Banjo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Banjo (homonymie).
William Sidney Mount.- The Banjo Player, 1856.

Le banjo est un instrument de musique à cordes pincées nord-américain. Avec sa table d'harmonie à membrane, on le distingue facilement de la guitare. Cet instrument serait un dérivé du luth ouest-africain ekonting apporté par les esclaves noirs et qui aurait suscité la création des premiers gourd-banjos (« banjo en gourde »). Le banjo représente désormais toute une famille d'instruments.

L'origine de l'instrument moderne remonte d'abord aux années 1830-1840 durant lesquelles ont commencé l'industrialisation et la commercialisation d'un instrument plus ancien (XVIIe siècle) utilisé par les esclaves africains déportés aux États-Unis. La source iconographique la plus ancienne se trouve dans un récit de voyage écrit par Sir Hans Sloane en 1688 et publié à Londres en 1707. Les musiciens noirs exploitèrent l'aspect rythmique de l'instrument avec un tel succès que les blancs du Sud des États-Unis s'y intéressèrent. À partir de la dernière décennie du XIXe siècle, le banjo se distingua dans le style de pré-jazz appelé « Dixieland », vogue qui continua jusque dans les années 1930. Ce banjo connut à nouveau le succès après la Seconde Guerre mondiale grâce aux Américains Pete Seeger (style traditionnel du Sud) et Earl Scruggs (bluegrass).

Les banjos à 5 cordes[modifier | modifier le code]

Banjo 5 cordes.
Joueur de banjo à 5 cordes sur la place du village d'Ellviller

Lutherie[modifier | modifier le code]

Sa caisse de résonance qui consiste en un cadre circulaire en bois ou en métal sur lequel est tendue une membrane, produit un timbre très particulier. La matière de cette membrane a évolué avec le temps : parchemin, cuir, peau et de nos jours, matière synthétique. Muni d'un long manche, à l'origine sans frettes, le banjo présente quatre ou cinq cordes en métal.

L'accordage le plus courant de ce banjo est le suivant (du grave vers l'aigu) : sol3, ré2, sol2, si2, ré3 (le ré2 est parfois remplacé par do2). On constate donc que la corde disposée la plus à gauche lorsque l'on regarde l'instrument de face, n'est pas la plus grave comme celle de l'immense majorité des luths ; on qualifie cet accordage de « réentrant ». Les seuls autres exemples d'instruments dont les cordes ne sont pas régulièrement disposées du grave vers l'aigu sont ceux du cistre de la Renaissance, du théorbe, du charango, du cuatro, du ukulélé, de la viola beiroa et parfois du oud. L'autre particularité de cet accordage est son open tuning donnant un accord parfait de sol majeur.

Jeu[modifier | modifier le code]

Il y a plus d'une technique pour jouer du banjo.

Clawhammer[modifier | modifier le code]

La technique plus ancienne, sur banjo open back dos ouvert pour un jeu dont la ressemblance est d'ailleurs frappante avec celle du ekonting, est parfois nommée clawhammer ou frailing se joue sans plectre. Au lieu d'être pincées, les cordes sont percutées vers le bas en utilisant le dos de l'ongle du majeur ou de l'index, alors que les doigts sont serrés les uns sur les autres et la main en presque en position de poing fermé. Le pouce quant à lui est utilisé pour faire vibrer la 5e corde (drone string en anglais) sur le « et » du « un deux et trois quatre et un ». Ce qui peut être difficile à maîtriser pour un guitariste qui est généralement habitué à utiliser le pouce sur les temps, pour marquer la basse, ce qui n'est pas le cas pour cette technique de banjo. Le pouce peut aussi être utilisé pour faire sonner les autres cordes, presque toujours sur le « et ». Le son qui résulte de cette technique est typique du old time et des chansons russes pour lesquelles le banjo est utilisé comme instrument secondaire, voire le seul instrument. Clarence Ashley est un des joueurs légendaires de clawhammer, et la chanson The Cuckoo est une chanson connue de ce genre. C'est aussi la technique qu'on entend sur beaucoup de musique des Apalaches.

Certains font la distinction entre clawhammer et frailing, réservant l'appellation clawhammer seulement aux jeu qui utilise le pouce non seulement pour la 5e corde, mais aussi pour garnir la mélodie sur les autres cordes. Il y a quelques versions de Over the Waterfall par exemple qui illustrent bien cette technique.

Pete Seeger un ambassadeur du banjo, a pour sa part développé sa propre technique qui se veut un hybride entre les techniques ci-haut décrites et les techniques classiques de guitare.

Scrugg' style[modifier | modifier le code]

C'est une technique plus récente, utilisée pour le bluegrass, sur un banjo a résonateur. Elle tire son nom de Earl Scruggs joueur légendaire qui l'aura popularisée.

Des plectres sont emboîtés sur les doigts, et les cordes sont pincées vers le haut, contrairement au clawhammer. Le jeu donne l'impression d'être plus rapide, et souvent les banjoistes qui utilisent cette techniques sont appelés à interpréter les solos dans les groupes de musique bluegrass. Le musicien jazz Béla Fleck utilise aussi cette technique. La pièce iconique du film Délivrance (peut-être la pièce de banjo la plus connue des néophytes) est jouée avec cette technique.

Le banjo ténor à 4 cordes[modifier | modifier le code]

Banjo ténor.

Le banjo ténor dérive du plectrum banjo accordé do2, sol2, si2, ré3, lui-même dérivé — comme l'accord en atteste — de son frère à 5 cordes.

Lutherie[modifier | modifier le code]

Le banjo ténor ne compte que 4 cordes, accordées do2, sol2, ré3, la3 comme le (violon) alto. On trouve également, chez les « banjoïstes » irlandais ou écossais l'accordage sol, ré, la, mi, soit une quinte plus haut (comme le violon). On peut également avoir un accordage façons "Chicago" ré, sol, si, mi, comme une guitare sans les cordes de mi et la. Le banjo ténor comporte 19 frettes, et non 22 comme le banjo 5 cordes. Le banjo alto comporte 17 frettes.

Jeu[modifier | modifier le code]

Banjo à 4 cordes

On joue de ce banjo avec un plectre, comme la mandoline.

Cet instrument a été — et est toujours — utilisé d'une part comme accompagnateur dans le style de jazz appelé « New Orleans », et d'autre part, plus récemment, comme soliste dans la musique irlandaise.

En Algérie, le véritable banjo ténor à 4 cordes était jadis très utilisé dans la Musique Algéroise appelée Chaâbi mais de nos jours on retrouve dans les orchestres du chaâbi deux banjo à 6 cordes avec deux accordages différents. le banjo avec des sonorités aigues est appelé " banjo ténor " [FA DO SOL RE LA RE] et celui avec des sonorités graves est bien sûr le banjo-guitare [RE LA MI SI FA# RE] en commençant par le bas. Au Maroc, il est l'instrument le plus utilisé dans la musique chleuh contemporaine, notamment par des groupes aussi populaires que Oudaden ou Izenzaren ou encore Imghrane, Ait Laman, Ait Elati, Bizenkad et bien d'autres…

Instruments hybrides[modifier | modifier le code]

Dans les premières décennies du XXe siècle, le son particulier du banjo a suscité l'adaptation de la caisse de résonance du banjo au manche d'autres instruments, comme la guitare, la mandoline ou l'ukulélé, permettant ainsi aux guitaristes, mandolinistes et joueurs d'ukulélé de profiter de la vogue du banjo sans devoir apprendre la technique propre à la main gauche du banjo. Ainsi sont nés le banjo à 6 cordes, appelé banjo-guitare, le banjoline et le banjolele.

Banjoïstes renommés[modifier | modifier le code]

  • Mohamed Abdennour (Algérie. 1980 - à ce jour) : grand joueur de banjo ténor
  • Ahmed Amarouche (Algérie. 1968 - 1983) : banjoniste ténor (considéré comme l'un des meilleurs banjonistes d'Algérie).
  • Abdelkrim Chifa (Maroc. - actuellement) : Chanteur et joueur de banjo du groupe Nass El Ghiwane.
  • Joseph Cullen (U.S.A. ?) : Un des pionniers du Ragtime (fin du XIXe siècle).
  • Fred Van Eps (U.S.A. 1878 - 1960) : "Ragtime Oriole" ; "Junk Man Rag" et "Red Pepper Rag" sont ses plus grands succès.
  • Vess Ossman (U.S.A. 1868 - 1923) : Ses grands succès sont : "Smoky Mokes" ; "Peaceful Henry" et "Popularity Rag".
  • Olly Oakley (U.K. 1876 - 1943) : Moins connu mais très bon banjoïstes anglais ("Lumbrin Luke" ; "A Dusky Belle"...).
  • Earl Scruggs (U.S.A. 1924 - 2012) : Grand joueur de Bluegrass (années 1950, 60 et 70).
  • Tommy Makem (Irlande. 1932 - 2007) : Chanteur et joueur de folk traditionnel (The Clancy Brothers & Tommy Makem)
  • Leroy Larson (U.S.A. 1936 - 2008) : Il a joué principalement du Jazz (Ragtime; Bluegrass) et de la Country music.
  • Sonny Osborne (U.S.A. 1937-) : Chanteur et joueur de Bluegrass (Osborne Brothers).
  • Igout Abdelhadi (Maroc. 1955-) : Chanteur principal du groupe (Izenzaren).
  • Allal Yaala (Maroc. 1970 - actuellement) : Chanteur et joueur de banjo du groupe Nass El Ghiwane.
  • Dahmane El Harrachi (Algérie. 1926 - 1980) : Chanteur et grand joueur de banjo

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]