Walt Whitman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Whitman et Walt Whitman (homonymie).

Walt Whitman

Description de l'image  Walt Whitman - George Collins Cox.jpg.
Activités Écrivain
Naissance
Long Island, New York
Décès (à 72 ans)
Camden, New Jersey
Langue d'écriture Anglais
Genres Poésie

Œuvres principales

Walt Whitman, né le à Long Island et mort le à Camden, est un poète et humaniste américain. Son chef-d'œuvre est sans conteste son recueil de poèmes Leaves of Grass (litt. Feuilles d'herbe).

Biographie[modifier | modifier le code]

Whitman naquit le dans une ferme près de l'actuelle South Huntington, Long Island. Il fut le deuxième de neuf enfants. Sa famille déménagea à Brooklyn en 1823, où il suivit six ans de scolarité seulement, avant d'entrer comme apprenti dans un atelier d'imprimerie. Autodidacte, il lut alors Homère, Dante et Shakespeare.

Après deux ans d'apprentissage, Whitman se rendit à New York pour y travailler dans différents ateliers d'imprimerie. C'est en 1835 qu'il revint à Long Island en tant qu'instituteur. Parallèlement, il fonda et édita le journal The Long-Islander dans sa ville de Huntington en 1838 et 1839. Il continua d'enseigner à Long Island jusqu'en 1841, date à laquelle il retourna à New York s'établir comme imprimeur et journaliste. Il rédigeait en outre des articles comme pigiste pour des magazines populaires et écrivit des discours politiques. En 1840, il participa à la campagne du candidat à la présidence Martin Van Buren.

Les discours politiques écrits par Whitman attirèrent alors l'attention de la société de Tammany Hall, qui lui confia la rédaction de nombreux journaux, parmi lesquels aucun ne devait jouir d'une longue publication. Durant deux ans, il fut rédacteur pour l'influent Brooklyn Eagle (en pleine guerre d'annexion du territoire mexicain qu'était le Texas, il y écrivit : « Oui, le Mexique doit être sévèrement châtié. Que nos armes soient désormais portées de manière à apprendre au monde entier que, bien que nous n'aimions pas les querelles, l'Amérique sait comment frapper et connaît les moyens de s'étendre. ») ; toutefois, à la suite d'une scission au sein du Parti démocrate, il fut relevé de ses fonctions pour avoir soutenu le Free-Soil party. Après l'échec de ses tentatives pour fonder un journal Free Soil, il fut ballotté d'un emploi à l'autre. Entre 1841 et 1859, Walt Whitman édita un journal (The Crescent) à La Nouvelle-Orléans, en Louisiane, deux à New York et quatre autres à Long Island. À La Nouvelle-Orléans, il découvrit le marché aux esclaves qui se tenait régulièrement dans cette ville à cette époque. C'est là qu'il se mit à écrire des poèmes, et bientôt cette activité supplanta toute autre.

Les années 1840 virent les premiers fruits de son long travail sur les mots, avec la publication d'un certain nombre de nouvelles à partir de 1841 et du roman Franklin Evans publié à New York un an plus tard, qui faisait partie du mouvement en faveur de la tempérance. Mais c'est surtout la nouvelle The Child's Champion qui fut publiée en 1842 et souvent republiée depuis et qui est à présent considérée comme le plus important de ses premiers ouvrages. Elle établit le fondement théologique d'un thème qui tiendra Whitman à cœur toute sa vie, à savoir le profond pouvoir rédempteur de l'amour.

La première édition de Leaves of Grass fut auto-publiée en 1855, l'année même où le père de Whitman rendit l'âme. À cette époque, le recueil se composait de douze longs poèmes sans titre. Il n'y eut pas ou presque pas de réaction du public ni de la critique. Une année plus tard, Whitman publia une seconde édition qui comprenait une lettre de félicitations de Ralph Waldo Emerson et vingt poèmes supplémentaires. Emerson appelait depuis longtemps à l'émergence d'une poésie américaine, affranchie de l'influence européenne ; Leaves of Grass le comblait.

Après la guerre de Sécession, Walt Whitman fut engagé au Department of the Interior (ministère de l'intérieur) en tant que clerc. Toutefois, lorsque James Harlan, le Secrétaire de l'intérieur, découvrit que Whitman était l'auteur du scandaleux Leaves of Grass, il le congédia sur-le-champ.

À sa septième édition en 1881, le recueil de poèmes s'était épaissi. Whitman jouissait alors d'une réputation plus étendue et l'édition fut vendue à un grand nombre de copies, ce qui permit à Whitman d'acheter une demeure à Camden, dans le New Jersey.

Whitman mourut le et fut inhumé au cimetière d'Harleigh, sous une tombe conçue par lui.

Une citation de Whitman est gravée sur le flanc d'un rocher au parc provincial de Bon Echo en Ontario, au Canada. Ce sont ces trois vers d'un de ses poèmes :

My foothold is tenon'd and mortis'd in granite;
I laugh at what you call dissolution;
And I know the amplitude of time.
Mes deux pieds sont tenonnés et mortaisés dans le granit
Je ris de ce que vous appelez dissolution
Et je connais l'amplitude du temps.

Repères chronologiques[modifier | modifier le code]

  • 1819 : Né le 31 mai.
  • 1841 : Se rend à New York.
  • 1855 : Walter Whitman, son père, meurt. Première édition de Leaves of Grass.
  • 1862 : Visite son frère, George, blessé à la bataille de Fredericksburg.
  • 1865 : Assassinat de Lincoln. Publication de Drum-Taps, poèmes de temps de guerre de Whitman (plus tard inséré dans Leaves of Grass).
  • 1871 : Attaque cardiaque. Sa mère, Louisa, meurt.
  • 1882 : Rencontre Oscar Wilde. Publie Specimen Days & Collect.
  • 1888 : Seconde attaque. Maladie grave. Publie November Boughs.
  • 1891 : Édition finale de Leaves of Grass.
  • 1892 : Meurt le 26 mars.

Poésie et influence[modifier | modifier le code]

Pour beaucoup, Walt Whitman et Emily Dickinson sont les deux piliers de la poésie américaine du XIXe siècle. Plus particulièrement, la poésie de Whitman paraît intrinsèquement américaine. Le poète évoque une Amérique ordinaire d'une voix résolument américaine (cf. usage du vers libre). La force de sa poésie semble procéder des émotions vives qu'il suscite grâce à l'intelligence de son verbe. Whitman recourt à la répétition pour susciter un caractère hypnotique dans ses textes : cette répétition crée la force de sa poésie, qui inspire plutôt qu'elle informe. Ainsi vaut-il mieux lire sa poésie à haute voix pour en sentir tout le message. Ses qualités poétiques tirent en partie leur ascendance de discours et écrits religieux ou quasi religieux tels que ceux du poète James Weldon Johnson (l'influence de ce dernier fut la plus forte à Jacmel, en Haïti, où la pauvreté était une part intégrante de la culture).

Les poètes américains du XXe siècle (et maintenant du XXIe siècle) ne peuvent ignorer Whitman en ce sens que celui-ci a fondamentalement défini le langage poétique de l'Amérique démocratique.

Walt Whitman a beaucoup influencé les symbolistes français.

Il fut traduit par le poète français Jules Laforgue, sous le titre Feuilles d'herbe.

Whitman et l’homosexualité[modifier | modifier le code]

Walt Whitman et Bill Duckett

Un élément qu'on ne peut passer sous silence au sujet de la vie et de l'œuvre de Walt Whitman est son homosexualité, que trahit son admiration pour les idéaux de camaraderie virile du XIXe siècle ou plus crûment ses descriptions quasi masturbatoires du corps masculin (Song of Myself, c'est-à-dire Ballade de moi-même). Tout cela entre en complète contradiction avec l'indignation dont faisait montre Whitman lorsqu'il était confronté à ce genre de texte, qu'il louait la chasteté et stigmatisait la masturbation.

Toutefois, la critique récente est encline à croire que ses poèmes reflétaient les vrais sentiments de Whitman envers son sexe, alors qu'il s'efforçait plus ou moins de préserver sa réputation en public. À titre d'exemple, dans Once I Pass'd Through A Populous City, il fit du « bien-aimé » une « bien-aimée » avant la publication. Il alla jusqu'à s'inventer six enfants naturels pour corriger sa réputation.

Pendant la guerre de Sécession, la camaraderie intense qui régnait sur les lignes de front en Virginie, que Whitman visita en qualité d'infirmier, nourrit ses idées sur la convergence de l'homosexualité et de la démocratie. Dans Democratic Vistas, il fit pour la première fois la distinction entre l’amative love (qui serait en fait l'amour hétérosexuel) et l’adhesive love (qui serait l'amour homosexuel), en s'appuyant sur les résultats d'une pseudo-science, la phrénologie. Il y voit « l'amour adhésif » comme une éventuelle colonne vertébrale d'une meilleure forme de démocratie, comme « un contre-poids et un recalage dans notre démocratie d'Amérique, matérialiste et vulgaire ».

Dans les années 1970, le mouvement d'émancipation homosexuel fit de Whitman son chantre, en se référant à ses idées subversives et inverties et en le comparant à Jean Genet pour son amour envers de jeunes hommes ouvriers (We Two Boys Together Clinging). Les poèmes « Calamus » notamment, rédigés à la suite d'une relation brisée (vraisemblablement homosexuelle), contiennent des passages qui furent interprétés comme le coming out d'un homosexuel. Le titre seul de ces poèmes trahit déjà leur connotations homosexuelles aux initiés, puisque la Calamus est une plante qui tient son nom du dieu Calamus, qui selon la mythologie dut endurer la mort de son jeune amant Carpus.

En dépit des preuves fournies par exemple par des amis poètes tels George Sylvester Viereck et Edward Carpenter, qui toutes abondent dans le sens, à savoir que Walt Whitman n'eut pas que de simples penchants homosexuels refoulés mais était bien homosexuel, cette facette de sa personnalité est souvent occultée lorsqu'on présente son œuvre. On peut par exemple mentionner sa relation présumée avec Bill Duckett, un jeune homme qu'il fréquentait entre 1884 et 1889.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Feuilles d'herbe (1855-1891)
  • Comme un oiseau puissant sur ses libres ailes et autres poèmes (1872)
  • Deux ruisseaux (1876)
  • Poèmes et proses inédits (1921)
  • Ô Capitaine, mon capitaine!
  • Chanson sur moi

Prose[modifier | modifier le code]

  • Franklin Evans ou l'Alcoolique (1842)
  • Perspectives démocratiques (1871)
  • Echantillons de jours et recueils (1882-1883)
  • Rameaux de novembre (1888)
  • Voyage au Canada (1904)
  • Correspondance avec Anne Gilchrist (1918)
  • La Moisson des forces (1920)
  • L'Atelier de Walt Whitman (1928)
  • Je m'assois et regarde (1932)
  • Texte sur la guerre civile (1933)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]