Louis VIII le Lion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Louis VIII de France)
Aller à : navigation, rechercher
Louis VIII
Sceau royal de Louis VIII
Sceau royal de Louis VIII
Titre
Roi de France

3 ans, 3 mois et 25 jours
Couronnement ,
en la cathédrale de Reims
Prédécesseur Philippe II
Successeur Louis IX
Biographie
Dynastie Capétiens
Date de naissance
Lieu de naissance Paris (France)
Date de décès (à 39 ans)
Lieu de décès Montpensier (France)
Père Philippe II de France
Mère Isabelle de Hainaut
Conjoint Blanche de Castille
Enfant(s) Philippe de France
Alphonse de France
Louis IX Red crown.png
Robert de France
Jean de France
Alphonse de France
Philippe de France
Isabelle
Charles de France
Résidence Paris

Louis VIII le Lion
Rois de France

Louis VIII[1] dit « le Lion », né le 5 septembre[2] 1187 à Paris et mort le à Montpensier (Auvergne), fut roi de France de 1223 à 1226, huitième de la dynastie dite des Capétiens directs.

Il était le fils du roi Philippe II (1165-1223), dit « Philippe Auguste » et d'Isabelle de Hainaut (1170-1190). Par sa mère, il est le premier roi de France qui descende à la fois d'Hugues Capet et de son compétiteur malheureux, Charles de Basse-Lotharingie[3]. Le court règne de Louis VIII fut cependant marqué par deux brillantes campagnes : l’une contre les Anglais en Guyenne, l’autre contre Raymond VII de Toulouse.

Il est le premier roi capétien à ne pas avoir été sacré roi du vivant de son père. Il avait cependant été désigné par Philippe II dans son testament rédigé en 1190 comme devant lui succéder. Le testament n'ayant pas été contesté après cette date, la cérémonie de l'adoubement des barons — héritage rituel des Capétiens — devenait inutile[4]. L'archevêque de Reims, Guillaume de Joinville, le sacre à Reims le [5]

Conquête de l'Aquitaine[modifier | modifier le code]

Louis VIII le Lion, couronnement
Grandes Chroniques de France, enluminées par Jean Fouquet

Le roi Philippe II estimant que le principe héréditaire est définitivement établi, il refuse d'associer au trône son héritier[6] et repousse son adoubement[7]. Le prince Louis est fait chevalier dans le castrum de Compiègne le mais son père lui a dicté de sévères conditions, notamment de ne plus jouter en tournoi[8].

Surnommé « le Lion », c'est pendant le règne de son père que le futur Louis VIII obtient sa renommée en remportant sur Jean sans Terre, roi d'Angleterre, la victoire de La Roche-aux Moines en 1214. Les barons anglais, révoltés contre Jean sans Terre, promettent alors au prince Louis de lui donner la couronne d'Angleterre, il est en effet l'époux de Blanche de Castille, petite-fille de feu le roi Henri II d'Angleterre. Acceptant cette demande, Louis débarque sur les côtes anglaises avec 1 500 soldats français auquel s'ajoutent des mercenaires anglais, arrive à Londres le [9][10], il se fait proclamer[11],[12] roi d'Angleterre (mais pas couronner car il n'y pas d’archevêque disponible pour effectuer l'onction[13]) et prend rapidement le contrôle du sud du pays[14].

Comme Jean sans Terre meurt peu après, les barons anglais, plutôt que d'avoir à faire à un prince énergique comme Louis qui risquait de les entraver, décident de se prononcer en faveur d'Henri III, fils de Jean sans Terre. Louis continue la guerre, mais il est battu sur terre à Lincoln en mai 1217, puis sur mer en août à la bataille des Cinq îles, lorsque les renforts que lui envoie Blanche de Castille sont anéantis. Le , lors de la signature du traité de Lambeth, il doit alors renoncer à ses prétentions en contrepartie d'une forte somme d'argent.

Plus tard, après avoir été sacré roi de France, sous prétexte que la cour d’Angleterre n’avait toujours pas exécuté toutes les conditions du traité de 1217, Louis VIII, profitant de la minorité d'Henri III, décide de s’emparer des dernières possessions anglaises en France. Au cours d’une campagne rapide, Louis VIII s’empare de la majorité des terres de l’Aquitaine. Les villes du Poitou, de la Saintonge, du Périgord, de l'Angoumois et d'une partie du Bordelais tombent les unes après les autres. Henri III ne possède plus en France que Bordeaux et la Gascogne qui ne furent pas attaquées, et les Îles Anglo-Normandes.

Conquête du Languedoc[modifier | modifier le code]

Naissance de Louis VIII (le Lion), Grandes Chroniques de France, Paris, XIVe-XVe siècles

À cette époque, le sud de la France était le théâtre des combats de la croisade des Albigeois.

En 1218, Amaury VI de Montfort, fils de Simon IV de Montfort, hérite du Languedoc en pleine révolte. Incapable de conserver son fief, il préfère quitter le Midi, acceptant de céder ses droits sur le Languedoc au roi de France (en échange de la dignité de connétable, première de la couronne).

Raymond VII, comte de Toulouse, était toujours soupçonné par l'Église d'abriter des cathares sur ses terres. Un concile fut donc tenu à Bourges, en 1225, où il fut déclaré que détruire l’hérésie était une nécessité et qu'une nouvelle croisade contre les cathares était indispensable. Louis VIII fut donc choisi pour diriger l'expédition.

Aux fêtes de Pâques de l’an 1226, des milliers de chevaliers (les chroniqueurs de l’époque[Lesquels ?] donnent le chiffre de 50 000) se trouvèrent à Bourges aux côtés du roi. Cette armée se dirigea vers la vallée du Rhône, et à son approche, les seigneurs et les villes se hâtèrent de faire leur soumission au roi de France. La ville d'Avignon, qui appartenait à Raymond VII, refusa cependant d’ouvrir ses portes. L’on mit alors le siège devant la place forte qui était considérée alors comme la clef du Languedoc. Au bout de trois mois, la ville fut prise, et aussitôt Nîmes, Castres, Carcassonne, Albi se rendirent à Louis VIII.

gravure de Boucher
La mort de Louis VIII par François Boucher (1703-1770)

Raymond VII, quant à lui, s’était enfermé dans Toulouse. Les croisés, frappés par les maladies hivernales et la défection de certains d'entre eux, décidèrent d'ajourner le siège de la ville. En 1226, Thibaud IV de Champagne se brouilla avec le roi de France Louis VIII dont l'objectif était d'annexer le Languedoc de son cousin Raymond VII à la Couronne de France. Le 30 juillet, l'armée champenoise abandonna l'ost royal devant Avignon, Thibaud IV arguant que son service de quarante jours était achevé. Quand Louis VIII, atteint par la dysenterie, mourut au château de Montpensier en novembre 1226, certaines rumeurs allèrent jusqu'à accuser Thibaud IV d'avoir empoisonné le roi. Toulouse ne tomba qu'en 1228.

Louis VIII n'aura régné que trois années sur le royaume de France alors que son père Philippe Auguste et son grand-père Louis VII régnèrent chacun 43 années, soit 86 années cumulées de 1137 à 1223. Son fils, Louis IX, règnera, lui aussi, 43 ans et 9 mois (1226-1270).

Tombeau[modifier | modifier le code]

Le cœur et les entrailles de Louis VIII furent déposés en l’abbaye Saint-André-les-Clermont de l’ordre des Prémontrés, entre Chamalières et Clermont-Ferrand[15] Le 15 novembre 1226, lors de funérailles célébrées avec magnificence, Louis VIII fut inhumé en la basilique Saint-Denis. Jusqu'à la guerre de Cent Ans, on pouvait voir son magnifique tombeau ciselé d'or et d'argent ; Après sa disparition il fut remplacé par une simple dalle marquant le lieu de la sépulture. Les profanateurs de 1793 détruisirent celle-ci et découvrir une pierre couvrant le cercueil, avec une croix sculptée en demi-relief. Le couvercle renversé, on trouva le corps du roi enveloppé dans un suaire tissé d'or. C'est le seul souverain que l'on a retrouvé inhumé de cette façon.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Union et descendance[modifier | modifier le code]

Testament du roi Louis VIII, donné en juin 1225, en latin archives nationales.
Série métallique des rois de France, vue d'artiste de Louis VIII le Lion

Le royaume de France ayant été mis en interdit par le concile de Dijon le à effet des 40 jours suivant Noël, aucun mariage ni enterrement religieux ne pouvait être célébré par un prêtre dans tout le royaume dès le mois de janvier 1200[4], ce qui conduisit Philippe II à faire célébrer le mariage de son fils Louis dans les terres du roi Jean Ier d'Angleterre dont Blanche de Castille était la nièce.

Le lundi , jour selon le chroniqueur Rigord qui suit le jeudi de l'Ascension (18 mai), fut signé au lieu-dit Gueuleton[16] (actuelle île du Goulet sur la Seine entre Vernon et Les Andelys) le traité de paix entre Philippe, roi de France, et Jean, roi d'Angleterre. Les noces du prince Louis et de Blanche de Castille furent célébrées, toujours selon Rigord, dans le même lieu le lendemain[16].

Selon Jacques Le Goff, Blanche de Castille aurait accouché « de deux ou trois premiers enfants morts en bas âge dont nous ne connaissons ni le nombre exact, ni le sexe, ni les dates de naissance et de mort[17]. »

Leurs enfants connus sont :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Louis VIII sur le site FMG
  2. Emmanuel Poulle, La date de naissance de Louis VIII, vol. 145, Paris, Bibliothèque de l'école des chartes,‎ (lire en ligne), p. 427
  3. Gérard Sivéry, Louis VIII Le lion, Fayard, 1995, p. 16.
  4. a et b François Guizot, Collection des mémoires relatifs à l'histoire de France, J.-L.-J.-Brière, Paris, 1825 [lire en ligne]
  5. Medieval Lands, op. cit.
  6. Dès qu'un roi était couronné (rex coronatus, il faisait associer son fils à la fonction royale par une élection qui faisait de lui le futur roi, successeur de son père (rex designatus.
  7. Éric Gasparini, Éric Gojosso, Introduction historique au droit et histoire des institutions, Gualino éditeur,‎ 2013, p. 109
  8. Gérard Sivéry, op. cit., p. 47
  9. Édouard Mousseigne, Eustache le Moine : pirate boulonnais du XIIIe siècle sur Google Livres, La Voix du Nord, 1996, p. 195
  10. Histoire pittoresque d'Angleterre, : depuis les temps les plus reculés jusqu’à la réforme parlementaire de 1832, vol. 2, Aux bureaux de l'histoire d'Angleterre,‎ , 1223 p. (lire en ligne), p. 43.
  11. Léonard Gallois, Histoire de France d'Anquetil, vol. 1, Bureau central de l'histoire de France,‎ , 700 p., p. 196.
  12. (en) Jonny Wilkes, « Are there any rulers of England that don’t appear on the usual lists? », sur http://www.historyrevealed.com/,‎ (consulté le 2 août 2014).
  13. (en) « England: Louis of France's Claim to the Throne of England: 1216-1217 », sur Archontology,‎ (consulté le 1 août 2014).
  14. (en) André Vauchez, Richard Barrie Dobson, Adrian Walford, Michael Lapidge, Encyclopedia of the Middle Ages sur Google Livres, vol. 2, Routledge, 2000, p. 1151
  15. Cette abbaye disparue, qui porta aussi le nom de Mégemont, ne doit pas être confondue avec l’abbaye cistercienne du même nom (commune de Chassagne).
  16. a et b François Guizot, Vie de Philippe Auguste par Rigord, Collections des Mémoires, Librairie Brière, 1825, [lire en ligne], p. 153
  17. Le Goff 1996, p. 38

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]