Conflit entre Capétiens et Plantagenêt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guerre de Succession.
Conflit entre Capétiens et Plantagenêt
Informations générales
Date 1159 - 1259
Lieu France
Casus belli Siège de Toulouse par Henri II Plantagenêt
Issue Traité de Paris 1259
Changements territoriaux Normandie, Maine, Anjou, Touraine, Poitou, Thouars, Saintonge, Angoumois, Auvergne et Berry.
Belligérants
Royal Arms of England (1198-1340).svg Empire Plantagenêt Flag of medieval France.svg Royaume de France
Commandants
Henri II d'Angleterre
Richard Coeur de Lion
Jean sans Terre
Henri III d'Angleterre
Edouard Ier d'Angleterre
Louis VII de France
Philippe II Auguste
Louis VIII de France
Saint Louis
Philippe IV le Bel
Première guerre de Cent Ans
Batailles
Damme - Roche-aux-Moines - Bouvines - Lincoln - Douvres - Sandwich

Le conflit opposant les dynasties des Capétiens et des Plantagenêt couvre une période de 100 ans (1159 à 1259), pendant laquelle s’affrontent le Royaume de France et l'Empire Plantagenêt. Ce conflit est aussi appelé par certains historiens, la « première Guerre de Cent Ans »[1]. Mais il s'agit d'un conflit entre Français, les deux dynasties étant françaises, les nobles qui composent l'armée anglaise étant essentiellement d'origine française, les troupes d'infanteries (fantassins) anglaises étant essentiellement recrutées localement en France (Anjou, Guyenne, Normandie, Bretagne etc.), les possessions françaises continentales du souverain "anglais" étant plus importantes que ses possessions insulaires, et considérablement plus importantes que celles du souverain "français", même si celui-ci est le suzerain du roi d'Angleterre pour la plus grande partie des possessions qu'il détient sur le continent. Et la langue officielle des deux belligérants est le français de l'époque. Le français demeurera d'ailleurs la langue officielle de l'Angleterre jusqu'en 1361. D'où les expressions que l'on trouve encore de nos jours sur les blasons et armoiries de la monarchie anglaise "Honni soit qui mal y pense" et "Dieu et mon droit". Les rois "anglais", mais français d'origine, viendront prendre femme en France, du XIe au XVe siècle. Très rares étant ceux qui épouseront une femme d'un autre pays, y compris pour les dynasties dérivées. Si bien que rois anglais, mais français d'origine, épousant une noble française, engendreront des rois "français" sur le trône anglais. Ce ne sera pas le cas des rois de France, contraints par les lois de non-consanguinité de l'Église, d'aller chercher leurs épouses jusqu'au Danemark ou à Kiev.

La guerre commence en 1159 lorsque les armées de l'Angevin Henri II d'Angleterre entrent dans Périgueux. Le roi d'Angleterre a décidé d'agrandir encore ses possessions dans le Sud-Ouest en annexant le comté de Toulouse qui comprend, entre autres, le Quercy.

À partir de 1170, Aliénor d'Aquitaine, pourtant toujours épouse d'Henri II, lui dispute territoires et légitimité au trône en soulevant contre lui ses propres fils.

Cette guerre est aussi la lente conquête par les Capétiens de leur royaume. En effet, le pouvoir royal réel du roi de France est encore peu étendu, alors même que la suzeraineté de cette dynastie s'étend bien au-delà du petit royaume d'Île-de-France. Elle s'étend sur presque tout le territoire de France, jusqu'aux marches de l'Empire Romain Germanique, (Seine/Morvan/Vallée du Rhone) à l'Est.

La politique expansionniste de Henri II[modifier | modifier le code]

En 1150, Henri II reçoit le duché de Normandie de son père Geoffroy V d'Anjou, et quand celui-ci meurt en 1151, il devient comte d'Anjou et du Maine.

Le 18 mai 1152, il devient duc d'Aquitaine par mariage en épousant Aliénor d'Aquitaine à Poitiers après le constat de nullité du mariage de celle-ci avec le roi de France Louis VII le Jeune au concile de Beaugency. Plusieurs enfants naîtront de ce mariage.

Le 6 novembre 1153, par le traité de Wallingford (ou traité de Winchester), il est reconnu comme successeur du roi Étienne d'Angleterre, (Étienne de Blois avant son accession au trône). Quand ce dernier meurt le 25 octobre 1154, il accède au trône d'Angleterre sous le nom d'Henri II. Le dimanche 19 décembre suivant, il est couronné à l'abbaye de Westminster.

Il introduit quelques réformes religieuses et législatives. En 1155, il nomme Thomas Becket chancelier.

En 1156, il s'empare de la vicomté de Thouars maîtrisant ainsi les communications entre le nord-ouest et le sud-ouest de la France.

En 1159, poursuivant sa politique expansionniste, il assiège Toulouse avec l'aide de Raimond Berenger IV comte de Barcelone et prince d'Aragon. Louis VII vient au secours de son beau-frère Raymond V de Toulouse. Henri II se retire en annexant une partie du Quercy et Cahors.

Deux affaires vont considérablement ternir son règne :

  • Le conflit avec son ancien chancelier Thomas Becket. Ce dernier s'oppose à l'abolition de privilèges ecclésiastiques, notamment judiciaires, et à l'emprise plus importante du roi sur l'Église d'Angleterre. L'assassinat de l'archevêque, dans sa cathédrale de Cantorbéry, en 1170, par des chevaliers pensant ainsi faire plaisir au roi, entame grandement l'autorité royale.
  • Le partage de son considérable territoire entre ses fils. Impatients d'hériter, ses fils se révoltent contre lui avec l'aide de leur mère, du roi de France, du roi d'Écosse Guillaume le Lion et des comtes de Blois, de Boulogne et de Flandre. Il emprisonne Guillaume le Lion après sa défaite en 1174 à la bataille de Alnwick. Son épouse sera également soumise à une longue captivité.

Son prestige devient considérable en Europe. Le nouveau roi de France, Philippe Auguste est en revanche bien décidé à combattre Henri II dont l'immense territoire menace le royaume capétien. Le roi de France obtient dans son combat l'appui des deux fils d'Henri II, Richard Cœur de Lion et Jean sans Terre. Par le traité d'Azay-le-Rideau du 4 juillet 1189, Henri II doit reconnaître son fils Richard comme seul héritier. Il meurt seul, quelques jours plus tard, dans son château de Chinon. Il est inhumé à l'abbaye de Fontevrault.

Les manœuvres de Philippe Auguste[modifier | modifier le code]

L'évolution du territoire sous Philippe Auguste

Lorsque Philippe Auguste accède au trône en 1180, il n'est que le roi d'un domaine comparable à l'Île-de-France d'aujourd'hui et se trouve confronté à un empire Plantagenêt plus puissant que jamais. Après avoir affermi sa position au sein de son propre royaume, il commence à jouer la carte des fils d'Henri II, soutenant leurs révoltes et se liant d'amitié avec Richard Cœur de Lion. Après une période de combat de 2 ans (1186 - 1188), une trêve de statu quo est signée. La mort d'Henri II en 1189 et l'appel à la troisième croisade mettent un terme à cette première période.

De retour de croisade en décembre 1191, Philippe Auguste encourage alors la révolte de Jean Sans Terre contre son frère Richard et profite de l'absence de ce dernier pour négocier un traité très avantageux pour la France. Espérant récupérer la couronne anglaise grâce au soutien du roi de France, Jean sans Terre lui prête hommage en 1193. Puis, alors que Philippe Auguste attaque les possessions des Plantagenêt, Jean cède au roi de France l'est de la Normandie (à l'exception de Rouen), Le Vaudreuil, Verneuil et Évreux, par un accord écrit, en janvier 1194. Par sa finesse diplomatique et militaire, Philippe tient son rival en respect.

Richard Cœur de Lion prisonnier (à gauche) et mortellement blessé à Châlus (à droite) (Effigies Regum Angliae, XIVe siècle)

Richard Cœur de Lion poursuit la croisade après le départ de Philippe : il reprend les principaux ports palestiniens, jusqu'à Jaffa, et rétablit le royaume latin de Jérusalem, bien que la ville proprement dite lui échappe. Il négocie finalement une trêve de cinq ans avec Saladin et rembarque au mois d'octobre 1192. Les tempêtes d'hiver le surprennent. Echoué à Corfou, il est capturé par le duc d'Autriche Léopold V, qui le remet entre les mains de l'empereur germanique Henri VI, son ennemi. Pour la libération de Richard, l'empereur demande une rançon de cent mille marcs d'argent, plus cinquante mille marcs pour l'aider à conquérir la Sicile[2].

Richard est finalement libéré le 2 février 1194. Sa mère, Aliénor d'Aquitaine, a payé les deux tiers de la rançon demandée, soit cent mille marcs d'argent, le solde devant être versé plus tard[2]. Sa réaction est immédiate. Il fait reculer Philippe qui doit renoncer à l'essentiel de ses récentes conquêtes dans un premier traité en janvier 1196. Puis les combats reprennent, toujours à l'avantage de Richard qui envahit le Vexin (1197-1198). Les deux rois cherchent des soutiens, tandis que le nouveau pape Innocent III, qui souhaite mettre sur pied une nouvelle croisade, les pousse à négocier. La situation se règle brusquement. Lors du siège du château de Châlus (Limousin) en 1199, Richard est frappé par un carreau d'arbalète. Il succombe à sa blessure quelques jours plus tard, le 6 avril, à quarante et un ans et au faîte de sa gloire.

Jean sans Terre face à Philippe Auguste[modifier | modifier le code]

Jean sans Terre succède à Richard. La succession ne va pas de soi : face à Jean sans Terre, le jeune Arthur de Bretagne (douze ans), fils de son frère aîné Geoffroi mort en 1186, est un prétendant sérieux. Philippe Auguste profite de cette rivalité et, comme il avait pris position pour Jean contre Richard, il prend cette fois position pour Arthur contre Jean. Il reçoit l'hommage du duc de Bretagne au printemps 1199 pour les comtés d’Anjou, du Maine et de Touraine. Ceci lui permet de négocier en position de force avec Jean Sans Terre, et le traité du Goulet, en mai 1200, est favorable à Philippe Auguste. Le traité est scellé par le mariage entre Louis de France et Blanche de Castille, nièce de Jean.

Les hostilités ne cessent pas vraiment, et se concentrent désormais en Aquitaine. Philippe se rapproche donc d'une part d'Arthur, et convoque Jean, son vassal au titre du traité du Goulet, pour ses actions en Aquitaine et à Tours. Jean ne se présente naturellement pas, et la cour de France prononce la confiscation de ses fiefs.

La suite se joue sur le terrain militaire. Philippe part dès le printemps 1202 à l'assaut de la Normandie tandis qu'Arthur s'attaque au Poitou. Mais le jeune duc est surpris par Jean sans Terre lors du siège de Mirebeau, et fait prisonnier avec ses troupes. Arthur de Bretagne disparaît dans les mois qui suivent, probablement assassiné début 1203. Philippe s'assure alors le soutien des vassaux d'Arthur et reprend son action en Normandie au printemps 1203. Il démantèle le système des châteaux normands, prend Le Vaudreuil, et entame le siège de Château-Gaillard en septembre 1203. De son côté, Jean fait l'erreur de quitter la Normandie pour rentrer en Angleterre, en décembre 1203. Château-Gaillard tombe le 6 mars 1204.

Philippe Auguste peut alors envahir l'ensemble de la Normandie: Falaise, Caen, Bayeux, puis Rouen qui capitule le 24 juin 1204 en constatant que le secours de Jean sans Terre n'arrive pas. Verneuil et Arques tombent immédiatement après et parachèvent le succès de Philippe, qui aura conquis la Normandie en deux ans de campagne. Pour consolider sa nouvelle conquête, Philippe Auguste construit le château de Rouen, imposante forteresse de style philippien et lieu du pouvoir capétien en Normandie.

Philippe se tourne alors vers la vallée de la Loire, il prend d'abord Poitiers en août 1204, puis Loches et Chinon en 1205. Jean et Philippe conviennent finalement d'une trêve à Thouars, à compter du 13 octobre 1206. Pour Philippe Auguste, il va désormais falloir stabiliser ces conquêtes rapides. Dès 1204, le roi publie une ordonnance imposant en Normandie l'usage du denier tournois en lieu et place de l'angevin[3].

Philippe Auguste traversant la Loire (Grandes Chroniques de France, XIVe ‑ XVe siècle)

Toute la période qui s'étale de 1206 à 1212 verra Philippe Auguste s'efforcer de consolider ses conquêtes territoriales. La domination capétienne est acceptée en Champagne, en Bretagne, en Auvergne, mais le comté de Boulogne et la Flandre restent réticents.

Renaud de Dammartin, comte de Boulogne, est une première source de préoccupation. Malgré les attentions de Philippe Auguste, qui marie notamment en 1210 son fils Philippe Hurepel à Mathilde, fille de Renaud, ce dernier négocie avec le camp ennemi, et les soupçons de Philippe prennent corps lorsque le comte entreprend de fortifier Mortain, en Normandie occidentale. En 1211, Philippe passe à l'offensive, il prend Mortain, Aumale et Dammartin. Renaud de Dammartin s'enfuit auprès du comte de Bar-le-Duc et ne constitue plus un danger immédiat.

En Flandre s'ouvre une période d'incertitude: Baudouin, comte de Flandre et de Hainaut, prend part à la quatrième croisade à partir de l'été 1202, participe à la prise de Constantinople et est élu empereur du nouvel empire latin fondé en mai 1204. Mais il est fait prisonnier par les Bulgares en 1205 et tué peu après. Philippe, frère de Baudouin et comte de Namur, qui assure la régence en Flandre, jure finalement fidélité à Philippe Auguste, contre l'avis de ses conseillers. Le roi, pour stabiliser le comté, marie la seule héritière de Baudouin, sa fille Jeanne, à Ferrand de Flandre, en 1211. Philippe Auguste pense pouvoir compter sur son vassal.

La réussite de Philippe Auguste[modifier | modifier le code]

Bataille de Bouvines : Philippe face à Otton (Grandes Chroniques de France, XIVe siècle)

L'incroyable réussite de Philippe Auguste amène bientôt ses rivaux à s'unir. L'opposition se cristallise en 1212. On y compte naturellement Jean sans Terre et Otton de Brunswick. Renaud de Dammartin est le véritable artisan de la coalition, lui qui n'a plus rien à perdre se rend à Francfort pour trouver l'appui d'Otton, puis en Angleterre où il fait hommage à Jean, qui le rétablit officiellement dans ses possessions anglaises. Les hostilités entre Philippe et Jean reprennent immédiatement.

À la même époque, les premières opérations de la croisade contre les Albigeois, menée par des barons, voient se quereller le comte de Toulouse et les croisés. Philippe Auguste remet cette question à plus tard et se concentre sur le danger anglais. Il réunit ses barons à Soissons le 8 avril 1213, charge son fils Louis de conduire l'expédition contre l'Angleterre et obtient le soutien de tous ses vassaux, sauf un, Ferrand, le comte de Flandre qu'il a lui-même installé deux ans plus tôt. Philippe cherche alors de nouveaux soutiens, notamment auprès d'Henri de Brabant. Après une période d'hésitation, le pape Innocent III choisit en revanche de soutenir Jean, un soutien certes moral mais non négligeable. Les préparatifs du conflit se prolongent : le projet initial de Philippe, qui souhaite envahir l'Angleterre, prend littéralement l'eau lorsque sa flotte est assaillie par la coalition ennemie à Damme, en mai 1213. Les mois suivants voient Philippe et Louis s'acharner contre les comtés de Boulogne et de Flandre. Les villes du nord sont presque toutes ravagées.

En février 1214, Jean débarque enfin sur le continent, à La Rochelle, espérant prendre Philippe à revers. Une stratégie qui fonctionne d'abord, puisque Jean gagne des partisans parmi les barons du Limousin et dans le Poitou. En mai 1214, il remonte jusqu'à la vallée de la Loire et prend Angers. Philippe, toujours engagé en Flandre, confie alors à son fils Louis la riposte contre Jean. Le jeune prince se tourne immédiatement vers la forteresse de la Roche-aux-Moines. À son approche, Jean est pris de panique: le soutien des barons poitevins vacille, tandis qu'on annonce que Louis est accompagné de 800 chevaliers. Le roi d'Angleterre fuit le 2 juillet, la déroute anglaise est totale. Mais la coalition n'a pas encore perdu: c'est au nord que tout doit se jouer.

Bataille de Bouvines : Philippe ramène Ferrand de Portugal et Renaud de Dammartin, tous deux faits prisonniers (Grandes Chroniques de France, XIVe siècle)
Article détaillé : Bataille de la Roche-aux-Moines.

L'affrontement final entre les armées de Philippe et la coalition, conduite par Otton, est désormais inévitable, après plusieurs semaines d'approche et d'évitement. Le dimanche 27 juillet 1214, l'armée de Philippe, poursuivie par la coalition, arrive à Bouvines pour traverser le pont sur la Marque. En ce dimanche, l'interdiction de combattre est absolue pour les chrétiens, mais Otton décide de passer à l'offensive, espérant surprendre l'ennemi alors qu'il traverse le pont. L'armée de Philippe est bien surprise par l'arrière, mais celui-ci organise rapidement la riposte avant que les troupes ne s'engagent sur le pont. Celles-ci se retournent rapidement contre la coalition. L'aile droite française s'engage contre les chevaliers flamands, conduits par Ferrand. Puis, au centre, Philippe et Otton se font face. Dans la mêlée de cavalerie, Philippe est désarçonné, il chute, mais ses chevaliers le protègent, lui offrent un cheval frais, et le roi reprend l'assaut, jusqu'à pousser Otton à battre en retraite. Enfin, sur l'aile gauche, les partisans de Philippe viennent à bout de Renaud de Dammartin, capturé après une longue résistance. Le sort vient de basculer en faveur de Philippe, malgré l'infériorité numérique de ses troupes (1 300 chevaliers et 4 000 à 6 000 sergents à pied, contre 1 300 à 1 500 chevaliers et 7 500 sergents à pied pour la coalition[4]). La victoire est totale: l'empereur est en fuite, les hommes de Philippe ont fait 130 prisonniers, dont cinq comtes, notamment le traître honni, Renaud de Dammartin, et le comte de Flandre, Ferrand.

La coalition est dissoute dans la défaite. Le 18 septembre 1214, à Chinon, Philippe signe une trêve de statu quo pour cinq ans avec Jean qui continue de harceler ses positions au sud. Le roi anglais retourne en Angleterre en 1214. Par ce traité de Chinon, Jean sans Terre abandonne toutes ses possessions au nord de la Loire: le Berry et la Touraine, avec le Maine et l'Anjou retournent dans le domaine royal, qui couvre désormais le tiers de la France, et, singulièrement agrandi se trouve libéré de toute menace.

Article détaillé : Bataille de Bouvines.

L'expédition anglaise de Louis[modifier | modifier le code]

Article connexe : Première Guerre des barons.

La victoire est totale sur le continent, et les ambitions royales ne s'arrêtent pas là. En effet, Philippe Auguste souhaite aller plus loin contre Jean d'Angleterre. Il fait ainsi valoir que Jean doit être privé du trône, rappelant sa trahison envers Richard en 1194, et le meurtre de son neveu Arthur. Faisant valoir une interprétation d'ailleurs contestable de la généalogie de son épouse Blanche de Castille, Louis, à la demande de barons anglais en rébellion, conduit une expédition pour tenter de conquérir l'Angleterre. Le débarquement a lieu en mai 1216 et Louis, à la tête de troupes nombreuses (1 200 chevaliers, plus de nombreux rebelles anglais[5]), conquiert le royaume anglais, notamment Londres où il s'installe. Seuls Windsor, Lincoln et Douvres résistent. Mais malgré l'accueil chaleureux réservé à Louis par une majorité d'évêques anglais, le soutien du pape à Jean demeure ferme, et Louis est excommunié. Finalement, Jean meurt subitement d'une grave indigestion, le 19 octobre 1216. Les anciens alliés de Jean font alors couronner en toute hâte Henri III, âgé de neuf ans. Innocent III vient aussi de mourir, mais son successeur Honorius III continue de défendre les loyalistes. Les évêques retirent bientôt leur soutien à Louis et les rebelles s'assagissent. Le prince revient chercher des appuis en France début 1217 et retourne en Angleterre. Cette fois, son action est mise en déroute. Louis accepte de négocier la paix en juin, celle-ci est conclue en septembre 1217 et son excommunication est levée.

L'attitude de Philippe Auguste quant à cette expédition est ambiguë. En tout cas le roi ne la soutient pas officiellement. Mais il est peu vraisemblable d'imaginer qu'il n'ait pas donné son assentiment à celle-ci, du moins à titre privé.

Après Bouvines, les opérations militaires se déroulent en Angleterre ou dans le Midi de la France. Le domaine royal, et plus largement l'ensemble du nord de la Loire, reste en paix, selon les termes de la trêve conclue à Chinon en 1215, originellement pour cinq ans, et prolongée en 1220 avec la garantie de Louis, une association qui marque le début de la transition de Philippe à son fils et héritier.

Si les conquêtes par les armes cessent, Philippe étend néanmoins son influence en profitant des cas de successions problématiques. C'est le cas en Champagne lors de l'accession de Thibaut IV, qui lui permet d'asseoir sa suzeraineté. C'est le cas surtout lorsque le roi récupère certaines terres comme Issoudun, Bully, Alençon, Clermont-en-Beauvaisis, ainsi que le Ponthieu.

La prospérité du royaume à la fin du règne de Philippe Auguste est un fait établi. On estime ainsi l'excédent annuel du Trésor à 25 210 livres en novembre 1221. À cette même date, le Trésor a dans ses caisses 157 036 livres, soit plus de 80 % du revenu annuel ordinaire global de la monarchie. Le testament de Philippe Auguste, rédigé en septembre 1222, confirme ces chiffres, puisque la somme de ses legs s'élève à 790 000 livres parisis, soit près de quatre ans de revenus[6] ! Ce testament est rédigé alors que l'état de santé de Philippe fait craindre la mort. Celle-ci ne surviendra finalement que dix mois plus tard.

Alors qu'il se trouve à Pacy, Philippe décide d'assister à la réunion ecclésiastique organisée à Paris pour la préparation de nouvelles croisades, contre l'avis de ses médecins. Il ne survit pas à la fatigue du voyage et meurt le 14 juillet 1223, à Mantes. Son corps est amené à Paris, et ses funérailles sont rapidement organisées, à Saint-Denis, en présence des grands du royaume. Pour la première fois, le corps du roi de France revêtu de tous les regalia est exposé à la vénération du peuple avant sa sépulture dans un rite solennel inspiré de celui des rois d'Angleterre[7].

Les conquêtes de Louis VIII[modifier | modifier le code]

Couronnement de Louis VIII le Lion
Grandes Chroniques de France, enluminées par Jean Fouquet. BNF Fr.6465 f.247

Surnommé « Cœur de Lion » ou « le Lion », pour ne pas concurrencer Richard, c'est pendant le règne de son père que Louis avait obtenu sa renommée en remportant sur Jean sans Terre la victoire de La Roche-aux Moines en 1214. Lors de son expédition outre-Manche, Louis VIII, battu à Lincoln en mai 1217, doit renoncer à ses prétentions sur le trône d'Angleterre par le traité de Lambeth signé le 11 septembre 1217 tout en obtenant en contrepartie une forte somme d'argent.

Louis VIII prétexte par la suite que la cour d’Angleterre n’avait toujours pas exécuté toutes les conditions du traité de 1217. Profitant de la minorité d'Henri III, il décide de s’emparer des dernières possessions anglaises en France.

L’Aquitaine est prise, les villes de cette région tombant les unes après les autres : le Poitou, la Saintonge, le Périgord, l'Angoumois et une partie du Bordelais. Louis VIII s’empare de tout ce territoire, jusqu’à la Garonne, au cours d’une campagne rapide.

Henri III ne possède plus en France que Bordeaux et la Gascogne, qui ne seront pas attaquées.

Le règne de Saint Louis[modifier | modifier le code]

Le 5 juin 1286, Édouard Ier, roi d'Angleterre rend hommage à Philippe le Bel. La scène a lieu dans une salle du palais royal en présence de la cour. Tiré des Grandes Chroniques de France, enluminées par Jean Fouquet.

En 1230, le roi d'Angleterre mène une expédition en France pour reconquérir l'héritage Plantagenêt mais est repoussé et obligé de rembarquer pour son royaume l'année suivante. En 1242, Henri III est à nouveau en guerre avec le roi de France Louis IX. Il est une nouvelle fois vaincu, à la bataille de Taillebourg.

Le 4 décembre 1259 à Paris, Saint Louis signe un traité de paix avec l'Angleterre mettant ainsi fin à la première «guerre de Cent Ans» entre les deux pays.

Il y eut plusieurs années de négociations entre Philippe le Hardi et Édouard Ier d’Angeleterre qui aboutirent au traité d'Amiens en 1279, qui donna satisfaction aux revendications anglaises sur l'Agenais.

La première guerre de Cent Ans s'achève définitivement avec le Traité de Montreuil-sur-Mer, ratifié le 19 juin 1299 par Philippe IV le Bel et Édouard Ier d’Angeleterre, qui prévoit le mariage d'Isabelle, fille de Philippe le Bel, avec Édouard II d'Angleterre, fils d'Édouard Ier. Le 20 mai 1303, la France et l'Angleterre signent le traité de Paris qui confirme les dispositions arrêtées par le traité de Montreuil.

Ironiquement, Édouard III, le fils d'Isabelle et Édouard II d'Angleterre utilisera sa position de petit-fils de Philippe le Bel pour prétendre au Royaume de France. C'est donc le fruit du mariage précédant qui scella la fin de la "première" guerre de Cent Ans et qui fut l'un des casus bellis employés pour déclarer la "seconde" guerre de Cent Ans.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne-Marie Flambard Héricher et Véronique Gazeau, 1204, La Normandie entre Plantagenêts et Capétiens, Caen, CRAHM, 2007 ISBN 9782902685356

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Un Résumé de la Guerre de Cent Ans (1337-1453) », sur Mount Holyoke College (consulté le 30 juillet 2014).
  2. a et b Jean Flori Philippe Auguste p. 68
  3. « Ainsi il a été ordonné à Caen devant le sénéchal de Normandie, sur le conseil de frère Haimard et sur le conseil des barons de Normandie, que le marc [en monnaie] de Caen, de Dunois [Châteaudun], du Perche et de Vendôme serait pris à l'Échiquier pour 14 sous et 9 deniers, et celui de Guingamp pour 13 sous et 9 deniers, et celui d'Angers pour 15 sous tournois. Et nul n'est autorisé, ni un changeur ni quelqu'un d'autre, à porter la monnaie interdite hors de la terre de monseigneur le roi, mais il doit la porter au change ou aux gardes de la monnaie. Et ceux qui doivent de l'argent à monseigneur le roi, qu'ils versent pour un marc [en monnaie] 13 sous et 4 deniers esterlins de garde(4), ou 53 sous et 4 deniers tournois, ou 26 sous et 7 deniers du Mans. Et il a été mandé de la part du roi que, pour les dettes qui lui sont dues, comme il a été promis, dans votre bailliage, de ceux qui n'ont pas de tournois ni de mansois vous acceptiez d'autres deniers, et que vous fassiez faire de même pour les dettes qui sont dues à d'autres personnes, à raison de 14 deniers pour un marc [en monnaie] de Rouen, 12 sous pour un marc de Guingamp, 14 sous et 3 deniers pour un marc d'Angers. » (Adolphe Dieudonné, L'Ordonnance de 1204 sur le change des monnaies en Normandie, Mélanges Schlumberger, tome II, p. 328-337.)'
  4. John Baldwin, Philippe Auguste, p. 283
  5. John Baldwin, Philippe Auguste, p. 421
  6. John Baldwin, Philippe Auguste, p. 445
  7. Philippe Mouskès, Chronique rimée, éd. Reiffenberg, t.II, p. 431-432

Voir aussi[modifier | modifier le code]