Domaine royal français

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le nom de domaine royal désigne l'ensemble des terres, les biens et les droits relevant directement du roi au sein du royaume de France.

En France, lors de l'avènement d'Hugues Capet, ce domaine était très restreint. Les possessions, si on les évalue en termes territoriaux, étaient essentiellement concentrées dans l'Île-de-France et l'Orléanais, discontinues, avec en sus quelques îlots isolés tels que le domaine d'Attigny, reliquat de l'ancien fiscus. Elles provenaient pour l'essentiel des domaines des Robertiens, lignée des ancêtres des Capétiens.

Chronologie de l'accroissement du domaine royal[modifier | modifier le code]

Abréviations : * (DR) = concerne le domaine royal * (RF) = concerne le royaume de France

La France au Xe siècle
  •      Domaine royal

Les premiers capétiens étaient, parmi les grands féodaux, les moins bien lotis en territoires. Patiemment, en usant du droit féodal (en particulier la confiscation d'un fief à un vassal félon), mais aussi par d'habiles mariages avec les héritières des grands fiefs, voire l'achat, ils agrandissent le domaine royal qui finira par se confondre au XVIe siècle avec le royaume. Cependant la pratique de l'apanage ampute l'étendue du domaine et crée de dangereux concurrents à la puissance royale (en particulier le duché de Bourgogne aux XIVe et XVe siècles, pourtant tenu par des capétiens issus du roi Jean II le Bon, la seconde Maison capétienne de Bourgogne).

Les capétiens directs[modifier | modifier le code]

Règne d'Hugues Capet (987 – 996)[modifier | modifier le code]

  • 988 : Montreuil, premier port tenu par les capétiens. Acquis en raison du mariage du prince héritier Robert (futur Robert II le Pieux avec Rozala, veuve du Comte de Flandres Arnould II (DR)

Règne de Robert II le Pieux (996 – 1031)[modifier | modifier le code]

La France au début du XIe siècle
  •      Domaine royal
  • 1016 : acquisition de la Bourgogne. Le roi est le neveu du duc Henri mort sans héritier.(DR)

Règne de Henri Ier (1031 – 1060)[modifier | modifier le code]

  • 1032 : le roi donne à son demi-frère Robert Ier le duché de Bourgogne (dont la descendance sera assurée jusqu'en 1361) (DR)
  • 1055 : Annexe le comté de Sens. (DR)

Règne de Philippe Ier (1060 – 1108)[modifier | modifier le code]

Règne de Louis VI le Gros (1108 – 1137)[modifier | modifier le code]

  • le roi passe une grande partie de son règne à pacifier le domaine royal en réduisant à l'obéissance certains seigneurs (les sieurs de Montlhéry, de Coucy, du Puiset, de Crécy...)

Règne de Louis VII le Jeune (1137 – 1180)[modifier | modifier le code]

La France à la fin du XIIe siècle
  •      Domaine royal

Règne de Philippe Auguste (1180 – 1223)[modifier | modifier le code]

Règne de Louis VIII le Lion (1223 – 1226)[modifier | modifier le code]

Règne de Louis IX, dit Saint Louis (1226 – 1270)[modifier | modifier le code]

Règne de Philippe III le Hardi (1270 – 1285)[modifier | modifier le code]

Règnes de Philippe le Bel et de ses fils[modifier | modifier le code]

Philippe IV le Bel (1285 – 1314), Louis X le Hutin (1314 – 1316), Jean Ier le Posthume (1316), Philippe V le Long (1316 – 1322), Charles IV le Bel (1322 – 1328)

Les Capétiens-Valois[modifier | modifier le code]

Règne de Philippe VI de Valois (1328 – 1350)[modifier | modifier le code]

Règne de Jean II le Bon (1350 – 1364)[modifier | modifier le code]

Règne de Charles V (1364 – 1380)[modifier | modifier le code]

Règne de Charles VI (1380 – 1422)[modifier | modifier le code]

  • 1382 : Charles VI donne le Comté de Dreux en dot à Marguerite de Bourbon en la mariant avec Arnaud-Amanieu d'Albret.
  • 1399 : le roi déposséde les derniers comtes de Périgord de leurs terres, et le Périgord ne sera inféodé de nouveau qu'en 1407, au comte d’Angoulême Jean d'Orléans.
  • 1416 : L'apanage de Berry revient au domaine après la mort de la fille du duc Jean de Berry oncle du roi
  • 1416 : Le roi recrée l'apanage de Berry pour son fils Jean qui meurt en 1417.
  • 1417 : Le roi donne l'apanage de Berry à son fils Charles

Règne de Charles VII (1422 – 1461)[modifier | modifier le code]

Règne de Louis XI (1461 – 1483)[modifier | modifier le code]

La France à la fin du XVe siècle
  •      Domaine royal

Règne de Charles VIII (1483 – 1498)[modifier | modifier le code]

Les Valois-Orléans[modifier | modifier le code]

Règne de Louis XII (1498 – 1515)[modifier | modifier le code]

Règne de François Ier (1515 – 1547)[modifier | modifier le code]

À partir du règne de François Ier, la notion de domaine royal commence à se confondre avec celle de royaume tout entier. Il ne reste que l'apanage des Bourbons.

Règne de Henri II (1547 – 1559)[modifier | modifier le code]

  • 1547 : Premier roi de France à régner en son nom sur la Bretagne.
  • 1549 : Alençon fut définitivement rattachée au domaine royal après la mort de Marguerite de France (1492-1549).
  • 1551 : Clermont ou Clairmont (future Clermont-Ferrand) devient ville royale, puis en 1610, propriété inséparable de la Couronne.
  • 1551 : Les évêchés de Toul, Metz et Verdun sont placés sous la tutelle du roi de France suivant les termes d'un accord signé avec les princes protestant allemand signé à Lochau. Ils sont occupés l'année suivante.
  • 1556 : la couronne reprend le Comté de Dreux
  • 1558 : François Ier duc de Guise, s'empare du port de Calais et reconquiert le Calaisis, anglais depuis 211 ans.
  • 1566 : le roi donne en apanage Alençon à François de France.

Les Bourbons[modifier | modifier le code]

Règne de Henri IV (1589 – 1610)[modifier | modifier le code]

La France, de 1552 à 1798
Provinces réputées étrangères en 1732

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert de Dreux sur le site Foundation for Medieval Genealogy
  2. Châteaux forts et féodalité en Ile de France, du XIème au XIIIème siècle, de André Châtelain
  3. Géographie physique, historique et militaire, de Théophile Lavallée, Théophile Sébastien Lavallée

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Wikisource[modifier | modifier le code]