning strikes et continue quasi systématiquement de s'inspirer de la musicalité du reggae ((White Man) In Hammersmith's Palais entre autres).

Le groupe considère néanmoins que puiser dans les rythmes reggae et les racines de la musique noire reste une démarche typiquement punk. Ainsi, à l'occasion de la sortie de Sandinista!, Paul Simonon déclare dans Rolling Stone : « Les gens ne comprennent pas. Le punk était sur le point de changer - et la règle numéro un était : il n'y a pas de règle. »[140],[83]. L'enregistrement de cet album (qui devient un triple-album en raison de la liste des morceaux enregistrés qui s'allongeait), est réalisé dans une ambiance créative qui ne se donne pas de limite. Ainsi, le « son » du groupe, travaillé au fil des albums par l'ingénieur du son Bill Price, a du mal à garder son identité sur certains morceaux, par l'apport d'instruments inhabituels chez les punks (synthétiseurs, boîtes à rythme, violons…). Strummer se souviendra que, dans l'enthousiasme débridé qui a régné pendant les enregistrements, il aurait joué de la balalaika s'il en avait trouvé une dans le studio.

C'est pourtant l'envie de s'inspirer de nouvelles sonorités qui pousse le groupe à se séparer. En 1983, Mick Jones souhaite continuer à insérer des références hip-hop dans les chansons qu'ils composent, à l'instar de ce qui a été fait pour l'album Sandinista!. Mais après avoir exploré le rap (The Magnificient seven), le dub avec entre autres Robber Dub, le ska, le rockabilly (Brand new Cadillac de Vince Taylor) ou même la soul (Stagger Lee)[139], Joe Strummer et Paul Simonon cherchent à retourner aux sources du punk pour le prochain album. Ce point de divergence participera à l'éviction de Mick Jones[81].

Membres du groupe[modifier | modifier le code]

La composition du groupe varie peu au cours de sa carrière :

Membres de The Clash par date et par instrument

Les carrières post-Clash[modifier | modifier le code]

Joe Strummer[modifier | modifier le code]

Joe Strummer sur scène.
Article détaillé : Joe Strummer.

En 1986, Strummer collabore avec son ancien compère Mick Jones sur le second album de BAD, No. 10 Upping St.. Il le coproduit et coécrit sept chansons. Strummer joue la comédie dans quelques films, notamment dans Walker d'Alex Cox et Mystery Train de Jim Jarmusch. Il effectue également une apparition caméo pour Aki Kaurismäki dans I hired a Contract Killer où il chante Burning Lights/Afro-Cuban Be-Bop.

Il se fait remarquer à cette période pour sa participation à des bandes originales, dont Love Kills pour le film Sid and Nancy. Il coproduit plus tard celle de Grosse Pointe Blank avec John Cusack qui rencontre du succès.

Après quelques expérimentations avec des groupes de soutien au succès limité, il refait surface en 1989 en réalisant son premier album solo. Earthquake Weather n'est ni un succès critique, ni un succès commercial. Strummer part néanmoins en tournée avec une nouvelle troupe de musiciens, le Latino Rockabilly War, avant de sortir le single Trash City. En 1991/1992, Strummer rejoint les Pogues après l'éviction de l'ancien chanteur Shane MacGowan pour une série de concerts à travers l'Europe.

Article détaillé : The Mescaleros.

Finalement, à la fin des années 1990, Joe Strummer rassemble des musiciens de haut vol sous le nom de The Mescaleros. Le 15 novembre 2002, Joe Strummer & The Mescaleros donne un concert caritatif pour les pompiers londoniens (FBU) à l'Acton Town Hall de Londres[141]. À cette occasion, Mick Jones rejoint le groupe sur scène sur Bankrobber, White Riot et London's Burning[142].

La dernière fois que Strummer monte sur scène est le 22 novembre 2002 à la Liverpool Academy. Il meurt subitement le mois suivant d'une crise cardiaque à l'âge de 50 ans[143]. Streetcore, l'album des Mescaleros sur lequel il travaillait, sort à titre posthume en 2003. Sa réception critique est élogieuse.

Mick Jones avouera plus tard à la presse que cette mort est intervenue alors que les ex-membres de The Clash songeaient sérieusement à se remettre ensemble pour une tournée mondiale. Leurs retrouvailles pour le documentaire Westway to the World de Don Letts (2001) leur avait redonné l'envie.

Don Letts en mars 1987 avec BAD

Mick Jones[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Big Audio Dynamite.

Après son expulsion de The Clash, Jones forme Big Audio Dynamite (ou BAD) en 1984 accompagné de Don Letts, réalisateur de plusieurs vidéos sur les Clash. Leur premier album, This is Big Audio Dynamite, sort l'année suivante. E=MC², qui en est tiré, s'écoute alors dans les dance clubs. Le disque suivant, No. 10 Upping St., réunit Jones et Strummer. 3 albums plus tard, Jones décide de modifier complètement sa formation et la renomme Big Audio Dynamite II. Et au milieu des années 1990, le groupe s'appelle Big Audio.

Producteur, Mick Jones travaille avec les Libertines pour leurs deux albums studio et Babyshambles pour leur premier. Depuis, il joue et a enregistré un nouvel album, The Last Post, avec son nouveau groupe Carbon/Silicon.

Paul Simonon[modifier | modifier le code]

Suite à l'éclatement des Clash, Simonon forme un groupe appelé Havana 3am, lequel enregistre seulement un album au Japon avant de rapidement abandonner[144]. Il retourne alors à ses racines en devenant artiste peintre, exposant dans plusieurs galeries d'art et contribuant à la couverture du troisième album de Mick Jones et BAD, Tighten Up Vol. 88. Le refus de Simonon de rejouer de la musique est l'une des principales explications données pour laquelle The Clash est l'un des quelques groupes punks des années 1970 à ne pas s'être reformé lors de la période nostalgique punk de la fin des années 1990.

Actuellement, Simonon collabore avec Damon Albarn de Blur et de la formation virtuelle Gorillaz, Simon Tong de The Verve et Tony Allen, principal fondateur de l'afrobeat et batteur de Fela Kuti. Ensemble, ils créent The Good, the Bad and the Queen dont le premier concert a été donné le 26 octobre 2006 au Roundhouse de Camden Town.

Topper Headon[modifier | modifier le code]

La contribution de Headon à The Clash n'est pas uniquement limitée à son jeu à la batterie. Il compose et arrange la musique pour Ivan Meets G.I. Joe (où il chante aussi) et Rock The Casbah pratiquement tout seul. Ce dernier titre est d'ailleurs leur plus gros hit aux États-Unis où il atteint la 8e place du Billboard en 1982. À cette époque cependant, Headon est viré du groupe pour son addiction à l'héroïne.

À l'exception d'un petit groupe de RnB avec qui il enregistre un LP intitulé Walking Up et le 12" E.P. Drumming Man en 1986, Headon disparaît du milieu musical jusqu'au documentaire rétrospectif de Don Letts Westway to the World. Il y fait son mea culpea au sujet de sa toxicomanie, vivant des royalties provenant des Clash, atteint d’hypercyphose[145], et après plusieurs années d'échec dans sa quête d'une réhabilitation, il est maintenant sain et monte sur scène à nouveau[146].

Les autres membres[modifier | modifier le code]

Terry Chimes[modifier | modifier le code]

Chimes joue avec divers autres groupes entre et après ses participations avec the Clash. Il est le batteur de Black Sabbath pendant deux ans au milieu des années 1980. Retiré de la scène musicale, il devient ensuite chiropraticien. Depuis 1994, il exerce dans son propre cabinet à Woodford dans la banlieue sud de Londres.

Pete Howard[modifier | modifier le code]

Howard joue pour Fiction Records dans le groupe Eat, avant de former Vent 414 avec Miles Hunt en 1996. Il rejoint Queen Adreena en 2002.

Keith Levene[modifier | modifier le code]

Après son départ des Clash et peu après la séparation des Sex Pistols, Levene cofonde Public Image Limited (PiL) avec John Lydon (alias Johnny Rotten). Son style de jeu à la guitare a été beaucoup imité par plusieurs punk rockers ou autre, tels que The Edge de U2. Sur des enregistrements suivants de PiL, Levene échange parfois sa guitare pour le synthétiseur. Il quitte PiL définitivement en 1983 suite à une altercation avec Lydon.

Nick Sheppard[modifier | modifier le code]

De 1986 à 1989, il s'associe à Gareth Sager (ancien de The Pop Group et de Rip Rig & Panic) dans Head, mais leurs trois albums ne rencontrent pas leur public. Sheppard travaille ensuite avec Koozie Johns dans Shot et signe avec IRS Records en 1991, le label de Miles Copeland[147]. Cependant, aucun enregistrement du groupe n'est jamais sorti en disque. Sheppard déménage en Australie en 1993 et joue pour Heavy Smoker and the New Egyptian Kings.

Discographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Discographie de The Clash.

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Tournées[modifier | modifier le code]

Tableau n°2 : Tournées de The Clash
Année Titre Mois Lieu Commentaire
1976 Anarchy Tour décembre Angleterre En première partie des Sex Pistols
1977 White Riot Tour mai Angleterre
1977 Get out of Control Tour octobre-décembre Royaume-Uni
1978 On Parole Tour juin-juillet Royaume-Uni
1978 Sort it out Tour octobre-décembre Royaume-Uni + Europe
1979 Pearl Harbour Tour octobre-décembre États-Unis + Canada
1979 The Clash Take the Fifth Tour septembre-octobre États-Unis + Canada
1980 16 Tons Tour janvier-juin Royaume-Uni + États-Unis + Europe
1981 Impossible Mission Tour avril-mai Europe
1981 Radio Clash octobre Royaume-Uni + Europe
1982 Far East Tour janvier-février Japon + Nouvelle-Zélande + Australie + Chine
1982 Casbah Club Tour mai-août États-Unis + Canada + Royaume-Uni
1982 Combat Rock Tour août-octobre États-Unis En première partie de The Who

Autres apparitions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Contrairement à ce que l'on trouve communément comme traduction française du nom du groupe, « le Clash » semble être préférable à « les Clash ». De plus, « The Clash » indique le singulier, « The Clashes » étant le pluriel. Le livre Punk - Sex Pistols, Clash et l'explosion punk de Bruno Blum appuie également cette traduction (ISBN 978-2-258-06959-6).
  2. (en) Biographic par Steve McGarry, dans le New York Daily News, 2 septembre 2007, « One of the most influential bands in rock history, The Clash was inducted into the rock and roll hall of fame in 2003. »
  3. (en) « The Clash », The Rock and Roll Hall of Fame and Museum,‎ 2003 (consulté le 29 novembre 2007) : « Quite simply, the Clash were among the most explosive and exciting bands in rock and roll history. »
  4. (en) Active or Passive: Two Rock Voices par Robert Hilburn, dans le Los Angeles Times, le 4 février 1979, « The Clash is Active; it deals in ideas. (...) the primary intent of Active rockers is to say something, and to say it with the individuality that is at the base of all worthwhile art. »
  5. (en) « The Clash: Biography », Rolling Stone (consulté le 28/11/2007) : « Their music was roots-based but future-visionary; their experiments with funk, reggae, and rap never took them far from a three-minute pop song. »
  6. (en) « The Clash », MTV (consulté le 28/11/2007) : « From the outset, the band was more musically adventurous, expanding its hard rock & roll with reggae, dub, and rockabilly among other roots musics. »
  7. [PDF] (en) Tom Vague, « Chapter 6 - The Sound Of The Westway », Tom Vague's Portobello Pop Market Guide, sur HISTORYtalk (consulté le 26/01/2008) : « In other versions that came out in Clash interviews over the years, the pivotal meeting took place on Ladbroke Grove, Ladbroke Road, Westbourne Grove, Golborne Road, in Shepherd’s Bush, the Lisson Grove dole office, or it was a total fabrication to cover up the premeditated poaching of Strummer. »
  8. (en) Jean Encoule, citation de Mick Jones, « Ignore alien orders », sur trakMARX.com,‎ Janvier 2003 (consulté le 26/01/2008) : « "Your group’s shit but you’re a top front man, come & join our band" (or something along those lines). »
  9. Hugo Cassavetti, HOMMAGE à JOE STRUMMER, leader de CLASH, Télérama n°2764, le 4 janvier 2003
  10. Après avoir eu le pseudonyme de Woody Mellor, il décide de se faire appeler "Joe Strummer" en référence à ses compétences rudimentaires en guitare (« to strum » : gratter une guitare).
  11. Explication du pseudonyme dans Redemption Song: The Ballad of Joe Strummer par Chris Salewicz, éditions Farrar Straus and Giroux, 15 mai 2007 - (ISBN 978-0-571-21178-4 et 057121178X)
  12. Bernie Rhodes à Joe Strummer : « Tu es in ou out ? Tu as quarante-huit heures pour te décider. - PUNK L'Histoire Complète »
  13. (en) CNN, Associated Press & Reuters, « Clash star Joe Strummer dies », sur CNN.com,‎ décembre 2002 (consulté le 09/02/2008) : « In 1976, Strummer saw the pioneer British punkers the Sex Pistols in concert. He abruptly dropped pub rock and formed The Clash »
  14. The Clash - Combat Rock par Marcus Gray - page 188
  15. (en) Alan Cross, « Joe Strummer- Part 1 - Seg. 2 », The Ongoing History of New Music, sur Edge 102 (consulté le 05/01/2008) : « It was Paul Simonon who came up with the name. After considering a dozen different names (including "The Psycho Negatives" and "The Weak Heartdrops"), Paul saw a headline in the London evening standard. Something about a Clash with police. »
  16. (es) « The Clash are the kind of garage band who should speedily be returned to their garage, preferably with the door locked and the motor running » - Histoire de The Clash sur Punk 77
  17. (en) Adam Wood, « Punk : Resistance through Style », Punk, sur pennyblackmusic.co.uk,‎ mai 2007 (consulté le 16/12/2007) : « The Clash responded with the gleefully vicious Garageland: "Back in the garage with my bullshit detector/Carbon monoxide making sure its effective." »
  18. Dans le documentaire Westway to the World (Don Letts, 1999), Mick Jones explique que Keith Levene a été renvoyé parce qu'il ne venait jamais aux répétitions.
  19. Dans le documentaire Westway to the World, Mick Jones parle de lui comme « l'un des meilleurs batteurs » (« the best drummers around »
  20. Par exemple, dans sa critique de l'album pour Sounds, Peter Silverton écrit le 9 avril 1977 : « If You Don't Like The Clash, You Don't Like Rock 'N 'Roll »
  21. « La Saga des Clash », sur RTL,‎ octobre 2006 (consulté le 08/01/2008) : « L’album The Clash se classe N°12 en Angleterre, mais leur premier single, “White riot”, ne dépasse pas la trente-huitième place du hit-parade. Il faut dire que le groupe fait peur et qu’il ne passe pratiquement pas en radio. »
  22. Mark Perry, Sniffin' Glue n°9, avril-mai 1977, « The Clash Album is like a mirror. It reflects all the shit. It shows us the truth. To me, it is the most important album ever released. »
  23. (en) Greg Prato, « Topper Headon », Biography, sur Allmusic.com (consulté le 24/06/2008) : « Headon appeared on such Clash albums as 1978's Give 'Em Enough Rope (on which producer Sandy Pearlman dubbed Headon "The Human Drum Machine," »
  24. (en) "Strummer's lasting culture Clash" en BBC.
  25. (en) « UK Chart Archive », everyHit.co.uk. (consulté le 22/06/2008)
  26. (en) Martin C. Strong, John Peel (Préface), The Great Rock Discography, Canongate Books,‎ 2004 (ISBN 978-1841956152 et 1841956155), p. 143, « The album's more rockest, less frenetic approach met with some criticism and despite the label's best efforts, the record juste failed to crack the American Top 100. »
  27. (en) Phil Hardy, Dave Laing, Stephen Barnard, Don Perretta, Encyclopedia of Rock, Schirmer Books,‎ 1 juin 1988 (ISBN 978-0029195628 et 0029195624), p. 104, « (...) continued to produce their second album, Give 'Em Enough Rope, in the autumn of 1978. This album gave them their first real UK single hit. Tommy Gun (...) »
  28. (en) Allan Jones, Banging on the White House door, article de Melody Maker, le 24 février 1979. « In January 1979, The Clash set out on their chaotic First tour of America. »
  29. (en) Al Spicer, The Rough Guide to Rock, Rough Guides Limited,‎ 30 octobre 2003 (ISBN 978-1843531050 et 1843531054), p. 203, « During this time, the debut LP was finally released in America by CBS (albeit in a shortened form), who had previously shied away from its confrontational approach. »
  30. Francis Zégut, « Souvenir : The Clash : London Calling », La musique c'est comme la vie, ça se respire..., sur Zegut.blogspot.com,‎ septembre 2006 (consulté le 25/01/2008) : « Avec la même énergie, le même combat, une politisation beaucoup plus marquée, « London Calling » va apporter au punk une diversité musicale incroyable en y incorporant le reggae, le ska, le rockabilly, le rythm’n’blues. »
  31. (en) « The only band that matters »
  32. (en) Pat Blashill, « London Calling », Critique d'album, sur Rolling Stone,‎ septembre 2004 (consulté le 20/01/2008) : « In 1979, London Calling was sold with a sticker declaring that the Clash were the only band that matters, and they acted as if they believed their own hype. »
  33. (en) Stephen Thomas Erlewine, « London Calling », Review, sur Allmusic.com (consulté le 25/01/2008) : « The result is a stunning statement of purpose and one of the greatest rock & roll albums ever recorded. »
  34. (en) Tom Sinclair, « The Best Album of All Time », Fall Music Preview, sur Entertainment Weekly (consulté le 25/01/2008) : « The 25th anniversary of a seminal punk album -- The Clash's London Calling is as groundbreaking, explosive, and politically relevant as ever. »
  35. Pol Dodu, ancien animateur de Radio Primitive, « THE CLASH : Train in vain », Analyse du 33 tours de Train in Vain (CBS 8370), sur Vivonzeureux.blogspot.com,‎ janvier 2008 (consulté le 01/03/2008) : « (...) tout le monde sait que Train in vain est la 19e chanson de London calling, celle que le groupe a enregistrée vers la fin des sessions, celle qu'il a décidé d'inclure dans son double-album alors que la pochette était déjà chez l'imprimeur. »
  36. Liste officielle et critique de 1981 par Robert Christgau
  37. (en) Peter S. Scholtes, « Byzantine Rock: A Brief History of the Clash's "Rock the Casbah », Clashback, sur Minneapolis-St. Paul City Pages,‎ décembre 1999 (consulté le 25/01/2008) : « May 29, 1982: Mired in addiction, Topper is kicked out of the Clash. »
  38. (fr) Nicolas Ungemuth, « The Clash », sur Le Figaro,‎ octobre 2008 (consulté le 05/11/2008) : « Avec des singles comme Rock the Casbah' ou The Magnificent Seven, qui incorporent des éléments de funk ou du hip-hop alors bourgeonnant, les Clash conquièrent l'Amérique. »
  39. (fr) « 5. 1982 : Combat Rock », The Clash, 30 ans déjà, sur Le JDD,‎ avril 2007 (consulté le 30/10/2008) : « Un retour aux sources toujours aussi inspiré malgré les dissensions au sein du groupe et une lassitude de plus en plus visible. »
  40. The Clash : chapitre 15 - Joe Strummer porté disparu - article retraçant l'histoire du rock sur cosmosonic.com
  41. Joseph Ghosn, dans Les Inrockuptibles, 14 février 2003, Hors Série spécial The Clash. « A la fin des sessions, le groupe vire son batteur Topper Headon, accusé de trop se défoncer, puis part en tournée avec les Who. »
  42. Last Gang in Town: The Story and Myth of the Clash par Marcus Gray. (ISBN 978-0-8050-4641-0 et 0805046410).
  43. (en) Article A life of revolution rock par Geoff Edgers, publié dans The Boston Globe le 24/12/2002.
  44. (fr) Maddrum, « BIOGRAPHIE : Topper HEADON », sur La toile des batteurs,‎ juin 2006 (consulté le 22/06/2008) : « Héroïnomane, Topper Headon devenait mou sur scène et agressif dans la vie, il faisait tout à l'envers, il se fait donc virer du groupe en 1982, juste après l’enregistrement du 5 ème album « Combat Rock ». C’est à partir de cette période que le groupe commence à s’effriter dangereusement. »
  45. (fr) Pierrick Roux, « The Clash : Biographie », sur RamDam.com (consulté le 22/06/2008) : « En 1982, c'est Combat Rock avec deux nouveaux tubes imparables: Should I Stay Or Should I Go ? et Rock The Casbah, mais c'est aussi le moment où Strummer commence à péter les plombs ! Il part sans laisser d'adresse, se cachant à Paris chez des amis. »
  46. (en) Dafydd Rees, Luke Crampton, Rock Movers & Shakers : An A-Z of People Who Made Rock Happen, ABC-Clio Inc,‎ 1991 (ISBN 978-0874366617 et 0874366615), p. 110, « Group appears on the first of the 3-day "US '83 Festival" in San Bernardino »
  47. (en) Chris Knowles, Clash City Showdown, Pagefree Publishing,‎ décembre 2003 (ISBN 978-1589611382 et 1589611381), p. 115, « Remaining original members Joe Strummer and Paul Simonon stated that Jones had "strayed from the original idea of the Clash." »
  48. (en) Pierre Perrone, « The worst gigs of all time », sur The Independent,‎ janvier 2008 (consulté le 17/05/2008) : « Limping on: The Clash, Edinburgh Playhouse, 3 March 1984 »
  49. a et b Strummer on Man, God, Law and The Clash par Richard Cromelin - Interview du 31 janvier 1988 pour le Los Angeles Times
  50. (en) Alexis Petridis, « The immaculate punk », sur The Guardian,‎ mai 2007 (consulté le 17/05/2008) : « Conversely, the Clash mark two, formed after Mick Jones's sacking and oft-derided (not least by Strummer himself, who called their 1985 album Cut the Crap "a shitty way to end a great group") come out of the film surprisingly well. »
  51. « Yeah. If you're allowed to make your mistakes, I think you should. But people don't really like hearing you admit them. Although I'd never wanted to dump on the musicians that were involved in that… Because it was not their fault. »
  52. Interview de Joe Strummer par Sean O'Hagan, du NME, pour la sortie de l'album retrospectif The Story of the Clash
  53. The Clash - Combat Rock par Marcus Gray - page 310
  54. (en) Ralph Heibutzki, « This ain't the Strummer of love : A conversation with Vince White », sur Vincewhite.com,‎ juillet 2007 (consulté le 26/06/2008) : « Those feelings deepened in January 1985, when work began on he new album—which, Vince and Pete discovered, had largely been completed by the time they arrived in Munich, Germany. »
  55. (en) Ralph Heibutzki, « Recording of Cut The Crap », sur blackmarketclash.com (consulté le 26/06/2008) : « Even then, however, Strummer had traveled separately from his new colleagues -- whose alienation deepened when he began intimating that their abilities might not be required for the upcoming recording sessions. »
  56. (en) Martin Morrow, « Revolution rock - Documentary pays tribute to Clash frontman Joe Strummer », sur CBCNews.ca,‎ février 2008 (consulté le 26/06/2008) : « After briefly fronting a new Clash lineup, Strummer took off to Spain; by 1986, the band was history. »
  57. (en) Tom Sinclair, « Titan Of The Clash », sur Entertainment Weekly,‎ janvier 2003 (consulté le 28/12/2007) : « a mad seal barking over a mass of pneumatic drills »
  58. « Paul Simonon », sur Evene.fr (consulté le 03/01/2008) : « Lors de ses premiers concerts avec les Clash, Paul Simonon, pas encore très à l'aise avec sa basse, est obligé de demander au guitariste Mick Jones de la lui réaccorder entre deux chansons, à la grande surprise des spectateurs. »
  59. Chris Salewicz, citation de Don Letts, « Part 2: Under Heavy Manners [1976-1977] », Redemption Song: The Ballad of Joe Strummer, sur Pop Matters,‎ mai 2007 (consulté le 03/01/2008) : « I remember when I first saw the Clash I didn’t actually hear what he was saying—well, no one could understand what Joe was saying—but you knew something was going on because the power and energy were so intense. »
  60. Serge Kaganski, Christian Fevret, « Joe Strummer - Tenue de route », sur Les Inrockuptibles n° 141,‎ mars 1998 (consulté le 03/01/2008) : « Lui écrivait les textes, chantait les trois quarts des chansons, tenait la position centrale sur scène. Là, dans le chaudron de l'émeute blanche, on ne regardait que lui, ou quasiment : arc-bouté sur son pied de micro, guitare serrée au poing comme une oriflamme, le corps en transe, la bouille éructante, secouée de spasmes. Découpe mi-Bashung mi-Rotten revisitée Cochran, port altier, col relevé, genou battant la chamade, Joe Strummer était la rage faite homme, toute l'énergie du monde en chair et en nerfs... Un Gavroche punk qui menait son groupe comme on monte aux barricades, le chevalier des hormones adolescentes, le héraut des rébellions fantasmées. »
  61. Hugo Cassavetti, Live at Shea Stadium,‎ 18 octobre 2008, dans Télérama n°3066, « Parce que pour qui a eu la chance de voir Clash sur scène autrefois, le souvenir reste accroché à une présence électrisante, à une ambiance explosive et à une générosité rarement égalée plutôt qu'à une rigueur musicale. »
  62. (en) There'll be Dancing in the Streets - The Clash - Tough But Tender, They're Taking America par James Henke dans Rolling Stone, le 17 avril 1980, « Like the Who, the Rolling Stones in their prime or any other truly great rock & roll hand, the Clash are at their best onstage. The music, delivered at ear-shattering volume, takes an awesome proportions; for nearly two hours, the energy never lets up. Strummer, planted center stage, embodies this intensity. Short and wiry, his hair greased back like a Fifties rock & roll star, he bears a striking resemblance to Bruce Springsteen. When he grabs the mike, the veins in his neck and forehead bulge, his arm muscles tense, and his eyes close tight. He spits out lyrics with the defiance of a man trying to convince the authorities of his innocence as he's being led off to the electric chair. His thrashing rhythm-guitar playing, described by one friend as resembling a Veg-o-matic, is no less energetic. »
  63. (en) Stuart Coupe, « LESTER BANGS Interview », sur Cousin Creep,‎ 13 mai 1980 (consulté le 03/01/2008) : « (...) as opposed to The Clash that just give and give and give, and give some more and are really concerned about their audience. I was amazed when I was on tour with The Clash to do a story on them, the thing that they would actually do at the end of each show, go out into the audience and meet the kids in these towns and say "Hi, what’s this town like?". And then they would take some of the kids they really enjoyed talking to back to the hotel with them and sit up through the night talking to them. It wasn’t a groupie scene, you know, they were really actually interested in these kids and what they were up to, and what they were like. And that kind of openness and accessibly I think is much more exciting and everything then all this elitism. »
  64. (en) Mick JONES, Steve KANDELL, « A Riot of Our Own », 1977 - PUNK EXPLODES !, sur SPIN.com,‎ septembre 2007 (consulté le 15/12/2007) : « We had slogans for lyrics -- we used to display them on our shirts »
  65. Jean-François PLUIJGERS, « « No Elvis, Beatles or the Rolling Stones » », TRANCHES DE ROCK (7/10), sur La Libre Belgique,‎ juillet 2004 (consulté le 15/12/2007) : « L'explosion d'alors est en germe depuis quelques années - en réaction, notamment, à l'ennui généré par la production musicale du moment, boursouflée et lénifiante dans sa large majorité; on vit l'époque, sinistrée, du rock progressif. »
  66. a et b (en) Adam Wood, « Punk : London's Burning », Punk, sur pennyblackmusic.co.uk,‎ avril 2007 (consulté le 16/12/2007) : « The most notable of political punk bands were the Clash, who were a virulently left wing and anti-racist group. »
  67. (en) « We’re anti fascist, we’re anti violence, we’re anti racist and we’re pro-creative, we’re against ignorance »
  68. (en) Billy Bragg, « Billy Bragg: The Joe I knew », sur BBC,‎ janvier 2003 (consulté le 16/12/2007) : « Were it not for the Clash, punk would have been just a sneer, a safety pin and a pair of bondage trousers. »
  69. (en) The Best Gang in Town - The Clash offers visions of a rock-'n'-roll apocalypse par Jay Cocks dans Time, le 5 mars 1979, « Such an ambition might be unsuitably lofty but for the fact that the group comes from a tradition that uses music not only as an outlet but as a force, an effective instrument of social change. »
  70. (en) Chris Heard, BBC News Online entertainment staff, « Rocking against Thatcher », 25 Years of Thatcherism, sur BBC NEWS,‎ mai 2004 (consulté le 26/01/2008) : « Among its earliest proponents were The Clash, whose debut album bristled with songs of urban blight and racial disharmony. »
  71. (en) Let Fury Have The Hour : The Punk Rock Politics Of Joe Strummer, recueil d'articles et de chroniques sur l'engagement politique de Joe Strummer et des Clash, sous la direction d'Antonino D'Ambrosio, édition Nation Books, octobre 2004, (ISBN 978-1-56025-625-0 et 1560256257)
  72. (en) The Clash par Lester Bangs, Rolling Stone, décembre 1977, « The point is that, like Richard Hell says, rock 'n' roll is an arena in which you recreate yourself, and all this blathering about authenticity is just a bunch of crap. The Clash are authentic because their music carries such brutal conviction, not because they're Noble Savages. »
  73. (en) Peter La Chapelle, Proud to Be an Okie: Cultural Politics, Country Music, and Migration to Southern California, University of California Press,‎ 2007 (ISBN 978-0-520-24889-2 et 0520248899), p. 74. « From Dylan to Springsteen, and from the Sex Pistols and the Clash to Lucinda Williams and System of a Down, do-it-yourself has been the vital core of rock (…) »
  74. (es) Histoire de The Clash sur Portal Mundos
  75. [PDF] (en) Steve Waksman, « Metal, Punk and Motorhead - Generic Crossover in the Heart of Punk Explosion », sur Echo: A Music-Centered Journal,‎ 2004 (consulté le 26/01/2008) : « For many, the band’s political vision, predicated on a strong critique of the British social and economic system, suggested a path of resistance to dominant structures that was partly undermined by their willingness to work under the auspices of a large corporate concern. »
  76. (es) « Punk died the day The Clash signed to CBS » - Histoire de The Clash sur Punk 77
  77. Strummer Speaks. par Simon Kinnersley, Melody Maker, le 11 mars 1978, « Listen, we want to reach a lot of people. If we’d put our own label together we’d have only reached a few hundred or maybe thousand people. What’s the good of that when you’re trying to be realistic about these things ? »
  78. Roderic Mounir, « Punk, mort ou vif », sur Le Courrier,‎ 2007 (consulté le 26/01/2008) : « Inutile de le nier: passé le premier choc, le Punk s'est mué en un business lucratif. »
  79. (en) Crass, « Paroles de la chanson Punk Is Dead », sur Punk Lyrics : « CBS promote the Clash, / But it ain't for revolution, it's just for cash. »
  80. (en) Article Clash Warfare par Greil Marcus dans New West, le 25 septembre 1978, « Their strongest record yet released, "Complete Control," is on paper nothing more than a denunciation of CBS, their British label, for releasing a single without first clearing it with the band. As a 45, it comes across not as a petulant complaint about "artistic freedom" but as a cosmic last stand: a definition of how much fury and determination are worth, and of how good they can feel. This is hard rock to rank with "Hound Dog" and "Gimmie Shelter"-music that, for the few minutes it lasts, seems to trivialize both. »
  81. a et b François Caron, article dans le Dictionnaire du Rock, sous la direction de Michka Assayas, éditions Robert Laffont, 2000 - (ISBN 978-2-221-91260-7)
  82. (en) « But that's the gamble we have to take. We believe what we're doing is right. If we had to be dictated by what other people say, it wouldn't be the Clash. »
  83. a, b et c (en) Clashing In ? - The world's greatest band's great gamble, article de David Fricke, Rolling Stone , le 16 avril 1981
  84. « Punk rock for me was a social movement. We tried to do the things politically we thought were important to our generation and hopefully would inspire another generation to go even further. »
  85. a et b (en) Antonino D'Ambrosio, « Let fury have the hour : the passionate politics of Joe Strummer », Monthly Review, sur findarticles.com,‎ juin 2003 (consulté le 28/12/2007)
  86. (fr) Éric Biétry-Rivierre, « Julien Temple revient sur le meilleur des punks rockers », sur Le Figaro,‎ novembre 2007 (consulté le 05/11/2008) : « Mais, plus malin, Joe préfère nuancer : « le futur n'est pas écrit » dit-il. Et d'imprimer sa marque sur la réalité thatcherienne comme sur l'impérialisme américain par ses textes écrits au lance-flammes. »
  87. The Clash - Combat Rock par Marcus Gray - page 173
  88. (en) Chris Salewicz, Redemption song : the ballad of Joe Strummer, Macmillan,‎ 2007, 629 pages p. (ISBN 0-571-21178-X et 9780571211784), p. 183 :

    « The interview on the NME free EP was by the paper's punk young gun, Tony Parsons, extracts from the dialogue of an article that appeared in the April 2, 1977, edition of NME: the three Clash members appeared in profile on the cover of an issue that carried the caption "Thinking Man's Yobs." »

  89. (en) Jackie McCarthy, « White riot », Seattle Weekly.com,‎ 22 décembre 1999 (lire en ligne) :

    « In this footage, you can see Strummer and guitarist Mick Jones working very hard at constructing the Clash Image: "the thinking man's yobs," as an NME cover famously characterized them. »

  90. (en) « 1976: Notting Hill Carnival ends in riot », Stories From 30 Aug, sur BBC ON THIS DAY,‎ 2005 (consulté le 12/04/2008)
  91. (en) Alexander Billet, « Long Live The Clash! », Thirty Years of "White Riot", sur counterpunch.org,‎ septembre 2006 (consulté le 12/04/2008) : « Taking manager Rhodes’ encouragement to ‘write about what’s happening,’ Joe would write The Clash’s first single: 'White Riot.' »
  92. (fr) Pascal Dupont, « La première lutte des Clash », Punk, sur LEXPRESS.fr,‎ mars 2007 (consulté le 12/04/2008) : « Il faut se rappeler le contexte social, tendu, les chiffres du chômage, affolants, l'aide sociale, qui diminuait. Avant même Margaret Thatcher et son plan d'austérité, le Labour verrouille. »
  93. (en) Joe Strummer, interview des Clash dans Sniffin' glue par Steve Walsh, septembre 1976. « Look, the situation is far too serious for enjoyment, man. »
  94. (en) Craig Hansen Werner, dans Change Is Gonna Come - Music, Race and the Soul of America, (ISBN 978-0-7567-5851-6 et 0756758513), page 222. « Washington Bullets" condemns the Us-backed overthrow of Salvador Allende's democratically elected Marxist governement in Chile. »
  95. (en) James M. Curtis, dans Rock Eras : Interpretations of Music and Society, 1954-1984, Popular Press, janvier 2003, (ISBN 978-0-87972-368-2 et 0879723688), page 314. « The Clash explicitly compare the two superpowers on "Ivan Meets GI Joe." »
  96. (en) Jimmy Guterman, « Jason Ringenberg Meets "Ivan Meets GI Joe" », sur The Sandinista Project,‎ janvier 2006 (consulté le 14/05/2008) : « "Ivan Meets GI Joe" is in many ways the most locked-in-its-time song on the original Sandinista! Sung by Topper, it's a straight disco track with lyrics moving U.S.-Soviet competition to an atomic dancefloor. »
  97. (en) Milo Miles, « Joe Strummer, 1952–2002 - Up in Heaven (Not Only Here) », sur The Village Voice,‎ décembre 2002 (consulté le 28/12/2007) : « Strummer was the political chairman of the gang and he made sure their activist program was vivid if vague: Be proletarian, pro-revolt of the disenfranchised in all nations; show reflexive distrust of authority leftist and rightist, savvy skepticism about mass media and willingness to co-opt it; »
  98. « In our music, we try to balance things a little by giving people information that they aren’t going to get on TV or in a newspaper. »
  99. Article A RE-FORMED CLASH IS BACK ON THE ATTACK par Robert Hilburn, Los Angeles Times, le 22 janvier 1984
  100. (fr) Christian Lebrun, dans le n°125 de BEST, décembre 1978. « Seulement, CBS, n’en appréciant pas le son (!) refusa de le sortir aux USA, et imposa un producteur de son choix pour la seconde tentative : Sandy Pearlman, manager et producteur du groupe-maison Blue Oyster Cult. »
  101. (fr) Jean-Luc Manet, dans Les Inrockuptibles, Hors Série spécial The Clash, 14 février 2003. « Le titre à lui seul synthétise tous les problèmes et tiraillements qui perturbent le Clash dès 1978. Et cette pochette où les vautours de l’industrie du disque et des forces de répression se disputent la carcasse d’un pauvre desperado tombé sur le front de la liberté ? »
  102. Jon Savage, Denys Ridrimont, England's dreaming: les Sex Pistols et le punk, Editions Allia,‎ 2002 (ISBN 2844851029), page 269, « "I'm So Bored With The USA" (j'en ai tellement marre des Etats-Unis) était une charge géniale qui fulminait contre la culture populaire de l'époque. "à ce moment-là, Kojak et Columbo étaient importants", dit Strummer. »
  103. Serge Kaganski, « The Clash - La charge héroïque », Interview, sur les inrocks.com,‎ novembre 1999 (consulté le 28/12/2007)
  104. (en) John Floyd, « Viva Sandinista! - Is the Clash still the only band that matters? », sur Dallas Observer,‎ mars 2000 (consulté le 29/12/2007)
  105. « Charlie » signifie Việt Cộng dans l'argot de l'armée américaine. Utilisé pendant la guerre du Viêt Nam, c'est un diminutif de « Victor Charlie ».
  106. (en) Raoul Hernandez, « The Magnificent Seven - Why Sandinista! Is Better Than London Calling », sur The Austin Chronicle,‎ mai 2000 (consulté le 29/12/2007) : « "Charlie Don't Surf," sounds like it was edited out of the film that inspired it, Apocalypse Now. »
  107. The Clash - Combat Rock par Marcus Gray - page 253
  108. Pat Gilbert, Passion Is A Fashion: The Real Story of The Clash, Da Capo Press, 10 mai 2005, (ISBN 978-0-306-81434-1 et 030681434X), p. 190
  109. « …la guerre est déclarée et la bataille fait rage… »
  110. « …maintenant ne nous regarde pas / La Beatlemania bidon a mordu la poussière… »
  111. « L'âge de glace arrive, le soleil zoome / Les machines s'arrêtent de fonctionner, le blé pousse maigrement »
  112. « Oublie le, mon frère, nous pouvons y aller seuls… Cesse de résister et prend un autre souffle… Je ne veux pas crier / Mais tandis nous parlons, je vois que tu baisses la tête… »
  113. « Après tout ça, ne me ferais-tu pas un sourire ? »
  114. Pascal Dupont, « La première lutte des Clash », Punk, sur L'EXPRESS,‎ mars 2007 (consulté le 27/12/2007) : « The Clash responded with the gleefully vicious Garageland: "Back in the garage with my bullshit detector/Carbon monoxide making sure its effective." »
  115. (en) « Spring gig to commemorate anti-racist march », sur Virtual Festivals,‎ décembre 2007 (consulté le 27/12/2007) : « the famous Rock Against Racism Carnival, which saw the likes of The Clash and Tom Robinson performing to around 100,000 protesters as they marched in opposition to the National Front. »
  116. (en) Red Saunders, « Joe Strummer: the sounds of an urban revolution », sur socialistworker.org,‎ janvier 2003 (consulté le 27/12/2007) : « If ever there could have been a soundtrack to an urban revolution The Clash would have been it. »
  117. (en) "Strummer's lasting culture Clash" sur BBC
  118. (en) ChartAttack.com Staff, « 15 Reasons Joe Strummer Was Cool », News, sur Chart Attack,‎ décembre 2002 (consulté le 27/12/2007) : « The pair were also fined 100 pounds for stealing a pillow case from a Holiday Inn and failing to appear in court. »
  119. (en) News Desk, « Today In Music History - June 11 », This Day in Rock, sur Sound Generator,‎ juin 2002 (consulté le 27/12/2007) : « Joe Strummer and Topper Headon were detained overnight in prison in Newcastle upon Tyne & having failed to appear at Morpeth Magistrates on May 21 to answer a charge relating to the theft of a Holiday Inn pillow case. They were both fined £100. »
  120. (en) « The Clash », This Day in Rock, sur Rolling Stone,‎ juin 1999 (consulté le 26/12/2007) : « On this day in 1977, the Clash's Joe Strummer and Topper Headon were arrested in London after writing the band's name on a wall. »
  121. (en) « The Clash », day in rock, sur Rolling Stone,‎ juin 1998 (consulté le 26/12/2007) : « On this day in 1978, Clash bandmates Joe Strummer and Paul Simonon were arrested for beingdrunk and disorderly in Glasgow. »
  122. (en) flash-hammer, « Give 'em Enough Stars », Review of Give 'Em Enough Rope, sur Epinions.com,‎ mars 2003 (consulté le 28/12/2007) : « The rooftop they were on looked out onto a train station, and a worker thought they were shooting at trains and phoned the police. »
  123. The Clash - Combat Rock par Marcus Gray - page 216
  124. (en) Joel M. Hoard, « Cleveland Calling The Clash », sur The Michigan Daily,‎ février 2003 (consulté le 26/12/2007) : « "Guns on the Roof", while it may seem like a tirade on government and warfare, actually tells the story of bassist Paul Simonon and drummer Topper Headon's arrest for shooting pigeons with an air rifle on the roof of a London building. »
  125. (en) Mick Jones, Steve Kandell, « A Riot of Our Own », 1977 - PUNK EXPLODES !, sur SPIN.com,‎ septembre 2007 (consulté le 15/12/2007) : « We were friendly with the Sex Pistols. There was camaraderie to a certain extent but obviously some competitiveness, as well: You're on a different team. If there was such a thing in the punk days as one set of people who thought of only destroying and one set who thought about creating, that was the Sex Pistols and us. We had two different approaches, opposite ends. »
  126. (en) Sean O'Hagan, citation de Larry Mullen, « God bless the people's punk », Tribute to Joe Strummer 1952-2002, sur The Observer,‎ décembre 2002 (consulté le 05/01/2008) : « The Clash were the best group in the world and they would have been bigger than U2 without a doubt. For a long time, they were who we measured ourselves against. »
  127. Joe Strummer : The Future is unwritten de Julien Temple - film documentaire sorti le 11 juillet 2007
  128. (en) « Clash star Strummer dies », sur BBC News,‎ décembre 2002 (consulté le 05/01/2008) : « The Clash was the greatest rock band. They wrote the rule book for U2. »
  129. « La Saga de Texas », sur RTL,‎ février 2006 (consulté le 26/01/2008) : « Elle vient de s'acheter une guitare, une Fender Telecaster noire, comme celle de Joe Strummer, une de ses idoles. »
  130. (en) Tony Bacon, Six Decades of the Fender Telecaster: The story of the world's first solidbody electric guitar, Backbeat Books,‎ 2005 (ISBN 0-87930-856-7), p. 72, 73, 75
  131. (en) « Site entièrement consacré à Joe Strummer et à sa Telecaster », sur Fender (consulté le 26/01/2008)
  132. (en) « Barat and Doherty reunite », Yahoo,‎ 19 septembre 2006 (lire en ligne)
  133. Jean-Jacques Dufayet, Jean-Claude Demari, « Manu Chao - De la gloire à l’espérance », Chronique album, sur Rfi,‎ juin 2001 (consulté le 05/01/2008) : « Pour Manu, le choc se nomme Stiff Little Fingers et, surtout, The Clash »
  134. « BIOGRAPHIE de Manu Chao », sur bestofmanuchao.com (consulté le 05/01/2008) : « Avec les Hot Pants, nous étions partis bourlinguer en Espagne à quinze dans un bus pour essayer de trouver des concerts. A Grenade, un mec nous a aidés à jouer dans deux ou trois bistrots. Ce type habitait chez Strummer quand il a écrit Spanish Bombs. On était fous. Quand j'ai commencé à écrire des chansons, Clash était pour moi le groupe de référence. À l'époque où je n'écoutais pas du tout des groupes punk, je suis allé voir un concert de Clash au Palais des Sports. Je n'avais jamais vu un public comme ça, la salle était comme une mer et faisait d'énormes vagues. Pour nous, c'est aussi un exemple de carrière. »
  135. Jacques Denis, « Bertrand Cantat », Artist's Playlist, sur Vibrations music.com,‎ 17/10/2007 (consulté le 05/01/2008)
  136. Bertrand Dicale, « Les Têtes raides entre Pias et les Clash - La gravité et le sourire d’enfant », sur Rfi,‎ novembre 2000 (consulté le 05/01/2008)
  137. Anne, « Les Têtes Raides > Biographie / Des Red Ted aux Têtes Raides », sur W-Fenec.org,‎ novembre 2005 (consulté le 05/01/2008) : « Né en 1984 sous le nom Red Ted de la rencontre de Christian, Iso et Cali, les Têtes Raides, donnaient alors dans l'énergie punk la plus brute dans la pure tradition du punk anglais, Clash en tête. »
  138. Hommage à Joe Strummer, leader de CLASH par Hugo Cassavetti, extrait de Télérama n°2764 du 4 janvier 2003
  139. a et b Vincent Brunner, « The Clash - L'éclaireur kamikaze », Chronique, sur Les inrocks.com,‎ novembre 1999 (consulté le 19/12/2007)
  140. (en) « People don't understand. Punk was about change - and rule number one was: there are no rules. »
  141. (en) Chris Salewicz, Redemption Song: The Ballad of Joe Strummer, Farrar Straus and Giroux,‎ 2007 (ISBN 978-0571211784), chapitre 1, Straight to Heaven, « One of Joe Strummer's last concerts was at Acton Town Hall last month, a benefit for the Fire Brigades Union. Andy Gilchrist, the leader of the FBU, was apparently politicized after seeing the Clash perform a "Rock Against Racism" concert in Hackney in 1978 (...) »
  142. (en) Fred Mills, « Ex-Clash Members, Bragg, to Play Strummer Tribute », Articles - News, Harp magazine,‎ 2007 (consulté le 05/07/2008) : « It was an incredible night with Joe and Mick Jones joining forces on stage for the first time in nearly 20 years. »
  143. (fr) Rudy Hermans, « Décès du leader de Clash », RTBF enLigne,‎ 2002 (consulté le 05/07/2008) : « Joe Strummer s’en est allé le 22 décembre au paradis des rockers. Il était âgé de 50 ans. »
  144. (en) Martin C. Strong, The Essential Rock Discography, Canongate Books,‎ 2006 (ISBN 1841958603), page 208, « In the early 90's, SIMONON formed HAVANA 3 AM who comprised NIGEL DIXON (ex-WHIRLWIND), GARY MYRICK and TRAVIS WILLIAMS. »
  145. (en) Nick Headon, « Backache calling ... Nick Headon reveals the treatment that helped his back pain », Health, sur Daily Mail,‎ février 2008 (consulté le 16/02/2008) : « Nick has hyperkyphosis, a rounded back or excessive forward curve of the spine (scoliosis is when it curves to the side). »
  146. (en) Nick Headon, « Backache calling… Nick Headon reveals the treatment that helped his back pain », Health, sur Daily Mail,‎ février 2008 (consulté le 16/02/2008) : « I spent the next 26 years in a mess. Despite receiving plenty of royalties from my time with The Clash, I was bankrupt and homeless for a long period, staying on friends' sofas and busking on the Underground because I had spent everything on living the high life. I spent a year in prison for a drug offence in 1986. »
  147. Miles Copeland III est le frère de Stewart Copeland du groupe The Police et le fils de Lorraine Copeland
  148. « Secrets de tournage », sur AlloCiné