Fonction publique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le service public romain en action. Notez le fouet porté par le sergent. La Vierge et saint Joseph s'inscrivent pour le recensement devant le gouverneur Quirinius, mosaïque 1315–20.

La fonction publique est un ensemble de personnes travaillant, sous certaines juridictions ou dans un cadre intergouvernemental, au sein des administrations publiques. Une personne travaillant dans la fonction publique est appelée fonctionnaire.

Les expressions « fonction publique » et « fonctionnaires » désignent couramment un ensemble plus vaste de personnes travaillant pour des services publics ou d'utilité générale.

Depuis les années 1990, le mode de travail et les conditions de travail des fonctionnaires a été considérablement modifié par les technologies de l'information et de la communication (TICs), dont en France, avec des avantages, mais aussi avec des limitations aux droits de grève, d'expression, des obligations de service spécifiques ainsi qu'en termes de service ou de santé au travail[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Aucun État d'une certaine importance ne peut être efficacement dirigé sans une bureaucratie[réf. nécessaire], mais de telles organisations sont restées rares jusqu'à l'époque moderne. Les institutions administratives se sont souvent développées à partir de la domesticité personnelle de hauts personnages, comme dans l'Empire romain. Cela a conduit à des structures administratives complexes, décrites dans le Notitia Dignitatum et dans l'œuvre de Joannes Laurentius Lydus. Mais, pour autant que nous le sachions, les postes s'obtenaient uniquement par héritage ou par parrainage, et nullement par le mérite[réf. nécessaire]. Il était aussi possible pour les fonctionnaires d'employer d'autres personnes pour exécuter les tâches de leurs charges, tout en continuant à percevoir leurs salaires. Il y a là des similitudes évidentes avec les premières structures bureaucratiques des états modernes, comme l'« Office of Works » anglais ou la Marine royale britannique au XVIIIe siècle, où les nominations dépendaient des relations, et où les postes étaient souvent vendus et achetés.

En Chine[modifier | modifier le code]

L'empereur Sui Wendi (隋文帝 Suí Wéndì) (541–604) qui mit en place le premier système de concours pour la fonction publique en Chine; peinture de Yan Liben (600–673).

Un des plus anciens exemples d'administration basée sur la méritocratie est la bureaucratie impériale chinoise, dont on peut trouver trace dès la dynastie Qin (221–207 av J.–C.). Durant la dynastie Han (202 av J.–C.–220 ap. J.–C.), le système xiaolian, qui définissait les critères de nomination aux emplois publics, fut mis en place. Dans les domaines de l'administration, en particulier dans les forces armées, les affectations étaient uniquement basées sur le mérite.

Après la chute de la dynastie Han, la part du mérite allait régresser dans la bureaucratie chinoise, qui évolua vers le système baptisé système des neuf rangs, dans lequel la noblesse de naissance était devenue la condition indispensable pour accéder aux postes les plus importants.

Ce système fut abrogé durant la courte dynastie Sui (581–618), qui instaura un service public, recrutant par examens écrits et par recommandations. La dynastie Tang suivante allait adopter les mêmes méthodes de sélection des fonctionnaires, tenant de moins en moins compte des recommandations aristocratiques, et faisant davantage confiance aux examens écrits.

Pourtant la puissante bureaucratie centralisée de la dynastie Song (960–1279) fit encore davantage appel aux concours de la fonction publique. En réponse aux gouvernements militaires régionaux des jiedushi et à la perte de l'autorité civile durant la période Tang précédente, puis la Période des Cinq Dynasties et des Dix Royaumes, les empereurs Song tenaient beaucoup à mettre en œuvre un système, dans lequel les fonctionnaires devraient leur prestige social à la cour impériale et leurs salaires au gouvernement central. Cet idéal ne fut pas pleinement atteint, car beaucoup de hauts fonctionnaires étaient de riches propriétaires terriens, qui trempaient dans de sombres affaires financières pendant la révolution économique en Chine. Néanmoins, grâce aux examens à trois niveaux, préfectoraux, provinciaux et les prestigieux examens palatins, acquérir un diplôme était un but social bien plus tentant que de devenir marchand. Le commerce était en effet considéré avec dédain par la classe des hauts fonctionnaires, qui, pendant la période Song, comportait bien moins d'aristocrates que lors de la période Tang. Les examens étaient soigneusement conçus de façon à s'assurer que les personnes aux ressources plus modestes que les candidats issus des riches familles terriennes eussent autant de chance de réussir et d'obtenir un diplôme officiel. Ceci incluait l'emploi d'un bureau de copistes, chargé de recopier les réponses de tous les candidats, afin de dissimuler l'écriture de chacun, les rendant ainsi anonymes et empêchant tout favoritisme de la part des correcteurs. L'introduction de l'imprimerie pendant la période Song permit à davantage de candidats à ces concours d'accéder aux Classique chinois et à leurs commentaires reconnus, dont la connaissance était indispensable pour réussir.

En Europe et aux États-Unis[modifier | modifier le code]

La fonction publique chinoise se fit connaître en Europe au milieu du 18e siècle, et influença le développement des systèmes européens et américains. Par une ironie de l'histoire, à cause en partie à cette influence chinoise, la première fonction publique européenne ne fut pas mise en place en Europe, mais en Inde par la Compagnie anglaise des Indes orientales, qui faisait la différence entre ses personnels civils et militaires. Afin d'empêcher la corruption et le favoritisme, les promotions au sein de la Compagnie s'obtenaient par le biais d'examens. Le système s'est ensuite étendu au Royaume-Uni en 1854, puis aux États-Unis en 1883, avec l'Acte Pendleton de réforme de la fonction publique, qui vint aussi en usage en Chine.

La fonction publique dans le monde[modifier | modifier le code]

Belgique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Fonction publique belge.

Canada[modifier | modifier le code]

La fonction publique canadienne forme un grand corps, comprenant plus de 200 services et 450 000 employés, incluant des commissions, des conseils, les sociétés de la Couronne, le Conseil privé de la Reine pour le Canada et la Gendarmerie royale du Canada. En 2010, la fonction publique fédérale compte 216 045 employés[2]. Elle a été profondément réformée dans les années 1990, sous le gouvernement du libéral Jean Chrétien. Ses effectifs ont alors été réduits de 25 %. Le Canada étant un État fédéral, à ce nombre il faut ajouter les fonctions publiques des dix provinces et trois territoires.

Au total, l'effectif des gouvernements des provinces et des territoires canadiens était de plus de 358 000 employés en 2010 au Canada[3]. En ajoutant à ce nombre, les employés des administrations locales (municipalités), on obtient le nombre total de fonctionnaires pour l'ensemble du pays. En 2010, le Canada comptait ainsi plus de 3,6 millions de fonctionnaires répartis entre les trois paliers de gouvernement (fédéral; provincial et territorial; municipal). Ce nombre représentait alors plus de 21 % de tous les emplois au pays[4].

France[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Fonction publique française.

République d'Irlande[modifier | modifier le code]

La fonction publique irlandaise comprend les employés du Département d'État, sauf les ministres et un petit nombre de conseillers politiques rémunérés. Elle inclut aussi les employés de quelques agences gouvernementales, comme l'Office des inspecteurs des impôts et l'Office des travaux publics. L'organisation du service civil d'Irlande ressemble beaucoup à celui de Grande-Bretagne, avec des systèmes hiérarchiques quasiment identiques.

En Irlande, les employés du secteur public, comme les membres de la Garda Siochana (les forces de police) et les professeurs, ne sont pas considérés comme des fonctionnaires civils, mais font partie de la fonction publique de la République d'Irlande[pas clair].

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Civil Service (Royaume-Uni).

Au Royaume-Uni, le service civil comprend seulement les employés de la Couronne, excluant les employés parlementaires. Les employés du secteur public, comme les professeurs et les médecins du Service national de santé, ne sont pas considérés comme des fonctionnaires civils. À noter que les fonctionnaires des services gouvernementaux détachés en Irlande du Nord ne font pas partie du service civil britannique, mais constituent un corps distinct : le service civil d'Irlande du Nord.

Au niveau supra-national[modifier | modifier le code]

Mode de rémunération[modifier | modifier le code]

En France, les fonctionnaires sont rémunérés via un Point d'indice salarial : chacun est situé dans l'échelle des salaires à un échelon qui donne droit à un nombre de point d'indice salarial.

Pour tenir compte de l'inflation, la valeur du point d'indice est revalorisée tous les ans, lors de négociations salariales entre gouvernement et syndicats. Pour connaitre le montant de son traitement mensuel, chaque fonctionnaire multiplie la valeur du point d'indice par le nombre de points de son échelon.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Article en partie traduit à partir de en:Civil service, édition du 7 mars 2008 ;
  • Bodde, D. Chinese Ideas in the West [1]
  • Brownlow, Louis, Charles E. Merriam, and Luther Gulick, Report of the President's Committee on Administrative Management. (1937) U.S. Government Printing Office.
  • P. N. Mathur. The Civil Service of India, 1731-1894: a study of the history, evolution and demand for reform (1977)
  • Kevin Theakston. The Civil Service Since 1945 (Institute of Contemporary British History, 1995)
  • Ari Hoogenboom. Outlawing the Spoils: A History of the Civil Service Reform Movement, 1865-1883. (1961)
  • Schiesl, Martin. The Politics of Efficiency: Municipal Administration and Reform in America, 1880-1920. (1977)
  • Van Riper, Paul. History of the United States Civil Service (1958).
  • White, Leonard D., Introduction to the Study of Public Administration. (1955)
  • Leonard D. White, Charles H. Bland, Walter R. Sharp, and Fritz Morstein Marx; Civil Service Abroad, Great Britain, Canada, France, Germany (1935) online

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. CAS (2013), Quel est l'impact des TIC sur les conditions de travail dans la fonction publique ? ; Note d'analyse n°318 du CAS; Janvier 2013
  2. Source : Secrétariat du conseil du Trésor du Canada.
  3. L'Observatoire de l'administration publique, L'effectif des administrations publiques provinciales, http://etatscanadiens-canadiangovernments.enap.ca/fr/nav.aspx?sortcode=1.0.2.1
  4. L'Observatoire de l'administration publique, L'effectif public total, http://etatscanadiens-canadiangovernments.enap.ca/fr/nav.aspx?sortcode=1.0.2.0


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]