Ceci est un bon article. Cliquez pour plus d'informations

Algarve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Algarve (homonymie).
Algarve
Logo de la région
Logo de la région
Localisation de la Algarve en rouge sur la carte du Portugal.
Localisation de la Algarve en rouge sur la carte du Portugal.
Administration
Pays Drapeau du Portugal Portugal
Démographie
Population 450 484 hab. (2011[1])
Densité 90 hab./km2
Géographie
Coordonnées 37° 00′ 52″ N 7° 56′ 07″ O / 37.014444444444, -7.935277777777837° 00′ 52″ Nord 7° 56′ 07″ Ouest / 37.014444444444, -7.9352777777778  
Superficie 498 856 ha = 4 988,56 km2

L'Algarve (API : [aɫˈɡaɾv(ɨ)]) est une région administrative située au sud du Portugal continental. La ville de Faro en est la capitale administrative ; ses habitants sont appelés Algarviens. Il s'agit d'une des régions touristiques estivales les plus importantes du Portugal et d'Europe, grâce à ses plages et son patrimoine historique.

Située à l'extrême sud-ouest de l'Europe, bordée au sud et à l'ouest par l'océan Atlantique, l'Algarve partage sa frontière à l'est avec l'Andalousie espagnole dont elle est séparée par le fleuve Guadiana ; au nord, elle avoisine la région de l'Alentejo. La région regroupe seize municipalités et intègre le district de Faro. Avec sa superficie de 4 988,56 km2, l'Algarve est la plus petite des régions créées par la Comissão de Coordenação e Desenvolvimento Regional, « Commission de Coordination et du Développement Régional », (CCDR) du Portugal.

Le produit intérieur brut (PIB) s'élève à 6 951 millions d'euros, soit un PIB par habitant de 16 231 €. Le secteur économique majoritaire est le secteur tertiaire grâce aux revenus du tourisme ; le secteur primaire représente 4,6 %, le secteur secondaire 11,9 % et le tertiaire 83,5 % de l'économie de la région.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte topo de l'Algarve
Carte topographique de l'Algarve

L'Algarve constitue une sous-région statistique homonyme et correspond totalement à l'ancienne province du même nom et au district de Faro. Sa superficie est de 4 960 km2, sa population en 2007 est de 426 386 habitants.

La région est délimitée au nord par la région portugaise de l'Alentejo (sous-régions de l'Alentejo littoral et du Baixo Alentejo), au sud et à l'ouest par l'océan Atlantique et à l'est par le fleuve Guadiana qui la sépare de la région espagnole de l'Andalousie et marque ainsi la frontière avec l'Espagne.

Le point culminant de la région est le Pico da Foia, 902 mètres, dans la Serra de Monchique[2],[3].

La région est divisée en deux zones, une partie occidentale appelée Barlavento et une partie orientale appelée Sotavento. Chacune de ces deux zones comprend huit municipalités dont une municipalité principale : Faro pour la zone du Sotavento et Portimão pour celle du Barlavento.

La côte maritime de l'Algarve est d'environ 155 kilomètres de longueur, dont 50 depuis l'extrémité du cap Saint-Vincent, le point le plus au sud-ouest de l'Europe[4]. La côte est caractérisée par ses grottes ouvertes dans la roche calcaire, notamment aux alentours de la ville de Lagos.

Relief[modifier | modifier le code]

Le relief de la région est caractérisé par des collines lisses traversées par des vallées. Les principales zones montagneuses sont la Serra do Monchique, la Serra de Espinhaço de Cão et la Serra do Caldeirão[5].

Étant donné le climat sub-humide de la région[6], le mois de mars a une moyenne pluviométrique annuelle située entre 1 000 et 2 000 mm, combinée avec des températures modérées. Plusieurs rivières ont leur source dans la Serra. Les principales rivières sont la Ribeira de Seixe, la Ribeira de Aljezur (ou da Cerca), la Ribeira de Odiáxere, la Ribeira de Monchique et la Ribeira de Boina.

Au nord-est, la Serra do Caldeirão est située à la frontière entre la côte et les plaines du bas-Alentejo[7]. Son altitude atteint les 580 mètres, les municipalités de Tavira et de Loulé possèdent plusieurs points où les 500 mètres d'altitude sont dépassés.

La Serra do Caldeirão, malgré son altitude modeste, forme un paysage très particulier, où les collines sont découpées par un système fluvial assez dense, en grande partie composé de rivières au régime stationnaire.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Algarve est traversée par plusieurs fleuves parmi lesquels le Guadiana, frontière naturelle entre l'Algarve et l'Andalousie et formant donc la frontière luso-espagnole sud[8]. Le fleuve naît dans le parc naturel des lacs de Ruidera, dans la province espagnole de Ciudad Real ; sa longueur totale est de 829 kilomètres.

L'Arade naît dans la Serra do Caldeirão et traverse les municipalités de Silves, Portimão et Lagoa, puis se déverse dans l'océan Atlantique à Portimão, à l'est de la praia da Rocha[9].

La région accueille aussi la Ria Formosa, un ensemble de lagunes et d'îles formé lors du tremblement de terre de 1755, séparé de la mer par un cordon littoral, au bord duquel s'étendent les municipalités de Loulé, Faro, Olhão, Tavira et Vila Real de Santo António. Sa superficie totale est de 18 400 hectares pour une longueur de 60 kilomètres, du fleuve Ancão jusqu'à la praia da Manta Rota[10].

Le fleuve Arade
Vue sur le fleuve Arade, entre Parchal (à gauche) et Portimão (à droite)

Climat[modifier | modifier le code]

La température moyenne annuelle du littoral du Sotavento et du centre de la région est la plus élevée du Portugal continental et une des plus élevées de la péninsule Ibérique ; elle s'établit à environ 18 °C (1961-1990). La région bénéficie d'un climat plutôt chaud et sec de type méditerranéen[11].

Entre octobre et février, on observe quelques concentrations de précipitations, souvent à caractère torrentiel. Les moyennes annuelles sont inférieures à 600 mm pour la plus grande partie du littoral et dans la vallée du Guadiana ; elles dépassent 800 mm dans la serra do Caldeirão et 1 000 mm dans la Serra de Monchique. Dans la région littorale, il y a cinq mois assez secs, et, entre juin et septembre, les précipitations sont rares.

L'ensoleillement moyen de la région, à l'exception de la Serra de Monchique, est de 2 800 heures par an, ce qui en fait une des régions européennes les plus ensoleillées[12].

Une des plages prisée de la région.
La célèbre Plage de la Marine (Praia da Marinha) située dans la municipalité de Lagoa
Relevé météorologique de Faro
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 7,7 8,4 8,9 10,4 12,5 15,7 17,9 18 16,9 14,3 10,9 8,6 12,5
Température moyenne (°C) 11,9 12,5 13,6 15,1 17,4 20,5 23,3 23,4 21,8 18,7 15,1 12,6 17,1
Température maximale moyenne (°C) 16,1 16,7 18,4 19,8 24,4 25,4 28,7 28,8 26,7 23,1 19,4 16,7 21,8
Précipitations (mm) 77,8 72,4 39 38,4 21,1 7,6 1,4 4,3 14 66,6 86,1 94,1 522,8
Source : Organisation météorologique mondiale (OMM)[13]

Le climat de la région, d'après la classification de Köppen, est divisé en deux zones : la première relève du climat tempéré, ce qui signifie beaucoup de précipitations en hiver ainsi qu'un temps sec et chaud en été ; la deuxième est de climat tempéré, c'est-à-dire avec des hivers pluvieux et des étés secs ainsi que des températures peu élevées. Les chutes de neige sont rares dans la région. La dernière chute de neige sur le littoral a été enregistrée en février 1954[14], mais il a neigé sur les massifs de la région comme le 1er février 2006 dans la Serra do Caldeirão et le 10 janvier 2009 dans la Serra de Monchique[15].

Environnement[modifier | modifier le code]

L'urbanisation est essentiellement concentrée sur le littoral alors que l'intérieur des terres reste plutôt rural et abrite de nombreux massifs forestiers. La région est menacée tous les ans par les feux de forêts : en été 2003, pas moins de cinq feux se sont déclarés dont trois au moins d'origine criminelle[16].

L'urbanisation du littoral est le fruit du tourisme de masse apparu dans les années 1960. Les premières critiques contre cette urbanisation ne sont apparues que dans les années 1980[17].

Il existe, au sud de la région, une réserve naturelle de 184 km2, la Ria Formosa, où il est possible d'observer des centaines d'espèces d'oiseaux[18], et plusieurs îles et îlots. Il s'agit d'une zone protégée par le statut de parc naturel depuis le 9 décembre 1987[19],[20]. Auparavant, la Ria Formosa bénéficiait du statut de réserve naturelle depuis 1978[20].

Les régions de l'Algarve et de l'Alentejo se partagent le parc naturel du Sud-Ouest Alentejano et Costa Vicentina, dont la superficie est de 56 952 hectares, à laquelle s'ajoute une zone maritime protégée de 17 460 hectares. Le parc s'étend depuis la rivière de la Junqueira à São Torpes jusqu'à la plage de Burgau, sur une longueur de 110 kilomètres[21].

La flore relève essentiellement du type méditerranéen, à l'exception de celle de la Serra de Monchique, plus proche du type subtropical[18]. On trouve dans la Serra de Monchique une grande variété d'espèces végétales, dont l'espèce dominante est le chêne des Canaries, mêlé au chêne-liège. On peut également y voir des châtaigniers, des magnolias, des bananiers et des rhododendrons. De nombreuses espèces d'oiseaux fréquentent cette région, toute l'année ou lors des passages de migrations. Cela est particulièrement vrai dans le parc naturel de la Ria Formosa.

Histoire[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Histoire de l'Algarve et Royaume de l'Algarve.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme Algarve provient du nom al-Gharb al-Ândalus (Andalousie de l'Ouest), nom donné à l'actuelle Algarve et au bas Alentejo pendant l'occupation musulmane[22].

Au XIIIe siècle, le Gharb al-Ândalus se réduit à une bande de terre au sud du royaume de Portugal, dont Silves est la capitale[23]. Le nom d'al-Gharb, adapté à la phonétique et à l'orthographe portugaises, finit donc par ne désigner que la dernière région sous domination maure au Portugal, qui porte désormais le nom d'Algarve.

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Dans l'Antiquité, l'actuelle Algarve ainsi que le sud du district de Beja sont occupés par les Cynètes[24], peuple dont il est possible qu'il soit linguistiquement et ethniquement d'origine ibère et celtibère, sous l'influence culturelle de la civilisation de Tartessos. Durant la guerre lusitanienne, la principale ville des Cynètes, Conistorgis, est détruite par les Lusitaniens. Les Phéniciens établissent des ports de commerce, le long de la côte, vers 1000 av. J.-C. Les Carthaginois fondent Portus Hanibalis, aujourd'hui Portimão, vers l'an 550 av. J.-C.

Après la conquête romaine, la région est incorporée à la province romaine de Lusitanie. Les Romains nomment la région Cuneus[25] ou Cyneticum selon les sources[24]. L'Algarve fait partie de l'Empire romain, intégrant d'abord la province de l'Hispanie ultérieure, puis celle de la Lusitanie. Cette appartenance à l'Empire romain dure presque 600 ans (de l'an 200 av. J.-C. à l'an 410 ap. J.-C.), avec comme villes principales Baesuris (de nos jours : Castro Marim), Balsa (proche de Tavira), Ossonoba (Faro), Cilpes (Silves), Lacobriga (Lagos) et Myrtilis (Mértola)[24].

Pendant l'époque romaine, le développement culturel et économique (agriculture et pêche) est significatif, la région est une importante région agricole. À cette époque, l'huile d'olive et le garum (un condiment) sont les principaux produits exportés. Sa localisation géographique lui donne de l’importance, au carrefour des voies maritimes entre les ports romains de la mer Méditerranée et de l'océan Atlantique, de l'Hispanie, de la Gaule et de la Britannia. Les fleuves Guadiana (Anas) et Arade (Aradus) servent de chemins fluviaux vers l'intérieur de la région. De nos jours, l'Arade n'est quasiment plus navigable par bateau, notamment du fait de l'aggradation[26].

En 409, les Alains occupent la Lusitanie. Les Wisigoths prennent le contrôle de la région en 469 sous Théodoric Ier. Le royaume wisigoth dure jusqu'en 711, date de l'invasion musulmane[27].

La civilisation arabo-musulmane et la conquête portugaise[modifier | modifier le code]

Article connexe : Gharb al-Ândalus.
Conquêtes du taïfa de Séville au XIe siècle.

À l'époque musulmane, la principale ville de la région (Gharb al-Ândalus, الغرب الأندلس en arabe) est Silves. Au début du XIe siècle, le califat de Cordoue éclate en plusieurs petits royaumes ou taïfas. L'Algarve est partagée entre le taïfa d'Algarve et celui de Silves. Ces deux royaumes sont conquis par le taïfa de Séville en 1051 et 1063, respectivement.

Après la chute des Almoravides en 1147, le taïfa de Silves retrouve brièvement son indépendance avant de tomber sous le joug des Almohades en 1151.

En 1191, le roi Sanche Ier de Portugal s'empare de Silves avec l'aide des croisés, mais ne peut s'y maintenir. En 1242, D. Paio Peres Correia expulse les Maures de Tavira après cinq siècles de domination[28].

En 1249, le roi Alphonse III de Portugal conquiert définitivement l'Algarve, mettant un terme à la Reconquista portugaise. Il prend le titre de « roi de Portugal et de l'Algarve ». En 1254, il cède au roi Alphonse X de Castille la partie de ses conquêtes située à l'est du fleuve Guadiana (actuelle frontière entre l'Espagne et le Portugal), d'où les noms d'« Algarve espagnole » (englobée depuis dans l'Andalousie) et d'« Algarve portugaise ».

Le traité de Badajoz, signé en 1267, voit la Castille reconnaître les conquêtes portugaises et abandonner ses prétentions sur la région[29].

Du XVe siècle au XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

Les royaumes de Portugal et d'Algarve en 1561.

Le comarque d'Algarve est créé en 1406[30].

Malgré le titre de « roi de Portugal et de l'Algarve » porté par les successeurs d'Alphonse III, le royaume d'Algarve ne constitue en rien, sinon en nom, un État séparé : ses institutions et ses lois sont les mêmes que dans le reste du Portugal. Le nom d'« Algarve » s'étend, par la suite, aux conquêtes du Portugal outre-mer. En 1471, après s'être emparé des villes marocaines de Tanger, Ksar El Kébir et Assilah, le roi Alphonse V prend le titre de « roi de Portugal et des Algarves » au pluriel. Cet « Algarve d'outre-mer » subsiste jusqu'en 1769. Le territoire s'étend alors jusqu'à la ville d'Almería[31].

Vers 1417, une école de navigation aurait été fondée par l'Infant Henri le Navigateur[32]. Aucune référence, vestiges archéologiques ou documents originaux d'époque concernant cette école nautique n'ont été retrouvés[33]. En 1877, Sousa Holstein affirme que l'école n'a pas existé mais qu'il y aurait eu une académie scientifique pour la navigation et la mer[32]. D'autres réfutent aussi l'existence de cette l'école[33], tels Luís de Albuquerque, Thomaz Marcondes de Souza, Será Duarte Leite ou encore Fábio Pestana Ramos[33], tandis que certains soutiennent son existence, comme Jaime Cortesão[32].

Au XVe siècle, le port de Lagos acquiert une importance croissante avec les voyages des explorateurs comme Gil Eanes. De 1576 à 1756, la ville de Lagos est la capitale de l'Algarve[34]. À la fin du XVIe siècle, la ville de Vila do Bispo est attaquée plusieurs fois par les pirates et les Maures ainsi que par le corsaire anglais Francis Drake[35].

Du XVIIIe siècle à nos jours[modifier | modifier le code]

Sous le règne de Joseph Ier, qui règne de 1750 à 1777, le marquis de Pombal tente de diviser le diocèse de Faro en deux, avec la création d'un nouveau diocèse à Vila Nova de Portimão, mais cette division n'est pas reconnue par le pape. La limite entre les deux diocèses aurait dû être la ribeira de Quarteira, prolongée en ligne droite jusqu'à l'Alentejo.

En 1755, l'Algarve est durement touchée par le tremblement de terre de Lisbonne. Les secousses entraînent des destructions dans de nombreuses villes de la région, et le raz-de-marée endommage sérieusement les forteresses côtières[36] : si la ville de Faro est protégée grâce à la lagune de Ria Formosa, à Lagos, les vagues atteignent le sommet des murailles de la ville.

Début de la révolte d'Olhão (1809).

En 1807, la moitié nord du pays est envahie par les troupes napoléoniennes du général Junot, tandis que le royaume de l'Algarve et la province de l'Alentejo sont envahies par les troupes espagnoles de Manuel Godoy, prince de la paix[37]. Cette occupation s'achève l'année suivante, à la suite de la révolte d'Olhão[38]. Le 16 décembre 1815, les deux royaumes deviennent le Royaume uni de Portugal, du Brésil et des Algarves, avec Rio de Janeiro comme capitale du royaume.

Vers 1820, la région voit une immigration importante de juifs marocains, gibraltariens et espagnols, mais la région n'est qu'un lieu de passage pour certains qui repartent en direction des Açores. D'autres restent dans la zone de Faro laquelle compte à peu près une soixantaine de familles juives.

En 1836, une nouvelle division administrative est créée, le district de Faro.

Lors de la chute de la monarchie, en 1910, les royaumes de Portugal et de l'Algarve disparaissent et, avec l'instauration de la Première République portugaise (1911-1926), l'Algarve devient une province[38].

Au début des années 1960, Salazar met en place une politique, le plan régional de l'Algarve (1963-1964), qui crée un impôt sur les constructions touristiques. Ce texte de loi est aussi adopté dans d'autres régions du pays comme à Lisbonne, où il est cependant rapidement supprimé[39]. Il est supprimé après la chute de la dictature, en 1974.

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie de l'Algarve.
Vue panoramique de Lagos, l'Avenida dos descobrimentos.

En 1685, l'ensemble des ports de la région n'exporte que 3,2 % et n'importe que 2,9 % des marchandises pour le pays, tandis que le port de Lisbonne importe 75 % et exporte 77 % des marchandises du pays[40].

Bateau de pêche à Tavira

De nos jours l'Algarve est une région touristique et agricole. Les principales productions agricoles de la région sont les figues, les amandes, les oranges, les caroubes, les arbouses ainsi que le chêne-liège pour la production du liège[41].

L'horticulture est largement pratiquée dans la région[42], qui est aussi productrice de vins, dont quatre sont sous la Denominação de Origem Controlada (Dénomination d'origine contrôlée) : Lagoa, Lagos, Portimão et Tavira.

Orangeraies près de Silves.

La pêche et l'aquaculture sont des activités importantes dans les régions côtières de l'Algarve ; les sardines, les soles, les cyprinidés (carpes…), les daurades royales et les divers fruits de mer sont les principaux poissons pêchés dans la région. L'industrie de la pêche s'appuie sur le développement de plusieurs usines de conserves qui ont joué un rôle important dans l'économie de l'Algarve à l'époque de l'Estado Novo (1933-1974).

Néanmoins, à la fin du xxe siècle il a y un mouvement de fermeture de ces usines. Les municipalités les plus impliquées dans la pêche sont Olhão, Tavira, Portimão et Vila Real de Santo António.

Depuis l'époque romaine, l'agriculture possède une place importante dans l'économie[43]. En 1970, le secteur primaire représente 29 % du PIB de la région (3 431 millions de escudos portugais) et 3 % de l'ensemble du Portugal continental. Le secteur occupe à cette époque près de 45 % de la population active, soit environ 45 000 travailleurs[12]. Toujours à cette époque, la production de fruit représente 40 % de la production nationale[12]. Au début du xxie siècle, le secteur primaire représente 4,6 % du PIB.

Le tourisme est la principale ressource économique de la région. En raison de ses plages et de son climat méditerranéen, l'Algarve est devenue, dès les années 1960, une destination très populaire pour les touristes étrangers, principalement de Grande-Bretagne. Depuis la destination est aussi prisée par les Portugais, les Espagnols, les Allemands, les Néerlandais et les Irlandais[44]. De nombreux étrangers possèdent leurs résidences secondaires dans la région.

En plus de la beauté de ses plages, l'Algarve a investi dans la création d'un réseau de terrains de golf. Les plages de l'Algarve s'étendent de la Praia da Marinha jusqu'à Armação de Pêra. Il existe aussi une station thermale, Caldas de Monchique.

Le climat doux de l'Algarve retient l'intérêt des Européens du nord souhaitant posséder une maison ou une résidence de vacances dans la région. Il s'agit d'une région Portugaise de l'Union européenne, ce qui fait que n'importe quel citoyen de l'Union a le droit d'acheter librement une propriété et d'y résider[45]. Les expatriés britanniques, suivis des Allemands, des Néerlandais et des scandinaves sont parmi les plus nombreux.

En 1970, grâce au tourisme, le secteur tertiaire représente 52 % du PIB de la région, 3 % de l'ensemble du Portugal continental. Il occupe près de 29 % de la population active, soit environ 30 000 travailleurs[12]. Au début du xxie siècle, le secteur tertiaire atteint 83,5 % du PIB de la région.

En mars 2007, le ministre de l'Économie, Manuel Pinho, annonce la création du projet Allgarve comme partie d'une promotion stratégique de l'Algarve comme destination touristique pour les étrangers[46].

Transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

L'Algarve est traversée par deux autoroutes.

La première, l'A22 passe au sud de la région et permet de relier la ville de Bensafrim (Lagos) à la ville de Ayamonte en Espagne. Elle passe par les villes de Lagos, Portimão, Albufeira, Loulé, Faro, Olhão, Tavira et la ville frontière de Vila Real de Santo António ; elle permet aussi de rejoindre l'aéroport de Faro. Sa longueur est de 133 kilomètres[47].

La deuxième autoroute, l'A2, passe au centre de la région. Elle permet de rejoindre la capitale (Lisbonne) en passant par les villes algarviennes de Albufeira (Portimão), Salir (Silves) et la ville de São Bartolomeu de Messines (Silves).

La région possède aussi des routes secondaires importantes, comme l'itinéraire complémentaire 4 qui permet de relier la ville de Lagos à Vila Real de Santo António, une partie de l'itinéraire formant l'A22. Une autre route, l'itinéraire principal, permet de relier le nord du Portugal (Valença) à la frontière espagnole au niveau de Castro Marim en passant par Lisbonne.

Réseau ferroviaire[modifier | modifier le code]

La région possède deux lignes de chemins de fer.

La première, la linha do Sul, permet de rejoindre la capitale portugaise via les gares de Campolide et la gare algarvienne de Tunes. Cette ligne est la deuxième ligne ferroviaire la plus importante du pays, juste après la linha do Norte. Le 13 septembre 1954, un accident a lieu sur la ligne dans l'Algarve, entraînant plus de 30 morts et 50 blessés[48].

La région possède aussi son propre réseau ferroviaire, la linha do Algarve, qui permet de traverser la région d'ouest en est, reliant les villes de Lagos et de Vila Real de Santo António, sur une longueur de 139,5 km avec connexion à la frontière[49].

Réseau aérien[modifier | modifier le code]

L'aéroport de Faro est situé à 9 kilomètres de la ville. Il a été ouvert au trafic le 11 juillet 1965. C'est actuellement le troisième plus grand aéroport portugais en termes de trafic, derrière l'aéroport de Lisbonne-Portela à Lisbonne et l'aéroport de Porto-Francisco Sá-Carneiro à Porto.

En 2009, 5 061 801 passagers transitent par l'aéroport de Faro, ce qui représente une baisse de 7,1 % par rapport à 2008. La majeure partie du trafic est civil, à destination de l'Europe. Deux compagnies aériennes y maintiennent actuellement une base d'opérations, les compagnies Ryanair et TAP Portugal.

Des travaux de rénovations sont prévus pour rénover l'aéroport entre 2011 et 2013. Les travaux ont pour objectifs l'élargissement et le réaménagement de l'aérogare[50], d'augmenter le nombre de vols, de créer de nouveaux emplacements de stationnement pour les avions et d'augmenter la capacité d’accueil en passant de 2 400 à 3 000 clients par heure.

Administration[modifier | modifier le code]

Siège de la commune de Faro

L'Algarve est la région administrative la plus au sud du Portugal, elle est divisée en 16 municipalités. La région se confond avec l'ancienne région historique du même nom, avec la sous-région, et avec la région statistique. La région se confond aussi exactement avec le district de Faro.

Il y a plusieurs administrations dans la région comme l'Administração Regional de Saúde do Algarve qui dépend du ministère portugais de la santé[51], la Direcção Regional de Cultura do Algarve, délégation du ministère de la culture[52], la Direcção Regional do Algarve do Ministério da Economia, direction régionale du ministère de l'économie[53] ou encore la Direcção Regional do Ambiente e do Ordenamento do Território do Algarve, direction régionale de l'environnement de la région.

La région abrite aussi la Direcção Regional de Educação do Algarve, direction générale de l’Éducation de la région, la Direcção Regional de Agricultura e Pescas do Algarve, direction de l'agriculture et de la pêche et la Direcção Regional de Florestas do Algarve, direction régionale des forêts de la région.

La commission de coordination et du développement local de l'Algarve est une administration liée directement à l’État portugais pour tout ce qui concerne le Ministère de l'agriculture, de la mer, de l'environnement, de l'aménagement du territoire et de l'économie. Elle a pour mission d’exécuter les politiques de l'État, et d'aider au développement économique des communes et de la région[54].

Municipalités[modifier | modifier le code]

Municipalités de la région
Municipalité Superficie Population Carte numérotée des districts du Portugal. Municipalité Superficie Population
ABF1.png Albufeira 0140,57 km2 38 966 ACT.png Alcoutim 0576,57 km2 3 272
AJZ.png Aljezur 0323,65 km2 5 349 CTM.png Castro Marim 0299,83 km2 6 493
FAR.png Faro 0201,59 km2 58 698 LGA1.png Lagoa 088,50 km2 23 835
LGS.png Lagos 0212,84 km2 29 298 LLE1.png Loulé 0765,12 km2 65 444
Crest of Monchique, Portugal.png Monchique 396,15 km2 6 441 OLH2.png Olhão 0130,89 km2 44 319
PTM.png Portimão 0277,2 km2 50 454 SBA.png São Brás de Alportel 0150,05 km2 11 205
SLV.png Silves 0680,02 km2 36 165 TVR.png Tavira 0606,98 km2 25 394
VBP.png Vila do Bispo 0178,99 km2 5 381 VRS1.png Vila Real de Santo António 0312,1 km2 18 158

Parmi les 16 municipalités, celle de Loulé est la plus grande de la région, avec une superficie de 765,12 km2 ; cette municipalité et celle de Silves bordent la région de l'Alentejo et l'océan Atlantique. La municipalité de Olhão est la plus petite de la région, avec une superficie de 130,89 km2.

Seules trois municipalités n'ont pas d'accès à la mer, Monchique, São Brás de Alportel et Alcoutim. La municipalité de Vila do Bispo possède le point le plus au sud-ouest de l'Europe, le Cap Saint-Vincent dans la freguesia de Sagres. Les trois plus grandes villes, en termes d'habitants, sont Loulé (65 444 habitants), Faro, la capitale régionale, avec 58 689 habitants et Portimão (50 454 habitants)[55].

Politique étrangère[modifier | modifier le code]

Plusieurs consulats et consulats honorifiques sont installés dans la région. Les principaux consulats sont ceux de pays de l'Union européenne représentant 14 pays. Les pays américains sont aussi présents avec 4 consulats pour 3 pays. Le continent africain possède aussi une présence politique avec 3 consulats. Outre l'Union européenne, le continent européen est représenté par deux consulats, la Norvège et la Russie[56].

Consulats de pays européens[modifier | modifier le code]

  • Allemagne
  • Autriche
  • Belgique
  • Danemark
  • Espagne
  • Finlande
  • France
  • Malte[57].
  • Norvège
  • République tchèque
  • Pologne
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie
  • Suède
  • Pays-Bas

Consulats de pays américains[modifier | modifier le code]

  • Brésil (deux consulats)
  • Canada
  • Mexique

Consulats de pays africains[modifier | modifier le code]

  • Cap-Vert
  • République démocratique du Congo
  • Maroc

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2007, d'après le recensement de l'INE, la région de l'Algarve possède une population de 426 386 habitants, ce qui représente un peu plus de 4 % de la population portugaise (10 356 117 habitants). Sa densité de population est en 2010 de 87,6 habitants/km²[58].

Évolution de la population de l'Algarve
1801 1819 1822 1900 1970 1975 1991 1992 1993 1994
95 080 113 590 120 332 257 378 269 000 310 000 341 075 343 328 345 970 349 658
1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004
353 309 357 472 363 387 369 298 375 841 383 399 390 933 398 370 405 380 411 468
2005 2006 2007 2008 2009 2010 - - - -
416 847 421 528 426 386 430 084 434 023 435 800[61] - - - -
(Sources : INE ; INE 1900[59] ; Essais Statistiques[60] ; DOC UN[12].)


La population de l'Algarve est depuis plusieurs années en constante augmentation. En 1900, la population de la région est de 257 378 habitants ce qui représente presque 5 % de la population portugaise de l'époque (5 423 132 habitants). Pendant la période de l'Estado Novo et surtout dans les années 1960 et 1970, la région subit une forte émigration de 14 %. Mais à la suite de la Révolution des Œillets, en avril 1974, 20 000 rapatriés s'installent dans la région ce qui ramène la population à 310 000 habitants en 1975, soit une hausse de 15 % par rapport à 1970[12].

Le taux de natalité, en 2007, est de 11,5 % alors que le taux de mortalité s'établit à 11,0 %, d'où un taux d'accroissement naturel de 0,5 %. Le taux de fécondité est de 50 ‰. L'immigration est grandement responsable de l'augmentation de la population ; en effet, la même année, le taux de croissance migratoire est de 1,9 %[62].

Selon une étude du ministère portugais de la santé, l'Algarve est la région qui connaît la plus forte augmentation démographique, avec une augmentation de 16 %, entre 1991 et 2001. Cette même étude montre qu’environ 17 % de la population algarvienne active est composée de personnes étrangères et que les naissances de mères étrangères sont passées d'une proportion d'environ 5 % en 2000 à 20 % en 2007[63].

D'après Eurostat, organisme européen de statistiques, la population de la région va augmenter de 30 % jusqu'en 2030, grâce à l'immigration. Une estimation donne une population de 564 000 habitants en 2030, ce qui représente la troisième plus grande augmentation, au niveau de l'Union européenne, après l'Irlande et Murcie, en Espagne[64].

Enseignement[modifier | modifier le code]

École secondaire à Lagos.

La région possède une université d'État basée à Faro, l'Université de l'Algarve. Fondée en 1976, elle est composée de quatre campus : les Campus de Gambelas, Campus da Penha, Campus da Saúde (Faro) et le Campus de Portimão à Portimão.

L'université accueille près de 10 000 étudiants chaque année, elle emploie aussi près de 400 fonctionnaires[65]. Elle est composée de trois facultés, Sciences et Technologies, Sciences Humaines et Sociales, Économie ; elle comprend aussi trois écoles supérieures couvrant les domaines de l'éducation, la communication, la gestion, l'hôtellerie, le tourisme et la santé. Elle accueille aussi un institut d'Ingénieurs[66].

Musée de Faro.

Deux écoles internationales sont situées dans la région. L'une, l’Escola Internacional do Algarve, située dans la ville de Lagoa, a été fondée en 1972[67]. L'autre, l’International School São Lourenço, est située à Almancil et a été fondée en 1979[68].

La langue portugaise est la langue officielle du Portugal, elle est donc utilisée dans tous les établissements d'enseignement[69]. La langue anglaise possède aussi une grande place dans la région, grâce au tourisme et à la population britannique qui y réside. Elle est enseignée dans tous les collèges, lycées et à l'Université de l'Algarve.

Sports[modifier | modifier le code]

L'équipe du Portimonense, à la fin d'une rencontre, en 2008.

Les équipes de footballs algarviennes qui possèdent le plus de titres sont le Sporting Clube Farense, le Sporting Clube Olhanense, le Portimonense Sporting Clube et le Louletano Desportos Clube.

Les trois premières équipes citées ont joué en première ligue portugaise ; actuellement seule l'équipe de Olhanense dispute ses matchs en première ligue. Les faits marquants sont la présence en finale de la Coupe du Portugal du Sporting Clube Olhanense et du Sporting Clube Farense et, au niveau international, la présence du Portimonense Sporting Clube et du Sporting Clube Farense dans la Ligue Europa.

En 2004 est inauguré, dans le Parque das Cidades, entre les villes de Faro et Loulé, le Stade de l'Algarve. Le stade est construit à l'occasion de l'Euro 2004, dont le Portugal est l'organisateur[70]. Il est utilisé par les équipes du Sporting Clube Farense et du Louletano Desportos Clube. La région possède d'autres stades comme le Estádio José Arcanjo et le Estádio do Portimonense.

Le stade est encore utilisé pour les grands évènements comme la Supercoupe portugaise, la Coupe du Portugal, l'Algarve Summer Festival, le Tour de l'Algarve et le Rallye du Portugal.

Équipe Sport Création Ligue (football) Stade Capacité Entraîneur
Scolhanense-1-.gif
Sporting Clube Olhanense omnisports 27 avril 1912 Championnat portugais L1 Estádio José Arcanjo 11 622 places Sergio Conceição
SC Farense.png
Sporting Clube Farense
omnisports
1er avril 1910
III Divisão - Série F
Estádio Algarve
30 335 places
Jorge Portela
Louletanodc.gif Louletano Desportos Clube omnisports 6 juin 1923 Championnat Portugais - L3 Estádio Algarve 30 335 places Paulo Renato
Portimonense.png Portimonense Sporting Clube omnisports 14 août 1914 Championnat portugais L1 Estádio do Portimonense 6 204 places Carlos Azenha

Depuis 1960, le Tour de l'Algarve (Volta ao Algarve), attire de grands cyclistes mondiaux comme Alberto Contador de 2009 jusqu'en 2011 et Lance Armstrong en 2004. L'équipe de cyclisme de Tavira gagne le Tour du Portugal en 2008, 2009 et 2010 avec le cycliste David Blanco. L'équipe de Louletano Desportos Clube gagne le même tour en 1988 avec le cycliste britannique Cayn Theakston. L'algarvien José Martins remporte les tours du Portugal de 1947 et de 1948.

La région possède un complexe sportif consacré aux sports mécaniques, l'Autódromo Internacional do Algarve, situé à Portimão[71]. On y trouve un circuit automobile de 4,692 km ainsi qu'un circuit de karting. La course inaugurale a lieu le 2 novembre 2008 avec une épreuve du championnat du monde de Superbike.

Le circuit est créé dans le but d'accueillir la Formule 1, notamment pour des essais privés. L'une de ses particularités est son revêtement, les nombreuses bosses rendant le pilotage difficile pour les voitures prototypes du type de celles courant les 24 Heures du Mans ou les Formule 1, mais aussi pour les motos.

En 2009 a lieu la première course nocturne de l'histoire du circuit, à l'occasion des 1 000 km de Portimão, une épreuve des European Le Mans Series. Le Championnat FIA GT y fait également escale au mois de septembre de la même année.

Santé[modifier | modifier le code]

De nombreux hôpitaux sont implantés dans l'Algarve, dont certains sont particulièrement anciens. L’hôpital de Faro était situé dans l’Église de la Miséricorde. Le 4 décembre 1979, il est transféré dans un nouveau bâtiment. L'emplacement actuel de cette unité permet de couvrir une population de 253 000 personnes. La région possède un deuxième hôpital, le Centro Hospitalar do Barlavento Algarvio, situé à Portimão[72].

En 2009, la région comporte 16 centres de santé, soit un dans chaque municipalité[73] ainsi que 68 extensions de santé et des unités de santé familiale[74]. Il existe 4 unités d'urgences basiques : Lagos, Albufeira, Loulé et Vila Real Santo António[75].

Les centres de santé sont regroupés en trois entités : ACES Barlavento, ACES Central et l'ACES Sotavento[72].

La Administração Regional de Saúde do Algarve est un organisme public, dépendant du Ministério da Saúde (Ministère de la Santé), qui a pour objectif d'assurer notamment l'efficacité des prestations de soins à la population et la promotion de la rationalisation des structures[74]. L’Administração Regional de Saúde do Algarve indique, en 2010, que les centres de santé de la région ont accueilli 1 268 879 consultations, soit 8,7 % de consultations en plus par rapport à 2009[75].

Religion[modifier | modifier le code]

Catholicisme[modifier | modifier le code]

Le premier siège du Diocèse de l'Algarve est la cité romaine de Ossónoba, devenue Faro aujourd'hui. En 304, l'évêque Vincente est le premier prélat inscrit sur le registre historique ; il assiste au Concile d'Elvire, le 15 mai 304[76]. Pendant les dominations wisigothe et musulmane, les évêques continuent à entretenir le Diocèse. En 1189, à la suite de la conquête de Silves par Sancho Ier de Portugal, le diocèse de Ossonoba est recréé, toutefois il est immédiatement détruit en 1191, devant l'avancée des forces Almohades.

Pendant la période d'occupation musulmane, la religion chrétienne souffre parfois de moments de restrictions de liberté mais il y a aussi des moments de tolérance[76]. La restauration définitive du diocèse est réalisée à l'instigation du roi Alphonse X de Castille en 1251. Le diocèse est recréé dans la dépendance de la Cathédrale Notre-Dame du Siège de Séville, et c'est plus tard qu'il intègre celui de Braga. En 1394, la métropole ecclésiastique, Silves, dépend du Patriarcat de Lisbonne, et non plus de l'Archidiocèse de Braga.

Les évêques de l'Algarve restent à Silves jusqu'au XVIe siècle. La localisation de la ville à l'intérieur de la région et l'envasement progressif de la rivière contribuent au déclin de la ville. Le prélat algarvien demande au roi et au pape de changer l'emplacement de la cathédrale, pour l’établir plus près de la côte. À travers la bulle pontificale « Sacrossancta Romana Ecclesia » du 20 octobre 1539, le pape Paul III autorise le transfert. Le roi Jean III de Portugal, procède à l'élévation de la ville littorale de Faro, qui connaît à cette époque une forte croissance économique et démographique, au statut de Cité.

En 1540, l'Algarve devient un diocèse dépendant de l'Archidiocèse d'Évora, situation qui perdure de nos jours[77]. Cependant, le retour de l’évêque dans la cathédrale de Faro ne s'effectue que le 30 mars 1577, lorsque le prélat humaniste et théologien, Jérôme Osorio, est ordonné[76].

Principales églises catholiques en Algarve

Judaïsme[modifier | modifier le code]

Pousada da Enatur, ancien couvent da Graça. Avant d'être un couvent ce lieu fut l’église de Nossa Senhora da Graça à partir de 1542. Initialement, ce lieu était une synagogue.

Pendant l'époque médiévale la capitale, Faro, possède un quartier juif reconnu pour être le berceau de la presse au Portugal, car en 1487, Samuel Gacon y imprime et publie le Pentateuque en hébreu[78],[79].

Le roi Manuel Ier de Portugal est favorable à la présence des juifs, mais il doit rapidement infléchir sa politique pour plaire aux Rois catholiques et appliquer une des clauses de son contrat de mariage avec Isabelle d'Aragon, devenue l'héritière du trône d’Espagne après la mort de son frère Jean. Selon cette clause, tous les habitants du Portugal doivent obligatoirement être chrétiens.

Un décret d'expulsion est promulgué le 5 décembre 1496. Ne souhaitant aucunement le départ des juifs, le roi les contraint à la conversion. En compensation, ces nouveaux chrétiens reçoivent la garantie, limitée dans le temps, qu'aucune enquête ne sera menée au sujet de leur vie privée. Durant tout le règne de Manuel Ier, ceux qui le souhaitent peuvent ainsi continuer à pratiquer leur ancien culte clandestinement sans risque d'être inquiétés par les autorités. Néanmoins, en 1542, la synagogue de Tavira est détruite partiellement et est remplacée par l’Église de Notre-Dame de la Grâce[79].

Ce décret de 1496 fait cependant fuir les juifs et ce n'est qu'au XIXe siècle qu'on constate leur retour dans la zone de Faro, ce qui contribue à la croissance du commerce local[79].

Entrée du cimetière.

Au XIXe siècle, les juifs qui arrivent viennent du Maroc, de Gibraltar et d'Espagne. Ils s'installent dans la région, mais une partie la quitte à cause de la crise dans le pays. Ils se concentrent dans la ville de Faro qui compte à cette époque à peu près une soixantaine de familles juives. Vers 1830, deux synagogues ainsi qu'un cimetière israélite sont construits à Faro[79].

Le terrain du cimetière est acheté en 1851 par Joseph Sicsu, Moises Sequerra et Samuel Amram, le cimetière est muré en 1887 comme il est gravé sur la porte d'entrée[80]. Au début du XXe siècle, une partie de la communauté quitte l'Algarve pour s'installer à Lisbonne[81]. La religion juive s’éteint cependant avec le temps et les décès dans la communauté[79]. Le cimetière est abandonné en 1932 après une dernière inhumation[82] et il ne reste que des vestiges des deux synagogues[79].

Le Centre Historique Judaïque de Faro est distingué le 12 septembre 1978, à la suite du classement du site en Imóvel de interesse público[83]. Le cimetière est complètement rénové en 1992 avec de la calçada à portuguesa et est ré-inauguré le 16 mai 1993 en présence du Président de la République portugaise de l'époque, Mário Soares[80]. Le 3 juin 2007[84], un musée ouvre ses portes, le musée synagogue Isaac Bitton[80]. Le cimetière possède un petit musée concernant sa propre histoire ainsi que celle de la synagogue, ainsi qu'une petite maison, la casa de Tahara, qui était à l'origine une sorte de petite morgue et qui est maintenant une pièce avec des livres, des documents, des photographies et d'autres informations liées à l'histoire du Centre Historique Judaïque de Faro[85]. La religion juive n'est plus vivante dans la région, et, mis à part le cimetière synagogue, plus aucun lieu de culte juif ne subsiste dans la région.

Islam[modifier | modifier le code]

Xelb, aujourd'hui nommée Silves, représentation de la ville en 1230, avec sa mosquée au centre, ses murailles et son château.

L'arrivée de la religion musulmane dans la région est consécutive à l'invasion des Maures au VIIIe siècle ; à cette époque la population locale est essentiellement chrétienne. Les nouveaux conquérants, qui ne comptent pas plus de quelques milliers de personnes, s'installent dans la région de l'Algarve et plus particulièrement au sud du Tage.

L'ancien minaret de la mosquée de Loulé, devenue le clocher de l’Église.

Les Maures ont apporté leur langue, l'arabe, et leur religion, l'Islam. La conversion de la population locale est lente, ce qui explique peut-être l'absence d'une élite de savants. Pendant les deux premiers siècles de présence de l'Islam dans l'Algarve, le passage à la « nouvelle religion » se fait d'une façon diffuse. Au début du XIe siècle, la religion musulmane est devenue la confession dominante[86].

La population musulmane du Gharb al-Ândalus est constituée d'arabes, de Berbères et de latins convertis à l'islam. Les arabes sont essentiellement originaires du Yémen et, bien que minoritaires, ils forment une élite. Les berbères originaires des montagnes d'Afrique du Nord sont, quant à eux, essentiellement des nomades. Les latins convertis à l'Islam, appelés muwallads, forment le groupe majoritaire.

L’Islam s’éteint pendant la Reconquista, les savants sont expulsés ou quittent la région, le roi Alphonse III de Portugal récupère les terres algarviennes et celles situées à l'est du fleuve Guadiana en 1249[87] puis il les cède au roi Alphonse X de Castille en 1254.

Les mosquées de l'ancien Gharb al-Ândalus (actuellement l'Algarve et l'Alentejo), sont détruites ou transformées en églises pour le culte catholique romain. L’église de Loulé est construite sur l'emplacement exacte d'une ancienne mosquée et le clocher est l'ancien minaret de celle-ci[88]. En 2001, les fondations d'une mosquée sont mises à jour à Aljezur ; elle aurait été construite vers 1130 et abandonnée en 1150[89].

Aujourd'hui, la religion musulmane est de nouveau présente dans la région. Elle accompagne l'immigration issue des anciennes colonies portugaises, comme la Guinée-Bissau, le Maroc, le Mozambique et l'Inde. La région possède quatre mosquées, à Faro[90], Albufeira, Armação de Pêra, Portimão ainsi qu'une salle de du culte à Quarteira[91].

Médias[modifier | modifier le code]

La région possède les mêmes chaines de télévision que le Portugal continental, soit RTP1, RTP2, SIC et TVI. Mais la région possède aussi des chaînes de télévision sur internet ; elles sont dédiées à tout ce qui concerne la région. Il s'agit de TV Algarve[92], Canal do Sul[93] ou encore Digital Mais TV[94].

Pour l'instant aucune de ces chaînes locales sur internet n'a de projet de diffusion sur la TNT. La région possède aussi des journaux dont le Jornal do Algarve, Jornal Região Sul, qui possède une version internet, DiáriOnline Algarve ou encore le Barlavento.

La région possède aussi des journaux en langue anglaise à destination de l'importante population d'origine britannique. L’Algarve Resident est l'un de ces journaux en anglais.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Reconstitution de porte mauresque du château de Silves.

Les monuments les plus célèbres de la région datent d'époques variées, de l'époque romaine à l'époque de la Reconquista, en passant par l'époque Mauresque.

On trouve plusieurs sites romains tels que le site des ruines romaines do Milreu[95] ou encore les ruines romaines de Cerro da Vila ; il s’agit d'une ancienne villa romaine, située dans la ville de Vilamoura[96]. Construite entre l'an 27 av. J.-C. et 14 av. J.-C., la villa aurait été habitée par les romains, les wisigoths et les maures.

Un pont, de sept arcs et de 87 mètres de long[97], situé à Tavira, date aussi de l'époque romaine ; il permet de traverser un petit cours d'eau nommé Gilão. Il fait partie de la voie permettant de relier les villes de Mértola et de Faro[98]. D'autres ponts romains existent dans la région comme celui de Silves ou de Faro.

La domination musulmane laisse plusieurs traces sur le territoire, principalement sur l’architecture et le patrimoine. Plusieurs châteaux et murailles sont construits par les Maures : les châteaux d'Aljezur, au Xe siècle, conquis par les chrétiens au XIIIe siècle et de Paderne construit au XIIe siècle et conquis par les chrétiens en 1280[97]. Le château de Silves est construit au XIe siècle par les arabes almoravides ; c'est la construction de cette époque la mieux conservée de la région[99]. La ville de Lagos possède un château, également de l'époque arabe, dont les murailles sont construites à cette époque puis agrandies au XVIe siècle. Elles sont stratégiques au XVe siècle et au XVIe siècle.

La Cruz de Portugal est un calvaire construit entre la fin du XVe siècle et le début du XVIe siècle, il est de style gothique et comporte des éléments du style manuélin. Il est situé dans la ville de Silves, offert par le roi Manuel Ier lors de sa visite dans la ville en 1499. Il est situé près du Palais de justice de la ville[97].

La forteresse de Sagres est construite à la demande de l'Infant Henrique, elle est située stratégiquement entre le Portugal et l'Afrique du Nord pour des raisons économiques et militaires[100]. Elle est située sur le Cap Saint-Vincent, point situé à l'extrême ouest de l'Europe.

Principaux châteaux et sites de la région[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

La région possède un large réseau de musées et de sites muséologiques importants, en lien avec son passé culturel[101]. La ville de Faro possède un musée synagogue ; elle accueille les musées de la marine, de l'archéologie ainsi qu'un musée ethnographique. Lagos abrite le musée Regional et la ville de Silves les musées de l'archéologie et du liège[102]. La région abrite aussi d'autres musées secondaires concernant l'art, le vin ou les fruits secs[103].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Le blason de l'Algarve est le blason historique de la région et n'a donc aucune reconnaissance administrative. Il n'est pas utilisé officiellement puisque l'actuelle région de l'Algarve ne possède ni drapeau, ni blason officiel.

Sur le blason, deux personnages sont représentés à deux reprises : une tête représentant un Maure et une autre un roi. Les têtes des personnages des blasons figurent dans nombre de blasons des villes et municipalités de l'Algarve : Albufeira, Silves, Portimão, Castro Marim, Tavira, etc.

L'actuelle Comissão de Coordenação e Desenvolvimento Regional (commission de coordination et du développement régional), de l'Algarve utilise un logo simple reprenant les quatre premières lettres de la commission (CCDR) et les trois premières lettres de la région (ALG).

Blason historique du Royaume de l'Algarve

Les armes historiques de l'Algarve se blasonnent ainsi :

Écartelé, en I et IV d'or à la tête de maure de sable et tortillée aussi d’argent, en II et III de gueules à la tête d'un roi chrétien couronné en or[104].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

La gastronomie algarvienne reflète plusieurs influences issues son histoire, avec la présence des Romains et des Maures.

De l'Arroz de Lingueirão de Faro, aux sardines grillées de Portimão en passant par le plat sucré Dão Rodrigos de Lagos, il existe une grande variété de plats.

La gastronomie de la région est dominée par les fruits de mer ainsi que par les poissons de toutes espèces. Les fruits, secs et frais, sont très utilisés en pâtisserie et dans les desserts, ou comme fruits de table. Les figues et les amandes font partie des fruits traditionnels utilisés dans la pâtisserie ainsi que dans les liqueurs[105],[106].

Plats typiques :
Enchidos portugais
Filhós

Plats typiques de la région[modifier | modifier le code]

  • Carapaus alimados
  • Cataplana
  • Perna de carneiro no tacho
  • Carne de porco com amêijoas
  • Papas de milho, mais conhecida como Xarém
  • Ervilhas com ovos à Algarvia
  • Perdiz estufada
  • Coelho frito
  • Raia Alhada
  • Assadura à Monchique
  • Gaspacho
  • Cozido de grão
  • Lulas recheadas à Algarvia
  • Polvo no forno com entrecosto
  • Bifes de atum de tomatada
  • Favas à moda do Algarve
  • Canja com conquilhas
  • Gaspacho de alho

Desserts[modifier | modifier le code]

  • Dom Rodrigos
  • Colchão de Noiva
  • Queijinhos de Amêndoas
  • Gargantas de Freira
  • Bolo Tacho
  • Empanadilhas
  • Filhós
  • Massa de Amêndoa
  • Estrelas de figo e amêndoa
  • Folares
  • Torta de Claras
  • Morgados

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (pt)INE, « Résultats définitifs du recensement 2011 »,‎ 2013 (consulté le 18 avril 2014)
  2. « Pico da Foia - Guide michelin » (consulté le 20 mars 2012)
  3. (pt) « Altitude máxima (m) das unidades territoriais por Localização geográfica. », sur ine.pt, Instituto nacional de estatitica (consulté le 4 janvier 2011)
  4. « Cabo de São Vicente » (consulté le 20 mars 2012)
  5. « Géographie de l'Algarve » (consulté le 3 mai 2012)
  6. « Le passage vers l'Atlantique : le processus de néolithisation en Algarve (sud du Portugal) » (consulté le 3 mai 2012)
  7. « Construire l'image de la Serra do Caldeirão » (consulté le 3 mai 2012)
  8. « Le long du Rio Guadiana » (consulté le 3 mai 2012)
  9. (en) J.D. Garcia Domingues, Silves, Tourist Guide to the Town and Borough, Empresa Litográfica Do Sul, S.A.
  10. (en) « The Ria Formosa » (consulté le 3 mai 2012)
  11. « Algarve », sur Internaute Magazine (consulté le 11 avril 2012)
  12. a, b, c, d, e et f « Évaluation des ressources en eaux des systèmes aquifères de l'Algarve » (consulté le 16 avril 2012)
  13. (en) « Monthly Averages for Faro, Portugal »
  14. (pt) « Queda de Neve em Portugal » (consulté le 11 avril 2012)
  15. (pt) « Neve no Algarve » (consulté le 11 avril 2012) [vidéo] Disponible sur YouTube
  16. « Feux de forêts dans la région de l'Alentejo et de l'Algarve » (consulté le 4 mai 2012)
  17. « Vers un rural postindustriel : rural et environnement dans huit pays européens, page 287 » (consulté le 2 avril 2012)
  18. a et b Jean-Paul Labourdette et Dominique Auzias, Algarve 2011, Petit Futé,‎ 2010, 240 p. (ISBN 274692871X, lire en ligne)
  19. « Les marais endigués de la Ria Formosa (Algarve) face à un siècle de développement économique. Le cas de la réserve naturelle de Ludo » (consulté le 2 avril 2012)
  20. a et b (en) « Ria Formosa Nature Park » (consulté le 2 avril 2012)
  21. (pt) « Parc naturel du Sud-Ouest Alentejano et Costa Vicentina » (consulté le 4 mai 2012)
  22. « Encyclopédie de l’Islam » (consulté le 20 mars 2012)
  23. « Silves, une capitale du Gharb al-Andalus » (consulté le 15 mai 2012)
  24. a, b et c (pt) « Algarve », dans Enciclopédia Luso-Brasileira de Cultura, Lisboa, Editorial Verbo,‎ 1963
  25. Edme Mentelle, Géographie comparée ou analyse de la géographie ancienne et moderne des peuples de tous les pays et de tous les ages, vol. 1, Paris,‎ 1781, p. 119
  26. « Édification des rides sédimentaires d'Albufeira, Portimão et Lagos » (consulté le 20 mars 2012) [PDF]
  27. « Des origines à la Lusitanie romaine et à l’occupation germanique et musulmane » (consulté le 20 mars 2012)
  28. « L’Agarve. La côte sud du Portugal en huit coups de cœur - page 2 » (consulté le 16 mars 2012) [PDF]
  29. « Brève histoire du Portugal et de sa langue » (consulté le 15 mai 2012)
  30. (pt) « História do Ordenamento de 27 a.c. até hoje » (consulté le 16 mars 2012)
  31. A. Germond de Lavigne, Itinéraire descriptif, historique et artistique de l'Espagne et du Portugal, coll. « Collection des guides Joanne »,‎ 1866 (Google books présentation en ligne), p. 824
  32. a, b et c (pt) « Escola de Sagres » (consulté le 20 avril 2012)
  33. a, b et c « L'école de Sagres est un mythe » (consulté le 21 avril 2012)
  34. (pt) « Présentation de Lagos » (consulté le 3 mai 2012)
  35. (pt) « Guia do Património Cultural do Algarve » (consulté le 7 mai 2012)
  36. « Architecture militaire dans l’Algarve de l’Est (Sotavento) » (consulté le 3 mai 2012)
  37. Napoléon 1e, Correspondance de Napoléon I : publiée par ordre de l'empereur Napoléon III, Paris, H. Plon, J. Dumaine,‎ 1858, 20 volumes (lire en ligne), p. 119
  38. a et b « Algarve 2011 » (consulté le 3 mai 2012)
  39. (pt) « Salazar, Política de Solo e Planeamento Urbano no Algarve » (consulté le 5 mai 2012)
  40. Virginia Rau, « Subsidies para о estudo do movimento dos portos de Faro e Lisboa durante о século XVII » (consulté le 27 avril 2012)
  41. « La route du Liège » (consulté le 6 mai 2012)
  42. « Horticulture au Portugal » (consulté le 15 mai 2012)
  43. « Économie de la région pendant l'époque romaine » (consulté le 6 mai 2012)
  44. (pt) « Algarve, Análise de conjuntura turística » (consulté le 18 janvier 2011) [PDF]
  45. (en) « On the Rights of Citizens of the Union » (consulté le 18 janvier 2011) [PDF]
  46. « Allgarve 09 » : le retour du plus grand événement culturel du Portugal (consulté le 18 janvier 2010)
  47. (pt) « Acessos para o Aeroporto de Faro » (consulté le 11 avril 2012)
  48. (pt) « O desastre do Rápido do Algarve » (consulté le 12 avril 2012)
  49. « Linha do Algarve ; From Lagos to Vila Real de Santo António » (consulté le 15 mai 2012)
  50. « Aéroports : Bienvenue dans notre Portefeuille des projets » (consulté le 11 avril 2012)
  51. « Administração Regional de Saúde do Algarve » (consulté le 9 mai 2012)
  52. « Direcção Regional de Cultura do Algarve » (consulté le 9 mai 2012)
  53. « Direcção Regional do Algarve do Ministério da Economia » (consulté le 9 mai 2012)/
  54. (pt) « Missions de la CCDR » (consulté le 9 mai 2012)
  55. « Municipalités de l'Algarve » (consulté le 1er janvier 2011)
  56. (pt) « Consulados do Algarve » (consulté le 8 mai 2012)
  57. lien web |url=http://embassy-finder.com/fr/malta_in_algarve_portugal |titre=Consulado de Malte no Algarve |consulté le= 8 mai 2012
  58. (pt) « Densité de population », sur Instituto Nacional de Estatitíca (consulté le 13 mai 2012)
  59. (pt) « 1900 - 1 de Dezembro (IV Recenseamento Geral da População) » (consulté le 23 décembre 2010)
  60. Adriano Balbi, Essai statistique sur le royaume de Portugal et d'Algarve,‎ 1822 (Google books présentation en ligne), p. 189
  61. « Population moyenne totale, par régions NUTS 2 », sur Eurostat (consulté le 13 mai 2012)
  62. (pt) « Données de l'INE.pt » (consulté le 23 décembre 2010)
  63. « Population de l'Algarve » (consulté le 25 avril 2012)
  64. (pt) « População no Algarve vai disparar até 2030 » (consulté le 23 décembre 2010)
  65. (pt) « Histoire et fonctionnement de l'Université de l'Algarve » (consulté le 18 avril 2012)
  66. (en) - (pt) « Université de l'Algarve » (consulté le 18 avril 2012)
  67. (pt) « Sobre a Escola » (consulté le 18 avril 2012)
  68. (en) « École internationale de S. Lourenço »
  69. (pt) « Langue officielle du Pays » (consulté le 10 mai 2012)
  70. (pt) « Estádio Algarve » (consulté le 17 avril 2012)
  71. (pt) « Autódromo Internacional do Algarve » (consulté le 9 mai 2012)
  72. a et b (pt) « Apresentação dos recursos de saúde no Algarve » (consulté le 21 avril 2012)
  73. (pt) « Site de l'hôpital de Faro »
  74. a et b (pt)« Administração Regional de Saúde do Algarve » (consulté le 21 avril 2012)
  75. a et b (pt) « Consultas nos centros de saúde do Algarve - 2010 » (consulté le 21 avril 2012)
  76. a, b et c (pt) « Nota Histórica do Diocese do Algarve » (consulté le 18 avril 2012)
  77. (en) « Diocese of Faro », sur catholic-hierarchy.org
  78. « Le Pentateuque de Samuel Gacon » (consulté le 15 avril 2012)
  79. a, b, c, d, e et f (pt) « Rede de Judiarias de Portugal » (consulté le 15 avril 2012)
  80. a, b et c (pt) « The Faro Jewish Heritage Centre » (consulté le 15 avril 2012)
  81. « Les juifs au Portugal aujourd'hui » (consulté le 13 avril 2012)
  82. (pt) « Centro Judaico de Faro » (consulté le 15 avril 2012)
  83. (pt) « Centro Histórico Judaico de Faro » (consulté le 15 avril 2012)
  84. (pt) « Museu Sinagoga Isaac Bitton » (consulté le 15 avril 2012)
  85. (pt) « Casa de Tahara » (consulté le 15 avril 2012)
  86. « À l'extrémité de l'Islam médiéval : élites urbaines et islamisation en Algarve » (consulté le 16 avril 2012)
  87. « Royaume d'Algarve » (consulté le 16 avril 2012)
  88. (pt) « Igreja Matriz de São Clemente em Loulé » (consulté le 16 avril 2012)
  89. (pt) « Descoberta mesquita do século XII no Algarve » (consulté le 16 avril 2012)
  90. (en) « Mesquita de Faro » (consulté le 16 avril 2012)
  91. (pt) « Mosquées au Portugal » (consulté le 16 avril 2012)
  92. (pt) Site officiel de TV algarve
  93. (pt) Site officiel de Canal do sul
  94. (pt) Site officiel de Digital Mais TV
  95. (pt) « Ruínas Romanas do Milreu » (consulté le 30 avril 2012)
  96. (pt) « Site du Patrimoine portugais » (consulté le 30 avril 2012)
  97. a, b et c (pt) « Guia do Patrimonio Cultural do Algarve » (consulté le 30 avril 2012)
  98. (pt) « Ponte Romana de Tavira » (consulté le 30 avril 2012)
  99. « Le Château de Silves » (consulté le 4 mai 2012)
  100. (pt) « Fortaleza de Sagres » (consulté le 1er mai 2012)
  101. (pt) « Espaços Culturais », sur Direcção Regional de Cultura do Algarve (consulté le 1re mai 2012)
  102. (pt) « Musées dans la région » (consulté le 2 mai 2012)
  103. (pt) « Musées de la région » (consulté le 2 mai 2012)
  104. C. Oronce Finé, dit de Brianville (Aumônier du roi), Jeu d'armoiries des souverains et états d'Europe. (présentation en ligne), p. 176
  105. « L’Algarve, histoire, géographie et gastronomie » (consulté le 2 mai 2012)
  106. (pt) « Viaje connosco através da gastronomia do Algarve » (consulté le 2 mai 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 17 mai 2012 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.