Amphigouri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’amphigouri (substantif masculin) est une figure de style consistant en un discours, texte ou dessin volontairement obscur ou inintelligible à visée burlesque. L'origine étymologique du mot n'est pas connue, probablement forgé, à l'image de la figure, de manière à imiter un mot savant pour le détourner. Par extension, on l'utilise pour qualifier un texte confus et incohérent, ce qui est alors péjoratif ; proche du galimatias ou du phébus.

Exemples[modifier | modifier le code]

"Chérie, La carence affective consécutive à ta désescalade a complètement perturbé les connexions qui régissent les cantons de mon champ perceptif ! Je suis en état de déréliction, plongé dans un autisme frisant la prostration Schizoïde !..." (Robert Beauvais, L'Hexagonal tel qu'on le parle)

traduction: "Ton état déprimé m'a fortement perturbé et je me sens bien seul"

En effet l’amphigouri est une manière de s'exprimer brillante ou sophistiquée, mais peu intelligible pour le grand nombre.

exemple de charabia :

  • Le discours incompréhensible de Sganarelle du Médecin malgré lui de Molière, faux médecin en réalité qui tente de donner des explications pseudo-scientifiques à Géronte sur la maladie de sa fille :

« Or ces vapeurs dont je vous parle, venant à passer, du côté gauche où est le foie, au côté droit où est le cœur, il se trouve que le poumon, que nous appelons en latin armyan, ayant communication avec le cerveau que nous nommons en grec nasmus, par le moyen de la veine cave, que nous appelons en hébreu cubile, rencontre en son chemin lesdites vapeurs qui remplissent les ventricules de l'omoplate; et parce que lesdites vapeurs...comprenez bien ce raisonnement, je vous prie; et parce que lesdites vapeurs ont une certaine malignité...Ecoutez bien ceci, je vous conjure (...) Ont une certaine malignité qui est causée...Soyez attentif, s'il vous plaît.(...)Qui est causée par l'âcreté des humeurs engendrées dans la concavité du diaphragmme, il arrive que ces vapeurs...Ossabandus, nequeis, nequer, potarinum, quipsa, milus. Voilà justement ce qui fait que votre fille est muette. »

Définition[modifier | modifier le code]

Définition linguistique[modifier | modifier le code]

L'amphigouri est une accumulation d'idées ou d'arguments telle qu'elle produit un discours obscur voire incohérent, confus. On parle alors de discours amphigourique. L'amphigouri peut concerner un discours soit volontairement incompréhensible, il y a alors effet de style, soit inconsciemment obscur et alambiqué, lorsque les enrichissements vont jusqu'à l'absurde et au non-sens.

L'amphigouri se dévoile par l'utilisation d'autres figures de construction surtout : polysyndètes ou asyndètes, juxtapositions ; par des hyperboles ou des litotes également.

L'amphigouri désigne également en poésie une petite pièce parodique et galimatiesque.

Définition stylistique[modifier | modifier le code]

L'amphigouri vise un effet burlesque : il s'agit de travestir le plus souvent un discours sérieux en un discours trivial. Le but peut être également ironique, il a alors valeur parodique, dans l'objectif de perdre volontairement l'interlocuteur. Il peut également montrer la psychologie dérangée de celui qui le produit, et se rapproche alors de la logorrhée ou du verbiage.

L'amphigouri est très proche également, du point de vue de l'effet recherché, du cliché et du lieu commun : la banalité du sens qu'il contribue à répandre confine à la suppression de toute originalité.

Genres concernés[modifier | modifier le code]

Tous les genres littéraires sont concernés par l'amphigouri et en particulier les genres de l'argumentation. L'oral fournit bon nombre également de discours tenant de la figure.

Historique de la notion[modifier | modifier le code]

L'origine étymologique du concept est inconnue: on peut la considérer comme venant d'une onomatopée ou une tautologie également. L'amphigouri pourrait venir de la racine amphi signifiant "des deux côtés" ou "tout autour". Gouri est un suffixe inconnu, sûrement inventé. Il semble être devenu en usage dans le XVIIIe siècle. Les dictionnaires retiennent les termes grecs signifiant des deux côtés et cercle ; mais cela aurait fait amphigyri. Le Dictionnaire de l'Académie de 1778 est le premier à proposer l'entrée sous la définition amfigouri[1].

Figures proches[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie des figures de style[modifier | modifier le code]

  • Quintilien (trad. Jean Cousin), De L’institution oratoire, t. I, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Budé Série Latine »,‎ 1989, 392 p. (ISBN 2-2510-1202-8).
  • Antoine Fouquelin, La Rhétorique françoise, Paris, A. Wechel,‎ 1557 (ASIN B001C9C7IQ).
  • César Chesneau Dumarsais, Des tropes ou Des différents sens dans lesquels on peut prendre un même mot dans une même langue, Impr. de Delalain,‎ 1816, 362 p. (ASIN B001CAQJ52)
    Nouvelle édition augmentée de la Construction oratoire, par l’abbé Batteux. Disponible en ligne.
  • Pierre Fontanier, Les Figures du discours, Paris, Flammarion,‎ 1977 (ISBN 2-0808-1015-4, lire en ligne).
  • Patrick Bacry, Les Figures de style et autres procédés stylistiques, Paris, Belin, coll. « Collection Sujets »,‎ 1992, 335 p. (ISBN 2-7011-1393-8).
  • Bernard Dupriez, Gradus, les procédés littéraires, Paris, 10/18, coll. « Domaine français »,‎ 2003, 540 p. (ISBN 2-2640-3709-1).
  • Catherine Fromilhague, Les Figures de style, Paris, Armand Colin, coll. « 128 Lettres »,‎ 2010 (1re éd. Nathan, 1995), 128 p. (ISBN 978-2-2003-5236-3).
  • Georges Molinié et Michèle Aquien, Dictionnaire de rhétorique et de poétique, Paris, LGF - Livre de Poche, coll. « Encyclopédies d’aujourd’hui »,‎ 1996, 350 p. (ISBN 2-2531-3017-6).
  • Henri Morier, Dictionnaire de poétique et de rhétorique, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Grands Dictionnaires »,‎ 1998 (ISBN 2-1304-9310-6).
  • Michel Pougeoise, Dictionnaire de rhétorique, Paris, Armand Colin,‎ 2001, 16 cm × 24 cm, 228 p. (ISBN 978-2-2002-5239-7).
  • Olivier Reboul, Introduction à la rhétorique, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Premier cycle »,‎ 1991, 15 cm × 22 cm, 256 p. (ISBN 2-1304-3917-9).
  • Hendrik Van Gorp, Dirk Delabastita, Georges Legros, Rainier Grutman et al., Dictionnaire des termes littéraires, Paris, Honoré Champion,‎ 2005, 533 p. (ISBN 978-2-7453-1325-6).
  • Groupe µ, Rhétorique générale, Paris, Larousse, coll. « Langue et langage »,‎ 1970.
  • Nicole Ricalens-Pourchot, Dictionnaire des figures de style, Paris, Armand Colin,‎ 2003, 218 p. (ISBN 2-200-26457-7).
  • Michel Jarrety (dir.), Lexique des termes littéraires, Paris, Le Livre de poche,‎ 2010, 475 p. (ISBN 978-2-253-06745-0).