Kundalinî yoga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le kuṇḍalinī yoga tire son nom du terme kuṇḍalinī, qui, selon cette doctrine, désigne une énergie primordiale qui serait présente en chaque être humain et qui évoluerait le long d'un canal principal (sushumnā) situé dans la colonne vertébrale, au centre de la moelle épinière, depuis le sacrum jusqu'au sommet de la tête.

Le kuṇḍalinī yoga vise à l'éveil de la conscience du soi par la maîtrise de cette énergie, la kuṇḍalinī, par la pratique d'āsana (posture), de prāṇāyāma (techniques de souffle), de bandha (fermetures, contractions) et la récitation de mantra.

Une brève histoire du kuṇḍalinī yoga[modifier | modifier le code]

Le kuṇḍalinī yoga en Inde[modifier | modifier le code]

Le kuṇḍalinī yoga est l'une des 22 écoles de yoga. Celui-ci appartient à la tradition indienne non orthodoxe et est exposé dans la Yoga kuṇḍalinī upanishad qui fait partie du groupe des yoga upanishad.

On l'a aussi appelé rāja yoga (même si désormais ce terme fait référence à une autre école yogique), soit qu'il ait été réservé à la noblesse, à l'élite (de la racine sanskrite rāj pour "roi", "royal"), soit qu'il ait été considéré alors comme la "voie royale" vers l'épanouissement de la conscience.

Dans la tradition yogique indienne, le kuṇḍalinī yoga est considéré comme une pratique puissante pour parvenir à l'extinction du cycle des existences successives (saṃsāra). Celle-ci est liée à la tradition tantrique, avec la réputation de donner accès à des pouvoirs occultes et surnaturels (ou siddhi). Le kuṇḍalinī yoga est associé aux sidhas (ou sâdhus) les plus expérimentés, et enseigné de façon confidentielle.

Carl Gustav Jung et le kuṇḍalinī yoga[modifier | modifier le code]

Le kuṇḍalinī yoga fut introduit en Europe par l'entremise de Carl Gustav Jung au cours de conférences qu'il donna sur ce sujet en 1932 au Club psychologique de Zurich, alors que la discipline était encore totalement inconnue en Occident[1]. Cependant, cette découverte resta purement théorique et ne donna lieu à aucune pratique du Kundalinî-Yoga.

Le kuṇḍalinī yoga en Occident[modifier | modifier le code]

Les premiers rudiments d'enseignements publics du kuṇḍalinī yoga furent exposés par Vivekananda à l'occasion de l'exposition de Chicago, aux États-Unis, qui eut lieu en 1892[2].

Dès 1969, le kuṇḍalinī yoga fut enseigné aux États-Unis et en Europe par un maître de cette discipline, Yogi Bhajan. Préconisant notamment le kuṇḍalinī yoga pour aider les toxicomanes à sortir de la dépendance aux drogues[3] (programme SuperHealth, fondé en 1973, qui vaudra à Yogi Bhajan une reconnaissance du Sénat américain[4]), il diffusa son enseignement à travers le monde entier pendant 35 ans, avec comme objectif de former des professeurs.

Yogi Bhajan, par ailleurs enseignant le hatha-yoga, justifiait l'enseignement de ces techniques par le fait qu'elles seraient adaptées aux besoins de notre époque : selon lui, rares sont ceux qui, en Inde comme ailleurs, peuvent se permettre de pratiquer le yoga plus d'une heure par jour. Il fallait donc, toujours selon lui, recourir à une pratique qui permette de ressentir rapidement des effets qu'il jugeait significatifs.

Désormais, le kuṇḍalinī yoga tel qu'enseigné par Yogi Bhajan recense de nombreux pratiquants dans le monde. La fédération allemande de kundalinî-yoga (3HO Deutschland), par exemple, revendique plus d'un millier d'enseignants adhérents...

La fondation 3HO (pour Healthy happy holy organization) fondée par Yogi Bhajan, dispose d'un siège au Conseil économique et social des Nations unies en tant qu'organisation non-gouvernementale[5]. Lui sont affiliées les principales écoles de Kuṇḍalinī Yoga et de ses disciplines associées (Sat Nam Rasayan, Karam Kriya, Kuṇḍalinī Yoga prénatal, White Tantric Yoga...) qui sont désormais dirigées par des élèves de Yogi Bhajan.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Kundalinî-Yoga
  • Satya Singh, Manuel du yoga kundalini, Editions Marabout, 1996. (ISBN 2-501-02137-1)
  • Shakta Kaur Khalsa, Le yoga pour les femmes, Editions Pearson Pratique, 2005. (ISBN 2-744-06123-9)
  • Michel Manor, Kundalini yoga : La science de l'être total, Guy Trédaniel Editeur, (ISBN 2-857-07620-7)
  • Lothar Rüdiger Lütke, Kundalini, l'éveil de la force de vie, Guy Trédaniel Editeur, (ISBN 2-85707-707-6)
  • (en) Yogi Bhajan, The teachings of Yogi Bhajan, KRI Publications, (ISBN 0-895090-52-X)
  • Tara Michaël, Corps subtil et corps causal. "La Description des six chakra" et quelques textes sanscrits sur le kuṇḍalinī yoga, Paris, Le Courrier du livre, 1979, 278 p.
Psychologie analytique
Kundalinî
  • Carl Gustav Jung, nouv. éd. sous le titre Psychologie du yoga de la Kundalinî, 2005 (ISBN 2-226-15711-5)
  • A. Avalon - La puissance du serpent. Introduction au tantrisme, Traduit par C. Vachon sur la 4e éd. angl., Ganesh et Cie, Madras. 1950, Dervy Ed., Paris.
  • Lilian Silburn, La kundalinî, l’énergie des profondeurs, Les Deux Océans, Paris, 1983
  • (en) V.G. Rele, The mysterious kundalini - Bombay, 1927, ed. D.P. Toraporevala.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. C.G. Jung, S. Shamdasani, ed.: The Psychology of Kundalini Yoga: Notes of the Seminar Given in 1932
  2. Raja Yoga. Vivekananda. Éd. Sundeep Prakashan, 2004. (ISBN 9788180900365)
  3. http://www.unodc.org/ngo/showSingleDetailed.do?req_org_uid=16420 Office des Nations unies contre la drogue et le crime - Répertoire des ONG
  4. The Library of Congress - Honoring the life and contribution of Yogi Bhajan
  5. Conseil économique et social des NU - Répertoire des ONG

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]