Liste des comtes de Toulouse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Toulouse (homonymie).
Blason de la Province et des États de Languedoc, repris des armes médiévales des comtes souverains de Toulouse

Liste des comtes souverains de Toulouse.

Comtes carolingiens[modifier | modifier le code]

Comtes héréditaires[modifier | modifier le code]

  • 852-862 : Raymond Ier († 863) frère du précédent
    Marié avec Berthe, il eut pour fils:
    -Bernard, comte de Toulouse et de Rouergue (lire ci-dessous)
    -Foucher, fondateur de la Maison de Limoges
    -Eudes, comte de Toulouse et de Rouergue (lire ci-dessous)
Note : Ici, se placent deux comtes qui ne figurent pas dans la généalogie traditionnelle des comtes de Toulouse, établie par les bénédictins dans l'Histoire Générale de Languedoc. Des études récentes ont établi qu'entre Raymond III Pons et Guillaume III (qui selon eux aurait régné près de 80 ans) se placent deux comtes prénommés Raymond, faussant la numérotation des Raymond. Les parenthèses précisent la numérotation corrigée[2].
  • 1105-1109 : Bertrand († 1112) comte de Toulouse et de Tripoli, fils du premier mariage de Raymond IV (VI). En 1109, il part en Terre Sainte, laissant le comté à Alphonse Jourdain
    marié en 1095 à Alix de Bourgogne (10851142)
  • 1222-1249 : Raymond VII (IX), († 1249), fils de Raymond VI (VIII) et de Jeanne d'Angleterre
    marié en premières noces avec Sancie d'Aragon (11861242)
    marié en secondes noces avec Marguerite de Lusignan

Comte non héréditaire[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Remarque : Bérenger de Toulouse, Bernard de Septimanie, Warin, Acfred se sont disputés le comté et la ville de Toulouse et y ont été nommés comtes par différentes autorités qui se disputaient la région, Louis le Pieux, Pépin Ier, Charles le Chauve, Pépin II. On note aussi dans certaines histoires Raymond Raphinel nommé duc de Toulouse par Charlemagne en 810. Frédolon devient comte de Toulouse après avoir livré la ville à Charles le Chauve en 849.
  2. Christian Settipani, La Noblesse du Midi Carolingien, Oxford, Linacre College, Unit for Prosopographical Research, coll. « Prosopographica et Genealogica »,‎ 2004, 388 p. (ISBN 1-900934-04-3), p. 28-35.
  3. En 1125, la Provence est partagée en comté et marquisat, le premier revenant aux comtes de Barcelone et le second à ceux de Toulouse.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Genty, Les comtes de Toulouse : histoire et traditions, Ferrières, Ed. de Poliphile, 1987, (ISBN 2-86888-013-4)
  • Christian Settipani, La Noblesse du Midi Carolingien, Oxford, Linacre College, Unit for Prosopographical Research, coll. « Prosopographica et Genealogica »,‎ 2004, 388 p. (ISBN 1-900934-04-3)
  • Hélène Débax, Jean-Luc Boudartchouk, et alii, Vicomtes et vicomtés dans l'Occident médiéval, 2008, [lire en ligne], p. 47 (les vicomtes de Narbonne), p. 73 (vicomtes en Bas-Quercy, Haut-Toulousain), p. 202 (les vicomtes de Millau).

Liens externes[modifier | modifier le code]