Aerosmith

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Aerosmith

Description de cette image, également commentée ci-après

Aerosmith jouant au National Mall à Washington, en 2003.

Informations générales
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Hard rock[1],[2],[3], blues rock, glam metal[4],[5],[6]
Années actives Depuis 1970
Labels Columbia Records, CBS Records, Geffen Records
Site officiel aerosmith.com
Composition du groupe
Membres Steven Tyler
Joe Perry
Tom Hamilton
Brad Whitford
Joey Kramer
Anciens membres Ray Tabano
Jimmy Crespo
Rick Dufay (en)
Logo

Aerosmith est un groupe de rock américain, originaire de Boston, dans le Massachusetts. Formé en 1970, ses membres sont parfois appelé « Les Bad Boys de Boston »[7]. Son style hard rock[1],[2], typique des années 1970, enraciné dans le blues, en est venu à également intégrer des éléments de pop[8], de metal[1] et de rhythm and blues[9] et a inspiré de nombreux artistes de rock et de metal ultérieurs[10].

Aerosmith est l'un des groupes de rock qui a connu le plus de succès, avec 150 millions d'albums vendus dans le monde, dont 67 millions aux États-Unis. Il détient le record du plus grand nombre de disques d'or et multi-platine pour un groupe américain. Les membres du groupe ont placé 21 hits au Top 40, dans le Billboard Hot 100 et 9 hits no 1 au Mainstream Rock. Ils ont également remporté 4 Grammy Awards et 10 MTV Video Music Awards (catégorie dont ils sont les recordmen). Ils ont été intronisés au Rock and Roll Hall of Fame en 2001 et ont été classés 57e parmi les 100 plus grands artistes de tous les temps du magazine Rolling Stone en 2005.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

En 1966, Steven Tyler, jeune batteur à Boston, enregistre pour la première fois en studio avec son groupe Chain Reaction. De leur côté, le guitariste Joe Perry et le bassiste Tom Hamilton forment, en 1969, le Jam Band, un power trio à la Cream. La même année, les deux groupes jouent régulièrement à the Barn, un club du New Hampshire, touchant un cachet de trente dollars par soir. Tyler entend et est enjoué par la reprise du Rattlesnake Shake de Fleetwood Mac par le Jam Band. La fusion des deux groupes marque la naissance d'Aerosmith[11].

Années 1970[modifier | modifier le code]

En 1971, l'ancien guitariste de Chain Reaction, Ray Tabano, quitte Aerosmith et est remplacé par Brad Whitford[11]. Tyler devenant le chanteur, le batteur Joey Kramer se joint au groupe. Le bouche à oreille permet à Aerosmith de se fixer à Boston, où il joue dans le circuit des bars des campus. Un noyau de fans le suit déjà dans tous ses déplacements. Épaté par son passage explosif au Max's Kansas City de New York, Clive Davis, le patron de Columbia lui offre un contrat en 1972. Un premier album, sans titre, au rock brut, primaire et mélodieux (incluant une reprise de Rufus Thomas), sort début 1973. Les ventes sont modestes et le succès en 45 tours de la ballade Dream On reste régional. Le groupe accompagne Blue Öyster Cult, Mott the Hoople et The Kinks en tournée, ce qui lui permet de conquérir un public de plus en plus vaste.

En 1974, après avoir tourné longtemps en première partie, le groupe sort Get Your Wings, produit pour la première fois par Jack Douglas, qui sera le producteur de tous leurs autres succès des années 1970. L’album contient le titre Same Old Song and Dance, devenu un classique du groupe, ainsi que Train Kept A-Rollin', en son temps popularisé par The Yardbirds, qui reste encore souvent joué de nos jours. Cet album contient également des chansons moins connues mais très appréciées des fans comme Lord of the Thighs, SOS (Too Bad) et Seasons of Wither.

En 1975, sort Toys in the Attic qui devient un succès instantané. Cet album permet enfin au groupe d'accéder à la célébrité et de devenir des rockstars, à l'instar de Led Zeppelin et des Rolling Stones. Il contient de grands classiques comme Walk This Way et Sweet Emotion qui devient le premier single Top 40 du groupe. En plus de ces deux hits, l’album contient les titres Toys in the Attic et Big Ten Inch Record qui deviendront des classiques de concert. L’album devient également le disque studio du groupe le plus vendu aux États-Unis avec plus de 8 millions d’exemplaires.

En 1976, sort Rocks qui confirme encore plus le statut de superstar du groupe. La tournée amène en Europe et au Japon pour la première fois. La qualité du disque suscite de nombreux éloges envers Aerosmith et influence de nombreux artistes comme Guns N' Roses et Metallica.

En 1977, sort Draw the line, décevant aux yeux de la critique et des fans, comparé aux deux précédents albums, qui se vend tout de même à 2 millions d’exemplaires, aux États-Unis. Seuls deux titres connaîssent un certain succès : Draw the Line et Kings and Queens. Ceci s'explique par une consommation record de drogues pour le groupe à l'époque.[réf. nécessaire] Néanmoins la tournée qui suit est concluante, avec de nombreuses dates aux États-Unis.

En 1978, le groupe décide de sortir son premier disque live, intitulé Live Bootleg et, considéré comme un des plus grands albums live de l'histoire de la musique[12], il est marqué par l’aspect sale et brut de la qualité audio du disque. Le groupe repart pour une tournée qui passe par le Texas Jam '78, en tête d’affiche devant plus 150 000 personnes.

En 1979, juste après l’enregistrement de l’album Night in the Ruts, Joe Perry quitte le groupe après des différends avec Steven Tyler puis fonde The Joe Perry Project ; il est remplacé par Jimmy Crespo et le groupe repart en tournée pour promouvoir l’album qui se vend encore moins bien que Draw the Line.

Années 1980[modifier | modifier le code]

1980 voit la sortie de Greatest Hits, une compilation qui reprend les plus grands tubes du groupe des années 1970. Il devient leur disque le plus vendu aux États-Unis. À la fin de cette même année, Steven Tyler se blesse grièvement lors d’un accident de moto et il ne peut ni partir en tournée ni enregistrer le nouvel album, durant toute l’année 1981, année durant laquelle Brad Whitford quitte le groupe et est remplacé par Rick Duffay (en).

Rock in a Hard Place sort en 1982 que la majorité des fans le trouve plutôt moyen ; il ne devient disque d’or qu'aux États-Unis, ce qui est peu comparé aux ventes de ses prédécesseurs. Aerosmith part ensuite en tournée à travers les États-Unis. Le , Joe Perry et Brad Whitford font une apparition à un concert du "nouveau" groupe avant de le réintégrer, deux mois plus tard. Pour fêter ce retour, Aerosmith s’embarque, en 1984, dans une nouvelle tournée très lucrative, nommée « Back in the Saddle : Reunion Tour », marquée par des incidents liés à des abus de drogues.

En 1985, le groupe signe un contrat avec Geffen Records et sort Done with Mirrors qui ne se vend pas très bien mais dépasse tout de même les ventes de Rock in a Hard Place.

En 1986, le groupe part en tournée de promotion avec un succès identique à la tournée précédente. Cette même année le groupe enregistre avec Run–DMC une reprise de leur hit Walk This Way ; cette association inédite entre rap et rock fait date et marque un retour en force d’Aerosmith, leur offrant la popularité auprès d’une nouvelle génération. À cette époque, les membres du groupes se droguent encore, plus particulièrement Steven Tyler et Joe Perry ; ils entrent tous en cure de désintoxication et travaillent ensuite durement sur l'album suivant.

En 1987, Permanent Vacation sort et devient un grand succès, se vendant à 5 millions d’exemplaires aux États-Unis, grâce aux hits Dude (Looks Like a Lady), Angel et Rag Doll. Le groupe entame ensuite un tournée aux États-Unis puis au Japon, qui se poursuit jusqu’en 1988.

En 1989, Pump sort, battant les ventes de Permanent Vacation, avec singles dans le Top 10 : Janie's Got a Gun, Love in an Elevator et la ballade What it Takes. Cette réussite rétablit définitivement Aerosmith comme un des plus grands groupes de rock 'n' roll. Pour promouvoir l’album, le groupe reprend la route pour le Pump tour qui dure 12 mois et est marqué par le retour son dans les salles européennes, pour la première fois depuis 1977, ainsi que l'unique passage du groupe en Australie.

Années 1990[modifier | modifier le code]

1991 voit la sortie d'une compilation de trois CD, nommée Pandora's Box, qui contient les hits de la « période Columbia » ainsi que de nombreuses raretés issues de cette période. Le groupe apparaît ensuite dans un épisode des Simpsons, intitulé « Un cocktail d'enfer ».

En 1992, Steven Tyler et Joe Perry font une apparition au concert de Guns N' Roses, à l'hippodrome de Vincennes, à Paris ; ils accompagnent le groupe pour Mama Kin (Guns N' Roses a repris ce titre en 1986) et Train Kept A-Rollin'. Cette même année, Aerosmith entre en studio pour enregistrer le successeur de Pump (album).

En 1993, après de longs mois passés en studio, Get a Grip sort et devient le plus grand succès du groupe en se vendant à 20 millions d’exemplaires dans le monde ; il contient de nombreux hits, comme Eat the Rich (différent du titre éponyme de Motörhead sorti en 1989 sur Rock 'n' Roll), Livin on the Edge ainsi que les trois célèbres ballades Cryin', Crazy et Amazing. La présence de ces chansons plus « douces », qui connaîssent un grand succès à la radio et sur MTV, fait dire aux fans de la première heure que le groupe s’est vendu. La tournée de promotion de l’album dure 18 mois, pour 240 concerts, partout dans le monde (ce qui reste encore aujourd’hui leur plus grand nombre de concerts donnés pour une seule et même tournée).

En 1994, sortent deux compilations : Box Of Fire, contenant tous les albums du groupe sortis chez Columbia et Big Ones, rassemblant les plus grands hits de la « période Geffen », plus trois inédits. Après une longue tournée, les membres prennent des vacances en famille, avant de s’atteler à l'album suivant, réalisé avec Columbia Records.

En 1996, Aerosmith entre en studio pour enregistrer Nine Lives, marqué par une déclaration du manager du groupe, Tim Collins, affirmant que Steven Tyler se drogue à nouveau. Cette déclaration aurait pu sonner la fin du groupe : Steven Tyler envisage sérieusement de le quitter mais, finalement, il décide de continuer l’aventure et Tim Collins est gracieusement remercié.

L’enregistrement aboutit finalement et l’album sort en 1997, accompagné de critiques mitigées ; l’album ne rencontre pas le succès de son prédécesseur mais se vend à 5 millions d’exemplaires dans le monde. La tournée qui suivit est mouvementée : plusieurs dates sont annulées à cause d’une blessure au genou de Steven Tyler et d’une brûlure au second degré au bras de Joey Kramer ; elle dur 2 ans et le groupe donne 204 concerts dans le monde.

En 1998, un double album live intitulé A Little South of Sanity sort, enregistré durant les tournée Get a Grip et Nine Lives. Cette même année, le groupe enregistre I Don't Want to Miss a Thing, ballade pour la bande originale du film Armageddon (avec Liv Tyler, la fille du chanteur). Cette chanson est un énorme succès, restant plus d'un mois au sommet des classements, la plus grande performance du groupe à ce jour[Quand ?] et est jouée à la cérémonie des Oscars de 1999.

Années 2000[modifier | modifier le code]

En 2001, le groupe sort Just Push Play, vendu à 3 millions d’exemplaires, grâce Jaded. La tournée se déroule uniquement aux États-Unis et au Japon, donnant le jour au live Rockin' the Joint, enregistré à Las Vegas (sorti en 2005). Cette même année, le groupe est arrive au Rock and Roll Hall of Fame.

En 2002, la compilation O, Yeah! Ultimate Aerosmith Hits sort, certifiée deux fois disque de platine, contenant deux titres inédits : Girls Of Summer et Lay It Down. Pour promouvoir cette compilation, le groupe part pour une petite tournée de 51 dates, à travers les États-Unis, intitulée Girls Of Summer Tour.

En 2003, ils font tournée commune avec Kiss.

En 2004, le groupe produit Honkin' on Bobo, album de reprises du répertoire blues, joué dans le style d'Aerosmith. Le DVD live You Gotta Moove est enregistré durant la tournée.

En 2005, sort Rockin' the Joint, suivi d'une nouvelle petite tournée à travers les États-Unis.

En 2006, une nouvelle compilation sort, Devil's Got a New Disguise: The Very Best of Aerosmith, contenant deux chansons inédites : Devil’s Got A New Disguise et Sedonna Sunrise. Le cancer de la gorge de Tom Hamilton et l’opération d’un anévrisme de la gorge de Steven Tyler retardent l’enregistrement du nouvel album, remplacé par la compilation et, quand Aerosmith et Mötley Crüe partent pour la tournée intitulée Route of a Evil Tour, Hamilton ne peut pas y participer, pour la première fois de sa carrière.

En 2007, le groupe annonce un nouveau World Tour, le menant dans des pays où il n’a pas joué depuis 8 ans (depuis le Nine Lives Tour), 14 ans (depuis le Get A Grip Tour) ou bien encore dans des pays où il n'est jamais allé. Aerosmith passe par Paris-Bercy, le .

Aerosmith serait en train de donner la touche finale à son nouvel album qui devrait sortir courant 2009. Une tournée américaine serait d'ores et déjà planifiée pour avril 2009[Quand ?]. Elle serait précédée d'un concert au stade Olympique de Caracas le [13]. Le 15 janvier le groupe annonce sur son site officiel l'annulation du concert de Caracas due à une complication de la prothèse du genou de Joe Perry[14].

Le , lors d'une interview donnée à ABC News Radio, Joe Perry déclare que le groupe est entré en studio pour enregistrer le nouvel album, « à l'ancienne », par des sessions live, en studio, sous la houlette de Brendan O'Brien qui a déjà travaillé avec AC/DC et Bruce Springsteen parmi les plus connus. Après avoir déserté les routes pendant plus d'un an, le groupe repart en tournée nord-américaine, accompagné de ZZ Top en première partie[15]. Le , Joe Perry déclare au Las Vegas Sun que Steven Tyler aurait décidé de quitter le groupe[16],[17]. Ce dernier n'aurait pas donné d'explications aux membres du groupe quant à ses projets en solo mais, le , profitant d'un concert de Joe Perry, Steven Tyler monte sur scène afin d'interpréter avec lui Walk This Way. Avant cela, il s'exprime face au public : « Je veux que New York sache que je ne quitte pas Aerosmith. Et Joe Perry, tu es un homme plein de couleurs, mais, moi, putain, je suis l'arc-en-ciel ![18],[3]. ».

Années 2010[modifier | modifier le code]

Malgré toutes les complications qu'a connues Aerosmith, Steven Tyler reste dans le groupe et célébrent leurs 40 ans de carrière par une grande tournée qui débute en Amérique du Sud, qui se poursuit en Europe et se termine aux États-Unis, passant par le Download Festival, le Graspop Metal Meeting et à Bercy.

Alors que le groupe semble prêt à enregistrer son 15e album, en 2011, Steven Tyler déclare au magazine Rolling Stones être sans nouvelle de Joe Perry[19].

Le , le groupe annonce qu'il entre en studio en juillet, pour produire le nouvel album, annoncé pour , par le producteur Jack Douglas. Cet album doit revenir aux sources d'Aerosmith, avec un son plus brut que les précédents[20]. Le groupe communique le titre Music from Another Dimension et repousse la sortie au [21].

Le groupe se lance, en 2013, dans une tournée mondiale nommée Aerosmith's Global Warming World Tour, qui se poursuit en 2014 par des dates en Europe, dont le Hellfest, le [22],[23].

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Anciens membres[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Discographie d'Aerosmith.

Albums studio[modifier | modifier le code]

Pirates[modifier | modifier le code]

Discographie difficile à établir, étant donné qu'au début des années 1970, les pirates étaient aussi nombreux que les enregistrements officiels[24].

  • 1976 : Look homeward angel
  • 1998 : Another bunch of rarities

Filmographie[modifier | modifier le code]

Outre les nombreux clips vidéo accompagnant leurs hits, le groupe apparaît également dans quelques concerts filmés et documentaires.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Malgré la popularité et le succès d'Aerosmith dans les années 1970, ce n'est pas avant leur retour durant les années 1980 et 1990 qu'ils sont reconnus. En 1987, Aerosmith remporte le Soul Train Music Award for Best Rap – Single pour le remix de Walk This Way avec Run–DMC. En 1990, Aerosmith remporte son premier Grammy, catégorie meilleure chanson d'un duo ou groupe avec chanteur, puis quatre autres, durant les années 1990, pour les chansons Janie's Got a Gun, Livin' on the Edge, Crazy et Pink. Aerosmith est classé second, après U2, à être récompensé dans cette catégorie[25].

Les clips vidéo d'Aerosmith remportent également des récompenses, durant les années 1990 : neuvième des meilleurs groupes de tous les temps aux MTV Video Music Awards (VMAs), avec dix prix dans cette catégorie ; leader des catégories meilleure vidéo rock (quatre prix) et choix du spectateur (trois prix) ; prix de vidéo de l'année, meilleure vidéo d'un groupe (une fois) ; meilleure vidéo extraite d'un film (une fois). Les vidéos pour lesquelles Aerosmith remporte les VMAs sont Janie's Got a Gun (deux prix), The Other Side, Livin' on the Edge, Cryin' (trois prix), Falling in Love (Is Hard on the Knees), Pink et I Don't Want to Miss a Thing[26].

Au fil de sa carrière (en particulier pendant 1990 et au-delà), Aerosmith recense six American Music Awards, quatre Billboard Music Awards, deux People's Choice Awards, seize Boston Music Awards et nombre d'autres distinctions[26]. Certaines récompenses obtenues par Aerosmith comprennent le Hollywood's Rock Walk, en 1990, une déclaration du « Aerosmith Day » dans l'État du Massachusetts, par William Weld, le , une intronisation au Rock and Roll Hall of Fame, en 2001[27] et une autre au mtvICON, en 2002[28].

Aerosmith est également représenté dans les domaines de la technologie et des jeux vidéo : en 1994, la chanson Head First sonorise le service en ligne CompuServe ; en 2008, il est le premier groupe à posséder son propre jeu vidéo, tiré de la série Guitar Hero, Guitar Hero: Aerosmith, considéré être le jeu vidéo centré sur un groupe musical le mieux vendu des séries Guitar Hero et Rock Band[29],[30].

Aerosmith recense 150 millions d'albums vendus à l'international et 70.2 millions aux États-Unis[31],[32].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Stephen Thomas Erlewine, « Aerosmith – Artist Biography », sur Allmusic (consulté le 8 décembre 2014)
  2. a et b (en) Chuck Eddy, « Aerosmith Biography », sur Rolling Stone,‎ (consulté le 8 décembre 2014)
  3. a et b « Steven Tyler: "Je ne quitte pas Aerosmith" » (version du 24 novembre 2009 sur l'Internet Archive), sur Rtbf.be (consulté le 8 décembre 2014)
  4. (en) Jon Pareles, « HEAVY METAL, WEIGHTY WORDS », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  5. (en) Dan Cairns, « Down time: Aerosmith » (version du 15 juin 2011 sur l'Internet Archive), The Sunday Times, 29 juin 2008 (consulté le 30 mai 2010)
  6. (en) Joe S. Harrington, Sonic Cool: The Life & Death of Rock 'n' Roll, Hal Leonard Corporation,‎ (ISBN 978-0-634-02861-8, lire en ligne), p. 392
  7. (en) « Aerosmith Biography », The Rock and Roll Hall of Fame and Museum (consulté le 20 octobre 2011)
  8. (en) Darryl Cater, « Aerosmith & KISS will be performing at the Tweeter Center on September 26, 2003 » (version du 1 octobre 2003 sur l'Internet Archive), ChicagoGigs.com. (consulté le 12 avril 2008)
  9. (en) Mark Coleman, « Aerosmith – Get A Grip » (version du 19 avril 2009 sur l'Internet Archive), sur Rolling Stone, 13 mai 1993. (consulté le 31 mars 2008)
  10. (en) « Pop/Rock » Heavy Metal » Pop-Metal », sur Allmusic (consulté le 12 avril 2008)
  11. a et b (en) « Histoire du groupe (1964-1975) », sur Aerosmith.com (consulté le 11 décembre 2008)
  12. (en) « "Live ! Bootleg" - Aerosmith », sur Clashdohertyrock.canalblog.com,‎ (consulté le 8 décembre 2014)
  13. (en) « Aerosmith to play in Venezuela – February 1, 2009 » (version du 10 novembre 2008 sur l'Internet Archive), sur Aeroforceone.com, 7 novembre 2008 (consulté le 8 décembre 2014)
  14. (en) « Aerosmith Unable to Perform at Upcoming Show in Venezuela » (version du 9 février 2012 sur l'Internet Archive), sur Aeroforceone.com, 15 janvier 2009 (consulté le 8 décembre 2014)
  15. (en) « Joe Perry Talks New Album and Tour » (version du 9 février 2012 sur l'Internet Archive), sur Aeroforceone.com, 6 février 2009 (consulté le 8 décembre 2014)
  16. (en) Jerry Fink, « Joe Perry: Steven Tyler has quit Aerosmith », Las Vegas Sun,‎ (lire en ligne)
  17. Jerry Fink, « Aerosmith sans Steven Tyler? », Las Vegas Sun,‎ (lire en ligne)
  18. Jerry Fink, « Aerosmith sans Steven Tyler? », Las Vegas Sun,‎ (lire en ligne)
  19. « Steven Tyler sans nouvelle de Joe Perry », Direct Matin, no 809,‎ , p. 22
  20. Guillaume Torrent, « Aerosmith : nouvel album en mai 2012 », sur Musicactu.com,‎ (consulté le 8 octobre 2014)
  21. (en) « Aerosmith announce new album 'Music From Another Dimension' », NME,‎ (lire en ligne)
  22. « Hellfest 2014 : Iron Maiden, Aerosmith, Deep Purple, Black Sabbath et Slayer au programme », Télérama,‎ (lire en ligne)
  23. David Guillemaud, « Hellfest 2014 : Iron Maiden, Aerosmith et Black Sabbath à la même table ? », sur Radio Metal,‎ (consulté le 14 janvier 2015)
  24. Pour un répertoire plus complet, voir : « Aerosmith Bootlegs », sur Rockthisway.de (consulté le 8 octobre 2014)
  25. (en) « Past Winners Search – Aerosmith », sur Grammy.com, NARAS (consulté le 25 mars 2008)
  26. a et b (en) « Aerosmith », sur Rock on the Net (consulté le 13 avril 2015)
  27. (en) « Aerosmith Biography », sur Rock and Roll Hall of Fame (consulté le 22 mars 2008)
  28. (en) Jesse Ignjatovic. « Aerosmith – The 'mtvICON' Interviews » (version du 11 mars 2008 sur l'Internet Archive). MTV. (consulté le 13 avril 2014)
  29. (en) Dominic Patten, « A Hard Day's Night for Music Video Games », sur The Wrap,‎ (consulté le 30 mars 2010)
  30. (en) Daemon Hatfield, « Are Single-band Music Games a Success? », sur IGN,‎ (consulté le 13 mai 2010)
  31. (en) Robert DiGiacomo, « Aerosmith guitarist Perry tells all; band hits A.C. Sunday », sur The Press of Atlantic City,‎ (consulté le 15 octobre 2014)
  32. (en) « Gold & Platinum Searchable Database – Aerosmith », sur Recording Industry Association of America (consulté le 30 septembre 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Stephen Davis, Walk This Way : The Autobigraphy Of Aerosmith, éditions Virgin,‎
  • (en) Steven Tyler, Does the Noise in My Head Bother You ?, Ecco,‎
  • (en) Dave Bowler et Bryan Dray, Aerosmith: What It Takes, Pan Macmillan,‎ (ISBN 978-0-7522-2243-1)
  • (en) Malcolm Dome, Aerosmith: Life in the Fast Lane, Castle Communications,‎ (ISBN 978-1-898141-75-4)
  • (en) Cyrinda Foxe-Tyler et Danny Fields, Dream on: Livin' on the Edge With Steven Tyler and Aerosmith, Berkley Boulevard Books,‎ (ISBN 978-0-425-17142-4)
  • (en) Martin Power, The Complete Guide to the Music of Aerosmith, Omnibus Press,‎ (ISBN 978-0-7119-5598-1)
  • (en) Mark Putterford, The Fall and Rise of Aerosmith, Omnibus Press,‎ (ISBN 978-0-7119-5308-6)
  • (en) Mark Putterford, Aerosmith Live!, Omnibus Press,‎ (ISBN 978-0-7119-4246-2)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :