Mariah Carey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carey.

Mariah Carey

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Mariah Carey lors de son passage à l'émission Good Morning America en 2013.

Informations générales
Nom de naissance Mariah Carey
Naissance 27 mars 1970 (44 ans)
Long Island, État de New York,
Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Chanteuse (auteure-compositrice-interprète), actrice, et productrice
Genre musical R&B, pop, hip-hop, soul, et gospel
Années actives Depuis 1990
Labels Island (depuis 2002)
Virgin (2001-2002)
Columbia (1989-2000)
Site officiel mariahcarey.com
Logo

Mariah Carey, née le 27 mars 1970 à Long Island, dans l'État de New York[1], est une auteur-compositrice-interprète, productrice et actrice américaine. Elle fut révélée en 1990 par la sortie de son premier album Mariah Carey. L'opus, qui génère quatre singles en première place du Billboard : Vision of Love, Love Takes Time, Someday et I Don't Wanna Cry[2], se vend à 15 millions d'exemplaires dans le monde[3]. Après plusieurs albums certifiés platines tels que Emotions (1991), MTV Unplugged (1992), Music Box (1993) et de nombreux singles classés à la première place, elle sort son album de Noël en 1994. L'opus prénommé Merry Christmas, constitué de chants traditionnels et agrémenté du single All I Want for Christmas Is You, se vend à 15 millions d'exemplaires dans le monde, devient l'album de Noël le plus vendu de tous les temps et érige le single comme un hymne de ces festivités pour les décennies suivantes[4],[5],[6],[7].

En 1995, elle sort l'album Daydream, qui contient Fantasy, One Sweet Day en duo avec Boyz II Men et Always Be My Baby. Le premier, agrémenté d'un remix R&B avec Ol' Dirty Bastard qui devient un hymne dans ce domaine, s'érige seconde meilleure vente de single de l'année aux États-Unis[2], quant au second, il reste 16 semaines consécutives à la tête du Billboard[a 1]. L'album est un succès mondial avec 25 millions d'exemplaires vendu et fait de Mariah Carey l'une des plus grandes vendeuses d'album du label Columbia[3]. En 1997, elle publie Butterfly, album qui marque son évolution musicale. L'opus engendre deux no 1 : Honey et My All[2]. En 1998, elle sort une compilation prénommée #1'S, contenant tout ses numéros 1 et quelques inédits dont When You Believe en duo avec Whitney Houston, qui officie de bande originale du film Le Prince d'Égypte. Ce titre obtient une récompense pour la meilleure chanson originale lors de la 71e cérémonie des Oscars[8]. La même année, elle apparaît aux côtés de Céline Dion, Aretha Franklin, Gloria Estefan et Shania Twain, lors du concert caritatif Divas Live 1998[9]. De par la sortie de Rainbow en 1999, elle obtient deux no 1 : Heartbreaker et Thank God I Found You[2].

En septembre 2001, elle fait paraître l'album Glitter, qui sert de bande originale au film du même nom dont elle est l'actrice principale. Les deux projets sont des échecs commerciaux et provoquent une rupture de contrat de 50 millions de dollars[10]. Elle signe alors un contrat avec Universal Music et connaît des échecs commerciaux jusqu'à son grand retour en 2005, avec l'album The Emancipation of Mimi. L'opus générant trois singles no 1 : We Belong Together, Shake It Off, Don't Forget About Us, se vend a 15 millions d'exemplaires, est certifié 7 fois disque de platine et devient l'album le plus vendu de l'année 2005[11]. Quant au single We Belong Together, il reste 14 semaines consécutives en tête des charts[12], demeure le titre le plus diffusé de l'histoire américaine et est même élue chanson de la décennie par le magazine Billboard[13]. En 2008, grâce au succès du single Touch My Body, extrait de l'album E=MC2, Mariah Carey établit un nouveau record : celle de l'artiste ayant le plus de singles classés no 1 dans le Billboard Hot 100. De ce fait, elle surpasse Elvis Presley avec 18 titres érigés dans ce classement, ce qui fait d'elle la seule artiste solo à obtenir le plus de singles classés no 1 de l'histoire des États-Unis[14]. En 2009, sa maison de disques annonce que Mariah Carey a vendu plus de 270 millions d'albums[15].

Elle contribue également à plusieurs bandes originales de films incluant : Men in Black (1997), Le Prince d'Égypte (1998), Glitter (2001), Tennessee (2008), Rien que pour vos cheveux (2008), Precious (2009), Paperboy (2012) et Le Monde fantastique d'Oz (2013). Elle a également participé à plusieurs productions filmiques en tant actrice telles que : Le Célibataire (1999), Glitter (2001), WiseGirls (2002), State Property 2 : Règlement de comptes (2005), Tennessee (2008), Rien que pour vos cheveux (2008), Precious (2009) et Le Majordome (2013). Auteur-compositeur de la plupart de ses chansons, Mariah Carey est, selon le magazine Billboard, l'interprète féminine la plus populaire des années 1990 aux États-Unis[a 2], où elle est la seule et unique artiste à classer un titre numéro 1 tous les ans pendant cette décennie[16]. En 2000, elle est sacrée « artiste féminine du millénaire » au World Music Awards[16]. Elle fait partie des chanteuses les plus rentables de l'histoire de la musique[16]. Elle est référée comme « la chanteuse suprême » dans le Livre Guinness des records[17]. En août 2014, le célèbre et sérieux magasine Time, l'érige comme la plus grande pop star de l'histoire, basée d'après les ventes de singles du Billboard, depuis les années 60's[18],[19],[20],[21],[22],[23],[24],[25]. Au cours de sa carrière, Mariah Carey remporte un total de 5 Grammy Awards, 19 World Music Awards, 11 American Music Awards et 31 Billboard Music Awards[26].

Biographie[modifier | modifier le code]

Mariah Carey est quarteronne née d'un père d'origine vénézuélienne et afro-américaine (Métis), Alfred Roi Carey, ingénieur en aéronautique, et d'une mère d'origine irlandaise, Patricia Hickey, professeur de chant et chanteuse d'opéra[a 3]. Elle a une sœur aînée, Alison (née en 1959) et un frère aîné, Morgan (né en 1961). Selon les biographies « officielles », elle aurait eu une enfance difficile et douloureuse. En effet, installée avec sa famille dans un quartier blanc (chaque communauté vivant séparément aux États-Unis), elle doit faire face au racisme et à la haine de certains membres de cette communauté qui voient alors d'un mauvais œil le mariage de sa mère avec un homme noir. La grand-mère de Patricia Hickley reniera même cette dernière suite à ce mariage. Ses parents, n'ayant plus les ressources intérieures pour supporter davantage cette vie, divorcent alors qu'elle n'a que trois ans : Alison et son frère partent vivre avec leur père, tandis que Mariah reste seule avec sa mère[a 4].

À l'école secondaire, elle fut surnommée « le Mirage », à cause de ses absences scolaires répétées, dues au fait qu'elle travaillait sur ses créations musicales[a 5]. Après avoir terminé ses études secondaires, elle s'installe à Manhattan avec l'ex-petite amie de son frère, Josephine Sundkvist, qui l'aide à trouver de petits boulots pour gagner sa vie : elle fut serveuse, hôtesse (d'où elle s'est faite renvoyer car elle passait son temps à écouter ses démos plutôt qu'à travailler), concierge dans un salon de coiffure, puis choriste à temps partiel. C'est durant ces années qu'elle fait une rencontre qui va s'avérer décisive, avec un ami de son frère, Ben Margulies. Musicien, il travaille avec elle sur des compositions, tandis qu'elle écrit les textes et les interprète (c'est là que naissent entre autres Vision of Love et Love Takes Times, qui seront ses premiers no 1). Parallèlement, Mariah Carey devient choriste de Brenda K. Starr, ce qui va lui permettre de rencontrer son futur mentor, Tommy Mottola.

Carrière[modifier | modifier le code]

Premiers succès commerciaux (1990-1992)[modifier | modifier le code]

Mariah Carey au Shepherd's Bush Theatre, après la promotion du titre Vision of Love dans l'émission The Wogan Show, en 1990.

Lors d'une soirée réunissant des personnalités du monde musical américain, Brenda K. Starr la présente à Tommy Mottola (responsable de la maison de disques Sony Music), à qui Mariah remet une maquette des chansons qu'elle a réalisées. Après avoir écouté la maquette, Tommy Mottola est sûr d'avoir découvert un talent exceptionnel ; il lui propose alors un contrat de 10 albums avec sa maison de disques. En 1990, sort son 1er album, Mariah Carey, qui rencontre rapidement un grand succès, restant 11 semaines en tête du Billboard[27] et se vendant à 15 millions d'exemplaires dans le monde[3]. Les singles Vision of Love, Love Takes Time, Someday et I Don't Wanna Cry sont tous classés no 1 des charts US[2].

Après le succès de son premier album, les critiques se demandent si oui ou non, elle part en tournée pour promouvoir l'album au niveau international[a 6]. Cependant, Carey dit dans plusieurs interviews qu'à cause de la nature vigoureuse et de la difficulté de ses chansons, elle craint qu'une tournée avec des concerts qui se suivent ne puisse pas être possible, à cause des longs voyages et des déplacements constants[a 6]. Carey commence à écrire et produire des chansons pour Emotions quelque temps après la sortie de son troisième single, Someday en décembre 1990. Durant cette période, il est plutôt courant qu'un artiste sorte un album studio tous les deux ans pour que les singles puissent complètement promouvoir l'album à travers les ondes et les apparitions télévisées[a 7]. De plus, après une éventuelle tournée, l'album suivant pourrait amener de nouveaux fans qui iraient chercher la discographie de l'artiste pour trouver ses anciens disques[a 7]. Sony, cependant, choisit de travailler avec Carey d'une autre manière, comme dans les années 1960 où les artistes sortaient un LP tous les ans[a 8]. Ils pensent que la réputation d'une Carey, qui est auteur à un jeune âge pourrait être assez captivant pour sortir un nouvel album plus souvent que d'habitude[a 8].

En 1991, elle sort son 2e album, Emotions, qui connaît un vif succès également avec 8 millions d'exemplaires vendus[3]. Le 1er single éponyme se classe no 1 des charts américains[2] et japonais. Mariah Carey établit ainsi un premier record en devenant la seule artiste à classer ses 5 premiers singles à la 1re place du Billboard Hot 100. C'est durant cette même année qu'elle reçoit ses premières récompenses (2 Grammy Awards) et qu'elle commence à entretenir une relation avec Tommy Mottola. Tout en écrivant de nouvelles chansons, Carey se dispute avec Ben Margulies, l'homme qui a écrit sept des onze chansons de son premier album[a 8]. Ensemble, le duo a écrit et produit sept chansons pour la démo qu'elle a présenté à Tommy Mottola. Cela a permis à Carey de signer un contrat avant de signer avec Columbia[a 8]. Carey a accepté de partager les droits d'auteur et l'argent qu'elle gagne, chose à laquelle elle n'avait jamais pensé lorsqu'elle écrivait des chansons dans le sous-sol de son père[a 8]. Cependant, quand le moment est venu de composer de la musique pour Emotions, les dirigeants de Sony font comprendre à Ben Margulies qu'il n'aurait que les crédits de coauteur d'un album[a 8]. Après cette discussion, Margulies engage des poursuites judiciaires contre Sony en disant que d'après le contrat, il devait travailler avec Carey et avoir les mêmes bénéfices. Au bout d'un an, le juge déclare que Margulies gagnerait un dixième de ce que gagne Carey[a 8]. Leur relation se dégrade à cause de ce que Carey considère comme une tricherie. Lors d'une interview avec Fred Bronson, elle dit : « J'ai signé aveuglément. Plus tard, j'ai essayé de faire ça convenablement pour que nous puissions continuer... il n'a pas accepté[a 8] ». Après cette déclaration, Margulies exprime ses impressions sur le sujet, déclare qu'il aimerait un jour travailler à nouveau avec Carey et met tout sur le dos de la maison de disques en déclarant : « Un jour, l'art vaincra les affaires[a 8] ».

Après la sortie d'Emotions, les critiques commencent à se demander pourquoi Carey n'embarque pas dans une tournée car elle n'en a pas fait depuis son premier album[a 9]. Même si Carey a fait plusieurs apparitions télévisées, les critiques commencent à dire qu'elle est une artiste studio et qu'elle n'est pas capable de répliquer les mêmes qualités vocales en direct, et spécialement sa voix de sifflet[a 9]. Durant plusieurs interviews télévisées, Carey répond à ces critiques et dit qu'elle ne fait pas de tournée à cause des longs voyages et de la distance, ainsi que de la fragilité de sa voix, qui ne pourrait pas chanter toutes ses chansons, dont certaines demandent de soutenir des tessitures aigües durant de longues périodes, comme Emotions ou If It's Over. Cependant, dans l'espoir de faire taire ces critiques et leur donner tort, Carey et Walter Afanasieff décident d'apparaître sur MTV Unplugged, un programme télévisé de MTV[a 9]. L'objectif de l'émission est de présenter des artistes démunis de tout équipement de studio. Pendant le concert, ils sont accompagnés de plusieurs musiciens et chœurs, et font un concert acoustique[a 10]. Les questions auxquelles Carey fait face sont sur le contenu du concert ; elle ne sait quel matériel sera disponible pour ce concert. Alors que Carey chante des chansons plutôt soul, la plupart de ses chansons sont incluses dans la programmation[a 10]. Quelques jours avant l'émission, Carey et Afanasieff ajoutent la reprise d'une ancienne chanson, pour donner quelque chose de différent et d'inattendu. Ils choisissent I'll Be There, une chanson des Jackson Five, et répètent avant le jour du concert[a 10].

Le single tiré de cet album, I'll Be There, se classe no 1 aux États-Unis[2] et au Canada[28], devenant la 3e chanson de Mariah Carey à atteindre la 1re place dans ce pays. Les ventes de MTV Unplugged sont estimées à 6,5 millions d'exemplaires[3].

Succès international (1993-1996)[modifier | modifier le code]

En 1993, elle épouse Tommy Mottola et sort son troisième album, Music Box, qui la révèle réellement à travers le monde (32 millions d'albums vendus). Les deux premiers singles, Dreamlover et Hero, se classent tous deux no 1 des charts US[2], tandis que Dreamlover devient no 1 au Canada. Suivent une reprise de Without You, le tube d'Harry Nilsson, et Anytime You Need a Friend. Without You sera le plus gros succès de Mariah Carey en Europe, le premier de ses singles à se hisser en tête des UK Singles Chart[29], et sera no 1 dans de nombreux autres pays : Allemagne, Italie, Suisse, Pays-Bas, Belgique, Finlande, Suède, Autriche… Elle entreprend alors sa première tournée, le Music Box Tour, qui se situe exclusivement aux États-Unis. En 1994 sort une compilation de chansons de Noël, Merry Christmas. Le premier single, All I Want for Christmas Is You, est un nouveau succès, particulièrement au Japon, où il demeure son plus gros succès. La chanson se classe encore tous les Noël dans le Top 10 des chansons les plus téléchargées sur iTunes, réintégrant les charts nationaux et internationaux[30]. À propos de l'écriture de cette chanson, Carey déclare : « Je suis une personne très fétarde et j'adore les vacances. Je chante des chants de Noël depuis que je suis petite fille. J'ai l'habitude de chanter des chansons de Noël. Quand nous avons commencé l'album, il fallait faire un équilibre entre les hymnes de Noël et les chansons festives. C'était pour moi une priorité d'écrire de nouvelles chansons, mais pour la plupart des gens qui veulent vraiment écouter les standards de Noël, ils peuvent voir qu'une nouvelle chanson, c'est aussi bien[a 11] ».

L'album est le disque de Noël le plus vendu[4],[5],[6],[7] (15 millions d'exemplaires)[3].

Mariah Carey et Boyz II Men interprètent One Sweet Day au Madison Square Garden.

En 1995, elle sort son cinquième album, Daydream, plus hip-hop et RnB. Très attendu à la suite du carton de Music Box, l’album ne déçoit pas, devenant son plus gros succès aux États-Unis et se vendant à plus de 25 millions d'exemplaires dans le monde[3]. Le single Fantasy atteint directement la 1re place du Billboard[2] et y reste huit semaines. Cependant, le plus gros succès de cet album, et également le plus gros succès de tous les temps des charts US[a 1], est One Sweet Day (interprété en duo avec les Boyz II Men) qui reste seize semaines no 1. Le dernier single distribué sur le marché américain, Always Be My Baby, atteint lui aussi le plus haut sommet du Billboard. Elle s'engage alors dans une nouvelle mini-tournée, le Daydream Tour, passant cette fois par le Japon (3 dates à Tokyo), les Pays-Bas, l'Angleterre, la France et l'Allemagne. En plus d'être le second album le mieux vendu de Carey, les influences de Daydream sont plus personnelles[a 12]. Durant la production de l'album, Carey a évolué en tant qu'artiste et en tant qu'auteur. Pour la première fois de sa carrière, elle est capable de choisir sa propre musique, le R&B et le hip-hop[a 12]. Mais si l'équipe de Columbia est plus clémente avec Carey quant à sa musique, elle devient hésitante lorsque la chanteuse décide de coopérer avec Ol' Dirty Bastard pour un remix[a 13]. En effet, ils craignent que cela puisse avoir de mauvaises conséquences sur le succès de l'album[a 13]. Lors d'une interview avec Entertainment Weekly, Carey exprime ouvertement sa relation avec Columbia :

« Tout le monde me disait : « Es-tu folle ? ». Ils sont inquiets à l'idée de changer les habitudes. Ils veulent juste que je chante une ballade sur scène en robe longue[a 13] ».

Tandis que les nouvelles inspirations musicales de la chanteuse causent des tensions entre Columbia et elle, sa relation avec son mari Tommy Mottola se détériore[a 14]. Mottola s'est toujours impliqué dans la carrière de Carey du fait qu'il est à la tête de Sony Music, la compagnie mère de son label. Depuis le début de sa carrière, il a contrôlé de près tous ses aspects, en gardant la même sonorité et en faisant en sorte qu'elle continue à faire de la musique pop malgré son intérêt pour le hip-hop[a 14].

« Ce que j'ai essayé de faire, c'est de mettre, en quelque sorte, beaucoup de chansons qui reflètent ce que je pense, et vous savez, j'essaie de donner un peu plus de créativité avec ça ».

Carey s'exprimant sur le style de Daydream lors d'une interview de MTV[a 15].

Carey dit qu'elle n'a jamais essayé de changer la situation car « elle est timide et écoute ce que les gens disent[a 12] ». Toutefois, le contrôle qu'exerce Mottola depuis le début de sa carrière « s'est retrouvé dans leur vie privée » une fois mariés, et leurs disputes ont commencé à augmenter[a 14]. Bientôt, leur mariage devient un désastre, comme le dit Vanity Fair dans un article : « le couple commence à se disputer sans cesse[a 13] ». Carey est très impliquée dans le projet, plus qu'elle ne l'a jamais été sur un album[a 12]. « Je suis entrée dans une phase où il fallait enregistrer, enregistrer, enregistrer très vite », dit-elle au Time. « Cette fois, j'avais plus de temps, et je me suis concentré sur ce que je voulais faire[31] ». Comme la carrière de Carey continue à s'orienter sur son point de vue, son mariage avec Tommy Mottola continue à se « détériorer[a 14] ».

Indépendance (1997-2000)[modifier | modifier le code]

Elle divorce en 1997 de Tommy Mottola, la jalousie excessive de son mari (qui est allé jusqu'à la faire suivre et la mettre sur écoute et même l'enfermer dans sa propre maison) et son emprise professionnelle ayant totalement étouffé la chanteuse. Elle sort la même année Butterfly, son 6e album (où le papillon devient alors le symbole de sa liberté recouvrée). Ayant pu imposer ses choix dans la production du disque[a 16], cet album est considéré comme un album de transition vers le R&B[a 17],[32]. Dans cet album, qu'elle considère comme un tournant important de sa carrière[33], figurent 2 titres classés no 1 dans les charts américains : Honey et My All[2]. Elle entame alors sa 3e tournée, le Butterfly Tour, qui traverse l'Australie, le Japon (où elle bat des records de billets vendus)[a 18], Taïwan et Hawaï. Les ventes de Butterfly sont estimées à 12 millions d'exemplaires[3].

« Dans le passé, les gens étaient terrifiés de me laisser explorer la musique que j'aime et écoute. Ils me voyaient avec ces instruments et faisaient tout pour les écarter. Il y avait beaucoup de gens autour de moi qui n'aimaient pas le changement. J'étais un bien précieux et ils ne voulaient pas me perdre. J'étais encouragée à rester monotone car la monotonie vend des disques ».

Carey, s'exprimant sur son conflit avec Sony Music[a 16].

Elle commence à travailler sur Butterfly en janvier 1997. Elle divorce avec son mari, Tommy Mottola son manager depuis 1988, durant la production de l'album. Le contrôle grandissant qu'a eu Carey au fil des années a provoqué beaucoup de disputes au sein du couple qui ont amené la séparation[a 16]. Tout au long de l'enregistrement de l'album et contrairement à ses anciens albums, elle collabore avec des producteurs de hip-hop et de rap, Sean "Puffy" Combs, Q-Tip, Missy Elliott et Poke & Tone[a 16]. Les critiques voient la nouvelle équipe de Carey comme une revanche contre Mottola et Sony Music[a 16]. Carey dément ce changement radical mais dit que le style musical de son nouvel album est son propre choix. Alors, Carey explique que le contrôle que Sony, dont le directeur était Mottola, étendait dans sa musique l'empêchait de choisir la musique qui la passionnait[a 19]. De leur côté, Sony dit que Carey, l'artiste la plus rentable du label, prend beaucoup de risques en faisant cela[a 19]. La pression des médias et de la séparation a commencé à se ressentir chez Carey. Des différences entre Walter Afanasieff et elle ont mis fin à leur collaboration, après avoir travaillé avec elle sur la plupart de ses chansons précédentes[a 19]. Le point de rupture est intervenu au cours d'une dispute lors d'une longue session d'enregistrement sur la musique[a 16]. Carey a dû également faire face aux critiques des médias sur sa voix et ses nouveaux producteurs et certains soupçonnent des relations amoureuses entre Carey et certains rappeurs qui auraient influencé les décisions de la chanteuse[a 16]. Cependant, Carey dément ces soupçons et dit qu'elle n'a couché qu'avec son mari[a 20].

Mariah Carey à la base Edwards Air Force Base pendant le tournage du vidéoclip I Still Believe.

En 1998 sort son 1er Best of, #1's, comprenant tous ses singles no 1, mais également 3 duos : When You Believe avec Whitney Houston, B.O. du dessin animé Le Prince d'Égypte, Whenever You Call avec Brian McKnight, et Sweetheart avec Jermaine Dupri), ainsi que 2 reprises : Do you know where you're going to de Diana Ross et I Still Believe, chanson de Brenda K. Starr dont elle a été la choriste, lui rendant ainsi hommage. Le titre When You Believe en duo avec Whitney Houston, qui officie de bande originale du film Le Prince d'Égypte, obtient une récompense pour la meilleure chanson originale lors de la 71e cérémonie des Oscars[8]. L'album atteint les 17 millions d'exemplaires vendus[3], et clôt la 1re partie de carrière de Mariah Carey. La même année, elle apparaît aux côtés de Céline Dion, Aretha Franklin, Gloria Estefan et Shania Twain, lors du concert caritatif Divas Live 1998. La soirée, qui est un événement d'envergure, bénéficie d'un pressage vidéographique et discographique[9].

En 1999, sort l’album Rainbow dont le 1er single Heartbreaker, en duo avec Jay-Z, se classe no 1 du Billboard[2]. Le changement de look est total et elle lance une nouvelle mode : le jean coupé au niveau de la taille. Suivent Thank God I Found You en duo avec le chanteur R&B Joe (qui se hisse à la 1re place des charts US)[2], Can't Take That Away (Mariah's Theme), Crybaby et Against All Odds (Take a Look at Me Now) (reprise de Phil Collins, no 1 en Angleterre et au Brésil). L'album se vend à 9 millions d'exemplaires[3]. Elle fait alors pour la 1re fois une véritable tournée mondiale, le Rainbow Tour, passant sur 3 continents (l'Amérique du Nord, l'Europe et l'Asie). Toutefois, de nombreuses critiques reprochèrent à Mariah Carey une voix plus que fatiguée durant cette tournée.

Carey débute l'enregistrement de Rainbow au printemps 1999, c'est le dernier disque de son contrat avec Sony, le label de son ex-mari[a 21]. À l'époque, son nouveau petit ami, Luis Miguel, est en tournée en Europe. Pour passer plus de temps avec lui, elle décide d'enregistrer l'album sur l'île de Capri, en pensant que l'éloignement l'aidera à compléter son album[a 21]. À l'époque, sa relation tendue avec Sony affecte son travail avec Afanasieff qui a été intensément présent durant la première partie de sa carrière[a 21]. En plus de différences créatives, Mottola a donné à Afanasieff l'ooportunité de travailler avec d'autres artistes[a 22]. Elle pense que Mottola essaie de la séparer d'Afanasieff en voulant garder leur relation tendue[a 22]. À cause de la pression et de la relation difficile entre Carey et Sony, elle termine l'album en trois mois durant l'été 1999, plus vite qu'aucun autre album[a 22]. Lors d'une interview pour Blitz TV, Carey parle de sa décision d'enregistrer l'album à Capri:

« J'adore New York. Mais si je suis là-bas, j'ai envie de partir, les amis viennent au studio, le téléphone sonne constamment. Mais à Capri, je suis dans un endroit isolé, et il n'y a personne pour me déranger. Je pense qu'à Capri, je serai capable de finir efficacement l'album sur une période courte. Et je l'ai fait. Je l'ait fait en trois mois et je me disais : « Expédiez-moi de ce label ! Je ne peux pas y rester ». La situation était devenue très difficile[a 21] ».

Comme pour Butterfly deux ans auparavant, Rainbow devient le centre d'une polémique entre Carey et son label[a 23]. Après le divorce de Carey avec le directeur de Sony et de Columbia Tommy Mottola, la relation entre Carey et son label se détériore. Après les deux premiers singles, Carey en veut un troisième[a 23]. Elle propose que ce soit Can't Take That Away (Mariah's Theme) à cause de ses paroles. Cependant, Sony estime que l'album a vraiment besoin d'un single plus urbain et plus rythmique pour attirer les audiences[a 23]. Cela débouche sur une dispute publique entre eux quand Carey commence à poster des messages sur son site internet mi-2000, informant ses fans sur le scandale et leur demande de réclamer Can't Take That Away (Mariah's Theme) sur les radios[a 23]. L'un des messages que Carey a laissé est : « Normalement, beaucoup d'entre vous savent que ma situation dans ma carrière professionnelle n'est pas positive. C'est vraiment, vraiment dur. Je ne sais même pas si ce message vous est destiné car je ne sais pas si vous voulez entendre cela. J'ai reçu beaucoup de réponses négatives par certaines personnes. Mais je ne suis pas prête d'abandonner[a 23] ».

Les actions de Carey sont critiquées, certains soutiennent son acharnement envers une chanson qui a besoin d'être écoutée tandis que d'autres critiquent le fait qu'elle ait rendue le scandale public[a 23]. Peu après, Sony change d'avis et décide, après avoir vu les messages de Carey, de trouver un accord avec elle. Craignant de perdre leur meilleure artiste et la meilleure artiste de la décennie, Sony décide sortir la chanson en double face A avec Crybaby[a 23]. Carey est d'abord contente d'avoir obtenu gain de cause mais découvre que la chanson n'obtient pas une énorme promotion, n'entrant pas dans le classement américain ni dans les autres hit-parades[a 23]. La même année, elle collabore au concert caritatif Pavarotti & Friends 1999 de Luciano Pavarotti, venant en aide au Guatemala et Kosovo[34]. Ensuite, elle fait ses premiers pas d'actrice en obtenant un tout petit rôle dans le film Le Célibataire, aux côtés de Chris O'Donnell et Renée Zellweger[35].

En 2000, elle apparaît aux côtés de Diana Ross, Faith Hill, Donna Summer, The Supremes et Destiny's Child, lors du concert caritatif Divas Live 2000 : A Tribute To Diana Ross[36]. En fin de cette année, elle intervient en tant qu'auteure sur le single Where Are You, Christmas ? de Faith Hill, qui sert de bande originale du film Le Grinch[37]. D'après le Billboard, Mariah Carey est la plus grande vendeuse de disques de la décennie 1990-2000, avec 160 millions d'albums vendus. De plus, elle est la seule et unique artiste à classer un titre no 1 chaque année durant la décennie 90[16],[38].

Déconvenues commerciales et privées (2001-2004)[modifier | modifier le code]

Mariah Carey avec L.A. Reid en 2005, dont elle a signé un contrat dans son label Island suite à son départ de chez Virgin.

En 2001, Mariah Carey ne renouvelle pas son contrat avec Sony Music, la maison de ses débuts, toujours dirigée par son ex-mari Tommy Mottola ; elle signe alors chez Virgin Records pour 5 albums, pour la somme de 100 millions $[39]. Elle se consacre à un film et un album, qui se nomment tous deux Glitter[40]. Le projet, travaillé durant trois ans par Mariah Carey elle-même sort le 11 septembre (jour des attentats du World Trade Center) et lui échappe peu à peu (selon ses propres dires) et devient son 1er flop : entre 2[39] et 2,8[3] millions d'albums dans le monde, seulement une 11e place au box office des États-Unis avec 5,271,666 millions de dollars de recettes mondial[41], et un Razzie Awards comme pire actrice de l'année[42]. Malgré une 2e place au Billboard avec le très controversé Loverboy[2] (qui obtiendra tout de même un Award), Mariah Carey n'est soudainement plus soutenue par les radios américaines et la presse s'acharne contre elle. D'autres singles sortent, comme Never Too Far, Don't Stop (Funkin' 4 Jamaica) et Reflections (Care Enough), mais passent inaperçus, hormis quelques succès dans certains pays (no 1 au Brésil et aux Philippines)[43].

À la suite des évènements du 11 septembre, elle compose un medley entre deux de ses chansons, intitulé Never too far/Hero[44]. Le titre est no 3 des ventes aux États-Unis mais n'atteint que la 81e position du Billboard Hot 100 à cause de diffusions radios inexistantes[2]. Loverboy cartonne à la 1re place[45]. La même année, Sony Music publie un nouveau Best of, Greatest Hits : la chanteuse ne peut interdire la sortie de cet opus, qui s'écoule à 4,8 millions d'exemplaires[3]. En juillet 2001, elle est hospitalisée à la suite d'une dépression nerveuse, ce qui l'empêche de promouvoir la BO de Glitter[46]. Longtemps considérée par la presse américaine comme la « petite Cendrillon de l'Amérique », elle voit les médias se retourner contre elle, s'attaquant à ses goûts vestimentaires, son physique et ses envies de carrière cinématographique, et propageant des rumeurs de tentative de suicide (qu'elle niera par la suite)[47]. Elle se réfugie alors chez sa mère[48]. Pour clore cette période difficile, son père, avec qui elle tentait de lier à nouveau des liens, décède[49].

Mariah Carey interprète Hero lors du Charmbracelet World Tour.

Remerciée à l'amiable par Virgin, elle signe en mai 2002 un contrat de 24 millions de dollars avec Universal[50] et crée son propre label, MonarC[51]. Elle crée la surprise en jouant le rôle d'une femme de mafieux dans le film WiseGirls qui, contrairement à Glitter, reçoit de très bonnes critiques[52]. Son jeu d'actrice fut notamment salué lors du Festival du film de Sundance où le film fut présenté le 13 janvier 2002[53].

Le 3 décembre 2002, elle sort Charmbracelet, album principalement dédié à son père dont sont extraits les singles Through the Rain ((première place en Espagne et aux Philippines), Boy (I Need You), I Know What You Want en featuring avec Busta Rhymes, gros et unique réel succès mondial de cet opus) et Bringin' On the Heartbreak (première place aux Philippines)[54]. L'album, vendu à 3,1 millions d'exemplaires[3]. Elle entame alors une tournée marathon de 69 dates, le Charmbracelet Tour, passant entre autres par la Chine et la Malaisie, pays peu souvent visités par les artistes[55]. En 2003, elle est invitée à co-interpréter le titre Gotta Thing 4 U sur l'album Limelite, Luv & Niteclubz de la rappeuse Da Brat[56]. Le 14 octobre 2003, Sony sort une compilation de remixes, The Remixes, contenant un disque de nombreux no 1 des clubs US[57] et un autre de remixes urbains, qui s'écoule à près de 860 000 exemplaires dans le monde[3], ce qui en fait le 4e album de remixes le plus vendu de touts les temps[58].

En 2004, le rappeur Jadakiss l'invite à chanter U Make Me Wanna sur son album Kiss of Death[59]. Le titre sort en single, atteint la 8e meilleure place aux États-Unis et obtient un score quasi similaire dans divers pays européens[60].

Retour triomphal avec l'album The Emancipation of Mimi (2005-2007)[modifier | modifier le code]

Mariah Carey en concert à Washington le 20 janvier 2009.

Malgré les échecs qu'elle rencontre, Mariah Carey travaille d'arrache-pied en 2004 pour réaliser son nouvel album, en collaboration avec des grands noms du R&B et du rap américain (Jermaine Dupri, The Neptunes, Snoop Dogg, Pharrell Williams, Kanye West…). The Emancipation of Mimi, sorti le 4 avril 2005, est annoncé comme « Le retour de LA Voix »[61] par les médias américains, le présentant comme son grand retour sur la scène internationale après les échecs commerciaux de Glitter et de Charmbracelet. Aux États-Unis, il entre à la 1re place des ventes[27] avec plus de 404 000 exemplaires (le meilleur démarrage de Mariah Carey) et y devient l'album le plus vendu de l'année 2005[11], en devenant 7 fois disque de platine et en s'écoulant à près de 15 millions d'exemplaires dans le monde. Le 1er single, It's Like That, arrive à la première place au Japon, en Israël, en Croatie, à Taïwan, à Hong Kong et aux Philippines. Mais c'est avec le suivant, We Belong Together, que la chanteuse signe sans conteste son retour. Bénéficiant d'une large diffusion au sein des radios américaines, il atteint la 1re place du Hot 100[2] (son 1er depuis Thank God I found you en 2000). Il reste en pole position durant 14 semaines, demeure le titre le plus diffusé de l'histoire américaine[12] et est même élue chanson de la décennie par le Billboard[13]. Le single suivant, Shake It Off - qui ne sort que dans les pays anglophones - rencontre le succès à son tour, en atteignant la 2e place aux États-Unis[2] juste derrière We Belong Together, faisant de Mariah Carey la 1re artiste à classer 2 titres au sommet des charts américains en même temps. Le 4e single, Don't Forget About Us (un des titres bonus de la réédition de l'album), confirme son retour triomphal et devient sa 17e chanson à être no 1 aux États-Unis et au Brésil[2]. L'album s'écoule à près de 15 millions d'exemplaires dans le monde[3].

La chanteuse reçoit une trentaine de récompenses pour cet opus, et s'engage dans une nouvelle tournée, The Adventures of Mimi : The Voice, The Hits, The Tour, qui débute en Tunisie le 22 juillet 2006, visitant ainsi pour la 1re fois le continent africain. Le monde de la publicité lui offre alors à nouveau de gros contrats : après une publicité pour Intel, elle devient la nouvelle égérie de la marque italienne Pinko[62], Gillette Venus (Mariah Carey s'est d'ailleurs vu remettre le prix « Legs of Goddess » à traduire par « Jambes de Déesse » à New York), Intel[63],[64] et Pepsi-Cola[65], avec qui elle crée une vingtaine de sonneries pour téléphone[66].

En août 2007, est commercialisé son parfum M by Mariah Carey aux États-Unis et dans certains pays (la France n'en faisant pas partie)[67]. La même année, le groupe Bone Thugs-N-Harmony invite Mariah Carey et Bow Wow sur le titre Lil' L.O.V.E., extrait de leur album Strength & Loyalty. Le morceau sort en single et est un succès aux États-Unis[68]. Dans un même temps, le titre Chain of Fool qu'elle interpréta avec Aretha Franklin lors du concert caritatif Divas Live 1998, est inclus dans la compilation Jewels In The Crown : All-Star Duets With The Queen d'Aretha Franklin[69],[70].

E=MC2, Memoirs of an Imperfect Angel et cinéma (2008-2009)[modifier | modifier le code]

Mariah Carey et ses danseurs lors de la performance Touch My Body dans l'émission Good Morning America du 25 avril 2008.

Après près de trois ans d'absence, Mariah Carey sort le 15 avril 2008 l'album E=MC2, coproduit notamment par Danja, The-Dream, Jermaine Dupri, Scott Storch, Stargate, DJ Toomp, et Swizz Beatz. Avec 463 000 ventes[71] aux États-Unis la semaine de sa sortie, il devient ainsi son 6e album no 1 au Billboard[27]. Le 1er single, Touch My Body, est lui aussi no 1[2] pendant 2 semaines. De par son succès, il établit un nouveau record pour Mariah Carey : celle de l'artiste ayant le plus de singles classés no 1 dans le Billboard Hot 100. De ce fait, elle surpasse Elvis Presley avec 18 titres érigés dans ce classement, ce qui fait d'elle la seule artiste solo à obtenir le plus de singles classés à la première place dans l'histoire des États-Unis[14]. À cette occasion, la chanteuse s'est lancée dans une tournée promotionnelle aux États-Unis (Los Angeles, New York), en Europe (France, Allemagne, Angleterre), au Japon et en Chine, mais l'album ne se vendra qu'à 2,6 millions d'exemplaires dans le monde[3], à cause notamment d'un choix de singles contestable : alors qu'elle présente son album comme un album festif, la maison de disques ne sélectionnera que des ballades comme Bye Bye ou encore I Stay in Love. Le 26 avril 2008, le film indépendant Tennessee, dont Mariah Carey est l'une des actrices principale, est diffusé lors du Festival du film de Tribeca[72]. Pour les besoins du film, elle y interprète égalemenent la musique Right to Dream en duo avec Willie Nelson, qui atteint la 24e place du classement américains[73]. Le 6 juin 2008, le film Rien que pour vos cheveux sort au cinéma[74]. Elle y joue son propre rôle, au côté d'Adam Sandler où est aussi inclus I'll Be Lovin' U Long Time, 3e single extrait de l'album E=MC2, qui officie en tant que générique de fin[75]. Le film est un succès commercial, récoltant 201,802,891 millions de dollars de recettes mondial[76].

Mariah Carey, à la 82e cérémonie des Oscars en 2010.

Le 15 janvier 2009, elle interprète le rôle d'une assistante sociale dans le film Precious de Lee Daniels, basé d'après le roman Push de Sapphire[77]. L'adaptation cinématographique, qui est un triomphe, remportant 63,647,833 millions de dollars de recettes mondial[78], obtient une multitude de trophées dont un pour le meilleur film au Festival du film de Sundance et un autre au Festival international du film de Toronto[79]. Quant à Mariah Carey, elle est récompensée pour ses performances d'actrice lors du Festival international du film de Palm Springs en 2010[80]. Le 2 juillet 2009, Mariah Carey interprète I'll Be There lors de la cérémonie hommage précédent l'enterrement de son ami Michael Jackson[81],[82].

Son 12e album, Memoirs of an Imperfect Angel, en collaboration avec Christopher Stewart et The-Dream, paraît 27 septembre 2009[83]. Classé la semaine de sa sortie aux États-Unis à la 3e place, il atteindra la 1re place en se vendant à 168 000 exemplaires. Le 1er single, Obsessed, s'est classé à la 7e place au Billboard[57]. Il est suivi de 2 ballades : I Want to Know What Love Is (reprise d'une chanson du groupe Foreigner) qui reste classée 27 semaines consécutives no 1 au Brésil, tenant ainsi le record du single étant resté le plus longtemps no 1 de l'histoire du classement Brésilien[84] et H.A.T.E.U. sorti uniquement aux États-Unis[85]. L'album est un échec commercial, en se vendant a 2 000 000 d'exemplaires dans le monde[86]. Alors qu'il avait été annoncé que Mariah Carey préparait un album de remixes, Angels Advocate, qui reprenait les chansons de Memoirs of an Imperfect Angel en y ajoutant des featurings, la sortie de l'album est annulée par son label, malgré l'envoi en radios de 2 singles, Up Out My Face en duo avec Nicki Minaj, et Angels Cry avec Ne-Yo[87] [88]. Un autre album de remixes, Mariah Carey vs. Jump Smokers, est également annulé, suite à des déconvenues entre le label de la chanteuse et celui des Jump Smokers[89].

Merry Christmas II You, maternité et collaborations (2010-2011)[modifier | modifier le code]

Carey interprète All I Want For Christmas Is You au parc Walt Disney World Resort, le 3 décembre 2010.

Le 26 janvier 2010, Sony Music sort la compilation Playlist : The Very Best Of Mariah Carey[90]. Le 2 novembre 2010, elle rebondit en proposant un second album de Noël, Merry Christmas II You, sur lequel elle s'entoure de producteurs connus et qui sont déjà intervenus sur ses précédents opus (Jermaine Dupri, Bryan-Michael Cox, Randy Jackson, Marc Shaiman, James Wright, James Poyser, Walter Afanasieff ou encore Johnny Severin)[91]. Le 1er single Oh Santa !, qui est présenté en exclusivité sur le site en ligne AOL Music le 1er octobre 2010, s'érige en tête du classement américain[92]. L'album est un succès aux États-Unis en arrivant à la première place du Billboard R&B/Hip-Hop Albums et à la 1re place du Billboard Holiday Albums dès le jour de sa sortie, avec plus de 523 000 exemplaires vendus[93].

Le 14 février 2011, Sony Music sort la compilation The Essential Mariah Carey[94]. Octobre 2011, après avoir donné naissance à des jumeaux en début d'année, elle revient sur le devant de la scène en collaborant sur l'extrait When Do The Bells Ring For Me, de l'album Duets II du Crooner Tony Bennett[95], puis réenregistre en duo son titre fétiche All I Want for Christmas Is You (SuperFestive!) sur l'album de Noël Under the Mistletoe de Justin Bieber[96]. En parallèle, elle continue la promotion de son album Merry Christmas II You en réinterprétant When Christmas Comes en collaboration avec John Legend[97]. Le 26 septembre 2011, Mariah annonce elle-même sur son compte Twitter qu'elle est de retour en studio d'enregistrement avec Jermaine Dupri[98]. Novembre 2011, Mariah Carey participe avec 50 Cent et Young Jeezy au single remix Warning extrait de la mixtape du rappeur Uncle Murda[99].

American Idol, et Me. I Am Mariah… The Elusive Chanteuse (depuis 2012)[modifier | modifier le code]

Le 21 juillet 2012, Mariah Carey annonce le single Triumphant (Get 'Em) en featuring avec Rick Ross et Meek Mill, coécrite, coproduite par Mariah, Jermaine Dupri et Bryan-Michael Cox[100]. Il a été dévoilé le 2 août 2012, sur le site officiel de Mariah Carey en streaming et sur plusieurs radios à travers le monde entier[101]. Si aux États-Unis, le titre ne parvient pas à atteindre le Billboard Hot 100 lors de sa sortie officielle, Triumphant (Get 'Em) se classe no 1 des ventes sur Itunes dans plusieurs pays tels que le Costa Rica, le Nicaragua, la Malaisie, les Philippines, Singapour, Taïwan, la Thaïlande et le Venezuela. Mariah Carey a également remixé son single Triumphant (Get 'Em) en plusieurs versions, dont la plus célèbre (la version club) lui permet de se classer no 1 au classement du Billboard Dance Club/Play Songs[102], ce qui constitue son 16e no 1 dans cette catégorie (le 15e étant la version remixée de son single Obsessed sorti en 2009)[103]. Le 17 octobre 2012, le film Paperboy de Lee Daniels sort sur nos écrans. Il contient entre autres le titre Mesmerized interprété par Mariah Carey[104]. En décembre 2012 et comme chaque année depuis sa sortie, le tube All I Want for Christmas Is You issu de son premier album de Noël Merry Christmas sorti en 1994, se classe no 1 du classement Billboard Holidays songs consacré aux chansons de fêtes et de Noël. Par ailleurs, la société Billboard ayant modifié son règlement permettant désormais à tous les singles (même anciens) de se reclasser dans le Hot 100, s'ils se situent au moins à la 50e place, permet à Mariah Carey de refaire entrer dans le Hot 100 All I Want for Christmas Is You à la 21e place. Ce nouveau classement lui permet de comptabiliser un nombre de 34 singles ayant été classé dans le Top 40 du Billboard Hot 100, devançant ainsi l'artiste Rihanna (33) et se classant derrière Madonna (49), Aretha Franklin (43) et Taylor Swift (39).

En janvier 2013, Mariah Carey fait partie des membres du jury de la 12e saison du programme de télécrochet américain American Idol composé de Nicki Minaj, Keith Urban et Randy Jackson[105]. Le 6 février 2013, Walt Disney Pictures annonce que Mariah Carey a enregistrée la chanson Almost Home pour le film Le Monde fantastique d'Oz sorti le 13 mars 2013, en France[106]. Le titre, coécrit et coproduit par Stargate, est disponible depuis le 19 février 2013 et bénéficie d'un vidéo-clip réalisé par David LaChapelle[107]. La vidéo obtient une nomination aux World Music Awards pour la meilleure vidéo de l'année[108]. Le 7 mai 2013, Mariah publie la chanson Beautiful en duo avec Miguel, dont le clip fut dévoilé le 9 mai 2013 lors du prime d'American Idol[109]. Son quatorzième et nouvel album qui devait sortir le 23 juillet 2013, a été repoussé à une date non définie[110]. Le 2 août 2013, il est annoncé que Mariah Carey prêtera sa voix à l'un des personnages de la dixième saison de la série télévisée d'animation American Dad![111]. Le 11 septembre 2013, elle fait partie du casting de la production cinématographqiue Le Majordome, réalisé par Lee Daniels[112]. Le film met également en vedette Forest Whitaker, Oprah Winfrey, John Cusack, Jane Fonda, Cuba Gooding Jr., Terrence Howard, Lenny Kravitz, James Marsden et Robin Williams[113]. Le film réalise 176 598 908 millions de dollars de recettes dans le monde[114]. Le 11 novembre 2013, elle publie The Art of Letting Go, second extrait de l'album à venir[115].

Le 12 février 2014, elle publie le single You're Mine (Eternal)[116]. Le titre, qui bénéficie aussi d'un remix accompagné du chanteur Trey Songz[117], atteint la 26e place au Billboard[118], quant à la version remixée pour les clubs, elle s'érige à la 1re place du Billboard Hot Dance Club Song[119]. Le 13 mai 2014, elle sort le single Thirsty dont une version est en featuring avec le rappeur Rich Homie Quan[120]. Le 27 mai 2014, elle sort son 14e opus studio Me. I Am Mariah... The Elusive Chanteuse. L'album coproduit notamment par Mike Will Made-It, Hit-Boy, Jermaine Dupri, Rodney Jerkins, Q-Tip, et The-Dream, contenant les collaborations de Nas, Miguel, Wale, Fabolous, Mary J. Blige, R. Kelly puis agrémenté des singles #Beautiful, The Art of Letting Go, You're Mine (Eternal), Thirsty et You Don't Know What to Do[121], reçoit d'excellentes critiques et s'érige à la 1re place du Billboard U.S. Top R&B/H-Hop Albums[122]. Le même jour, elle est présente aux World Music Awards 2014 où elle reçoit un prix pour avoir dépassé les 200 millions de disques vendus dans le monde et pour être la seule et unique artiste américaine à avoir classé 18 titres no 1 au Billboard[123]. Le 4 juin 2014, elle reçoit un American Hero Award lors du gala annuel Fresh Air Found en tant que fondatrice du Camp Mariah, association qui vient en aide aux enfants défavorisés[124]. Le 9 juin 2014, elle commercialise sa première boisson pétillante prénommée Butterfly[125]. Le 30 juin 2014, elle dévoile le titre You Don't Know What to Do, accompagné de Wale[126]. En août 2014, le célèbre et sérieux magasine Time, l'érige comme la plus grande pop star de l'histoire, basée d'après les ventes de singles du Billboard, depuis les années 60's[127],[128],[129],[130],[131],[132],[133],[134].

Talent artistique[modifier | modifier le code]

Style musical[modifier | modifier le code]

Mariah Carey, à la Base Edwards Air Force Base, pendant le tournage du vidéoclip I Still Believe, en 1998.

L'amour est en majorité le sujet principal des chansons de Carey, mais elle s'inspire également de thèmes tels que le racisme, l'aliénation sociale, la mort, la faim dans le monde, et la spiritualité. Elle explique que la majeure partie de son travail est en partie autobiographique, mais le magazine Time écrit à ce sujet : « Si seulement la musique de Mariah Carey reflète tous les drames de sa vie, pourquoi ses chansons sont souvent sucrées et artificielles démontrant sa vie alternant la passion et conflit », étapes qu'elle applique aux premières étapes de sa carrière. Le magazine commente également que ses albums ont progressés, de même que son écriture et la musique qui s'épanouissent en maturité, devenant ainsi plus significatives[31]. Jim Faber du New York Daily News, publie des commentaires similaires : « Pour Carey, la vocalisation est tout au sujet de la performance, pas les émotions qui l'ont inspirées. Le chant, lui, représente un défi physique, pas une décharge émotionnelle[135]. » Lors de la sortie de son opus Music Box, Stephen Holden du magazine Rolling Stone déclare que Carey chante avec « passion soutenue », tandis qu'Arion Berger de Entertainment Weekly soutient que, pendant quelques instants vocaux, Carey devient « trop accablé pour mettre sa passion des mots[136] ». En 2001, The Village Voice décrit les chansons de Carey comme des « ballades sans but », l'écriture : « l'âme de Carey fournit encore le modèle de l'adolescence-pop qui attirent les fioritures autour de ces "ballades sans centres" Diane Warren [.....] c'est en grande partie à cause de [Blige] que le nouveau R&B exige un éventail plus large de l'expression émotionnelle, de la poésie plus intelligente, plus de-la-gut témoigner, et moins [sic] de notes inutiles que l'ère Mariah toute-propre et tout simplement grinçant. De nos jours, Christina Aguilera et Jessica Simpson chantent maladroitement, alors que les femmes ayant du coffre complété d'une sensibilisation, peuvent tenir en échec quand elles réalisent de hautes notes lyriques[137]. »

La musique de Carey incorpore des instruments électroniques tels que des boîtes à rythmes, claviers et, synthétiseurs[138]. Beaucoup de ses chansons contiennent des mélodies entrainantes de piano[139], un talent qu'elle détient depuis l'âge de six ans grâce à des leçons. Carey dit ne pas pouvoir lire toute seule les partitions et préférer collaborer avec un pianiste lors de ses compositions, mais déclare aussi, qu'il est plus facile d'expérimenter des mélodies plus rapides et moins conventionnels et les progressions d'accords à l'aide de cette technique. Carey ayant apprise à jouer du piano à un jeune âge, et ayant intégré plusieurs gammes de production et d'instrumentalisation, elle soutient que sa voix a toujours été son principal atout : « ma voix est mon instrument, elle l'a toujours été. ». Carey se lance dans la production de remixes de ses chansons au tout début de sa carrière et aide à démocratiser la technique du ré-enregistrement des toutes nouvelles voix[140]. Le disc-jockey David Morales, qui a collaboré à de nombreuses reprises avec Carey, comme pour le single Dreamlover (1993), popularise avec Carey, une méthode consistant à remixer des chansons pop de son propre répertoire en version club[141]. Cette chanson, qui est un succès commercial et critique, est alors nommée par le Slant Magazine comme l'une des meilleures chansons dance de tous les temps[141].

En 1995, elle publie Fantasy, un single pop bénéficiant de deux versions : une version club qu'elle produit avec David Morales, et une version urban qu'elle interprète avec le rappeur Ol' Dirty Bastard, coproduite avec P. Diddy[142]. Le remix urbain, qui devient un hymne dans le domaine, permet alors de populariser les collaborations R&B/hip-hop à travers les années 1990 et 2000, ce qui inspireront d'autres artistes comme Ashanti et Beyoncé[140]. Les trois versions de Fantasy, permettent d'obtenir à Mariah Carey, la seconde meilleure place des ventes de singles annuelles aux États-Unis[2]. En 2005, Entertainment Weekly inclus les deux remixes de Fantasy sur la liste de ses meilleurs enregistrements[143]. Sean Combs déclare que Carey « connaît l'importance des remixes, de sorte que vous sentiez comme vous êtes avec un artiste qui apprécie votre travail d'artiste et qui veut arriver à quelque chose avec vous[144]. »

Timbre vocal[modifier | modifier le code]

Carey possède une étendue vocale de cinq octaves[145],[146],[147], et la capacité d'atteindre des notes au-delà de la septième octave[148],[149]. Elle est référée comme « la chanteuse suprême » dans le Livre Guinness des records[17]. Elle est classée première des plus belles voix musicale par les fans et lecteurs du magazine Blender et par MTV. Carey dit du scrutin, « Ce que cela signifie vraiment, c'est la voix de la génération MTV. Bien sûr, c'est un énorme compliment, mais je ne le ressens pas de cette façon me concernant[150]. » Elle est également classée seconde parmi les « 100 plus belles voix pop », par le magazine Cove[151].

Concernant sa voix, Mariah Carey déclare : « J'ai des nodules sur mes cordes vocales. Ma mère dit que je les ai depuis mon enfance. C'est pourquoi j'ai la voix de sifflet et le belting, ainsi qu'une voix rauque. Beaucoup de gens ne peuvent pas chanter avec des nodules comme je le fais ; j'ai appris à chanter avec ma voix. La seule chose qui affecte réellement ma voix est le manque de sommeil. Parfois, quand je suis fatiguée, je ne peux atteindre les notes suraigues. Ma voix naturelle est grave. J'ai une voix rauque. Je tends plutôt vers l'alto. Mais je peux monter haut dans les aigus, si je suis reposée. Mes médecins m'ont montré mes cordes vocales et pourquoi je peux faire ces notes suraigues. C'est une partie des cordes que peu de gens utilisent – l'extrême sommet. […] Quand j'étais enfant, je parlais en voix de sifflet. Je pensais : “Si je peux parler comme ça, je peux chanter comme ça.” Donc, je me suis entraînée et entrainée, et ma mère était genre : “Tu es ridicule. Tu vas te faire mal.” Mais je lui disais que ça ne me faisait pas souffrir, qu'au contraire, si j'essayai de poitriner dans les aigus deux octaves plus bas, là je souffrirai. [...] Parfois, quand mon médium est plus clair, ces notes sont plus difficiles à atteindre. Mes cordes vocales ont une situation tri-dimensionelle. La voix de sifflet est une chose qui leur est propre. Cela requiert un certain temps de sommeil[152],[153],[154]. »

Concernant ses prouesses techniques, Stephen Holden du New York Times explique que « peu de vocalistes, dans quelque genre musical que ce soit, ont une voix aussi flexible que l'instrument de Mademoiselle Carey. [...] Elle peut sauter dans un registre de soprano colorature et tournoyer comme une trapèziste virtuose. [...] Si ces exploits soniques sont comparables à ceux de Yma Sumac et Minnie Riperton, ceux qui les distinguent est un débit plus rapide[155]. » Nicholas Limansky et John Caroll évoquent aussi sa performance dans All in Your Mind, où elle monte jusqu'au fa6 en piqués[156]. Dans certaines chansons - telles les ballades I Am Free ou Music Box - elle démontre également une solide maîtrise du legato[157].

Influences[modifier | modifier le code]

Carey déclare avoir été influencée depuis son enfance par Billie Holiday, Sarah Vaughan, mais aussi par des artistes soul/R&B tels que Gladys Knight et Aretha Franklin[158]. Sa musique comprend de fortes influences de musique gospel et crédite The Clark Sisters, Shirley Caesar et Edwin Hawkins, comme étant ses plus grandes influences pendant ses premières années[158]. Lorsque Carey incorpore du hip-hop dans sa musique, plusieurs spéculations l'accusent de profiter de la popularité de ce genre, mais elle répond par l'intermédiaire de Newsweek : « Les gens ne comprennent tout simplement pas. J'ai grandi avec cette musique[159]. » Elle apprécie les rappeurs tels que The Sugarhill Gang, Eric B. and Rakim, Wu-Tang Clan, The Notorious B.I.G., et Mobb Deep, avec qui elle a collaboré sur le single The Roof (Back in Time) (1998). Carey est également influencée par Minnie Riperton, dont elle commence à expérimenter avec le même registre du sifflet en raison de sa pratique originale de la gamme.

De par son style musical, ses capacités vocales et son succès durant tout le long de sa carrière, Carey est alors comparée à Whitney Houston, qu'elle cite également comme influence[160]. Carey et ses pairs, selon Garry Mulholland, sont « les princesses du gémissement [...] chanteuses virtuoses qui alternent entre la pop et les chansons à l'eau de rose[161]. » L'auteur et écrivaine Lucy O'Brien compare le retour de Barbra Streisand comme une « showgirl ancienne » face à Carey et Dion, elle décrit alors ces deux dernières avec Houston comme « soignées et exagérées à la perfection[161]. » La transition musicale de Carey et l'utilisation de vêtements plus révélateurs à la fin des années 1990 sont, en partie, lancés pour se démarquer de cette image, et par la suite, elle déclare que la plupart de ses premiers travaux était à « l'eau de rose », véhiculant une image de fille parfaite, pas forcément en adéquation avec ce qu'elle était réellement[161]. Beaucoup de critiques musicales remarquent que contrairement à Whitney Houston et Céline Dion, Carey co-écrit et produit pratiquement la totalité de ses propres chansons[17].

Postérité[modifier | modifier le code]

En tant qu'influence[modifier | modifier le code]

Carey interprétant Hero lors de la cérémonie d'investiture du Président Barack Obama, en 2009.

Le style et le chant vocal de Carey ont un impact significatif sur la musique populaire et contemporaine. Comme le critique musical G. Brown de The Denver Post l'explique : « Pour le meilleur ou pour le pire, la gamme de cinq octaves de Mariah Carey et son style mélismatique ont influencé toute une génération de chanteurs pop[162]. » Selon le magazine Rolling Stone, « sa maîtrise de mélismes, les cordes frémissantes de notes qui découlent de ses chansons comme Vision of Love, ont inspiré toute l'école de chant d'American Idol, pour le meilleur ou pour le pire, et pratiquement toutes les autres chanteuses de R & B féminines depuis les années '90[163]. » Jody Rosen de Slate écrit que l'influence de Carey dans la musique moderne, est le style vocal le plus influent des deux dernières décennies, la personne qui a fait populariser le chant mélismatique rococo[164]. Rosen illustre, en outre, Carey en la mettant en parallèle avec American Idol, qui, pour elle, a « souvent joué comme un choc sur des aspirants fouS de Mariah-Melisma. Et, aujourd'hui, près de 20 ans après les débuts de Carey, les grands labels continuent de parier sur les jeunes étoiles comme la gagnante de l'émission The X Factor en Grande-Bretagne, Leona Lewis, avec la prochaine génération brillante de Mariah, avec une grosse voix et de grands cheveux[164]. » Sean Daly de Tampa Bay Times écrit : « selon la façon dont vous percevez l'humiliation publique, les meilleurs / pires parties de American Idol sont les spectacles d'audition, qui se décomposent normalement en trois parties distinctes : (1) Les candidats talentueux, (2) Les candidats étranges, (3) Le MARIAH... ». Daly fait en outre remarquer : « Les MARIAHS sont les plus difficiles à surveiller, principalement parce que la plupart d'entre elles pensent que leurs talents sont bien réels. Les déceptions et la peur de se planter devant des juges comme Simon Cowell, Paula Abdul et Randy Jackson sont fréquents[165]... » L'éditeur du New York Magazine Roger Deckker, explique de Carey qu'elle est une artiste influente musicalement parlant, et fait alors remarquer que « Whitney Houston pourrait avoir introduit les mélismes, mais c'est Mariah avec sa gamme qui devient la voix par défaut de l'Amérique[166]. » Deckker ajoute également que « chaque fois que vous regardez American Idol, vous regardez ses enfants[166] ». Malgré ses prouesses, la technique vocale de Carey, en particulier l'utilisation de mélismes, est soumise à l'avis du public ; du fait que les jeunes chanteurs imitent souvent sa technique vocale, à propos de laquelle les critiques commentent : « Mariah Carey est, sans aucun doute, la pire chose que puisse imiter les chanteurs amateurs[165]. » La professeure Katherine L. Meizel souligne dans son ouvrage, la médiation de l'identité politique dans American Idol : « l'influence de Carey ne s'arrête pas juste à l'imitation de ses mélismes ou de son chant par les futurs chanteurs, c'est également son personnage, son côté diva, sa célébrité qui les inspirent... une pré-célébrité iconique[167] ».

De nombreux artistes pop, hip-hop et R&B ont cité Mariah Carey comme une source inspiration, tels que : Britney Spears[168], Christina Aguilera[169], Mandy Moore[170], Jessica Simpson[171], Beyoncé[172], Kelly Rowland[173], Rihanna[174], Grimes[175], Jennifer Paige[176], Kelly Clarkson[177], Nelly Furtado[178], Leona Lewis[179], Brandy Norwood[163], Pink[180], Mary J. Blige[163], Melanie Fiona[181], Missy Elliott[172], Jessica Sanchez[182], Ariana Grande[183], Nicki Minaj[184], Lady Gaga[185], Natasha Bedingfield[186], Jordin Sparks[187], Jessie J[188], Tamar Braxton[189], Jennifer Hudson[190], Jennifer Lopez[191], Faith Evans[192], Erykah Badu[193], Katharine McPhee[194], Dru Hill[195], Mary Mary[196], Ashanti[197], Mýa[198], Thalía[199], Keri Hilson[200], Monica[201], Aaliyah[202], Nivea[203], Anastacia[204], Tina Arena[205], Katy Perry[206], Bethany Joy Lenz[207], Lucie Silvas[208], Melody Thornton du groupe The Pussycat Dolls[209].

Selon Stevie Wonder, « quand les gens parlent de grandes chanteuses influentes, ils parlent d'Aretha Franklin, de Whitney Houston et de Mariah Carey. C'est un témoignage de son talent. Sa voix est juste incroyable. » Aretha Franklin révèle que « Mariah Carey fait des choses que j'aime. Sa voix et sa production sont de très haute qualité[210]. » Pour Patti LaBelle qui a souvent complimenté Mariah : « (Elle a une belle voix. Je ne sais pas, j'aime son talent!) Et je l'ai même présenté à ma filleule ». Elle lui a été présentée aux Billboard Awards 1999 et a fait un duo avec Mariah. Elle a aussi fait une ovation quand Mariah a effectué un medley de « If Only You Knew/Somewhere Over The Rainbow ». « Mariah a un incroyable cadeau de Dieu qui n'a pas de couleur, pas de frontières et pas de limites. Vous entendez la passion et l'honnêteté dans sa musique[211]. » Quant à Whitney Houston, se rappelant de la première fois qu'elle a entendue la musique de Mariah, elle répond que : « Oui, je m'en souviens. C'était un peu comme mon ton, cela m'appaise. Qui est-elle? »[212].

Beyoncé se dit s'être inspiré de Carey, et de sa chanson Vision of Love, qui lui auraient permise de se lancer dans la pratique de « runs » vocaux durant son enfance, et ainsi poursuivre une carrière de musicienne[172]. Pour Jessica Simpson : « Mariah est la chanteuse la plus rentable de la décennie et je l'admire tellement. Je suis une grande fan de Mariah Carey. J'admire sa musique depuis tellement longtemps. C'est dur de marcher sur ses traces. Elle a tellement de succès. Mariah est Mariah[213]. » Kelly Rowland explique : « Mariah Carey est l'une de mes idoles. Je me souviens l'avoir rencontré. Elle était belle. Et quand je l'ai vu récemment, elle m'a avouée avoir aimé mon vidéoclip de Stole. Je suis littéralement restée bouche bée, je n'avais que 22 ans, et dire qu'à un moment donné, vous ne pouviez pas m'empêcher d'être une petite étoile qui fait rêver, et Mariah est tellement incroyable! [...] Sa voix m'a donné envie de l'imiter, d'aller encore plus loin avec la mienne, car elle peut tout faire avec la sienne. Sa voix est son instrument par excellence[214]! ».

Anastacia dévoile : « depuis son premier album, sa voix est absolument magnifique à écouter. Je suis affecté par chaque note qu'elle gravit, les mêmes que sur un clavier [...] Vous savez celles qui m'ont données le courage, c'est Aretha Franklin, Chaka Khan, Mariah Carey - ces divas qui ont été mon inspiration [...] J'ai toujours admiré ces chanteuses[215]. » Thalía déclare « elle a une voix qui est apparue dans la nouvelle ère musicale des années '90. J'avais l'habitude d'écouter ses chansons. Elle a tellement accomplie de choses durant sa carrière avec ses nombreuses chansons en tête des classements[216]. » Rihanna cite Carey comme l'une de ses influences majeures, et son idole[174]. Mary J. Blige, elle, explique : « J'aime Mariah Carey. La musique de Mariah Carey a sorti des enfants du ghetto. Des chansons comme Vision of Love nous ont données l'espoir, nous les chantions, et nous essayions d'atteindre les mêmes notes que Mariah - ce qui est impossible. Je ne crois pas qu'elle sache qu'elle joue un grande rôle dans la vie de Mary J. Blige. Et puis lors de notre rencontre... elle était tellement belle que vous ne pouvez pas faire autre chose que d'essayer de la défendre face aux critiques [des médias]. Elle ne mérite pas ça[217]. » Quant à Busta Rhymes, il rétorque que « c'est l'une des meilleures chanteuses du game, chapeau bas[218] ».

John Mayer révèle sur Mariah qu'« il y a quelque chose sur Mariah Carey. Les gens ne se rendent pas compte à quel point elle a de l'influence[219]. » Christina Aguilera explique, depuis les premières années de sa carrière, que Carey l'a fortement influencée durant sa carrière de chanteuse, et est l'une de ses idoles[169]. Selon Pier Dominguez, auteur de l'ouvrage intitulé Christina Aguilera : A Star is Made, Aguilera déclare avoir autrefois aimé écouter des chansons de Whitney Houston, mais préférait écouter Carey, car elle a fortement influencé son style vocal. L'image soigneuse de Carey à celle d'une femme adulte a frappé la corde sensible d'Aguilera[220].

Philip Brasor, rédacteur en chef du journal The Japan Times, explique l'influence du style vocal de Carey chez les chanteurs asiatiques. Il écrit que « la chanteuse japonaise Hikaru Utada a chanté ce qu'elle a entendu, du diaphragme et de son propre point de vue sur le genre de mélismes devenu de rigueur dans la pop américaine après la popularisation de Mariah Carey[221]. » Dans un article intitulé Out With Mariah's Melisma, In With Kesha's Kick, le rédacteur David Browne du New York Times explique la manière soudaine dont la pop orientée mélisme, popularisée par Carey et Whitney Houston, a perdu en popularité, et a progressivement été remplacée par des musiques faisant usage d'Auto-Tune[222]. Browne commente que « depuis deux décennies, le mélisme a pris possession de la pop comme jamais auparavant. Les débuts de Mariah Carey en 1990 avec Vision of Love, suivi deux ans plus tard, par I Will Always Love You de Whitney Houston, avaient mis la barre incroyablement haute en termes de notes étirées plus élevées, et plus longues que la plupart des fans de pop n'avaient jamais entendu[222]. » Il ajoute une génération ultérieure de chanteuses comme Christina Aguilera, Jennifer Hudson et Beyoncé, construisant leur carrière autour du mélisme (des hommes comme Brian McKnight et Tyrese Gibson le pratiquent également, mais les femmes dominent bien plus dans ce domaine)[222].

Impacts de sa musique[modifier | modifier le code]

Carey se lance dans la production de remixes de chansons au tout début de sa carrière, aidant à démocratiser la technique du ré-enregistrement vocal[140]. Le disc-jockey David Morales, qui a collaboré à de nombreuses reprises avec Carey, comme pour le single Dreamlover (1993), popularise avec Carey, une méthode consistant à remixer des chansons pop de son propre répertoire en version club[141]. Cette chanson, qui est un succès commercial et critique, est alors nommée par le Slant Magazine comme l'une des meilleures chansons dance de tous les temps[141].

En 1994, elle relance commercialement les chansons de Noël, en publiant l'opus prénommé Merry Christmas, constitué de chants traditionnels et agrémenté du single All I Want for Christmas Is You, qui se vend à 15 millions d'exemplaires dans le monde, devenant ainsi l'album de Noël le plus vendu de tous les temps et érige le single All I Want for Christmas Is You, comme un hymne de ces festivités pour les décennies suivantes[4],[5],[6],[7].

En 1995, le single Fantasy, 1er extrait de l'album Daydream est considérée comme l'un des plus beaux exemples de révision d'un échantillon en un chef-d'œuvre pop[223]. La chanson et son remix sont considérés comme le single de Carey le plus important à ce jour. Carey introduit le R'n'B et le hip-hop dans la culture pop et popularise le rap après 1995[224]. Sarah Frere-Jones, journaliste à The New Yorker dit : « Le remix devient un standard pour les stars R'n'B/Hip-Hop comme Missy Elliott et Beyoncé, car il combine la mélodie avec le rap. Et quelques jeunes artistes pop comme Britney Spears, NSYNC, Christina Aguilera ou Jessica Simpson ont passé une grande partie de ces dix dernières années à faire de la musique pop qui est incontestablement du R'n'B[224] ». Frere-Jones en conclut : « Son idée d'associer le chant d'une femme avec le hip-hop des hommes a changé le R'n'B et toute la pop. Bien que maintenant, chacun est libre de choisir son idée, le succès de Mimi montre qu'il appartient encore à Carey[224] ».

John Norris de MTV déclare que le remix est « responsable d'une vague musicale que nous voyons depuis ce jour-là, l'association R'n'B/Hip-Hop. Vous pouvez dire que le remix de Fantasy est le single le plus important de sa carrière ». Norris fait écho aux propos de Lisa Lopes qui a dit que nous avons du R'n'B grâce à Mariah[a 24]. Judnick Mayard, journaliste de TheFader, écrit en ce qui concerne l'association du R'n'B et du hip-hop : « La championne de ce mouvement est Mariah Carey[225] ». Mayard dit également : « À ce jour, Mariah et O.D.B. font sans doute la meilleure collaboration hip-hop de tous les temps », et qu'en raison de la sortie de Fantasy, « le R'n'B et le hip-hop sont de bons frère et sœur[225] ».

Les trois versions de Fantasy (inclus la version club co-produite avec David Morales), permettent d'obtenir à Mariah Carey, la seconde meilleure place des ventes de singles annuelles aux États-Unis[2]. En 2005, Entertainment Weekly inclus les deux remixes de Fantasy sur la liste de ses meilleurs enregistrements[143]. Sean Combs déclare que Carey « connaît l'importance des remixes, de sorte que vous sentiez comme vous êtes avec un artiste qui apprécie votre travail d'artiste et qui veut arriver à quelque chose avec vous[144]. »

Honneurs et distinctions[modifier | modifier le code]

Distinctions en musique[modifier | modifier le code]

Au fil de sa carrière, Mariah Carey gagne plusieurs distinctions, incluant le prix de l'« artiste féminine du millénaire » au World Music Awards[16]. Elle est élue meilleure nouvelle artiste aux Grammy Awards en 1991, et obtient un Billboard's Special Achievement Award, pour avoir été l'artiste de la décennie 90[16]. Depuis 1990, elle recense plus de 220 millions d'albums vendus[226], ce qui fait d'elle l'un des chanteuses les plus rentables de l'histoire de la musique[16]. Carey est classée comme l'artiste féminine la plus vendue de l'ère Nielsen Soundscan, avec plus de 52 millions d'exemplaires vendus[13],[227],[228],[229]. Avec des capacités vocales allant de la cinquième à la septième octave, elle est classée première des plus belles voix musicale par les fans et lecteurs du magazine Blender et par MTV[230], puis seconde parmi les « 100 plus belles voix pop », par le magazine Cove[151]. Hormis sa voix, Carey est également reconnue pour ses talents de musicienne, de co-écriture et de production[17]. Nombre de critiques remarquent que, contrairement à Whitney Houston et Céline Dion, Carey co-écrit et produit pratiquement la totalité de ses propres chansons[17]. Mariah Carey est, selon le magazine Billboard, l'interprète féminine la plus populaire des années 1990 aux États-Unis[a 2], où elle est la seule et unique artiste à classer un titre numéro 1 tous les ans pendant cette décennie[16].

En 2000, lors des World Music Awards, elle est récompensée du Legend Award, dans la catégorie d'« artiste féminine du Millénaire », mais aussi dans la catégorie de « meilleure vendeuse de disques des années 1990 » aux États-Unis, après avoir accumulé les disques certifiés multiplatines[231]. En 2003, elle reçoit un Chopard Diamond Award pour avoir dépassé les 100 millions de disques vendus[232]. Selon la RIAA, Mariah Carey est la seconde meilleure vendeuse de disques avec plus de 63 millions d'exemplaires rien que sur le sol américain[233],[234]. Au Japon, Mariah Carey est la plus grande vendeuse de disques de tous les temps, en tant qu'artiste non originaire d'Asie[235].

Mariah Carey reste à la première place du Billboard Hot 100 pendant 79 semaines, un record dans l'histoire du classement américain. Mariah Carey établit également un autre record : celui de la musicienne la mieux classée de par le nombre de ses singles. Elle surpasse Elvis Presley, autrefois en tête avec 18 titres au classement, et devient par conséquence la seule artiste solo à obtenir le plus de singles classés no 1 dans l'histoire des États-Unis[14]. En 1994, elle relance commercialement les chansons de Noël, en publiant l'opus intitulé Merry Christmas, constitué de chants traditionnels et agrémenté du single All I Want for Christmas Is You, qui se vend à 15 millions d'exemplaires dans le monde, devenant ainsi l'album de Noël le plus vendu de tous les temps et érige le single All I Want for Christmas Is You, comme un hymne de ces festivités pour les décennies suivantes[4],[5],[6],[7]. De par le single Fantasy, qui se classe premier le jour de sa sortie en 1995, Carey devient la première artiste féminine à classer un single premier le jour de sa sortie aux États-Unis. Au Japon, la compilation de Mariah Carey se vend à 3 250 000 millions d'exemplaires, ce qui en fait l'album le plus vendu de tous les temps dans les marchés japonais par une artiste non originaire d'Asie[236]. En 1996, son single One Sweet Day, en duo avec Boyz II Men, reste classé 16 semaines à la première place, établissant ainsi le record du single resté le plus longtemps en tête dans l'histoire du Billboard[13]. De par les singles Fantasy, One Sweet Day et Honey, qui débutent premiers du Billboard Hot 100, Carey devient l'artiste ayant le plus de singles classés no 1 le jour de leurs sorties depuis le début du classement en 1952[237]. En 1998, le single When You Believe, en duo avec Whitney Houston, bande originale du film Le Prince d'Égypte, est récompensée dans la catégorie de « Meilleure chanson originale » lors de la 71e cérémonie des Oscars[8]. À la suite du succès de Merry Christmas au Japon, le magazine Billboard la désigne comme la vendeuse de disques internationale la plus rentable des marchés japonais[238].

En 2003, elle publie The Remixes, contenant un disque composé de singles no 1 des clubs US[57], et un autre de remixes urbain, qui s'écoule à près de 860 000 exemplaires dans le monde[3], ce qui en fait le 4e album de remixes le plus vendu de tous les temps[58]. En 2005, le single We Belong Together se place en tête des classements pendant 14 semaines consécutives[12], demeure le titre le plus diffusé sur le sol américain, et est élue « Chanson de la décennie » par Billboard[13]. En 2008, Billboard classe We Belong Together, à la 9e place des meilleures chansons de tous les temps, et à la seconde place des meilleures chansons R&B/hip-hop du Billboard Hot 100[239]. En 2009, Mariah Carey reprend le titre I Want to Know What Love Is (reprise d'une chanson du groupe Foreigner), qui reste classée à la première place pendant 27 semaines consécutives au Brésil, tenant ainsi le record du single classé le plus longtemps première de l'histoire du classement brésilien[84].

En 2010, elle publie l'album Merry Christmas II You, un succès aux États-Unis en arrivant à la première place du Billboard R&B/Hip-Hop Albums et à la première place du Billboard Holiday Albums, dès le jour de sa sortie, avec plus de 523 000 exemplaires vendus[93]. De ce fait, Merry Christmas est le second album de Noël à obtenir cette place dans ce classement[240]. Le 19 novembre 2010, le magazine Billboard érige Mariah Carey à la 4e place des artistes R&B/hip-hop, ayant le plus marqués les 25 dernières années[241]. En 2012, Carey est classée à la seconde place des 100 Greatest Women in Music de la liste de VH1[242]. En 2013, Mariah Carey enregistre la chanson Almost Home pour le film Le Monde fantastique d'Oz de Walt Disney Pictures, dont la vidéo obtient une nomination aux World Music Awards pour la meilleure vidéo de l'année[108].

Elle est citée comme la « chanteuse suprême » dans le Livre Guinness des records[17]. Au cours de sa carrière, Mariah Carey remporte un total de 5 Grammy Awards, 19 World Music Awards, 11 American Music Awards, et 31 Billboard Music Awards[26]. En 2009, sa maison de disques annonce plus de 270 millions d'albums vendus[15]. Le 27 mai 2014, elle est présente aux World Music Awards 2014, où elle reçoit un prix pour avoir dépassé les 200 millions d'albums vendus dans le monde, et pour être la seule et unique artiste américaine à avoir classé 18 titres premiers au Billboard[123]. En août 2014, le célèbre et sérieux magasine Time, l'érige comme la plus grande pop star de l'histoire, basée d'après les ventes de singles du Billboard, depuis les années 60's[243],[244],[245],[246],[247],[248],[249],[250].

Prix reçus

  • 1 Special Achievement Award aux World Music Awards de Monaco (2008)
  • 1 Special Achievement Award aux World Music Awards de Monaco (2014)
  • American Heroes Award (2003, 2005)
  • American Music Awards (1991, 1992, 2 x 1993, 1995, 2 x 1996, 1998, 2000, 2005)
  • Aretha Franklin Award (1998)
  • ASCAP Pop Award (1997)
  • Australien Record Industry Association Award (3 x 1994)
  • Bambi (2005)
  • Billboard Music Awards (6 x 1991, 2 x 1992, 1993, 4 x 1996, 1998, 1999, 2002, 5 x 2005)
  • Blockbuster Award (1995, 2 x 1996, 1997, 1999, 2000)
  • BMI Pop Award (4 x 1991, 1992, 3 x 1993, 1994, 3 x 1995, 1996, 4 x 1997, 1998, 4 x 1999)
  • Capital FM Music Award (2005)
  • Capri Award (2009)
  • DMX Music Award (2000)
  • Echo Meilleur Artiste (1995)
  • Grammy Awards (2 x 1991, 3 x 2006)
  • Groovevolt Award (4 x 2004, 2005, 6 x 2006)
  • Howard Humanitarian Award of Congressional Award Foundation (1999)
  • International Achievement In Arts Award (1998)
  • Jammy Award (4 x 2006)
  • Lady of Soul Award (2 x 2005)
  • Long Island Music Award (1998)
  • Make-A-Wish Foundation's 2000 Chris Grecius (2001)
  • MTV Asia Lifetime Achievement Award (2004)
  • MTV Europe Music Awards (1994)
  • MTV India Award (2005)
  • MTV Total Request Live Award (2003, 2006)
  • NAACP Image Award (1999, 2006)
  • National Dance Music Award (3 x 1996)
  • New York City Music Award (1991, 2003)
  • NRJ Music Awards (2000)
  • Otto Award Bravo Magazin (1994, 1995, 1996, 1997)
  • Quincy Jones Award (2003)
  • Radio 100 Kiss Award (2005)
  • Radio Music Award (2001, 4 x 2005)
  • Recording Academy Honors for outstanding achievements XM Nation Music Award (2005)
  • Recording Industry Association of America commemorative award (2003)
  • Rockefeller Center Award (2x 1994)
  • Rolling Stone Award (1991)
  • Smash Hits Award (1994, 1995)
  • Soul Train Award (3 x 1990, 2x 2006)
  • Teen Choice Award (2 x 2005)
  • The Reign Outstanding Achievement Award (2005)
  • VH-1 Award (1997)
  • VIBE Award (4 x 2005)
  • Virgin Media Music Awards : Best Comeback (2008)
  • World Music Award (3x 1995, 4x 1996, 2x 1998, 2x 2000, 1x 2003, 4x 2005, 1x 2008, 1x 2014)

Distinctions au cinéma[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Carey se marie en 1993 avec Tommy Mottola, patron à l'époque de Sony BMG. Après trois ans de mariage, elle demande le divorce en 1996[251].

Le 30 avril 2008[252], elle se marie aux Bahamas avec l'acteur et musicien Nick Cannon, de dix ans son cadet.

Après une première fausse couche en 2008, elle donne naissance à une petite fille, Monroe, et un petit garçon, Moroccan Scott, le 30 avril 2011[253].

Le 2 mars 2012, Mariah Carey baptise à New York, le Disney Fantasy, un bateau de croisière dont elle est la marraine[254].

En août 2014, après de longs moins de spéculations, Canon confirme qu'il est séparé de Mariah depuis mois[255],[256],[257].

Discographie et vidéographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Discographie de Mariah Carey.

Albums studio[modifier | modifier le code]

Vidéos[modifier | modifier le code]

Tournées[modifier | modifier le code]

Mariah Carey lors de sa tournée The Adventures of Mimi.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Parfums[modifier | modifier le code]

  • 2007 : M by Mariah Carey
  • 2007 : M Gold
  • 2008 : Luscious Pink
  • 2008 : Luscious and Pink Deluxe
  • 2009 : Ultra Pink
  • 2009 : Forever
  • 2010 : Lollipop Bling (Quatuor composé des parfums "Mine Again", "Honey", "Ribbon" et "That Chick")
  • 2011 : Lollipop Splash The Remix (Trio composé des parfums "Inseparable", "Never Forget You", "Vision Of Love")
  • 2013 : Dreams

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Bio », sur Imdb (consulté le 24 avril 2013).
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s et t (en) Classements des singles de Mariah Carey aux États-Unis (Billboard)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q (en) « Estimation des ventes d'albums de Mariah Carey » (consulté le 23 mars 2014)
  4. a, b, c et d (en) « On Top: Mariah Carey's Record-Breaking Career »,‎ 3 avril 2006
  5. a, b, c et d (en) « Sounds of the season »,‎ 26 novembre 2010
  6. a, b, c et d (en) « Old chestnuts roasting: ghosts of Christmas music past »,‎ 11 décembre 2007
  7. a, b, c et d (en) « Mariah Carey Previews Christmas Album »
  8. a, b et c Oscar gagnant pour la chanson du film Le Prince D'Égypte
  9. a et b (en) Divas Live 1998.
  10. Bill Zwecker, « Mariah Carries On With Record Deal, Recovery », Chicago Sun-Times,‎ 22 janvier 2002 (lire en ligne).
  11. a et b (en) Mariah Carey has the year's top-selling CD
  12. a, b et c Silvio Pietroluongo, « The Billboard Hot 100 », Billboard,‎ 24 septembre 2005 (consulté le 27 septembre 2011).
  13. a, b, c, d et e Gary Trust, « Ask Billboard: Katy Perry, Christina Aguilera, Lady Gaga », Billboard,‎ 25 juin 2010 (consulté le 18 août 2011).
  14. a, b et c Mariah Carey dépasse Elvis Presley.
  15. a et b « MARIAH CAREY’s NEW SINGLE “I WANT TO KNOW WHAT LOVE IS” IMPACTS AT RADIO ON SEPT. 14th »,‎ 10 septembre 2009 (consulté le 4 janvier 2010).
  16. a, b, c, d, e, f, g et h « Mariah Carey Career Achievement Awards », Mariahcarey.com (consulté le 29 septembre 2010).
  17. a, b, c, d, e et f James 1998, p. 74
  18. Mariah Carey plus grande popstar de touts les temps sur time.com
  19. Mariah Carey plus grande popstar de touts les temps sur mariahcarey.com
  20. Mariah Carey plus grande popstar de touts les temps sur lefigaro.fr
  21. Mariah Carey plus grande popstar de touts les temps sur chartsinfrance
  22. Mariah Carey plus grande popstar de touts les temps sur lesinrock.com
  23. Mariah Carey plus grande popstar de touts les temps sur music-mix.ew.com
  24. Mariah Carey plus grande popstar de touts les temps sur hypesoul.com
  25. Mariah Carey plus grande popstar de touts les temps sur greenroomsession.fr
  26. a et b « Monte Carlo Resort – Awards », World Music Awards,‎ 15 octobre 2000 (consulté le 30 octobre 2010).
  27. a, b et c (en) Classements des albums de Mariah Carey aux États-Unis (Billboard)
  28. (en) Meilleur vente au Canada
  29. 1er single numéro 1 des UK Singles Chart
  30. (en) « Historique des ventes All I Want For Christmas Is You »
  31. a et b Christopher John Farley, « Pop's Princess Grows Up », Time (consulté le 19 août 2011).
  32. (en) « Music Review: Mariah Carey: Butterfly »,‎ 18 décembre 2003
  33. (en) Mariah Carey's Biography. Fox News. 24 mars 2008.
  34. Pavarotti & Friends 1999
  35. Film Le Célibataire sur Allociné
  36. Divas Live Tribute To Diana Ross
  37. Mariah Carey écrit pour Faith Hill
  38. Mariah Carey records pendant la décennie 90 sur cduson.com
  39. a et b Mariah Carey sans maison de disques
  40. Glitter sur imbd.com
  41. Box Office Mojo. "Glitter (2001). Accessed July 26, 2014.
  42. http://www.razzies.com/forum/forum_posts.asp?TID=351&PN=1&get=last
  43. Mariah Carey Glitter sur allmusic.com
  44. Mariah carey Never Too Far / Hero sur allmusic.com
  45. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Billboard.
  46. Elysa Gardner, « Mystery Shadows Carey's Career, Pressures Linger After Singer's Breakdown », USA Today,‎ 2001-09-09 (consulté le 2011-06-16)
  47. (en) « Cindi Berger, agent publicitaire, dément les rumeurs sur la tentative de suicide »,‎ 23 janvier 2002
  48. « EMI Drops Mariah Carey », BBC News,‎ 2002-01-31 (consulté le 2011-02-03)
  49. Rader Dotson, « I Didn't Feel Worthy Of Happiness », Parade,‎ 5 mai 2005 (lire en ligne)
  50. Lisa Holson, « Mariah Carey And Universal Agree to Terms Of Record Deal », The New York Times,‎ 21 février 2002 (lire en ligne)
  51. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Vineyard.
  52. Wisegirls sur imbd.com
  53. Wisegirls sur imbd.com
  54. Mariah Carey Charmbracelet sur allmusic.com
  55. Joseph Patel, « Carey Maps Out 'Intimate Evening' Tour », VH1, MTV Networks (Viacom),‎ 14 janvier 2004 (consulté le 15 juin 2011)
  56. Da Brat album Gotta Thing sur allmusic.com
  57. a, b et c (en) « Historique des ventes d'albums et singles de Mariah Carey »
  58. a et b « Ask Billboard », Billboard, Nielsen Business Media, Inc (consulté le 7 avril 2010)
  59. Jadakiss album Kiss Of Death sur allmusic.com
  60. Jadakiss Single U Make Me Wanna feat Mariah Carey
  61. The return of THE Voice
  62. « Mariah Carey signe avec la marque Pinko » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-08-26
  63. Publicité Intel avec Mariah Carey
  64. Publicité Mariah Carey avec Intel Vidéo
  65. Vidéo Publicité Pepsi avec Mariah Carey Youtube
  66. Mariah Carey enregistre 22 sonneries de téléphone pour Pepsi
  67. M By Mariah Carey parfum de Mariah Carey sur Fragrantica.com
  68. Bone Thugs-N-Harmony album Strength & Loyalty
  69. Aretha Franklin sort une compilation de duos
  70. Aretha Franklin Jewels In The Crown sur All Music.com
  71. (en) Mariah Debuts At No. 1 After Monster First Week
  72. Tennesse sur imbd
  73. (en) Mariah Carey Right To Dream from Tennesse Soundtrack on Charts on Billboard
  74. Rien Que Pour Vos Cheveux sur imbd.com
  75. Film Rien Que Pour Vos Cheveux sur Allociné
  76. You Don't Mess With the Zohan – Box Office Data
  77. Precious film sur imbd
  78. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées boxofficemojo.
  79. Récompenses du film Precious sur allociné
  80. Film Precious sur Allociné
  81. Mariah Carey à l'enterrementt de Michael Jackosn.
  82. Mariah Carey chante pour l'enterrement de Michael Jackson.
  83. Mariah Carey Memoirs Of An Imperfect Angel album sur allmusic.com.
  84. a et b « I Want To Know What Love Is Breaks Airplay Record in Brazil », MariahCarey.com,‎ 7 octobre 2012 (consulté le 7 octobre 2012)
  85. « Top 100 Music Hits, Top 100 Music Charts, Top 100 Songs & The Hot 100 », Billboard.com,‎ 23 janvier 2010 (consulté le 27 janvier 2010).
  86. http://www.theguardian.com/music/2014/apr/26/wit-wisdom-mariah-carey-savvy-diva-self-aware-pop-star
  87. « MariahDaily », Mariahjournal.com (consulté le 28 mars 2010)
  88. « Music – News – Mariah Carey's album 'cancelled' », Digital Spy,‎ 22 mars 2010 (consulté le 28 mars 2010).
  89. http://www.allheadlinenews.com/articles/7017522783
  90. Mariah Carey Playlsit The Very Best Of sur allmusic.com
  91. Mariah Carey Merry Christmas II You album sur allmusic.com
  92. Gary Trust, « Weekly Chart Notes: Far*East Movement, Lil Wayne, Suzanne Vega », Billboard, Nielsen Company,‎ 21 septembre 2010 (consulté le 11 novembre 2010).
  93. a et b Gary Trust, « Ask Billboard: Belinda's Back, JT Too, Mariah Carey's Album Sales & More », Billboard, Prometheus Global Media,‎ 2 avril 2013 (consulté le 11 mai 2013).
  94. The Essential Mariah Carey sur allmusic.com
  95. Tony Bennett Duets II sur Discogs
  96. Justin Bieber & Mariah Carey
  97. Mariah Carey & John Legend.
  98. retour en studio d'enregistrement avec Jermaine Dupri
  99. (en) Uncle Muurda feat Mariah Carey, 50 Cent & Young Jeezy sur hotnewhiphop.com.
  100. « Mariah Carey Taps Rick Ross and Meek Mill for New Single 'Triumphant' », Rap-Up.com,‎ 21 juillet 2012 (consulté le 14 août 2012)
  101. « News », Mariah Carey (consulté le 14 août 2012)
  102. (en) Mariah Carey Triumphant single on Dance Charts sur Billboard.com
  103. Mariah Carey Remixes Singles Charts on Billboard.
  104. Mariah Carey enregistre une chanson pour le film Paperboy
  105. « Mariah Carey Becomes Highest Paid Judge In Reality TV », The Richest,‎ 25 juillet 2012 (consulté le 28 juillet 2012).
  106. « Mariah Carey Records New Song for Disney's 'Oz The Great and Powerful' », Billboard (consulté le 14 février 2013)
  107. Mariah Carey chante la b.o. du film Le Monde fantastique d'Oz de Disney
  108. a et b Mariah Carey almost Home Nomination at the World Music Awards
  109. « Mariah Carey Performs Medley on ‘American Idol’ Finale », Rap-Up.com,‎ 16 mai 2013 (consulté le 24 mai 2013).
  110. Mariah Carey album repoussé à 2014
  111. Mariah Carey double un personnage dans la série American Dad.
  112. Le Majordome sur allociné.com
  113. Film Le Majordome 2013 sur Allociné
  114. Le Majordome Box Office Mondial
  115. Mariah Carey Single The Art of letting Go article The Rolling Stones
  116. Mariah Carey single You’re Mine (Eternal) et annonce de l'album The Art of Letting Go sur mariahcarey.com
  117. Mariah Carey You’re Mine Remix Feat Trey Songz sur Mariah Carey Official VEVO sur Youtube
  118. Mariah Carey You're Mine Charts on Billboard.com
  119. Mariah Carey You're Mine Billboard Dance Charts on ratedrnb.com
  120. (en) Mariah Carey single Thirsty sur chartsinfrance.net
  121. (en) Mariah carey Me. I Am Mariah...The Elusive Chanteuse sur allmusic.com
  122. (en) Mariah carey Me. I Am Mariah...The Elusive Chanteuse sur Billboard.com
  123. a et b (en) (en) « MARIAH CAREY TO OPEN THE WORLD MUSIC AWARDS AND RECEIVE ICON AWARD », World Music Awards (consulté le 17 mai 2014).
  124. (en) Mariah Carey recoit un trophée pour avoir fondé Camp Mariah sur mariahcarey.com.
  125. (en) Mariah Carey lance sa boisson pétillante sur nonstop.pepole.com
  126. (en) Mariah Carey You Don't Know What to Do single sur chartsinfrance.net.
  127. Mariah Carey plus grande popstar de touts les temps sur time.com
  128. Mariah Carey plus grande popstar de touts les temps sur mariahcarey.com
  129. Mariah Carey plus grande popstar de touts les temps sur lefigaro.fr
  130. Mariah Carey plus grande popstar de touts les temps sur chartsinfrance
  131. Mariah Carey plus grande popstar de touts les temps sur lesinrock.com
  132. Mariah Carey plus grande popstar de touts les temps sur music-mix.ew.com
  133. Mariah Carey plus grande popstar de touts les temps sur hypesoul.com
  134. Mariah Carey plus grande popstar de touts les temps sur greenroomsession.fr
  135. « More Like a Screaming 'Mimi' », Daily News,‎ 15 avril 2005 (lire en ligne).
  136. Arion Berger, « Mariah Carey: 'Emotions' », Entertainment Weekly,‎ 10 août 1991 (consulté le 19 août 2011).
  137. Barry Walters, « Marked Woman », The Village Voice,‎ 4 septembre 2001 (lire en ligne).
  138. Evan Sawey, « Mariah Carey: E=MC² < Reviews », PopMatters,‎ 1er mai 2008 (consulté le 10 février 2010).
  139. Christian Hoard, « Mariah's E=MC2: A First Listen to Carey's Eleventh Studio Album », Rolling Stone,‎ 28 février 2008 (consulté le 8 août 2011).
  140. a, b et c John Norris, « Mariah: Remixes, Reunions and Russia », MTV,‎ 20 octobre 2003 (consulté le 19 août 2011).
  141. a, b, c et d « 100 Greatest Dance Songs: 100–91 », Slant Magazine,‎ 25 avril 2006 (consulté le 19 août 2011).
  142. (en)Mariah Carey single Fantasy sur allmusic.com
  143. a et b Sal Cinquemani, « Gem Carey », Entertainment Weekly,‎ 11 novembre 2005 (consulté le 19 août 2011).
  144. a et b Andrew Willis, « Cinderella Story », Vibe,‎ 18 novembre 1998 (consulté le 14 août 2011).
  145. (en) Bill Zwecker, « Who Can Carey a Tune? », Chicago Sun-Times,‎ 22 janvier 2002 (consulté le 16 juin 2011).
  146. (en) « Roll Over Elvis - Mariah is Here », The Philadelphia Inquirer,‎ 20 mars 2008 (consulté le 19 août 2011).
  147. (en) Joan Anderson, « Carey, On! », Boston Globe,‎ 6 février 2006 (lire en ligne).
  148. James Harris, « Her 7-Octave Voice Finally Gets Noticed », Orlando Sentinel,‎ 28 août 1990 (lire en ligne).
  149. Wayne Robins, « Columbia's New 'Franchise' », Newsday,‎ 12 août 1990 (lire en ligne).
  150. (en) Sarah Oleman, « Princess Positive is Taking Care of Inner Mariah », The Sydney Morning Herald,‎ 1er avril 2003 (lire en ligne).
  151. a et b (en) « 100 Outstanding Pop Vocalists », Cove,‎ 24 mai 2008 (consulté le 19 août 2011).
  152. (en) Higher and Higher, dans Vibe. novembre 1998. p. 97. lire en ligne.
  153. (en) « Is Mariah Carey's Voice Just Done For? », sur The Awl (consulté le 21 août 2014).
  154. (en) Jesse Serwer, « The Hot Seat: Mariah Carey » (consulté le 21 août 2014).
  155. http://www.nytimes.com/1991/09/15/arts/pop-music-the-pop-gospel-according-to-mariah-carey.html?src=pm&pagewanted=1
  156. http://www.divalegacy.com/php/main_pages.php?CategoryID=3&AuthorID=3&ID=18
  157. Chris Nickson 1998, p. 107-109 et 148
  158. a et b Lynn Norent, « Not Another White Girl Trying to Sing Black », Ebony,‎ 12 mars 1991 (consulté le 19 août 2011).
  159. Shapiro 2001, p. 124.
  160. (en) Roger Friedman, « Mariah Calls, Whitney Falls », Fox News Channel,‎ 18 décembre 2002 (consulté le 25 avril 2009).
  161. a, b et c Mulholland 2003, p. 57
  162. G. Brown, « Careyed away the singer with fantastic vocal range belts out songs with technical precision and too little feeling », The Denver Post,‎ 23 août 2003 (consulté le 31 octobre 2011)
  163. a, b et c « 100 Greatest Singers of All Time – Mariah Carey », Rolling Stone (consulté le 31 octobre 2011).
  164. a et b Jody Rosen, « Why The Haters Are Wrong About Mariah Carey », Slate,‎ 13 avril 2008 (consulté le 31 octobre 2011).
  165. a et b Michael Katzif, « How 'American Idol' Uses (and Abuses) Melisma », NPR Music (consulté le 10 novembre 2011).
  166. a et b « The Most Influential People in Music », New York,‎ 7 mai 2006 (consulté le 31 octobre 2011).
  167. (en) Katherine L. Meizel, 2002, p. 83.
  168. (en) « ...Baby One More Time – Album Review » (consulté le 4 mars 2011).
  169. a et b (en) Roger Catlin, « A Matter of Time Christina Aguilera Says She'll Leave The Pack », Hartford Courant,‎ 31 août 2000 (lire en ligne).
  170. (en) Mandy Moore inspirée par Mariah Carey sur thetoptens.com.
  171. (en) Jessica Simpson interview sur Mariah sur mariahjournal.com.
  172. a, b et c Sasha Frere-Jones, « Mariah Carey's Record-Breaking Career », The New Yorker,‎ 6 avril 2006 (lire en ligne).
  173. (en) « Kelly Rowland Plots Nas Collaboration: 'I'm Taking a Page From Mariah Carey' », Radio.com,‎ 12 avril 2013 (consulté le 10 juin 2013).
  174. a et b (en) Brandee Tecson, « Rihanna Brings On Acting Career With New 'Bring It On' Flick », MTV News,‎ 31 octobre 2005 (consulté le 10 novembre 2011).
  175. Natalie Elliott, « Grimes Dishes On Her Less Obvious Influences And Her DIY Tattoos », Prefix,‎ 8 février 2012.
  176. (en) Jennifer Paige cite Mariah Carey comme influences sur allaccess.com.
  177. « American Idol - Mariah Carey Overwhelms Kelly Clarkson », Contactmusic.com,‎ 23 juillet 2003 (consulté le 10 novembre 2011).
  178. (en) « The Juice Is 'Loose' », Billboard (consulté le 10 novembre 2011).
  179. (en) Phil Gallo, « Mariah Carey & Leona Lewis », Variety,‎ 30 juillet 2008 (consulté le 10 novembre 2011).
  180. (en) David Browne, « Trilling Songbirds Clip Their Wings », The New York Times,‎ 24 décembre 2010 (lire en ligne).
  181. « 40 Celebirities Praise Mariah Carey », Vibe (consulté le 28 mai 2014).
  182. (en) George Varga, « A chat with local 'Idol' Jessica Sanchez », U-T San Diego, MLIM Holdings,‎ 20 mars 2012.
  183. (en) « Limelight Spotlight Q&A: Ariana Grande »,‎ 13 janvier 2012 (consulté le 13 janvier 2012).
  184. (en) Nicki Minaj inspirée par Mariah carey sur youtube.com
  185. Lady Gaga inspirée par Mariah Carey sur thetoptens.com
  186. (en) Natasha Bedingfield inspirée par Mariah carey sur youtube.com.
  187. (en) Jordin Sparks admire Mariah carey sur mtv.com.
  188. (en) Jessie J admire Mariah Carey on independent.co.uk.
  189. (en) Bené Viera, « Lady Gaga’s Co-Sign Sends Tamar Braxton’s “Love And War” To #1 On iTunes Charts | Music News | VH1 Music », Vh1.com,‎ 7 décembre 2012 (consulté le 9 août 2014).
  190. (en) Jennifer Hudson inspired by Mariah Carey sur Allmusic. Consulté le 20 août 2014.
  191. (en) Jennifer Lopez inspired by Mariah Carey sur Allmusic. Consulté le 20 août 2014.
  192. (en) Faith Evans influencée par Mariah Carey sur Allmusic. Consulté le 20 août 2014.
  193. (en) Erykah Badu influencée par Mariah Carey sur Allmusic. Consulté le 20 août 2014.
  194. (en) Katharine McPhee influencée par Mariah Carey sur Allmusic. Consulté le 20 août 2014.
  195. Dru Hill influence par Mariah Carey sur Allmusic. Consulté le 20 août 2014.
  196. (en) Katharine McPhee influencée par Mary Mary sur Allmusic. Consulté le 20 août 2014.
  197. (en) Ashanti influencée par Mariah Carey sur Allmusic. Consulté le 20 août 2014.
  198. (en) Mya influencée par Mariah Carey sur Allmusic. Consulté le 20 août 2014.
  199. (en) Thalia influencée par Mariah Carey sur Allmusic. Consulté le 20 août 2014.
  200. Katharine McPhee influencée par Keri Hilson sur Allmusic. Consulté le 20 août 2014.
  201. (en) Katharine McPhee influencée par Monica sur Allmusic. Consulté le 20 août 2014.
  202. (en) Aaliyah inspired by Mariah Carey sur Allmusic. Consulté le 20 août 2014.
  203. (en) Nivea Hamilton inspired by Mariah Carey sur oldies.com. Consulté le 20 août 2014.
  204. Anastacia admire Mariah Carey sur mariahjournal.com
  205. (en) Tina Arena sur allmusic.com
  206. (en) Katy Perry sur Allmusic. Consulté le 20 août 2014.
  207. (en) Bethany Joy Galeotti admire Mariah Carey sur mariahjournal.com.
  208. (en) Anastacia admire Mariah Carey sur mariahjournal.com.
  209. (en) Melody Thornton admire Mariah Carey sur mariahjournal.com.
  210. (en) Aretha Franklin interview sur Mariah sur mariahjournal.com
  211. (en) Patti Labelle interview sur Mariah sur mariahjournal.com
  212. Whitney Houston interview sur Mariah sur mariahjournal.com
  213. (en) Jessica Simpson interview sur Mariah sur mariahjournal.com.
  214. (en). Kelly Rowland interview sur Mariah sur mariahjournal.com.
  215. Anastacia interview sur Mariah sur mariahjournal.com
  216. Thalia interview sur Mariah sur mariahjournal.com
  217. Mary J. Blige interview sur Mariah sur mariahjournal.com.
  218. Busta Rhymes interview sur Mariah sur mariahjournal.com.
  219. John Mayer interview sur Mariah sur mariahjournal.com
  220. (en) Pier Dominguez, Christina Aguilera: a star is made: the unauthorized biography, Amber Books Publishing,‎ 2003 (ISBN 0-9702224-5-9), p. 134
  221. « The Naughties Played It Nice », Japan Times,‎ 18 décembre 2009 (consulté le 10 novembre 2011).
  222. a, b et c David Browne, « Out With Mariah's Melisma, In With Kesha's Kick », The New York Times,‎ 10 août 2010 (lire en ligne).
  223. (en) « Best Singles of the '90s », sur Slant Magazine,‎ 10 janvier 2011 (consulté le 5 juin 2011).
  224. a, b et c (en) Sarah Frere-Jones, « On Top : Mariah Carey’s record-breaking career », sur The New Yorker,‎ 3 avril 2006 (consulté le 5 juin 2011).
  225. a et b (en) Judnick Mayard, « Suite903: R&B, Rejected and Betrayed », sur The Fader (consulté le 5 juin 2011).
  226. (en) « MARIAH CAREY’s NEW SINGLE “I WANT TO KNOW WHAT LOVE IS” IMPACTS AT RADIO ON SEPT. 14th »,‎ 10 septembre 2009 (consulté le 4 janvier 2010).
  227. « Mariah Carey Announces She Is Pregnant »,‎ 28 octobre 2010 (consulté le 10 juillet 2011).
  228. (en) Tim Teeman, « 'Child' Diva Mariah Carey Dances To Her Own Tune », The Australian,‎ 21 décembre 2010 (lire en ligne).
  229. (en) Nick Levine, « Mariah Carey », Digital Spy,‎ 12 novembre 2009 (consulté le 1er mai 2011).
  230. Sarah Oleman, « Princess Positive is Taking Care of Inner Mariah », The Sydney Morning Herald,‎ 1er avril 2003 (consulté le 10 août 2011).
  231. (en) « Monte Carlo Resort – Awards », World Music Awards,‎ 15 octobre 2000 (consulté le 30 octobre 2010).
  232. (en) « NME Artists – Mariah Carey », NME (consulté le 19 août 2010).
  233. (en) « Gold and Platinum – Top Selling Artists » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 18 août 2010.
  234. (en) « Mariah Marks Milestone » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 29 mai 2010.
  235. « Carey's Ubiquitous Japanese Success », Billboard,‎ 26 janvier 1996 (consulté le 10 novembre 2011).
  236. (en) (en) '#1's',‎ 23 janvier 1999 (lire en ligne).
  237. (en) « Billboard Hot 100 No. 1 Debuts », Billboard (consulté le 10 octobre 2010).
  238. (en) (en) Irv Lichtman, Mariah Hits Big n Japan,‎ 26 novembre 1994 (lire en ligne).
  239. (en) « The Billboard Hot 100 All-Time Top Songs (10-01) », Billboard,‎ 15 août 2010 (consulté le 29 août 2010).
  240. « Official Site and Honey B. Fly Fan Club for Mariah Carey news.news » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 21 décembre 2010.
  241. « The Top 50 R&B / Hip-Hop Artists of the Past 25 Years », Billboard,‎ 10 novembre 2010 (consulté le 11 novembre 2011).
  242. « 100 Greatest Women in Music », VH1 (consulté le 5 août 2012).
  243. Mariah Carey plus grande popstar de touts les temps sur time.com
  244. Mariah Carey plus grande popstar de touts les temps sur mariahcarey.com
  245. Mariah Carey plus grande popstar de touts les temps sur lefigaro.fr
  246. Mariah Carey plus grande popstar de touts les temps sur chartsinfrance
  247. Mariah Carey plus grande popstar de touts les temps sur lesinrock.com
  248. Mariah Carey plus grande popstar de touts les temps sur music-mix.ew.com
  249. Mariah Carey plus grande popstar de touts les temps sur hypesoul.com
  250. Mariah Carey plus grande popstar de touts les temps sur greenroomsession.fr
  251. « La nouvelle femme de Tommy Mottola raconte le divorce de son mari sur newsdestars.com » (consulté le 5 août 2014).
  252. « Mariage de Mariah Carey et Nick Cannon : quelques détails supplémentaires » (consulté le 5 août 2014).
  253. (en) [1].
  254. (en) Disney Fantasy Christening: Mariah Carey Serves As Ship's Fairy Godmother
  255. Emily Yahr, « Mariah Carey and Nick Cannon, who love the spotlight more than most, are living apart », sur Washington Post (consulté le 22 août 2014)
  256. Nardine Saad, « Mariah Carey, Nick Cannon reportedly splitting up, living apart », sur LA Times (consulté le 22 août 2014)
  257. « Nick Cannon confirms he and wife Mariah Carey are living apart », sur Fox News (consulté le 22 août 2014)

Extraits d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  1. a et b Chris Nickson 1998, p. 155
  2. a et b Marc Shapiro, p. 145.
  3. Marc Shapiro, p. 16
  4. Marc Shapiro, p. 18-20.
  5. Marc Shapiro, p. 31
  6. a et b Chris Nickson 1998, p. 50
  7. a et b Chris Nickson 1998, p. 51
  8. a, b, c, d, e, f, g, h et i Chris Nickson 1998, p. 52
  9. a, b et c Chris Nickson 1998, p. 70
  10. a, b et c Chris Nickson 1998, p. 71
  11. Chris Nickson 1998, p. 133
  12. a, b, c et d Marc Shapiro 2001, p. 90-91
  13. a, b, c et d Marc Shapiro 2001, p. 92
  14. a, b, c et d Marc Shapiro 2001, p. 93-94
  15. Chris Nickson 1998, p. 147
  16. a, b, c, d, e, f et g Marc Shapiro 2001, p. 99-100
  17. Chris Nickson 1998, p. 168
  18. Chris Nickson 1998, p. 153
  19. a, b et c Marc Shapiro 2001, p. 101
  20. Marc Shapiro 2001, p. 104
  21. a, b, c et d Marc Shapiro 2001, p. 121
  22. a, b et c Marc Shapiro 2001, p. 122
  23. a, b, c, d, e, f, g et h Marc Shapiro 2001, p. 133-134
  24. Marc Shapiro 2001, p. 94-96.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]