Tavira

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tavira
Tavira
Blason de Tavira
Héraldique
Administration
Pays Drapeau du Portugal Portugal
Région Algarve
Sous-région Algarve
Ancienne province Algarve
District Faro
Maire
Mandat
Macário Correia
Octobre 2009
Démographie
Gentilé Tavirense
Population 26 167 hab. (2011[1])
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 37° 07′ 00″ N 7° 39′ 00″ O / 37.116667, -7.65 ()37° 07′ 00″ Nord 7° 39′ 00″ Ouest / 37.116667, -7.65 ()  
Superficie 60 717 ha = 607,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Portugal (administrative)

Voir la carte administrative du Portugal
City locator 14.svg
Tavira

Géolocalisation sur la carte : Portugal (relief)

Voir la carte topographique du Portugal
City locator 14.svg
Tavira
Liens
Site web http://www.cm-tavira.pt
LocalTavira.svg

Tavira (en arabe : تابيرة Tabira) est une ville portugaise du district de Faro, région et sous-région de l'Algarve, sa population est de 26 167 habitants (recensement de 2011).

La ville est le siège d'un municipio de 607 km2 et 26 167 habitants, divisé en 9 communes (freguesias). Le municipio de Tavira est limité au nord-est par le municipio d'Alcoutim, à l'est par Castro Marim et par la partie occidentale du conseil de Vila Real de Santo Antonio, au sud-ouest par Olhão, à l'ouest par São Brás de Alportel et par Loulé et au sud par le littoral atlantique. Elle se trouve dans la zone sotavento (Algarve oriental).

Histoire[modifier | modifier le code]

Du Néolithique à l'Empire romain[modifier | modifier le code]

Les origines de la ville remontent à la fin de l'âge du bronze (1000 - 800 av. J.-C.). Au VIIIe siècle av. J.-C., elle devient un des premiers établissements phéniciens de l'ouest ibérique. Les phéniciens créent une ville aux murs massifs, avec au moins deux temples, deux ports et une structure urbaine régulière. La Tavira phénicienne a existé jusqu'au VIe siècle av. J.-C., date à laquelle elle fut détruite par un conflit. On pense qu'elle s'appelait Baal Saphon, d'après le nom phénicien du dieu de la mer et du tonnerre. Ce nom serait à l'origine du nom de Balsa. Après un siècle d'abandon, la colonie renaît lors de la période de renouveau urbain qui caractérise la période de Tartessos et devient plus importante que la première. Cette deuxième Tavira de la période Tartessos est aussi abandonnée à la fin du IVe siècle av. J.-C.. Le centre se déplace alors vers le Cerro do Cavaco, une colline fortifiée occupée jusqu'à l'époque de l'empereur Auguste.

De l'Empire romain à la période maure[modifier | modifier le code]

Après la conquête de la péninsule par les romains, ceux-ci vont créer un nouveau port qu'ils nomment Balsa, à 7 km à l'ouest de la ville de Tavira. Balsa devient une ville plus importante que Tavira. Elle prospère lorsque prospère l'Empire romain, et périclite sur la fin. Lorsque les Maures conquièrent la péninsule au VIIIe siècle, la ville de Balsa n'existait déjà plus. Pendant la période romaine, Tavira était une ville de passage secondaire entre Balsa et Baesuris (aujourd'hui Castro Marim).

La période maure[modifier | modifier le code]

Tavira et son « pont romain »

L'occupation maure de Tavira entre les VIIIe et XIIIe siècles laisse son empreinte sur l'agriculture, l'architecture et la culture de la région. Cette influence se voit encore aujourd'hui à Tavira avec les murs blancs, les portes et les toits de style maure. Les Maures ont bâti un château, deux mosquées et des palais. Le superbe « pont romain » de sept arches, n'est plus considéré comme d'origine romaine selon une étude archéologique récente, mais d'origine maure daté du XIIe siècle.

C'est une époque prospère pour Tavira qui devient un port de commerce et de pêche important. La région reste rurale jusqu'au XIe siècle quand la mauresque Tavira (de l'arabe Tabira, « la cachée »), se développe rapidement, et devient une des villes importantes d'Algarve.

La reconquête[modifier | modifier le code]

En 1242, Dom Paio Peres Correia reprend Tavira aux Maures lors d'une bataille sanglante en représailles de la mort de sept de ses chevaliers tués lors d'une trêve. La population de la ville est décimée lors de cette bataille. Les chrétiens reprennent dès lors le contrôle de Tavira et si la plupart des musulmans quittent la ville, certains laissent leur nom au quartier nommé mouraria.

Le tremblement de terre de 1755[modifier | modifier le code]

Au XVIIe siècle, le port acquiert une importance considérable, assurant notamment le transit du sel, du poisson séché et du vin. Comme dans le reste de l'Algarve, la plupart de ses bâtiments sont détruits par le tremblement de terre de 1755. On estime que ce tremblement de terre a atteint la magnitude de 9 sur l'échelle de Richter, provoquant des raz de marée, et a causé des dommages incalculables dans toute la région. On l'appelle tremblement de terre de Lisbonne en raison des dévastations provoquées dans la capitale, mais son épicentre se situait plutôt à 200 km à l'ouest-sud-ouest du Cap Saint-Vincent en Algarve.

Tavira aujourd'hui[modifier | modifier le code]

L'ancien marché municipal
Salines

La ville a été reconstruite et conserve de nombreux bâtiments du XVIIIe siècle. Le noyau ancien se trouve autour du château et de l'église Santa Maria. Restée longtemps à l'écart du tourisme de masse et tournée vers l'agriculture et les produits de la mer (salines, pêche), Tavira se développe depuis quelques années. Ce développement a conduit ces derniers temps à une hausse du prix des logements.

  • La plage — accessible en traversant la lagune par un court trajet en bateau — attire une population familiale, majoritairement portugaise, mais aussi des voisins espagnols et français.
  • L'offre culturelle s'est développée avec des galeries d'art, des concerts (surtout en été). Une bibliothèque moderne installée dans l'ancienne prison.
  • Parmi les monuments, on peut citer le château, dont il reste quelques murailles autour d'un jardin méditerranéen, le palacio da galeria transformé en galerie municipale, de nombreuses églises et couvents, l'ancien marché municipal au bord du rio Gilão.

Son port, autrefois important, est maintenant ensablé.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1801 1849 1900 1930 1940 1960 1981 1991 2001
10 557 14 162 25 392 27 786 28 920 27 798 24 615 24 857 24 997
2011 - - - - - - - -
26 167 - - - - - - - -

Freguesias[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (pt)INE, « Résultats définitifs du recensement 2011 »,‎ 2012 (consulté le 5 janvier 2013)